Navigation – Plan du site

Être dans tous ses états

Vers une description conceptuelle du verbe être dans la définition en langue naturelle
Paul Sambre

Résumés

Dans la présente contribution, nous nous intéressons à la variation conceptuelle autour du verbe être. En faisant appel à la grammaire cognitive langackerienne et la théorie des espaces mentaux de Fauconnier, nous montrons que la structure interne du verbe être est loin d’être unitaire dans la définition en langue naturelle. L’analyse d’exemples des premières définitions d’Internet dans dix magazines belges de la presse non informatique de langue néerlandaise et française révèle l’existence de quatre variantes d’être, représentant à leur tour des sous-variantes plus raffinées. Nous montrons que le verbe être, relation d’équivalence verbale, n’est pas le seul élément en jeu dans la définition. Sur ce verbe, conceptuellement vide au premier abord, se greffent fréquemment des ajouts sémantiques non verbaux, qui enrichissent conceptuellement cette relation et contribuent à la structure conceptuelle de la définition.

Haut de page

Texte intégral

1. Être comme une relation d’équivalence conceptuelle dans la définition naturelle

  • 1 Nous tenons à remercier vivement L. Melis (Louvain), S. Bonnefille (Tours) et J.-R. Lapaire (Borde (...)

1Notre recherche1 se situe dans un projet de recherche plus vaste, consacré au thème la conceptualisation et l’émergence de la définition en langue naturelle (Sambre 2005b). La définition est le champ de prédilection de la philosophie du langage (Viskil 1994, Robinson 1962), qui s’intéresse au statut vériconditionnel du definiendum, et de la lexicographie, qui s’intéresse exclusivement au definiens (Chaurand & Mazière 1990), au détriment de la relation d’équivalence. Ces relations d’équivalence ou mécanismes linguistiques nominaux et verbaux reliant le definiens à son definiendum ont reçu peu d’attention d’un point de vue linguistique et sémantique. La tradition lexicographique s’appuie en outre sur la définition aristotélicienne et part du principe que la relation d’équivalence par défaut est exprimée par le verbe être. La définition aristotélicienne apparaît dans un dialogue sous forme d’une série argumentative de questions-réponses entre une personne posant des questions et son interlocuteur. Toutes ces questions utilisent le verbe être. La question initiale Est-ce que X est Y ? permet de cerner un problème ; la réponse affirmative ou négative à cette question-problème servira de thèse centrale : X est Y ou X n’est pas Y. Cette première question n’est pas une définition proprement dite mais elle sert de point d’appui pour une série de questions fermées supplémentaires (protaseis) où le verbe copule être est systématiquement maintenu et qui a pour fonction de déterminer genre et accidents du definiens. Le verbe copule être domine donc la relation d’équivalence dans la conception antique de la définition. Pour Aristote, ce verbe n’est que l’assertion de l’existence sur laquelle s’appuie la définition essentielle d’une entité à définir. Qui plus est, cette forme verbale crée un cadre universel (X est dans n’importe quel contexte) et sémantiquement vide : être ne possède pas  stricto sensu de sens.  C’est cette image de verbe dénué de sens qui semble dominer les recherches actuelles en linguistique de corpus (Barnbrook 2002).

2Contrairement à l’assomption logique traditionnelle, la relation d’équivalence verbale fait intervenir bon nombre d’autres verbes tels que s’avérer, rester, symboliser pour n’en nommer que quelques-uns. L’objectif que nous nous sommes posé dans Sambre (2002), (2005a) et (2005b : ch. 12) est alors de décrire la variation conceptuelle, ou structure sémasiologique de ces verbes d’équivalence. Dans la présente contribution, nous nous intéressons à la variation conceptuelle autour du seul verbe être. Sur ce verbe, conceptuellement vide au premier abord, vient se greffer plus d’une restriction conceptuelle. Nous décortiquerons le fonctionnement conceptuel des variations conceptuelles d’être qui mettront à nu tous ses états définitoires.

2. Corpus et cadre théorique

3Notre étude se base sur un objet assez spécifique : les premières définitions du definiendum Internet dans une dizaine de magazines de la presse non informatique. Plus concrètement, nous avons analysé, dans dix magazines belges (de langue néerlandaise et française) les quinze premières dates d’attestation d’Internet. Nous avons relevé ainsi près d’un millier de définitions, dont nous avons décrit les definiens et les relations d’équivalence, verbales et non verbales. Sans entrer dans le détail, nous indiquons que le verbe être est utilisé dans 62,34% des définitions à relation d’équivalence verbale. Pour la typologie des relations d’équivalence verbales, nous renvoyons le lecteur à Sambre (2005b et 2002). Ce qui nous intéresse dans la présente contribution, c’est la variation conceptuelle à l’intérieur des exemples mettant à l’œuvre être. Selon Riegel et al. (1994), le verbe copulatif ne fournit pas de traits sémantiques propres. Le pouvoir classificatoire du groupe nominal attribut du sujet relèverait, en outre, directement du sémantisme du sujet et de son attribut. La seule analyse sémantique ou référentielle (Boone 1986 : 12) des syntagmes nominaux en cause n’explique pas la structure sémantique du lien prédicatif qui s’instaure verbalement entre definiendum et definiens, ni celle des éventuels éléments conceptuels additionnels dans la prédication définitoire mettant à l’œuvre ce verbe d’équivalence. Par ailleurs, nous ne pouvons exclure d’emblée qu’être soit conceptuellement vide : le verbe sert à marquer l’état ou la continuité de l’état (Grevisse 1980 : 668-669). Une réserve s’impose : nous limiterons notre description à l’infinitif du verbe. Nous ferons abstraction au maximum du temps et du mode auxquels se trouve le verbe être. Notons que le français et le néerlandais ne présentent pas de différences fondamentales entre les membres de la paire homologue être-zijn. Pour des raisons de concision, nous ne multiplierons donc pas les cas de figure pour chacune de ces deux langues.

