Navigation – Plan du site

Le Nom et le Nombre

Entre grammaire cognitive et psychoméchanique du langage
Paulo de Carvalho

Résumés

"Number is the most underestimated of the grammatical categories. It is deceptively simple, and is much more interesting and varied than most linguists realise." Cette appréciation, tout à fait juste, que Greville Corbett avait placée, il n’y a guère, à l’ouverture de son ouvrage bien connu (Corbett 2000: 1), convient à merveille pour introduire les réflexions qu’on va lire. Celles-ci émanent d’un linguiste comparatiste, latiniste et romaniste, intervenant ici, il est bon de le préciser, en observateur extérieur à la problématique de la cognition en général, et à celle de la grammaire cognitive en particulier. Mais un observateur engagé tout de même, et, pourquoi le cacher, quelque peu intrigué par l’intérêt que manifestent certains tenants de la psychomécanique du langage, discipline à laquelle il se rattache lui-même, pour une démarche mentaliste où ils croient reconnaître certaines de leurs propres préoccupations.

"Number is the most underestimated of the grammatical categories. It is deceptively simple, and is much more interesting and varied than most linguists realise." This very accurate assessment, made not long ago by Greville Corbett in the opening lines of his seminal work (Corbett 2000: 1), is perfectly fitting to introduce the content of this article. The latter addresses the interest that some proponents of Gustave Guillaume’s “Psychomécanique du langage” (the author’s elected framework) have for a mentalist approach which matches some of their own concerns.

Haut de page

Texte intégral

1. Nom et nombre en grammaire cognitive

1Un des aspects de la grammaire cognitive qui la rend immédiatement, et éminemment, sympathique à un adepte de la psychomécanique guillaumienne est qu’elle valide, sans réserve, le noyau dur de l’antique théorie des "parties du discours", constitué par l’opposition du Nom au Verbe, qu’elle définit comme "profilant", respectivement, des "choses" et des "relations temporelles" (Taylor 2002 : 241). Sur cette base — et Guillaume ne voyait pas les choses autrement, c’est du reste l’attitude la plus communément répandue — le nombre est conçu comme une propriété des Noms et de ce à quoi ils font référence ; il ne se joue donc pas en syntaxe, à proprement parler — c’est-à-dire dans la construction d’une représentation discursive d’un certain état de choses — mais, en amont, au niveau de la reconnaissance et de la désignation des "choses" que l’être parlant est capable de "profiler".

2Ainsi le fonctionnement de la catégorie du nombre nominal apparaît clairement fondé, en grammaire cognitive, et c’est bien la moindre des choses, sur une faculté cognitive, qui est celle de savoir quantifier et compter. Or tout dans ce qui, dans le monde, s’offre à l’expérience humaine ne se prête pas à l’exercice de cette faculté : tout n’apparaît pas, en tout cas immédiatement, comptable. D’où la primauté reconnue, en grammaire cognitive, au contraste, pré-grammatical apparemment, de deux sortes de choses, celles qui se laissent compter, et qu’appréhendent les "count nouns", et celles, désignées par les "mass nouns", qui ne sont pas faites pour être dénombrées.

3Cette opposition est, ici, considérée comme si fondamentale, si déterminante, qu’elle va, in fine, conditionner la grammaire cognitive du nombre : pour celle-ci, la pluralisation n’est, en principe, de droit que pour les "count nouns", et d’autre part, mettre un nom au pluriel c’est en faire un "mass noun", un nom de masse. Autrement dit, pluraliser, ce serait construire la représentation d’une masse constituée par une quantité indéterminée de "cas particuliers" (angl. instances) ou "répliques" du type fourni par le radical nominal. C’est ce que résument les passages de Foundations I et II cités en (1)-(3) :

(1)

"The proposed characterization of the count / mass distinction accounts for the fact that only count nouns pluralize." (Langacker 1987: 204)

(2)

"Because PL is the profile determinant, the composite structure (the plural noun) designates a mass (unbounded region) consisting of indefinitely many instances of the type (T) supplied by he noun stem." (Langacker 1991: 77)

(3)

"Though plurals can only be formed on count nouns, plural themselves fall under the mass-noun category." (ibid.)

4Le problème est qu’en anglais, en français, en espagnol, en portugais, dans de nombreuses autres langues aussi, probablement, la forme de pluriel d’un nom est loin de produire toujours cet effet de "masse constituée par la "réplication" d’un nombre indéterminé d’éléments". R. Langacker est d’ailleurs le premier à le reconnaître, qui mentionne, non sans trahir un certain embarras, cf. (4), un certain nombre de substantifs qui, en anglais, ne se conçoivent, en principe, qu’au pluriel — ce sont, d’après une terminologie classique, des pluralia tantum —, bien qu’ils désignent des objets individuels (donc, "one instance" d’un type nominal). Il aurait pu, d’ailleurs, en citer beaucoup d’autres, qui intriguent d’autant plus qu’ils contrastent avec d’autres noms renvoyant à peu près au même domaine sémantique, et qui, eux, sont des singularia tantum, cf. (5) :

(4)

"Many “plural” nouns have a referent that is not divisible into clearly discrete components each capable of being labeled individually by the corresponding singular stem (if, indeed, there is such a stem): oats, guts, bowels, binoculars, pants, scissors, pliers, bleachers, catacombs, Pyrenees, Alps, woods, etc. In these expressions, the plural inflection assumes slightly different values that constitute semantic extension from its prototypical meaning. Roughly, it highlights the internal complexity of a unitary entity whose subparts are in some sense functionally equivalent but can either be delimited only arbitrarily or else do not occur (or serve any useful purpose) independently." (ibid. : les gras sont de l’auteur de cet article)

(5)

a.

athletics, astrophysics, ceramics, classics, ethics ("science of morals", "moral soudness"), economics, gymnastics, linguistics, mathematics, optics, phonetics, physics

vs.

b.

arithmetic, astronomy, biology, chemistry, ethic ("system of moral principles, rules of conduct", logic, music, philosophy, physic ("medicine", cf. take a good lot of physic) … (les gloses sont empruntées au Dictionary of current English de A. S. Hornby, Oxford Advanced, 7e tirage, 1977)

5D’autre part, l’observation du fonctionnement du nombre dans un très grand nombre de langues appartenant à divers horizons linguistiques ne va pas précisément dans le sens de Langacker : un peu partout, la tendance à “marquer” le nom comme pluriel semble aller de pair avec le degré d’individualisation, et en particulier d’individualisation “animée”, que manifeste le référent (Corbett, 2000, 14-15). Dans ces conditions, il serait pour le moins paradoxal que le marquage du nombre eût précisément une fonction de “désindividualisation”.

