Navigation – Plan du site

L’acquisition du déterminant nominal en français : une construction progressive et interactive de la grammaire

Dominique Bassano

Résumés

Cet article présente une synthèse partielle de nos travaux sur l’acquisition du déterminant nominal par le jeune enfant français entre un et trois ans environ. L’objectif de ces recherches est d’étayer l’hypothèse fonctionnaliste d’une construction progressive de la grammaire, s’effectuant en interaction avec les autres composantes de la capacité langagière de l’enfant, et en interaction avec l’environnement. Nos études s’appuient sur l’analyse de données de production spontanées recueillies en situation naturelle d’interaction avec l’entourage. Trois séries d’analyses seront présentées ici comme arguments, concernant respectivement : la « gradualité » de l’acquisition du déterminant, le rôle des facteurs prosodiques et lexicaux dans ce processus, et finalement, le rôle de l’input.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a bénéficié du soutien de l’Agence Nationale pour la Reserche (ANR-06-BLAN-0011).

Texte intégral

1. Introduction

1Dans de nombreuses langues, l’acquisition du déterminant nominal représente pour le jeune enfant un aspect central de l’élaboration de la grammaire. Le français est de ce point de vue prototypique : dans la langue orale adulte, l’emploi du déterminant nominal antéposé -qui porte les marques du genre, du nombre, du caractère défini/indéfini de la référence- est, en règle générale, obligatoire et représente la principale caractéristique de la catégorie grammaticale du nom. L’acquisition de la contrainte d’emploi du déterminant obligatoire par l’enfant reflète ainsi ce que nous appelons le processus de « grammaticalisation des noms ». Comme on le voit, nous employons ici le terme de « grammaticalisation » en un sens devenu classique en psycholinguistique du développement, mais qui diffère sensiblement de l’usage habituel en linguistique : nous faisons référence aux processus par lesquels les jeunes enfants mettent en place et intègrent les contraintes grammaticales du système de la langue qu’ils acquièrent, autrement dit les contraintes morphologiques et syntaxiques.

2Dans le présent article, nous examinons le processus de grammaticalisation des noms au début de la production du langage chez l’enfant, tel qu’il se reflète dans l’intégration de la contrainte d’emploi du déterminant. Notre objectif général est d’apporter des arguments en faveur de l’idée d’une construction progressive et interactive de la grammaire, en accord avec les approches fonctionnalistes de l’acquisition du langage.

3L’article est organisé comme suit. Nous présenterons d’abord le cadre théorique de nos recherches et nos principales hypothèses sur l’émergence de la grammaire (section 2), puis une brève revue de questions sur l’acquisition des déterminants (section 3), suivie d’un aperçu de notre méthodologie et de notre base de données (section 4). Nos analyses empiriques examineront ensuite successivement trois séries de questions. Dans quelle mesure l’acquisition du déterminant est-elle une construction graduelle (section 5) ? Quel est le rôle des facteurs prosodiques, d’une part, et lexicaux, d’autre part, dans ce processus (section 6) ? Et finalement, l’input, c'est-à-dire le langage adressé à l’enfant, a-t-il un rôle dans ce processus (section 7) ? Nous conclurons en mettant en perspective nos apports à ces trois questions (section 8).

2. Hypothèses fonctionnalistes sur l’émergence de la grammaire

4L’acquisition du langage est un processus à détermination multiple. Il ne fait actuellement de doute pour personne que ce processus est ancré dans l’héritage génétique de l’homme et qu’il suppose un équipement neurobiologique approprié. Mais il s’appuie aussi sur la mise en œuvre d’un ensemble de capacités communicatives et cognitives associées, et il ne peut pas s’effectuer sans les interactions avec l’environnement. Les différentes approches théoriques avec lesquelles les chercheurs travaillent sur les débuts du langage divergent surtout, nous semble-t-il, par l’intérêt qu’ils portent à ces différentes déterminations et par le poids relatif qu’ils leur attribuent.