4Sur le plan théorique, nous mettrons à l’œuvre la grammaire cognitive langackerienne, que nous combinerons avec la théorie des espaces mentaux de Fauconnier (1994). D’une part, selon Langacker, toute prédication verbale donne une dimension temporelle à une relation, qui est typiquement atemporelle. Le verbe être, représente conceptuellement un summary scanning ; les différentes étapes sont accessibles simultanément comme image gestaltiste, la trajectoire du scanning présuppose une reconstitution de tous les moments précédents. D’autre part, un espace mental est une structure conceptuelle utilisée en discours. Celle-ci établit, pour un élément, une relation qui permet d’associer à cet élément une nouvelle valeur par le biais d’un connecteur. Certaines expressions linguistiques construisent activement des espaces mentaux (Fauconnier 1994 : 16-17). Les espaces mentaux représentent des valeurs différant selon le domaine temporel, spatial, modal  (potentiel, hypothétique, contrefactuel) précis dans lesquels se réalisent différentes représentations d’une entité donnée. La structure conceptuelle d’être dans les définitions étudiées résulte de l’interaction entre le scanning exprimé par le verbe enrichie d’autres éléments prédicationnels conceptuels non verbaux.

3. Conceptualisation prototypique d’être

5La structure conceptuelle du verbe être est relativement simple : contrairement à l’idée reçue que le verbe être serait dénué de sens, et que l’élément est inséré dans le prédicat pour de pures raisons syntaxiques, on le considère, en grammaire cognitive, prototype de la classe des procès imperfectifs :

It profiles the continuation through time of a stable situation characterized only as a stative relation; it is a true verb, all of whose component states are construed as being identical, but apart from their being relational, it is maximally unspecific concerning their nature. (Langacker 1991 : 65)

6Le verbe ne marque donc pas la relation d’inclusion ou d’identité, mais une valeur purement temporelle et aspectuelle. Nous décrirons à présent sa structure conceptuelle générale. Dans la partie suivante, nous esquisserons quatre variantes à partir de ce schéma général.

7Le cas standard du verbe copule être et son emploi imperfectif à l’indicatif présent indiquent que la relation trajector-landmark reste stable à n’importe quel moment du scanning. Être représente conceptuellement une relation atemporelle sur n états stables assortie d’un profil temporel. Le definiendum Internet fonctionne ici comme trajector (tr ou entité saillante primaire), le definiens comme landmark (lm ou entité saillante secondaire). L’irréversibilité syntaxique du sujet definiendum et de l’attribut definiens provient du degré de saillance relatif à l’intérieur de la scène conceptuelle.

8Les entités definiendum et definiens sont des entités nominales et se conçoivent donc comme des choses. C’est pourquoi, conformément aux conventions de Langacker (1991a : 23), nous les représentons sous forme de cercles dans les schémas à venir. Pour ce qui est du liage temporel (temporal bounding, voir Langacker 1987 : 261), le procès imperfectif présente un profil temporel non clos, représenté par des pointillés, les étapes de ce processus ne subissant aucune modification. Nous ferons abstraction dans la suite de l’opposition entre perfectivité et imperfectivité ainsi que  d’autres aspects, tels que la détermination ou la possessivité, liés aux grounding.

Tableau 1 : Relation d’équivalence – Schéma conceptuel de base du verbe être.

  • 2 La dénomination dans le troisième exemple n’est pas causée par le verbe copule mais par le contenu (...)
  • 3 L’effet universalisant de la prédication définitionnelle est renforcé, dans l’exemple [458], par l (...)

9En l’absence d’un espace mental particulier, être rattache un déclencheur à une cible – trajector (tr) et landmark (lm) en terminologie langackerienne – comme dans les trois exemples suivants2. L’allusion à un espace particulier faisant défaut, la définition s’applique alors impérativement à l’ensemble des espaces mentaux possibles, à n’importe quel moment3 (Fauconnier 1984 : 184).

(1)

Het Internet is de voorloper van de drukbesproken informatiesnelweg. [308] / L’Internet est le prédécesseur de l’autoroute de l’information fort discutée.

(2)

Internet is een chaotisch allegaartje van diverse netstrukturen en mist één uniforme netwerkpolitiek. [438] / Internet est un méli-mélo de diverses structures de réseaux et il lui manque une politique de réseau uniforme.

(3)

Internet is de naam van één van de meest gigantische databanken die er bestaan. [458] / Internet est le nom d’une des plus gigantesques bases de données qui soient.

  • 4 Langacker (1991c : 66) inverse le rapport entre trajector et landmark. L’entité profilée par le no (...)

10La nature spécifique de la relation entre trajector et landmark dans le scanning peut être précisée davantage si l’on couple à cette relation conceptuelle l’idée de schématicité exprimée par le definiens. Regardons l’exemple (1). Le trajector definiendum se situe par rapport à un double plan type-instance exprimé par le définiens. Le lm indéfini fournit le type, c’est-à-dire une conception abstraite de l’instance préfigurée par l’instance trajector (Langacker 1991c : 555)4. La définition relie donc trois instances schématiques : le trajector (appartenant à un domaine), un landmark, dont l’article fournit le type et le nom une position dans la matrice de domaines statique et le verbe d’équivalence être, qui profile temporellement la relation type-instance par rapport au definiendum.

Tableau 2 : Relation d’équivalence – Schéma conceptuel élaboré du verbe Internet être un definiens

11La relation type/instance ne diffère pas fondamentalement de l’opposition rôle/valeur dans la théorie des espaces mentaux (Fauconnier 1994, Langacker 1991c : 72). Un rôle (R) peut assumer différentes valeurs (V) dans des espaces mentaux différents. De même, une valeur peut occuper différents rôles dans des espaces différents. Dans le scanning imposé par le verbe, si l’on lit le processus de droite à gauche, être implique que le rôle imposé par le landmark type sur son trajector valeur/instance peut être rempli par le definiendum Internet (I). Le domaine lexical du nom Internet est alors transformé en domaine d’instanciation. Le nom propre Internet possède en soi certaines caractéristiques sémantiques : type, instanciation, quantité et grounding (Langacker 1991c : 59). Le verbe indique la stabilité de la relation rôle/valeur tout au long du scanning. Il existe donc une relation ternaire entre Internet (I), le verbe d’équivalence et le type (i) indiquant plusieurs instanciations dont I ne constitue qu’une seule). Le signe d’égalité marque la stabilité du plan type (qui est donc étiré vers la gauche dans le schéma). Les pointillés marquent les correspondances entre sous-parties d’entités conceptuelles dans le schéma compositionnel.

4. Variantes

  • 5 Pour cette matrice, voir Sambre (2005b : ch. 11.1.2).