6Un autre point fait problème dans la théorie du nombre grammatical exposée dans Foundations II : le comportement, par rapport au nombre grammatical, des mass nouns, dont la définition, donnée dans Foundations I, est toute négative, cf. (6) :

(6)

"A count noun designates a region that is specifically construed as being bounded within the scope of predication in a primary domain. By contrast, a mass noun designates a region that is not so construed." (Langacker 1987: 203)

7Il se trouve que, dans les langues de notre horizon proche, les "noms de masse" ne sont pas si rétifs que cela à la pluralisation. Pour l’anglais, on peut renvoyer, en (7), à la Philosophy of Grammar d’Otto Jespersen, où la difficulté est déjà signalée, ainsi qu’à la Cognitive Grammar de Taylor, pour les exemples et, surtout, pour la reformulation, irréfutable, et en fin de compte, assez subversive qu’il propose. En (8) sont rassemblés quelques exemples français, empruntés pour la plupart à Furukawa(1977: 164) :

(7)

a.

"As there is no separate grammatical “common-number”, languages must in the case of mass-words choose one of the two existing formal numbers : either the singuler… or the plural, e. g. victuals, dregs, lees-proceeds, belongings, sweepings-measles, rickets, throes and such colloquial names of unpleasant states of mind as the blues, creeps "chair de poule", sulks "bouderie", etc." (Jespersen 1924: 198)

b.

"The count-mass distinction is a prominent feature of English and many other languages (though by no means all). Perhaps the basic manifestation of the distinction concerns the possibility of a noun’s occurring in the singular and/or plural form : cat ~ cats, car ~ cars, symphony ~ symphonies. Mass nouns are generally thought of as nouns which occur exclusively in the singular : meat ~ *meats, traffic ~ *traffics, music ~ *musics. There exists, however, a smaller group of nouns which occur only in the plural : clothes ~ *clothe, oats ~ *oat, groceries ~ *grocery. These share some of the conceptual and syntactic properties of the singular mass nouns. The appropriate generalization with respect to mass nouns, however, is not so much that mass nouns fail to pluralize, but that they fail to exhibit the singular-plural contrast." (Taylor 2002: 367 : les gras sont de l’auteur cité, les soulignés, de l’auteur du présent article).

c.

"In fact, it may not be too outrageous to suggest that just about any noun — some more readily than others, to be sure — can, under special circumstances, be used as either count or mass." (Taylor2002 : 378).

(8)

a.

les ténèbres, ptg. as trevas, esp. las tinieblas, lat. tenebrae.

b.

Elle est à Bourges, là-haut, dans les brumes du Nord (Pagnol)

c.

Les brouillards qui perturbaient le trafic ce matin ont maintenant disparu. (radio)

d.

…les Parisiens qui emprunteront la voie des airs le feront surtout à destination du soleil et des rivages méditerranéens (radio)

e.

Napoléon était alors empêtré dans les neiges de Russie. (Henriot)

f.

les eaux territoriales d'un État

g.

Dans la région de Dacca, les eaux baissent… Les eaux ont submergé une ville entière (radio)

h.

Les temps sont durs.

i.

Enfin, j’ai rêvé que j’étais bourreau : ma famille, l’étant de père en fils depuis des temps immémoriaux, m’y poussait (interview radiophonique, d’après Furukawa, 170).

8En latin, comme on l’a montré ailleurs (De Carvalho 1970 ; 1993) la pluralisation des substantifs définissables comme des "mass nouns" est extrêmement banale : "boire du vin" se dit, en latin, avec le pluriel du nom de la substance, vina bibere. Décrivant l’activité des abeilles, Virgile dit, dans les Géorgiques (4,57) qu’elles recentis /excudunt ceras et mella tenacia fingunt "elles façonnent la cire fraîche et pétrissent le miel consistant" — et là encore les noms de la cire et du miel sont au pluriel. L’historien Tite-Live, de son côté, à la même époque, utilise souvent, comme d’autres auteurs, le pluriel aquae pour faire référence à des périodes pluvieuses. Enfin c’est pour exprimer son indignation à propos de son époque que Cicéron a prononcé, au pluriel, le célèbre tempora, o mores ! "quelle époque, quelles pratiques", alors qu’Horace a employé le pluriel pour évoquer "la fuite du temps". Cf. (9) :

(9)

a.

… arte recentis / excudunt ceras et mella tenacia fingunt (Verg. G. 4, 55-56)

avec art fraîche [pl.] / elles façonnent la cire [pl.] et le miel consistant elles pétrissent

b.

aquae magnae bis eo anno fuerunt (Liv. 24,9,6)

des eaux, en grande quantité, deux fois, cette année-là, il y eut

c.

O tempora, o mores ! (Cic. Cat. 1,2)

quelle époque, quelles pratiques !

d.

annorum series et fuga temporum (Hor. Carm. 3, 1, 32)

des années l’enchaînement et la fuite des temps

9On aura sans doute déjà compris que de tels emplois du pluriel ont quelque chose à voir avec le "pluriel interne" de Guillaume — notion qui n’a sans doute pas traversé l’Atlantique. On y viendra dans un moment. Car il reste encore, à examiner, deux autres propositions de la grammaire cognitive. La première soutient que, dans un système opposant le singulier au pluriel, comme celui de l’anglais ou des langues de notre horizon proche, "il est naturel que le singulier soit le terme non marqué" (Foundations 2: 74), dans la mesure où "la conception d’un cas unique est plus simple que celle qui renferme plusieurs cas", cf. (10) :

(10)

"It is natural that in the first kind of system it should be the singular that is left unmarked. This relationship between the singular and plural forms is iconic to their semantic relationship in two respects : first, the conception of a single instance is simpler than one encompassing multiple instances ; second, and more significantly, the conception of a single instance is the basis for constructing the more complex notion, which is obtained by replicating this instance conception an indefinite number of times." (Langacker 1991: 74).