5En ce qui nous concerne, nous développons depuis plusieurs années, une approche de type fonctionnaliste et constructiviste de l’acquisition du langage, « éclairée » par la théorie des systèmes dynamiques. Bien qu’elles présentent des points de divergence, les approches fonctionnalistes ont en commun qu’elles « croient » au développement et à ses variations et se proposent de le décrire et l’expliquer. Elles ne nient pas l’existence des contraintes biologiques et de prédispositions minimales que le bébé possède dès la naissance et même avant, ni les particularités linguistiques de l’acquisition du langage, mais elles soulignent le rôle central des déterminants environnementaux et cognitifs dans le développement langagier (Bates & MacWhinney 1979, 1987, 1989, Van Geert 1991, Karmiloff-Smith 1992, Elman, Bates, Johnson, Karmiloff-Smith, Parisi & Plunkett 1996, MacWhinney 1999, Tomasello & Brooks 1999, Tomasello 2000, 2003, Bassano 2007, 2008, Van Geert 2008).

6Dans cette perspective, nous étudions l’émergence de la grammaire en travaillant sur deux hypothèses principales.

7L’hypothèse de base est que les catégories linguistiques abstraites ne sont pas données au départ à l’enfant mais progressivement construites par celui-ci à partir de ses expériences verbales avec l’entourage et de ses capacités d’apprentissage et de traitement. La notion de construction graduelle de la grammaire a été exprimée sous diverses formes dans la littérature (cf. « the verb island hypothesis », Tomasello 2000 ; « the lexically-based learning hypothesis », Lieven, Pine & Baldwin 1997 ; « the item-based learning hypothesis », MacWhinney 2004). Nos analyses essaieront d’apporter des arguments en faveur de cette conception en montrant en quel sens l’acquisition du déterminant en français peut être considérée comme graduelle et comment les effets d’input s’articulent à ces phénomènes.

8La deuxième hypothèse est qu’il existe des relations d’interdépendance entre la grammaire et les autres composantes de la capacité langagière, telles que phonologie, prosodie ou lexique. L’une des formes les plus connues de l’idée de dépendance entre grammaire et lexique est l’hypothèse de « masse lexicale critique » proposée par E. Bates et ses collègues, selon laquelle l’émergence de la grammaire chez l’enfant est conditionnée par un seuil d’acquisition lexicale (« the critical mass hypothesis », Marchman & Bates 1994, Bates & Goodman 1999, Bassano 2005, 2008). Cette conception, qui s’apparente à celle d’un « bootstrapping » lexical (initialisation par le lexique), met en question la notion d’autonomie de la syntaxe dans le développement. Elle renoue avec une hypothèse de « continuité » différente, et même opposée à celle de la Grammaire Universelle, puisque c’est une continuité inter-domaines, entre capacités lexicales et grammaticales, qui permet l’acquisition du système de la langue. Nous espérons apporter aussi des arguments en faveur de cette conception en analysant l’influence des facteurs prosodiques et lexicaux dans l’acquisition du déterminant nominal.

3. Brève revue de question sur l’acquisition du déterminant nominal

9Parmi les recherches sur l’acquisition du déterminant nominal, un point de départ nous a été donné par deux études contradictoires sur l’anglais. Celle de Virginia Valian (1986), menée dans la perspective de la Grammaire Universelle, propose que les jeunes enfants possèdent très précocement des catégories grammaticales abstraites semblables à celles de la langue adulte. Une dizaine d’années plus tard, Julian Pine et ses collègues (Pine & Lieven 1997) ont mis explicitement en question les critères formels que V. Valian avait utilisés pour identifier la catégorie de déterminant (pas d’erreur d’ordre des mots, pas de double emploi de déterminants…). Ils observent que les enfants entre un et trois ans ont un usage stéréotypé des déterminants « a » et « the » et font preuve d’une capacité limitée à transférer les déterminants d’un contexte lexical ou structurel à un autre (à produire des « overlaps », recouvrements contextuels). Sur ces bases, ils argumentent en faveur des modèles gradualistes en proposant que l’enfant ne construit que progressivement les catégories grammaticales.