12Il existe pour ce schéma de base quatre variantes, qui modulent la valeur universelle de la stabilité trajector-landmark. Ces variantes ne découlent pas directement du verbe être, mais d’éléments concepts additionnels (adverbiaux ou circonstanciels) marqués linguistiquement dans/par la prédication définitionnelle. Nous passons à présent en revue ces variantes. Les schémas cognitifs que nous proposons présentent l’avantage d’intégrer en un seul cadre théorique (i) la relation d’équivalence, (ii) les éléments additionnels, (iii) le definiendum-trajector et (iv) le definiens-landmark (avec la schématicité et la matrice conceptuelle statique que ce dernier implique5).

4.1 Vraisemblance indubitable

13Première variante : il est question de la vraisemblance, du caractère indubitable de la prédication, comme dans (4). L’indication du moment à partir duquel la simple existence d’un fait se transforme en un fait indubitable, dont on met en valeur l’exactitude, constitue un cas spécial du verbe être.

(4)

Internet is zonder twijfel de meest bekende BBS. [466] / Internet est sans aucun doute le babillard le plus connu.

  • 6 Langacker avance ce modèle dans le contexte descriptif de la modalité et du temps verbaux. Son ana (...)

14Afin de mieux saisir la conceptualisation de ces constructions, nous situons, à partir du Tableau 3 ci-dessous, ces deux cas dans le modèle épistémique élaboré de Langacker (1991c : 240-245)6.

  • 7 Par réalité on n’entend pas la réalité référentielle mais la représentation conceptuelle de cette (...)
  • 8 Vu que tout acte de langage requiert une certaine durée d’énonciation, le ground possède un profil (...)

15Ce modèle abstrait du rapport temps-modalité correspond à un modèle cognitif idéalisé, représentant des états de choses comme un espace de temps séparant la réalité7 connue de l’irréalité. Le modèle possède en outre un axe t du temps conceptualisé. La réalité connue avançant en permanence sur l’axe temporel, elle tend à l’expansion. L’extrémité du cylindre temporel lié à la réalité est la réalité immédiate : c’est la dernière étape de la réalité connue du conceptualisateur C, l’endroit où C a un contact perceptuel direct avec la réalité. L’irréalité comprend tout ce qui n’appartient pas à la réalité connue. Sur ce modèle épistémique de base se greffe une sphère, plus vaste, de la réalité inconnue : le conceptualisateur admet donc que certaines entités linguistiques peuvent exister hors de sa connaissance. L’irréalité se découpe donc à son tour en réalité inconnue et non-réalité. L’acte de langage, ses participants et les circonstances dans lesquelles cet acte survient constituent le ground8.

16Le mécanisme du complément adverbial zonder twijfel (sans aucun doute) ou de l’adjectif véritable a donc pour fonction essentielle de faire glisser le landmark de la zone active périphérique ou extrémité de la réalité immédiate vers le centre de cette zone. Zonder twijfel pousse donc le landmark d’une zone recoupant la réalité connue et inconnue, c’est-à-dire de la zone où peut subsister un doute, vers le centre de la réalité connue. En revanche, véritable (exemple (5)) indique le moment objectif à partir duquel ce glissement devient tangible et présuppose donc dans le scanning un moment antérieur où le landmark se trouve dans la périphérie. Contrairement à zonder twijfel, le landmark ne recoupe plus les réalités connue et inconnue, mais opère un glissement à l’intérieur de la réalité connue, être ne présupposant pas de doute.

(5)

C'est une véritable mine d'or potentielle depuis que le grand public y accède moyennant une redevance. [682]

  • 9 Afin de simplifier la représentation graphique et vu la stabilité de la relation trajector-landmar (...)

17Le cas (5) est plus complexe encore : le definiens contient un adjectif potentiel. Cet adjectif nous fait dépasser le stade de la réalité immédiate et parle de ce qui se trouve à droite de l’extrémité du cylindre de la réalité connue. Derrière cette réalité se projette  la zone de la réalité potentielle. La réalité projetée contient toutes les entités conceptuelles potentielles. Une partie de cette vaste zone est déterminée par les événements de la réalité connue ; il est donc possible de prévoir certains faits futurs comme une réalité projetée à partir de cette réalité connue. Ayant enrichi le modèle de la réalité potentielle, nous aboutissons ainsi au modèle langackerien le plus avancé, modèle que Langacker appelle le modèle évolutionnaire dynamique (Langacker 1991 : 276). Nous plaçons à présent les deux exemples dans des zones précises de ce modèle complet9 (Tableau 3). Abstraitement, les deux cas utilisent le même principe du glissement périphérie-centre au sein de la réalité connue, mais ils le réalisent différemment. Le cas abstrait est représenté dans la partie supérieure du schéma ; l’entité-chose périphérique est représentée comme case vide pointillée, le glissement vers le landmark par une ligne fléchée. Les deux parties inférieures spécifient les cas de figure zonder twijfel et véritable. Pour ce dernier, nous avons en outre indiqué le moment à partir duquel vaut ce glissement (depuis que).

Tableau 3 : Relation d’équivalence – Glissement périphérie-centre au sein de la réalité connue, avec variantes zonder twijfel/sans aucun doute et véritable

4.2 Négation

  • 10 Sont analysés ici le fonctionnement du verbe copule en relation avec sa négation. La subordonnée r (...)

18La deuxième variante à partir d’être relève de la négation : la définition donne ce qu’Internet n’est pas10.

(6)

Aussi incroyable que cela paraisse, Internet n'est pas la propriété d'un groupe ou d'un pays qui étendrait sa toile d'araignée sur la planète. [95]

19La fonction conceptuelle de la négation a été décrite, ne fût-ce que de manière laconique, dans la théorie des espaces mentaux. La négation a comme fonction de mettre en place un espace contrefactuel, dans lequel la version positive de la prédication est réalisée (Fauconnier 1994 : 31-32 et 96). Quatre espaces sont alors en jeu : la réalité R, l’entité Internet, l’espace contrefactuel de la négation N, et I’, c’est-à-dire l’entité correspondant, dans l’espace contrefactuel, à I. Être crée, comme nous avons vu dans le schéma de base, un rôle en position landmark auquel I e I’ associent une valeur en position trajector. La valeur créée pour I’ est alors vA, celle de I ~vA (valeur négative rendue explicitement), qui crée donc implicitement ou virtuellement une autre valeur vB positive. La combinaison d’être accompagné de sa négation profile l’entité ~vA. L’entité vB est présente, mais reste à l’arrière-plan dans le schéma conceptuel. Si l’on reformule cette idée en termes de grammaire cognitive langackerienne, la conception d’arrière-plan (background conception, rectangle pointillé, voir Langacker 1991c : 133-134) donne la valeur positive pour la chose niée. Or, vA étant une entité nominale (definiens nominal), la relation conceptuelle d’avant-plan fournit deux informations : le profil conceptuel de l’entité d’arrière-plan manquante et la caractérisation de celle-ci comme une chose. En combinant la négation et la structure discutée ci-dessus I être un x, on obtient alors le schéma conceptuel suivant ().