  • 1  Pour des exemples d’autres langues non-indo-européennes, cf. Corbett 2000: 17-18 ; 181.

10C’est l’évidence même — du moins du point de vue des grandes langues indo-européennes occidentales modernes : n’apprend-on pas, dans nos écoles, à "mettre un nom au pluriel" — plutôt que le contraire ? Et pourtant, dans des langues qui ne sont pas vraiment exotiques pour nous, certains faits donnent à penser que le singulier ne paraît pas toujours si "naturel" : en breton, et d’autres langues celtiques, en arabe aussi, pour m’en tenir à ces deux exemples1, un certain nombre de notions nominales doivent faire l’objet d’un processus de singularisation, dûment signifié comme tel — par un morphème dit "singulatif" —, avant de pouvoir être véritablement "pluralisées". Cf. les exemples bretons de (11), empruntés à Desbordes, 1990: 27-28 et Favereau 1997: 50-53, et ceux, arabes, de (12), trouvés dans la Grammaire de l’arabe de Gérard Lecompte ("Que sais-je", 1980) :

(11)

a.

ed “céréale” singulatif ed-enn “(un) grain de blé”

b.

gwez “arbre en nombre, non individué” singulatif gwez-enn “unité arbre, un arbre” (fém.) pl. gwezennoù "<quelques> arbres"

c.

gwer “verre (matière) werren win “un verre de vin”

d.

greun “grain en nombre, non individué” singulatif greunenn “une graine” (fém.) pl. greunennoù "quelques grains"

e.

ster ~stered” ster-enn ∞ steredenn singulatifs, “(une) étoile” steredennoù "filles coquettes" (Favereau)

f.

plant singulatif plantenn "une plante" plantennoù "plants (plantes) diverses" (Favereau1997: 53).

g.

istr istrenn "une huître" istrennoù, "(quelques) huîtres".

(12)

a.

namlun namlatun, "fém.", "une fourmi"

b.

dajajun "volailles" dajajatun "une poule, dajajatu "des poules"

11Il n’est certes pas facile de caractériser l’état initial de ces noms. Les grammaires du breton parlent, à leur propos, de "collectif, généralement traité comme pluriel", en précisant qu’il s’agit, souvent, d’ "anciens pluriels" (Favereau1997: 50). Ce dernier ajoute (p. 51) que "les vrais singulatifs (environ 4% des substantifs) désignent une unité extraite d’un tout ou d’un ensemble", et qu’ "ils se rapportent souvent à la nature, surtout la flore (arbres, plantes), mais aussi la faune (petits animaux, insectes, coquillages". Il faut croire que, du point de vue du breton, l’individualité de ce qui est, pour nous, "une huître", ne va pas vraiment de soi… Mais l’important, pour mon propos, est aussi ce traitement morphologique individualisant, au moyen d’un suffixe, qui fait passer le nom au genre "féminin" . Voilà qui rappelle un phénomène bien connu de l’évolution du latin au roman, à savoir la réinterprétation d’anciens pluriels neutres latins en singuliers féminins folia-foliorum neutre pl. > folia-ae sing. féminin > fr. feuille, etc.

12Enfin, R. Langacker a dû affronter — comme tout le monde, pourrait-on dire — la question de l’ambiguïté du singulier grammatical, dont l’emploi, un peu partout, est loin de correspondre à la perception d’une occurrence individuelle de l’entité représentée par le lexème nominal. C’est, d’ailleurs, ce qui a conduit plusieurs linguistes, depuis la fin du 19siècle, à forger des concepts permettant d’appréhender la capacité du singulier grammatical de transcender l’opposition "unité" vs "multiplicité" : "omniel" (Michel Bréal1882), "nombre commun", "singulier générique" (Jespersen 1924: 198), "non nombre, exprimé le plus souvent par le singulier" (B. Pottier 1974: 214). Dans son livre sur le nombre, Greville Corbett accueille la notion de "nombre général", exprimée par le singulier grammatical, et même il en fait le critère d’une "typologie partielle" (2000, 9). Et c’est aussi ce "nombre général" que Claire Blanche-Benveniste, étudiant le singulier et la pluriel en français contemporain (BSLP 99: 2004), illustre, au passage, par l’exemple du turc. Ce n’était pas tout à fait l’opinion d’une spécialiste (Gündüz 2000: 332), qui préférait parler, sans doute à juste titre, de "non pluriel", en expliquant que dans cette langue "le pluriel n’est marqué que lorsque le caractère discret des occurrences est saillant". Cf. les exemples (13), interprétés d’après Gündüz — avec, dans (d), l’alternance, remarquable, dans la même phrase, entre absence et présence du pluriel :

(13)

a.

Patates

kaç-a ?

pomme de terre Ø Pl

combien-Dir

‘les pommes de terre <sont à> combien ?’

b.

Zarf

al-dim

enveloppe Ø Pl

acheter-Pft1sg

‘J’ai acheté une/des enveloppes’

c.

dolap-ta

domates

var

placard-Loc

tomate-Ø-Pl

existant

‘Dans le placard, il y a des tomates.’

d.

patates

düs-ür-dü-m

her

taraf-a

pomme de terre Ø Pl

tomber

Caus

chaque côté-Dir

patates-ler

saç-ı

pomme de terre Pl

se répandre

‘j’ai fait tomber des pommes de terre, il y avait des pommes de terre éparpillées partout.’

13En réalité, comme on va le voir, il n’y a pas que le turc qui soit dans ce cas ; nous verrons aussi, par la même occasion, ce qu’il en est de cette "saillance".