10Durant la dernière décennie, les travaux portant sur d’autres langues que l’anglais se sont beaucoup développés, menés le plus souvent dans la perspective de la Grammaire Universelle (Lleó & Demuth 1999, Lleó 2001, Van der Velde 2004, Kupisch 2007, 2008, Guasti, De Lange, Gavarro & Caprin 2008, Demuth & Tremblay 2008), mais aussi dans la perspective constructiviste (Bassano 2000, Veneziano & Sinclair 2000, Bassano & Eme 2001, Veneziano 2003, Bassano, Maillochon & Mottet 2008). De façon intéressante, ces travaux posent les mêmes questions et proposent des analyses comparables. En particulier, ils soulignent et interrogent deux phénomènes développementaux principaux, qui sont des phénomènes transitionnels : l’omission initiale du déterminant dans la production spontanée, et la production de pré- ou proto-morphèmes grammaticaux que sont les « fillers » (remplisseurs). Les fillers (Peters & Menn 1993) sont des éléments monosyllabiques non conventionnels produits souvent en position pré-nominale ou pré-verbale par les très jeunes enfants, et qui, sous certaines conditions, sont des précurseurs de morphèmes grammaticaux tels que les déterminants.

11L’omission du déterminant dans la production n’est pas un phénomène aussi trivial qu’il peut sembler à première vue, puisqu’un nombre croissant de recherches sur la perception ou compréhension précoce ont maintenant montré que les jeunes enfants paraissent très précocement sensibles à la présence et à la correction des morphèmes grammaticaux dans l’input qu’ils reçoivent (voir, par exemple, Golinkoff, Hirsh-Pasek & Schweisguth 2001, et, sur le français, Hallé, Durand & Boysson-Bardies 2008). On peut donc se demander pourquoi ils ne les produisent pas et s’il existe des circonstances qui facilitent la production des déterminants.

12Ces phénomènes sont examinés en particulier dans les travaux récents qui adoptent une approche comparative inter-langues centrée sur le contraste typologique langues germaniques / langues romanes. Ces recherches indiquent que l’acquisition du déterminant varie selon le type de langue : les déterminants ou proto-déterminants semblent apparaitre plus tôt dans les langues romanes (comme le français) que dans les langues germaniques (comme l’allemand ou le néerlandais), tandis que l’omission est plus fréquente et dure plus longtemps dans les langues germaniques. Ce sont les tendances qui se dégagent de la comparaison de l’allemand avec l’espagnol (Lleó & Demuth 1999, Lleó 2001), de l’allemand avec le français et l’italien (Kupisch 2007, 2008), du néerlandais avec le français (Van der Velde 2004), du néerlandais avec le Catalan et l’Italien (Guasti, De Lange, Gavarro & Caprin 2008), de l’allemand et du néerlandais avec le français (Bassano, Maillochon, Korecky-Kröll, van Dijk, Laaha, Dressler & van Geert 2009).Le décalage semble lié à plusieurs facteurs, sur lesquels nous reviendrons : influences prosodiques, influences sémantico-syntaxiques, et de manière plus controversée, influences de l’input.

4. Méthodologie : l’étude de la production naturelle

13Les recherches que nous allons présenter s’appuient sur l’étude de la production dite « naturelle » (pour plus de détails, voir Kail & Bassano 2000/03).