Tableau 4 : Relation d’équivalence – Schéma conceptuel pour ne pas être (un)

20La négation peut être renforcée par un adverbe de modalité, tel que heus dans heus niet, La forme négative heus niet (van Dale 2001 : lemme heus) aurait comme signification d’indiquer ce qui n’est pas du tout (volstrekt niet) ou vraiment pas le cas.

(7)

COMPUSERVE UZELF Internet is heus niet de enige elektronische database. [479] / COMPUSERVEZ-VOUS Internet n’est vraiment pas la seule base de données électronique.

21Heus a une fonction similaire mais converse par rapport à celle du complément zonder twijfel ou de l’adjectif véritable dans les exemples précédents. Associé à une négation, l’adverbe heus pousse le landmark de la réalité immédiate vers la zone de la réalité inconnue.

4.3 Coexistence de deux landmarks

  • 11 On pourrait considérer la négation comme cas intermédiaire entre le schéma standard et la troisièm (...)

22La troisième variante d’être marque la co-existence de deux landmarks définitionnels11. Cette variante contient à son tour différents schémas conceptuels : soit la coexistence est simplement donnée (i), soit elle marque la priorité d’un landmark sur l’autre (ii), soit elle met en place un rôle positivement et un autre négativement (iii), soit elle définit le definiendum de manière floue (iv).

23(i) Si les deux landmarks sont considérés équivalents, ou bien (i.1) tous les deux (8), ou bien (i.2.) un seul (9) seront réalisés linguistiquement. Logiquement, si un seul landmark est mentionné, c’est toujours le second qui est exprimé linguistiquement, par des conjonctions telles que aussi (exemples (8) et (9)) ou des adverbes comme bovendien (en outre, dans (10)).

(8)

« C'est un moyen de communication formidable : lors de notre dernière tournée nord-américaine, on l'a utilisé en annonçant nos concerts et on s'est rendu compte qu'il s'agissait d'un fantastique bouche à oreille »; Internet, journal de bord interactif entre fans et musiciens, est aussi une boîte à rumeurs. [56]

(9)

Si l'industrie du disque se montre soucieuse de régir l'utilisation de ses produits — la législation sur le droit d'auteur étudie actuellement le moyen de cerner l'usage d'Internet —, les médias écrits ou télévisés s'avèrent souvent dépassés par la vitesse d'information d'Internet : « Internet, c'est aussi des critiques instantanées de nos concerts. » [57]

(10)

Bovendien is het een paradijs voor computerkrakers. [905] / En outre c’est un paradis pour fouineurs.

  • 12 Les éléments nog et bien renforcent les expressions meer dan et plus que respectivement. C’est pou (...)
  • 13 Cet exemple contient une nuance sémantique additionnelle : la primauté du landmark est renforcée p (...)

24(ii)Meer (nog) dan, (bien) plus que, avant tout indiquent la priorité d’un landmark sur au minimum  un autre12. Il y a donc deux landmarks : un lm primaire (lmp) et un lm secondaire (lms). Lmp et lms peuvent être attribués indifféremment à lm1 (première manifestation de lm dans la prédication) ou lm2 (manifestation de lm suivant lm1 dans la prédication); la différence entre les deux n’est qu’une gradation dans le profil conceptuel. Ici également, soit les deux landmarks sont rendus explicitement sur le plan linguistique (11), soit un des deux seulement (comme dans (12)13 et (13)).

(11)

Meer nog dan een computernetwerk is het Internet een subkultuur (sic). [399] / Plutôt qu’un réseau d’ordinateurs, l’Internet est une sous-culture.

(12)

Première caractéristique d' Internet : le réseau est avant tout un gigantesque service postal électronique. [11]

(13)

C'est bien plus qu'un Minitel international. [679]

  • 14 Pour l’exemple (11), nous rétablissons la phrase sans inversion : Het Internet is meer nog dan een (...)

25Le landmark implicite (non rendu linguistiquement) est représenté par des crochets14. Nous obtenons donc les schémas conceptuels suivants (voir le Tableau 5 pour une représentation graphique) :

(ii.1)

I être meer (nog) dan lm1s lm2p;

(ii.2)

I être avant tout lm1p [lm2s] ;

(ii.3)

I être (bien) plus que lm1s [lm2p].

                      

Tableau 5 : Relation d’équivalence – Schéma conceptuel être avec deux landmarks dont un prioritaire

  • 15 Dans les schémas conceptuels, l’absence linguistique d’une entité est marquée par une case vide.

26Sous l’apparente similarité des cas se cachent donc des différences assez manifestes. Les deux derniers schémas diffèrent dans le sens où avant tout mentionne le landmark primaire, alors que (bien) plus que mentionne le landmark secondaire. Dans le dernier cas, c’est le landmark primaire qui est présupposé15.

27(iii) Parfois la mention de deux landmarks implique la mention du definiens et la négation d’un autre : non x mais bien y.

(14)

E.M. : Ce n'est pas une stratégie mais bien un outil que nous voulons utiliser. [987]

  • 16 Dans l’exemple (15), la caractérisation actuelle du definiendum ne constitue cependant pas une déf (...)
  • 17 Ce mécanisme diffère du cas avec un seul landmark nié, où le landmark ne reçoit donc pas de caract (...)

28La négation non-x peut, par ailleurs, être attribuée à un moment appartenant au passé : la mention d’un definiens actuel, c’est-à-dire un definiens qui vaut dans la réalité immédiate16, est alors accompagnée par la négation de ce que le definiendum n’est plus (iii.1)17. Dans l’exemple (15), le passé de non-x est présenté plus particulièrement comme un passé assez lointain (al lang geen… meer) (iii.2).