14Or quelle solution la grammaire cognitive propose-t-elle pour ce problème ? Franchement, ce n’est pas très clair. On pourrait être tenté, dans ce cadre, de demander la réponse à la notion de type, qui est, comme on sait, pour R. Langacker (1991: 75), l’un des deux contenus sémantiques qu’il faudrait distinguer sous le singulier grammatical, en dépit de leur identité formelle. Malheureusement, dans la conception développée par Langacker, "type" s’oppose à "instance" comme le virtuel à l’actuel : on n’est pas bien loin de l’opposition guillaumienne "nom en langue" vs "nom en discours. En tout cas on ne voit pas comment rendre compte en termes de "type" du singulier des exemples (13).

2. Le nombre en psychomécanique du langage

15La réflexion sur le nombre grammatical est constamment, et même essentiellement, liée, dans la pensée de Guillaume — presque comme un sous-produit — à sa théorie de la prédétermination nominale, autrement dit au système des articles français. Cette association se fait très explicitement dès 1919, dans le Problème de l’article, où apparaissait, déjà, la notion de "pluriel interne". Analysant la forme de pluriel, aujourd’hui disparue, du mot traditionnellement nommé "article indéfini", c’est-à-dire uns, en français médiéval, Guillaume écrivait ceci, cf. (14) :

(14)

"L’article uns — Cet article représente un procédé aujourd’hui disparu qu’on pourrait appeler le pluriel interne, et qui consiste à tenir pour unité mentale certains ensembles de choses dont l’esprit possède une image permanente, quitte à indiquer par le signe de pluriel s qu’à l’intérieur de cette unité mentale il y a plusieurs objets. C’est ainsi qu’on a dit unes cornes pour traduire que l’image qui s’élève du fond de l’esprit au prononcé du mot cornes est une image complexe où il y a deux cornes." (Guillaume 1919: 57)

16Or la liaison entre le mécanisme du nombre et celui qui génère les articles n’a fait, par la suite, que s’affermir, et s’approfondir, dans la pensée de Guillaume, si bien que dans le dernier des trois grands textes consacrés, entre 1943 et 1945, à l’article français est clairement affirmée "la similitude psychomécanique" du système de l’article et de celui du nombre : "L’affinité profonde de la catégorie du nombre et de celle de l’article ressort avec évidence de leur similitude psychomécanique" (Guillaume 1964 : 168). Et cette similitude consiste en ce que, dans les deux cas, mais à des niveaux différents, se déploie la mobilité de l’esprit humain entre les deux pôles opposés que sont, dans le système du nombre, le singulier, ou particulier, et le pluriel, ou universel. C’est ce qui est figuré en Figure 1, qui reproduit, en le simplifiant, la représentation schématique, d’ailleurs bien connue, de Guillaume 1964 : 169 :

Agrandir

Figure 1

17Naturellement, cette présentation est confortée par l’identité du vocable affecté à la position centrale : en français et dans les langues romanes en général, c’est le même mot qui assure l’expression de la position S aux deux niveaux : fr. un / une, signifiant, en tant que numéral, de l’unité matérielle et, en tant qu’article "indéfini", de l’unité mentale.

18Il apparaît donc — c’était le sens de ce rappel — que la théorisation du nombre ne résulte pas, chez Guillaume, de la prise en considération des propriétés matérielles des référents. En ce sens, elle n’est pas "réaliste" ; elle serait, mais à sa manière, plutôt "cognitiviste" avant la lettre, puisqu’il est d’emblée fait référence au fonctionnement de la pensée humaine, et en particulier à la faculté, non de savoir compter, mais de concevoir le contraste entre singulier et pluriel ainsi que sa propre capacité de se mouvoir de l’un à l’autre, et vice versa.

  • 2  Attesté dans certaines langues austronésiennes, exemples du mwtolap (Vanuatu) Ex. duel na-ha-yô “l (...)

19C’est dans ce cadre que Guillaume va évoquer, au passage, certaines configurations particulières du "pluriel interne" telles, selon lui, que le duel existant dans certaines langues, voire, à l’occasion, le triel2. Il faut ici signaler une difficulté, sur laquelle Guillaume ne s’est jamais expliqué, et que l’orthodoxie guillaumienne n’a jamais, que l’on sache, su ou voulu relever : n’y a-t-il pas contradiction à définir, d’un côté, le "pluriel interne" comme produit par une réduction du nombre à l’unité, et, de l’autre, à y intégrer le duel et le triel, notions qui, sauf erreur, supposent acquise l’unité ?

20Voilà, c’est à peu près tout ce que l’on trouve, sous de multiples variations, sur le nombre grammatical dans les écrits et leçons de Guillaume. Une chose est claire, en tout cas : à ses yeux (cf. Leçons, 12, 96, de 1938), le "pluriel interne" n’est plus, dans nos langues, qu’un cas de "résistance à la définition du singulier", un "singulier imparfait" ; en tant que tel il constitue une catégorie résiduelle, dépassée, "dans l’évolution structurale des langues", par les progrès de la "faculté d’abstraire" (Guillaume 1964: 172 = texte de 1945). Au demeurant, on peut estimer que Guillaume est ici quelque peu réducteur : les exemples ne manquent pas, en français, et, à des degrés et sous des modalités diverses, dans les langues de notre proche horizon, d’un pluriel non multiplicatif correspondant parfaitement à sa "pluralité interne" et disposant, parfois, d’une morphologie spécifique. Cf., d’une part, les exemples donnés en (8), ainsi que ceux de (17) et (18) ci-après, qui illustrent des oppositions morphologiques bien connues, parfaitement interprétables selon le contraste "pluriel interne" vs "pluriel externe" :

  • 3  Sur ces faits, et d’autres du même ordre, voir De Carvalho 2005.

(17)

a.

fr. aieux "l’ensemble indiscriminé des ancêtres" vs aieuls "le père ou mère de mon père ou de ma mère, au pluriel", p.ex. J’ai encore mes deux aïeuls, j’ai le bonheur d’avoir trois aïeuls" (cf. Furukawa 1977 : 87-89)

b.

fr. cieux "l’espace “ciel” de l’expérience ordinaire déployé dans son étendue" vs ciels "l’objet artificiel, ou l’espace arbitrairement délimité, “ciel” pluralisé”, p. ex. le ciel de la Provence et celui de l’Italie sont bien différents des ciels de l’Angleterre et de l’Écosse (Littré), ce peintre réussit admirablement dans les ciels (Littré) d’autres exemples et référrences dans Furukawa 1977 : 79-84)

c.

fr. yeux "le couple d’organes assurant la fonction visuelle" vs œils "des objets individuels ayant la forme de l’organe, des personnes assurant une fonction visuelle", p. ex. œils (terme d’imprimerie, désignant la partie de la lettre qui fait relief sur le papier, ou terme de théâtre, désignant des orifices pratiqués dans le rideau de scène"), œils-de-bœuf, œils-de-perdrix ; je me suis aperçu que je n’avais dessiné que des œils gauches ; Rodriguez va être mon œil dans la salle Bouchut, je compte avoir des œils comme cela dans toutes les parties du service (exs. empruntés à Furukawa 1977 : 70-79).

(18)

a.

it. grido, masc. “cri”, pl. i gridi, masc. ("série de cris") vs pl. le [=pl. fém.] grida [=fém. sg.] "cris, hurlements ayant un sens précis, émis avec une intention particulière" (cf. Rochetti 1968)

b.

il muro, masc., “mur”, pl. i muri, masc. ("série de murs") vs pl. le mura, "l’ensemble des murs qui assurent la protectioin d’une forteresse" (Rochetti 1968 : 70)

c.

il filo, masc. “fil”, pl. i fili, masc. ("série de fils") vs pl. le fila "ensemble de fils formant une trame, un réseau", le fila di una congiura (Rochetti 1968 : 65)3.

21Cela dit, Guillaume avait bien reconnu, explicitement (dès 1938, cf. Leçons, 12, 45), qu’ "en fait une langue comme le français n’a que deux nombres linguistiques, singulier et pluriel"— ce qui est, finalement, conforme à la donnée morphologique de base. Toujours est-il que cette attention quasiment exclusive portée à son "pluriel interne" — dans la perspective, comme je l’ai montré, de la théorie de la prédétermination nominale — l’a empêché de proposer une véritable théorie du nombre, capable, notamment, de rendre compte de son fonctionnement grammatical, dans la production des énoncés.

3. Propositions

22Car tel est bien le problème : comment rendre compte du fonctionnement discursif de l’opposition grammaticale du singulier au pluriel, fonctionnement dont tout indique qu’il ne se ramène pas à refléter la quantité des référents nominaux. À ce problème ni la grammaire cognitive ni la psychomécanique issue de l’enseignement de Guillaume n’apportent, à mon avis, l’ombre d’une solution satisfaisante, qui permettait d’affronter les données, toujours particulières, que présentent les langues.

23Certes, il ne serait ni exact ni juste de prétendre que toutes les études du nombre grammatical ont toujours été dominées par une considération exclusive, et a priori, soit des propriétés matérielles des référents, soit des capacités logiques des êtres parlants. Ainsi, en décrivant le fonctionnement dans différentes langues de ce qu’il appelle, avec d’autres, le "nombre générique", Corbett (2000: 14) faisait état de conditions qui semblent favoriser, au contraire, la spécification du nombre comme non singulier, notamment le fait que le nom soit employé comme "topique" (vs "non topique"), ou qu’il apparaisse "défini" (vs "indéfini") , ou qu’il s’agisse d’une "première mention" (vs "mention subséquente"), etc. Mais ce sont là, semble-t-il, de conditions discursives au sens large, voire "pragmatiques". Ce que l’on entend montrer ici, au contraire, est que le fonctionnement du nombre grammatical se joue en syntaxe proprement dite, c’est-à-dire dans le processus de structuration syntaxique qui aboutit à des représentations d’événements sous forme de phrases.

  • 4  Comme d’ailleurs dans la vision panoramique du nombre à travers les langues du monde que propose C (...)

24Or il apparaît que, dans ce qui est proposé aussi bien en grammaire cognitive qu’en psychomécanique du langage4, il manque quelque chose, ou, pour être précis, il manque Quelqu’un. En effet, on parle, d’un côté, d’unique, ou multiple, de comptable, ou non comptable, et de l’autre, de particulier et de général, de pensée et de sa mobilité. Mais ces choses-là ne sont pas dans la nature : ce sont des concepts — et pour qu’il y ait des concepts il faut bien qu’il y ait un être ayant la faculté de les concevoir. En somme il y a … le locuteur, plus précisément la personne humaine, douée de langage, et capable, par conséquent, de dire Moi et, ce faisant, de déterminer un lieu et un temps… bref, Ego-hic-et-nunc, Moi-ici-maintenant.

25On peut dès lors raisonnablement conjecturer que, partout où elle existe grammaticalement, l’opposition du singulier au pluriel s’enracine nécessairement dans l’affrontement de la singularité discontinue de “Moi-ici-maintenant” à la généralité et à la continuité de l’univers. Il est également concevable que le critère opératoire ne soit pas forcément partout le même : en français, et sans doute dans la plupart des langues indo-européennes occidentales modernes, il est donné par la définition du mot nominal comme représentation a priori d’une “unité” notionnelle. Dans ces conditions, désigner un référent c’est, d’abord, le ramener du monde dont on parlel’univers délocuté, dans le schéma de Figure 2 ci-après — à la notion que l’on en a ; et dans ces langues, qui n’ont pas de "singulatif", ce mouvement de singularisation est, en quelque sorte, “catégorique”, ”de droit”, pour toutes les notions nominales. C’est ce que figure, dans le plan droit du schéma ci-dessous, en Figure 2, la flèche pleine orientée à gauche ; par contraste, la flèche en pointillés, de même orientation, symbolise une singularisation “hypothétique”, autrement dit non acquise d’avance, soumise à discussion :

Agrandir

Figure 2

26Le singulatif, propre à certaines langues, mis à part, voici comment on peut se représenter le fonctionnement de la grammaire du nombre dans les langues de notre horizon proche :

I. Se déclare immédiatement singulier, marqué comme tel (c’est-à-dire par une absence de marque explicite), le nom de toute entité qui, rapportée à l’unité notionnelle, apparaît ne pas excéder les limites de celle-ci, et reste, par conséquent, pour ainsi dire confinée sous la portée immédiate du regard du locuteur. C’est ce que symbolise, dans le plan gauche, la position Sg1, correspondant à l’unité numérique.