(15)

Bovendien ziet Van Uffelen een duidelijke en heuglijke verschuiving: de open netten zijn al lang geen zandbakken meer van uitsluitend informatici of dolgedraaide freaks, maar vertonen een almaar sterker wordende sociale dimensie. [818] / En outre Van Uffelen voit un glissement clair et réjouissant: les réseaux ouverts ne sont plus depuis longtemps des bacs à sable réservés exclusivement aux informaticiens ou aux fanatiques affolés, mais présentent une dimension sociale de plus en plus forte.

29(iv) Après une négation, sous forme de définiens non-x (exemple (16), qui précède immédiatement (17) dans le texte), lm2 ne reçoit pas toujours une caractérisation précise ou spécifique : plutôt/eerder marque un definiens qui s’approche d’un definiens précis sans en être un. Le lm2 se définit alors par rapport à une autre définition négative. Au niveau du modèle épistémique langackerien, si le terme x nié dans non-x appartient à l’irréalité, plutôt/eerder lm2 se situe alors entre cette irréalité et la réalité immédiate. Dans l’exemple (18), la négation d’une caractérisation et la définition exploratoire apparaissent dans une seule phrase. Bien que cette caractérisation initiale ne prenne pas ici la forme d’une définition explicite, mais d’une prédication adjectivale, il est intéressant de noter que, contrairement à (16) et (17), la définition rejetée est attribuée au lecteur (zoals u zou verwachten).

(16)

Ce réseau mondial bon marché n'appartient à personne. [685]

(17)

C'est plutôt une coopérative, un accord sur des standards de communication et une manière de coder l'adresse. [686]

(18)

Internet is niet netjes gestruktureerd zoals u zou verwachten van een klassieke BBS, het is eerder een kilometer-lange sliert informatie die ter beschikking gesteld wordt door elkeen die er op aangesloten is. [460] / Internet n’est pas structuré convenablement, comme vous attendriez d’un babillard classique; c’est plutôt une longue traînée d’informations mises à la disposition par chacun qui y est branché.

30La définition rejetée appartient donc à l’interlocuteur, alors que le locuteur revendique le prédicat valable universellement : en termes de grounding, le locuteur – absent de la scène cognitive – est construit de manière subjective, alors que l’interlocuteur l’est de manière objective.

4.4 Portée immédiate

31La quatrième variante concerne la limitation de la prédication d’être à une portée immédiate ou immediate scope :

Within the expression’s maximal scope (MS) we can thus distinguish a restricted immediate scope (IS) comprising the onstage region (the general locus of attention). (Langacker 1991a : 50)

32En grammaire langackerienne, l’analyse en termes de portée immédiate décrit surtout des phénomènes liés au temps et au mode verbaux ou à des mécanismes locatifs (Langacker 1999a : 60-61 et 220-230 respectivement). Nous croyons cependant que la restriction de portée peut restreindre l’angle de vue prédicationnel d’une façon analogue, mais non modale ou locative. Le schéma de base de restriction de portée est représenté graphiquement dans le Tableau 6. Pour ce schéma général nous avons relevé plusieurs sous-types.

Tableau 6 : Relation d’équivalence – Schéma conceptuel être dans portée immédiate

33(i.1) La validité de la prédication peut être liée à une communauté limitée, notamment une communauté d’experts ou d’utilisateurs Internet. Typiquement, c’est le groupe nominal prépositionnel pour/voor + nom humain (i.1) qui marque la zone réduite à l’intérieur de laquelle fonctionne la prédication. Qu’une prédication soit valable à l’intérieur de la portée immédiate peut impliquer deux choses : soit la prédication est valable à l’intérieur de la portée maximale ou maximal scope, soit cela n’est pas le cas. Dans ce dernier cas, une autre conception ou définition d’Internet pourrait alors circuler hors de la sous-communauté Internet mentionnée, telle qu’elle n’admet pas le definiens agissant dans IS. Le definiens des exemples (19) et (20) fournit par ailleurs une restriction adjectivale (absolute / absolu dans (19)) ou adverbiale (slechts / ne… que dans (20)) qui a une double fonction. Là où le caractère absolu du definiens renforce la valeur universalisante de la prédication, la limitation adverbiale slechts réduit une prédication autre plus radicale. L’insertion d’une prédication dans une portée immédiate consisterait alors respectivement à éviter une généralisation du definiens (exemple (19)) ou une définition jugée trop vaste ou trop forte (exemple (20)) au niveau du MS. L’objectif discursif d’un mécanisme de portée immédiate serait donc de laisser à l’interlocuteur une possibilité de négation du definiens proposé dans la prédication IS.

(19)

Voor mij is het het absolute nirvana. [947] / Pour moi, c’est le nirvana absolu.

(20)

Henk Boetzkes vult aan: "Voor ons is Internet slechts de basisinfrastruktuur. [439] / Pour nous Internet n’est que l’infrastructure de base.

  • 18 Un effet accessoire au niveau du grounding consiste à dresser différents espaces : la troisième pe (...)

34(i.2) Un phénomène semblable consiste à attribuer la prédication définitionnelle à une autre instance d’énonciation. Typiquement, cette instance est donnée comme sujet d’un verbe principal (par exemple un verbe d’affirmation comme dans (21)) introduisant dans la subordonnée complétive objet la prédication définitionnelle même. C’est le sujet de la principale (trajector 1 primaire) qui construit alors le domaine de la portée immédiate dans la subordonnée (landmark 1 primaire). C’est à l’intérieur de ce landmark que se crée une seconde prédication avec une prédication définitionnelle secondaire trajector 2 – être - landmark 2. Là où (21) ne nous permet pas d’évaluer si la prédication subordonnée est valable au niveau de la portée maximale, l’emploi d’un verbe tel qu’oublier (dans (22)) fonctionne, de façon analogue, mais différente pour ce qui est du contenu de la portée: la prédication principale met alors sur pied une portée immédiate, mais la prédication subordonnée constitue la prédication qui vaut à l’extérieur de cette prédication (Achard 1998 : 188-189). On en infère soit que IS reste vide, soit qu’à l’intérieur d’IS circule une autre prédication que celle exprimée dans la subordonnée complétive. Le sémantisme du verbe principal impose dès lors, malgré un schéma conceptuel analogue au premier cas décrit, l’attribution de la prédication définitionnelle subordonnée à la portée immédiate ou maximale18.