II. Mais sera également traitée comme n’excédant pas les dites limites toute entité qui, même réellement multiple, est néanmoins conçue comme orientée vers l’unité notionnelle, donc subordonnée au regard du locuteur, et abstraction faite de toute étendue réelle que pourrait investir, de par sa continuité propre, ou de par sa multiplicité, la dite entité. C’est ce que symbolise, dans le plan droit du schéma, la position SG2.

III. Sera, en revanche, caractérisé comme "excédant le singulier", et donc positivement marqué comme “pluriel”, le nom de toute entité qui, du fait de l’étendue ou de la multiplicité qui la constitue, ou bien de l’étendue d’espace qu’elle investit par réitération, ou expansion, apparaît se déployer dans le monde au-delà de la stricte portée de la saisie locutive. Cette description correspond, sur le schéma en Figure 2, aux positions Pl1 et Pl2.

27Sur ces bases, on peut, par-delà tous les effets de sens, tous les a priori logiques, ainsi que dans le respect des signifiants grammaticaux, rendre compte à la lumière d’un principe unique du fonctionnement de l’opposition de nombre dans une langue comme le français moderne. Lequel principe se laisse énoncer à peu près dans les termes suivants : en présence d’un référent donné, sur lequel il porte son regard (flèche interrompue orientée à droite), que voit le locuteur, qu’est-ce qu’il en retient ? Est-ce la notion qu’il en a, et par quoi il distingue ce référent au sein de l’univers pensable ? Ou bien a-t-il en vue, au contraire, le rapport de ce référent à la continuité du monde dans lequel il lui apparaît être présent ?

28Mais la place manque pour développer et illustrer le modèle représenté par le schéma. On s’en tiendra donc à quelques observations conclusives :

291. Le singulier grammatical est donc, effectivement, au sens propre du terme, ambigu, dès lors qu’il porte en lui, non point deux signifiés distincts mais un signifié unique, argumentable selon deux visées ou orientations opposées, extroversive, position Sg1, ou introversive, Sg2. Dans le premier cas, orientation extroversive, un locuteur signifie, par l’emploi du singulier grammatical, qu’il a en vue une réalisation momentanée, et saisissable immédiatement, d’une unité notionnelle ; ce faisant, il ouvre la perspective d’une réitérabilité, en fonction de laquelle l’entité désignée est posée comme unique, alors qu’elle aurait pu être multiple : un chat, des chats. Dans le second cas, au contraire, orientation introversive, départ est pris au plan de l’univers délocuté : c’est la position SG2, déjà décrite Or il importe de bien marquer que de ce point de vue, qui est celui, subjectif, du rapport notionnel du référent au locuteur, tous les noms s’équivalent : eau, ou vin, ou ciel, ou miel, ne portent pas moins que chat, livre, ou ordinateur, etc., la représentation, la notion d’une entité discrète. Il n’y a donc pas lieu d’opposer, au fondement de la grammaire du nombre, "noms comptables" (count nouns) et "noms massifs" (mass nouns) ; une telle discrimination est de l’ordre de la réalité des choses, elle n’est pas, a priori, linguistique.

302. Un autre cas de nomination au nombre introversif, orienté vers la singularité de la notion, est l’emploi du singulier désignant un référent dont, justement, le nombre n’intéresse pas le locuteur. C’est l’hypothèse que j’avancerai pour rendre compte du singulier des énoncés du turc cités en (13). Affaire de focalisation, en somme: en (a), par exemple, ce ne sont pas les “pommes de terre” en elles-mêmes que le locuteur vise, mais ce qu’elles pourraient lui coûter ; de même, dans (b), c’est l’opération elle-même, l’achat, qui est focalisée. Ce type d’emploi a déjà été relevé, et correctement interprété, dans d’autres langues, cf. (18)-(22) :

(18)

a.

Les enfants mangent une tartelette au sens dit "distributif" : "chaque enfant a mangé une tartelette" (exemple emprunté à Muller 2002 : 69-70) focalisation de l’opération, et du sujet opérateur, les enfants.

(19)

a.

hongr. rózsát ültet "il plante des roses" (rózsá-t, accusatif singulier)

vs.

b.

rózsákat ültet “il plante plusieurs sortes ou variétés de roses” (rózsá-k-at accusatif pluriel) (Perrot 2002 : 10, citant Sauvageot:1951).

(20)

a.

arm. erku girk‘-ø gnec‘ "deux livre-ø il-a-acheté"

vs.

b.

erku kirk‘-er- gnec‘ "deux livre-pl-art. il a acheté"

(21)

a.

arm. namak grel "lettre-ø écrire = faire du courrier"

vs.

b.

namak-ner grel

Lettre-pl. écrire des lettres"

(22)

a.

ptg. Brés. Vou comprar laranja. (d’après Farrell, 1998, 4)

‘Je vais acheter des oranges.’

b.

Perdi um pé daquele sapato.

‘J’ai perdu un pied de cette paire de chaussures.’ (Farrell, 11)

c.

Este sapato está sujo

‘Ces chaussures sont sales.’

d.

não sei onde botei o meu óculo

‘Je ne sais pas où j’ai mis mes lunettes.’

31Dans (20a), explique A. Donabédian (1993: 186-187), à qui sont empruntés ces exemples, le singulier du substantif représentant la notion “livre” signifie que "le nom n’a pas statut actanciel et référentiel", et qu’ "il n’est donc pas discret et désigne une substance" ; au contraire, la marque du pluriel nominal dans (20b) signifie que le nom est "référentiel, donc distinguable". De même, dans (21), la marque du pluriel en (b) exprime une référentialité que le même nom non pourvu de la marque de pluriel, en (a), ne possède pas. On peut en dire autant des exemples brésiliens de (22), étudiés par le chercheur californien Patrick Farrell. La personne à qui l’on a souvent entendu prononcer l’énoncé (d) não sei onde botei o meu óculo, au lieu de os meus óculos, ne visait pas, ne focalisait pas, en l’énonçant, l’objet “lunettes”, mais à l’usage qu’elle en fait, tant et si bien qu’en la circonstance cet objet n’est plus qu’une donnée interne, dépourvue de saillance particulière, d’un état de choses dont l’intérêt, pour le locuteur, est ailleurs. Farrel n’était pas loin de le comprendre, lorsqu’il faisait valoir le rôle, dans ce type d’emploi du singulier grammatical, de la perception d’une unité fonctionnelle, cf. (23) :

(23)

"The relevant categorization of objects depends not so much on their physical properties as their interactional properties : bunches of oranges and matches are conceived of as a singularity because we deal with them in a bundling way; hands and teeth are treated as a singularity because we experience them as functional units. Third, the concepts “one” and “more than one” are not entirely given to us by “objective” reality. Rather they are products of the human mind, projected onto reality in different ways by different cultures and different languages." (Farrel 1998: 15-16)

323. La troisième observation concernera ce qui est symbolisé, dans le schéma, par la position PL: cela veut dire que le pluriel peut apparaître déjà, précocement, sous le mouvement introversif. Certains référents, en effet, imposent, d’emblée, la vision d’un “plus” constitutif de leur unité notionnelle ; confrontée à la présence d’une entité de cette sorte, la visée locutive se trouvait immédiatement engagée dans un mouvement d’extension, l’introversion ne s’engageant qu’ensuite, après cette amorce d’extension. On retrouve ici une partie — mais une partie seulement — des "pluriels internes" de Guillaume, à savoir ceux qui donnent à voir une complexité constitutive du référent. Et c’est à cette position qu’il y aurait lieu de rapporter les figures particulières de pluralité interne que nous avons rencontrées au passage : duel, triel, ”paucal”, mais aussi les pluriels de forme “féminine” d’une langue comme l’italien, cf. les exemples (17) ci-dessus.

334. Le second cas de nomination, extroversif — puisque le nom alors mis en œuvre vise, au dehors de l’instant locutif, le référent, dans le monde qui le contient et qu’il investit plus ou moins —, comprend deux positions, notées respectivement SG1 et PL2. La première, SG1, a déjà été décrite. La seconde position, PL2, porte, elle, la représentation d’un référent qui engage une portion plus ou moins grande de l’espace du monde, soit parce qu’il s’y réitèreil a des chats — soit parce qu’il est ainsi fait qu’il se répand dans le monde, ou qu’il en occupe une partie ; tel est, me semble-t-il, ce "pluriel d’amplitude" que Guillaume (cité par Furukawa 1977: 79 et 155) n’a pas vraiment théorisé et que peuvent illustrer les exemples (8) : la montée des eaux, les eaux territoriales, les brouillards, etc.

345. Une ultime remarque, enfin, qui nous ramène à la position SG1. Elle est accessible à deux sortes de référents. Certains, de par leur finitude même, se laissent immédiatement appréhender, dans le tout qu’ils forment, par la visée instantanée du locuteur ; d’autres, au contraire, s’y dérobent, qui ne proposent pas la vue d’une telle finitude. Les premiers, finis, discontinus, apparaissent, du coup, immédiatement réitérables. Les seconds, au contraire, dont le regard peine en quelque sorte à faire le tour, n’apparaissent pas immédiatement réitérables ; mais ils peuvent le devenir, au prix d’une formalisation seconde, associant à leur apport sémantique l’image d’une discontinuité qui ne lui appartient pas en propre, que celle-ci renvoie à un processus matériel de fabrication (un sucre) ou à un contenant (un café, un jus d’orange, une bière / deux cafés, jus d’orange, bières). Il s’ensuit qu’un nom substantif désignant une entité comptable comme chat sera immédiatement admis, “à vue” pourrait-on dire, à la position SG1. Mais il en va de même d’un nom massif, ou continu. Car l’important ici est ce qui, du référent, est saisi par le regard locutif, que ce soit le tout qu’il est, en lui-même, ou bien le tout qu’il apparaît, secondairement, ou mentalement, constituer. Aussi bien des énoncés comme d’une part apporte-moi le livre, et d’autre part apporte-moi le sucre sont-ils rigoureusement parallèles, et doivent, donc, être considérés comme grammaticalement équivalents — si du moins on veut bien se garder de tout confondre, en important dans la description linguistique ce qui ne concerne que la réalité des choses.

Haut de page

Bibliographie

Alexandru, A. s.d. Base de données Gustave Guillaume (http://nlip.pcu.ac.kr/gustave/search1.htm).

Allen, W. S. 1990 [=1965], Vox Latina. The Pronunciation of Classical Latin, cambridge : Cambridge University Press.

Benveniste, É. 1966 Problèmes de linguistique générale, I, Paris : Gallimard.

Blanche-Benveniste, C. & Chervel, A. 1966 "Recherches sur le syntagme substantif", Cahiers de lexicologie II, Paris-Didier Larousse, 3-37.

Boone A. & Joly, A. 2004 Dictionnaire terminologique de la systématique du langage, Deuxième édition revue, corrigée et augmentée par André Joly, Paris : L'Harmattan.

Bouzet, J. 1945 Grammaire espagnole, Paris : E. Belin.

Buridant, C. 2000 Grammaire nouvelle de l’ancien français, Paris : SEDES.

Corbett, G. 1991 Gender, Cambridge: Cambridge University Press.

Damourette, J. & Pichon, É. 1968 Des mots à la pensée. Essai de grammaire de la langue française 1911-1927, Tome Premier, Paris : Éditions d'Artrey.

De Carvalho, P. & Escriva, J.-P. 2005 "De la grammaire du nombre : la Française consolatrice et le silence des Anglaises", L'amitié, ce pur fleuveTextes offerts en hommage à Bernard Cocula, Bordeaux : L’Esprit du Temps.

De Carvalho, P. 1970 Recherches sur la catégorie du nombre en latin. Le prétendu "pluriel poétique", Thèse de 3e cycle, Bordeaux : Faculté des Lettres.

De Carvalho, P. 1993a "Sur la grammaire du genre en latin", EVPHROSYNE. Revista de Filologia Clássica 21, 69-104.