(21)

On dit d' Internet qu'il est «la mère de tous les réseaux». [93]

(22)

Ze vergeten dat het Internet een spiegel van de ware wereld is. [371] / Ils oublient que l’Internet est un miroir du vrai monde.

35Dans le Tableau 7 nous visualisons le rôle de la complémentation ou subordination. L’étendue de la prédication définitionnelle est indiquée par la zone hachurée.

Tableau 7 : Relation d’équivalence – Schéma conceptuel être avec subordination – dire que et oublier que

  • 19 Il existe d’autres mises en valeurs temporelles partielles de l’histoire du concept à définir en d (...)
  • 20 De même, l’exemple néerlandais utilise le onvoltooid verleden tijd, et non le voltooid tegenwoordi (...)

36(ii) Les sous-variantes de portée immédiate se jouent à l’intérieur d’un présent, comme la très grande majorité des cas que nous avons analysés jusqu’à présent. Une seconde stratégie conceptuelle vise à attribuer une définition à une phase bien précise du développement du definiendum. Si l’indicatif présent, par la valeur imperfective du verbe être, a une validité à n’importe quel moment du modèle épistémique, l’emploi (ii.1) d’un complément circonstanciel de temps (momenteel dans (23)) réduit la validité de la prédication au présent, en excluant passé et futur. Si la définition est attribuée au passé19, l’on utilisera, afin de maintenir l’aspect imperfectif, (ii.2) un indicatif imparfait20. Dans les deux exemples (24) et (25) de notre corpus, c’est aux origines du definiendum que l’on renvoie. Une définition au passé exclut la validité de cette définition au moment du présent. La définition actuelle peut d’ailleurs aussi bien se trouver dans le prolongement de cette définition initiale que s’en démarquer fondamentalement. Nous ne détaillons pas ces deux cas. Nous nous limitons à indiquer que la référence à une définition passée appelle automatiquement l’existence d’une définition autre au présent. Nous représentons dans le Tableau 8 les cas de restriction de l’indicatif présent (partie supérieure du schéma) et d’indicatif imparfait avec mention des origines (partie inférieure du schéma). La majuscule G marque le ground, qui coïncide avec l’indicatif présent et se situe à droite sur l’axe temporel par rapport à l’indicatif imparfait. Que le definiendum représente un certain landmark à un moment particulier de l’histoire ne signifie par ailleurs pas automatiquement que cette valeur soit valable en dehors de l’immediate scope. Il est donc possible qu’en dehors de cette portée immédiate un autre landmark soit valable.

Tableau 8 : Relation d’équivalence – Schéma conceptuel être avec portée immédiate temporelle

(23)

Momenteel is het Internet echter de aangewezen manier om te hacken, omdat het relatief nieuw is, en er dus veel gaten in zijn veiligheid zitten. [384] / Actuellement l’internet est la manière indiquée de fouiner, parce qu’il est relativement nouveau [sic], et qu’il y a donc beaucoup de trous dans sa sécurité.

(24)

Internet était, à l'origine, un réseau reliant les universités de la terre entière. [121]

(25)

Het Internet was oorspronkelijk een gemeenschap van academici en hoofdzakelijk militaire onderzoekers. [399] / L’internet était originairement une communauté d’universitaires et principalement de chercheurs militaires.

37L’exemple suivant constitue un cas intéressant : suite à une digression sur les origines historiques d’Internet, la définition du definiendum s’inspire des origines militaires du réseau. Cette définition faisant écho aux origines du phénomène – marquées par dus (donc) – est présentée comme l’essence d’Internet à l’aide de l’adverbe de modalité eigenlijk, que van Dale (2000) définit de la manière suivante : naar het wezen (m.n. tegenover wat het schijnt).

(26)

Eigenlijk is het Internet dus een uit de hand gelopen militair netwerk. [319] / En fait, l’Internet est donc un réseau militaire dégénéré.

  • 21 Il convient de ne pas confondre ici la définition classique essentielle d’un concept avec la repré (...)

38Le rôle de cet adverbe de modalité est double : il appelle l’existence d’une autre définition, moins essentielle et, d’autre part, la portée immédiate dessine l’espace plus limité de l’essence d’un concept21. Si cette relation se combine avec le cas de figure de portée immédiate « origines », apparaissent alors trois landmarks : dans un premier temps le lm1 lié aux origines (passé), le lm2 qui est associé à ce premier comme une suite logique au moment présent de l’énonciation, et le lm3 implicite qui ne marque que l’apparence non essentielle du concept.

5. Bilan

39La structure interne du verbe être est loin d’être unitaire dans la définition en langue naturelle. Notre analyse a révélé l’existence de quatre variantes, représentant à leur tour des sous-variantes plus raffinées. Le verbe être se montre alors un verbe qui est à son tour maximalement éclaté. Le tableau ci-dessous représente de manière synoptique la variation pour ce seul verbe. Etant donné que les constellations détaillées ne figurent bien souvent qu’une seule fois dans notre corpus, nous n’avons pas prévu un traitement quantitatif pour cette typologie.

Variantes être

1. être indubitable ou véritable

2. ne pas être (un)

3. co-existence de deux landmarks

(i) équivalence de deux landmarks

(i.1) deux landmarks explicites

(i.2) un landmark explicite et un landmark implicite

(i.2.1) (lm1) aussi (lm2)

(i.2.2) (lm1) bovendien lm2

(ii) priorité d’un lm sur un autre

(ii.1) être meer (nog) dan lm1s lm2p

(ii.2) être avant tout lm1p [lm2s]

(ii.3) être (bien) plus que lm1s [lm2p]

(iii) non x mais bien y

(iii.1) être non plus x mais bien y

(iii.2) être non plus x depuis longtemps mais bien y

(iv) non x plutôt y

4. prédication à portée immédiate

(i) communauté

(i.1) pour / voor + nom humain

(i.2) subordination tr1 verbe lm1(tr2 être lm2)

(i.2.1) dire

(i.2.2) oublier

(ii) phase développement I

(ii.1) présent (momenteel)

(ii.2) imparfait + origines

(ii.2.1) imparfait + origines / eigenlijkdus présent

Tableau 9 : Relation d’équivalence
Variantes et sous-variantes pour la relation d’équivalence être

40Revenons-en à l’idée de départ: dans la définition aristotélicienne, le definiendum est relié à son definiens par un verbe copule qui répond à la question Est-ce que X est Y ? – X est Y ou X n’est pas Y. L’uniformité de cette question nous paraît à présent problématique ; le raisonnement suivant d’Eco (1997) s’avère valable :

L’être est avant même que l’on en parle. Mais ce n’est qu’en parlant de lui, et seulement ainsi, que l’évidence indépassable qu’il constitue peut se faire problématique (Eco 1999 : 33).