De Carvalho, P. 1998 "Subjonctif et morphogenèse en morphosyntaxe comparée", in N. QUAYLE, éd., Le subjonctif, Modèles linguistiques 19.1, 39-62.

De Carvalho, P. 2000 "La déclinaison bicasuelle de l’ancien français : conservation ... ou innovation ?", Actes du XXIIe Congrès international de Linguistique et Philologie romanes, vol. VI, De la grammaire des formes à la grammaire du sens, Tübingen : Max Niemeyer, 119-128.

De Carvalho, P. 2004 à paraître, "Nombre et déclinaison en ancien français", communication présentée au 24e Congrès International de Linguistique et Philologie Romanes, Aberystwyth.

De Carvalho, P. 2005a à paraître, "Signifiance du nombre en français et faits connexes", Cahiers de linguistique analogique : 30.

De Carvalho, P. 2005b à paraître, "Parties du discours et personne", communication faite à la Société de Linguistique de Paris, le 18 juin 2005.

Desbordes, Y. 1990 Petite grammaire du breton moderne, 2e édition, Mouladourioù : Hor Yezh.

Donabedian, A. 1993 "La valeur du pluriel en arménien moderne", Faits de langues 2 (Le nombre), 179-180.

Farrel, P. 1998 "The conceptual basis of number marking in Brazilian Portuguese", in Koenig, J.-P., ed., Discourse and cognition: Bridging the gap, Stanford: CSL, 3–16.

Favereau, F. 1997 Grammaire du breton contemporain, Skol Vreizh.

Furukawa, N. 1977 Le nombre grammatical en français contemporain, Tokyo, Librairie-Éditions France Tosho.

Glfc 1964 Grammaire Larousse du Français contemporain.

Grevisse, M. 1993 Le bon usage. Grammaire française, 13e édition par A. GOOSSE, Paris—Louvain-la-Neuve : De Boeck-Duculot.

Guillaume, G. 1919 Le problème de l’article et sa solution dans la langue française, Paris : Hachette.

Guillaume, G. 1964 Langage et science du langage, Paris-Québec, Nizet : Presses de l'Université Laval.

Guillaume, G. 1973 [= 1952] Principes de linguistique théorique, Québec-Paris, Presses de l'Université Laval—Klincksieck.

Guillaume, G. 1974 Leçons de linguistique 4, 1949-1950, série A, Structure sémiologique et structure psychique de la langue française II, Presses de l'Université Laval, et Paris, Klincksieck.

Guillaume, G. 1985 Leçons de linguistique 6, 1945-1946 C, Grammaire particulière du français et grammaire générale I.

Gündüz, M.-P. 2000 "L’opposition singulier / pluriel en turc", BSLP 95, 1, 321-34

Gündüz, M.-P. 1988 Leçons de linguistique, 8, 1947-1948, Grammaire particulière du français et grammaire générale (III).

Gündüz, M.-P. 1997 Leçons de linguistique, 14, 1946-1947 et 1947-1948, série A, Esquisse d'une grammaire descriptive de la langue française (V) et (VI).

Hingant, J. 1868 Éléments de grammaire bretonne, document électronique, numérisation par la BNF de l'édition A. Le Flem, Tréguier.

Jespersen, O. 1924 The Philosophy of Grammar, Londres : George Allen & Unwin.

Lecompte, G. 1980 Grammaire de l’arabe, “Que sais-je”.

Moignet, G. 1965 "Le nombre en français", Études linguistiques ; problème du nombre, Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg 43.6, 463-478.

Moignet, G. 1981 Systématique de la langue française, Paris : Klincksieck.

Muller, Cl. 2002 Les bases de la syntaxe. Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux

Perrot, J. 1993 "Quelques faits concernant le nombre dans les langues ouraliennes", in Mémoires de la Société de Linguistique de Paris, tome XII, La pluralité, Leuven/Paris : Peeters.

Rochetti, A. 1968 "Les pluriels doubles de l'italien: une interférence de la sémantique et de la morphologie du nom", Les Langues modernes, 62.3, 63-71.

Sauvageot, A. 1951 Esquisse de la langue hongroise, Paris : Klincksieck, 1951.

Taylor, J. 2002 Cognitive Grammar, Oxford: Oxford University Press

Toussaint, M. 2003 "Analogiques", Cahiers de linguistique analogique, Dijon 1, 331-350.

Trepos, P. 1982 Le pluriel breton, 2e édition, Brest, Brude nevez, Engleo Breiz.

Wierzbicka, A. 1988 The Semantics of Grammar, Amsterdam: John Benjamin's Publishing Company.

Haut de page

Notes

1  Pour des exemples d’autres langues non-indo-européennes, cf. Corbett 2000: 17-18 ; 181.

2  Attesté dans certaines langues austronésiennes, exemples du mwtolap (Vanuatu) Ex. duel na-ha-yô “leurs noms (2 p.)” ; triel na-ha-ytêl "leurs noms (3 p.)" ; plur na-ha-y "leurs noms (> 3 personnes)". Cette distinction est obligatoire à toutes les personnes ; ex. sing na-he "ton nom" ; duel na-ha-môyô "vos noms (à vous 2)" ; triel na-ha-mêtêl "vos noms (à vous 3)" ; plur. na-ha-mi "vos noms (>3 p.)". Au passage, on y trouve les racines des chiffres yô "deux" et têl "trois". Sur le triel, cf. Corbett 2000 : 21-22.

3  Sur ces faits, et d’autres du même ordre, voir De Carvalho 2005.

4  Comme d’ailleurs dans la vision panoramique du nombre à travers les langues du monde que propose Corbett 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paulo de Carvalho, « Le Nom et le Nombre », CogniTextes [En ligne], Volume 1 | 2007, mis en ligne le 10 juin 2015, Consulté le 29 avril 2017. URL : http://cognitextes.revues.org/122

Haut de page

Auteur

Paulo de Carvalho

Université de Bordeaux 3
Rés. Acapulco D11/05, rue Toulouse-Lautrec, 33400 Talence, France
pdcarvalho@free.fr

Haut de page