41Nous trouvons une réponse à cette problématique auprès d’Aristote même : l’être s’exprime de multiples façons (léghetaï mèn pollachôs). C’est en décomposant la stratification de comment se dit cet être que l’on découvre la multiplicité de l’être dans la langue, avec toutes ses variations : être se défait en autant de perspectives alternatives, par le biais de ce qui est indubitable ou véritable, par ce qui est nié ou par les limites qu’impose une portée immédiate temporelle ou autre. Nous avons décrit une partie de cette complexité sémantique, qui vient se répercuter sur la description de la langue : « L’être, en tant que pensable, se présente à nous, depuis le début, comme un effet de langue. » (Eco 1999 : 36). Une conclusion majeure de notre étude serait alors la suivante : être, relation d’équivalence verbale, est loin d’être le seul élément en jeu dans la définition. Sur ce verbe se greffent fréquemment des ajouts sémantiques non verbaux, qui enrichissent conceptuellement cette relation. Si toute définition peut dès lors se lire conceptuellement comme l’ensemble definiendum + relation d’équivalence + definiens, la relation verbale et ses ajouts conceptuels décrits ci-dessus contribuent à la structure conceptuelle de la définition.

Haut de page

Bibliographie

Achard, M. 1998. Representation of Cognitive Structures. Syntax and Semantics of French Sentential Complements. Berlin - New York: Mouton de Gruyter (Cognitive Linguistics Research, 11).

Barnbrook, G. 2002 Defining Language. A Local Grammar of Definition Sentences. Amsterdam / Philadelphia: John Benjamins (Studies in Corpus Linguistics).

Chaurand, J. & F. Mazière (éds) 1990 La définition. Actes du Colloque organisé par le CELEX de l'Université Paris-Nord à Paris, les 18 et 19 novembre 1988. Paris: Larousse (Langue et langage).

Eco, U. 1999 Kant et l'ornithorynque. Paris: Grasset (Livre de Poche, 15026).

Fauconnier, G. 1994 Mental Spaces: Aspects of Meaning Construction in Natural Language. Cambridge (Mass.): Cambridge University Press.

Grevisse, M. 1980 Bon Usage. Gembloux: Duculot.

Langacker, R. W. 1987 Foundations of cognitive grammar. Volume 1: Theoretical Prerequisites. Stanford: Stanford University Press.

Langacker, R. W. 1991a Concept, Image, and Symbol: The Cognitive Basis of Grammar. Berlin / New York: Mouton de Gruyter (Cognitive Linguistics Research, 1).

Langacker, R. W. 1991b Foundations of cognitive grammar. Volume 2: Descriptive applications. Stanford: Stanford University Press.

Robinson, R. 1962 Definition. Oxford: Clarendon Press.

Riegel, M., J.-C. Pellat & R. Rioul 1994 Grammaire méthodique du français. Paris: Presses Universitaires de France.

Sambre, P. 2002 To be or not to be. Cognitief semantische schets van definiërende equivalentierelaties met koppelwerkwoorden in natuurlijke taal. In: Communicatief bekeken. Liber Amicorum Stijn Verrept par R. Haest, L. Van Waes & D. Decaluwé (éds). Leuven: Acco, 140-147.

Sambre, P. 2005a Equivalence relations in natural definition: from scanning to conceptual integration: a Dutch-French perspective. In: Modelling thought and constructing meaning: cognitive models in interaction  par A. Baicchi et al. (éds.). Milan : Angeli, 137-146.

Sambre, P. 2005b Emergence et conceptualisation de la définition en langue naturelle. Une étude de cas sur Internet en néerlandais et en français. Thèse de doctorat, Département de Linguistique, Université Catholique de Louvain (KUL).

Van Dale 2000 Van Dale Groot Woordenboek der Nederlandse taal, versie 1.0 Plus op basis van de 13de uitgave. Utrecht / Antwerpen: Van Dale Lexicografie.

Viskil, E. 1994 Definiëren. Een bijdrage tot de theorievorming over het opstellen van definities. Thèse de doctorat, IFOTT, Université d’Amsterdam.

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier vivement L. Melis (Louvain), S. Bonnefille (Tours) et J.-R. Lapaire (Bordeaux) de leurs conseils et suggestions. Nous assumons la pleine responsabilité d’erreurs éventuelles.

2 La dénomination dans le troisième exemple n’est pas causée par le verbe copule mais par le contenu du definiens (naam van), dont nous faisons abstraction dans la présente description de la relation d’équivalence. Le numéro entre crochets indique le code unique de notre corpus global.

3 L’effet universalisant de la prédication définitionnelle est renforcé, dans l’exemple [458], par l’indication d’un espace générique er. Er est la contrepartie néerlandaise du cadre abstrait (Langacker 1991 : 352-353) dans laquelle se profile une partie de cette relation imperfective. Contrairement à l’exemple de Langacker, où there dresse un espace pour la prédication totale, le setting abstrait there apparaît ici dans la relative accompagnant le definiens lm nominal.

4 Langacker (1991c : 66) inverse le rapport entre trajector et landmark. L’entité profilée par le nom sujet est landmark, alors que le trajector indique schématiquement le lien type. Il est évident que le scanning de la prédication contient trois phases. En premier lieu, le sujet donne le definiendum comme trajector. En deuxième lieu, le verbe enchaîne en indiquant une relation statique profilée temporellement. En troisième lieu, lors du passage à l’attribut du sujet, le trajector initial devient landmark-instance et la relation type reprend une saillance plus forte par rapport à ce trajector initial, devient à son tout trajector (final) et relègue l’élément saillant primaire initial à l’arrière-plan. Pour des raisons d’économie, nous ne reprendrons pas, dans les représentations graphiques, ce glissement d’un trajector initial vers un trajector final. Nous nous intéresserons surtout ici au statut des fonctions sémantiques associées aux positions syntaxiques et à la façon dont cette relation est instaurée et affectée par la prédication verbale mise en chantier par la relation d’équivalence.

5 Pour cette matrice, voir Sambre (2005b : ch. 11.1.2).

6 Langacker avance ce modèle dans le contexte descriptif de la modalité et du temps verbaux. Son analyse est basée surtout sur la morphologie verbale. Il est évident que d’autres éléments linguistiques, tels que des adverbes ou des adjectifs, peuvent rendre des marques modales mais celles-ci ne sont pas explicitement mentionnées ou traitées par Langacker.

7 Par réalité on n’entend pas la réalité référentielle mais la représentation conceptuelle de cette réalité dans l’esprit d’un conceptualisateur.

8 Vu que tout acte de langage requiert une certaine durée d’énonciation, le ground possède un profil temporel d’une certaine durée, mais cette donnée  n’est pas indispensable à la bonne compréhension de notre exposé.

9 Afin de simplifier la représentation graphique et vu la stabilité de la relation trajector-landmark, nous ne représentons qu’une seule fois cette relation à l’intérieur de la réalité connue. L’adjectif potentiel n’est pas repris dans le schéma conceptuel.

10 Sont analysés ici le fonctionnement du verbe copule en relation avec sa négation. La subordonnée relative contient un conditionnel qui attribue l’affirmation de cette subordonnée à un espace hypothétique, qui est éventuellement le reflet d’une instance polyphonique autre que celle du conceptualisateur. Nous ne tiendrons pas compte de l’information conceptuelle fournie par cette subordonnée relative étant donné qu’elle appartient au definiens et non à la prédication verbale que nous décrivons ici.

11 On pourrait considérer la négation comme cas intermédiaire entre le schéma standard et la troisième variante, dans le sens où la négation crée une présupposition sur l’existence d’un second landmark, sans que celui-ci soit explicité.

12 Les éléments nog et bien renforcent les expressions meer dan et plus que respectivement. C’est pourquoi nous les mettons entre parenthèses.

13 Cet exemple contient une nuance sémantique additionnelle : la primauté du landmark est renforcée par le fait que ce landmark est donné en première position d’un point de vue discursif linéaire. Dans la représentation graphique, les landmarks primaire (lmp) et secondaire (lms) seront en outre marqués par des lignes plus et moins épaisses.

14 Pour l’exemple (11), nous rétablissons la phrase sans inversion : Het Internet is meer nog dan een computernetwerk een subcultuur. L’inversion n’aurait des répercussions conceptuelles que si l’on tenait compte de la compositionnalité de chaque sous-ensemble de la prédication globale par rapport à l’ensemble de cette prédication.

15 Dans les schémas conceptuels, l’absence linguistique d’une entité est marquée par une case vide.

16 Dans l’exemple (15), la caractérisation actuelle du definiendum ne constitue cependant pas une définition explicite.

17 Ce mécanisme diffère du cas avec un seul landmark nié, où le landmark ne reçoit donc pas de caractérisation positive.

18 Un effet accessoire au niveau du grounding consiste à dresser différents espaces : la troisième personne, opposée à la première et à la deuxième personne. S’ils oublient, eux, que telle définition est valable, il s’ensuit que le moi (journaliste ou l’instance d’énonciation, telle que l’interviewé) et le vous (lecteur) ne l’oublient pas. La définition appartient, par le jeu déictique, au maximal scope du conceptualisateur et, de ce fait, au common ground.

19 Il existe d’autres mises en valeurs temporelles partielles de l’histoire du concept à définir en dehors de cette perspective de rétrospection vers le passé. Pour une discussion des autres sous-types temporels au niveau du definiens (Sambre 2005b : 543-545).

20 De même, l’exemple néerlandais utilise le onvoltooid verleden tijd, et non le voltooid tegenwoordige tijd. Bien que ce dernier temps verbal soit techniquement possible, nous en déduisons que, du moins pour être, l’emploi du onvoltooid verleden tijd préserve par défaut le caractère imperfectif lié à l’emploi définitionnel d’être.

21 Il convient de ne pas confondre ici la définition classique essentielle d’un concept avec la représentation conceptuelle, en langue naturelle, d’un definiendum comme une entité essentielle. L’essence de l’adverbe de modalité n’a donc pas ici un statut logique, mais cognitif.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : Relation d’équivalence – Schéma conceptuel de base du verbe être.
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/120/img-1.png
Fichier image/png, 1,1k
Légende Tableau 2 : Relation d’équivalence – Schéma conceptuel élaboré du verbe Internet être un definiens
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/120/img-2.png
Fichier image/png, 5,4k
Légende Tableau 3 : Relation d’équivalence – Glissement périphérie-centre au sein de la réalité connue, avec variantes zonder twijfel/sans aucun doute et véritable
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/120/img-3.png
Fichier image/png, 6,2k
Légende Tableau 4 : Relation d’équivalence – Schéma conceptuel pour ne pas être (un)
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/120/img-4.png
Fichier image/png, 9,5k
Légende Tableau 5 : Relation d’équivalence – Schéma conceptuel être avec deux landmarks dont un prioritaire
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/120/img-5.png
Fichier image/png, 2,3k
Légende Tableau 6 : Relation d’équivalence – Schéma conceptuel être dans portée immédiate
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/120/img-6.png
Fichier image/png, 607 octets
Légende Tableau 7 : Relation d’équivalence – Schéma conceptuel être avec subordination – dire que et oublier que
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/120/img-7.png
Fichier image/png, 7,5k
Légende Tableau 8 : Relation d’équivalence – Schéma conceptuel être avec portée immédiate temporelle
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/120/img-8.png
Fichier image/png, 3,1k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Sambre, « Être dans tous ses états », CogniTextes [En ligne], Volume 1 | 2007, mis en ligne le 10 juin 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://cognitextes.revues.org/120 ; DOI : 10.4000/cognitextes.120

Haut de page

Auteur

Paul Sambre

Katholieke Universiteit Leuven & Lessius Hogeschool
Venneborglaan 161, 2100 Anvers, Belgique.
paul.sambre@lessius.eu

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo AFLiCo – Association française de linguistique cognitive
  • Les cahiers de Revues.org