14Cette méthode implique le recueil intensif et l’analyse systématique de corpus de productions verbales spontanées de jeunes enfants. Nous avons enregistré en vidéo des sessions (de 30 minutes au minimum, éventuellement 1h ou 2h) durant lesquelles l’enfant est en interaction avec son entourage, et donc « en situation naturelle » de production. Nous avons ensuite transcrit ces enregistrements en nous conformant pour l’essentiel aux standards du réseau international CHILDES (Child Language Data Exchange System, MacWhinney 2000). Nous élaborons ensuite des systèmes de codage adaptés aux objectifs et hypothèses de nos recherches, et nous appliquons ces codages aux échantillons de productions étudiés (120 énoncés par session).

15Comme on le voit, il s’agit d’une méthode coûteuse, mais elle est la seule à donner accès à des informations complètes, riches, fines, fiables, en même temps que susceptibles de traitements statistiques sur le langage de l’enfant et sur le langage adressé à l’enfant.

16Notre base de données française ainsi constituée au fil des années comporte deux sortes de corpus : longitudinaux et transversaux ou mixtes. Dans les corpus longitudinaux, l’évolution du langage d’un même enfant est suivie au cours d’une longue période de temps à raison de séances assez rapprochées, souvent bimensuelles (Benjamin, de 24 à 48 mois, Pauline, de 14 à 48 mois). Les corpus transversaux, quant à eux, privilégient certains âges ou moments du développement pour lesquels est multiplié le nombre d’enfants observés. Ils forment ce que nous appelons la base TRL (transverso-longitudinale), qui est constituée par les enregistrements d’enfants à 20 mois, 30 mois, 39 mois, et 48 mois, chaque groupe d’âge comportant 20 enfants. La moitié de ces enfants (dix d’entre eux) sont suivis aux quatre âges, fournissant la composante longitudinale de la base TRL.

17Pour les analyses qui suivent sur l’emploi du déterminant nominal au cours du développement, nous utiliserons les données longitudinales de Pauline entre 14 et 36 mois et les données de la base TRL à 20, 30 et 39 mois.

5. L’acquisition du déterminant nominal en français : une construction graduelle ?

5.1 Précurseurs, continuités et discontinuités du développement

18Pour examiner la question de la gradualité, nous partirons de l’examen ducorpus de données longitudinales de Pauline, où nous avons analysé le processus d’intégration de la contrainte d’emploi du déterminant.

19Cette contrainte est double : le déterminant obligatoire est antéposé, et il est porteur de marques morphosyntaxiques telles que genre, nombre, statut défini/indéfini de la référence. Mais elle n’est pas absolue. Bien que le français soit considéré comme une langue particulièrement restrictive, si on la compare aux langues germaniques et même aux autres langues romanes, l’omission du déterminant peut être de rigueur dans certains cas, par exemple, devant les noms propres ou les noms utilisés comme noms propres (« Edouard », « maman »), dans certaines expressions verbo-nominales (« avoir faim »), dans certaines constructions prépositionnelles (« sans beurre »).

20Pour déterminer quand et comment la contrainte d’emploi du déterminant est mise en place dans la production, nous avons calculé un indice de grammaticalisation des noms qui mesure la capacité de l’enfant à utiliser un déterminant pré-nominal dans les contextes où celui-ci est requis (rapport des noms employés avec un déterminant sur le nombre de noms pour lesquels le déterminant serait employé dans la langue adulte). C’est un calcul classique qui met en évidence les omissions agrammaticales dans la langue cible. Cet indice, calculé dans les données de Pauline entre 14 et 30 mois, est représenté dans la figure 1 sous deux versions, respectivement appelées « stricte » et « accommodante ».

Figure 1. Indice de grammaticalisation des noms chez Pauline (14 à 30 mois) : versions stricte et accommodante

21La version stricte de l’indice ne tient compte que des vrais déterminants, clairement spécifiés, comme dans « un chat », « le chien », « les chaussures », « c’est mon chausson ». Cette analyse montre que l’enfant ne commence pas à utiliser de déterminants en bonne et due forme avant 18 mois, qu’elle les utilise avec beaucoup de modération jusqu’à deux ans (valeur moyenne d’environ 0.10), mais qu’une explosion se produit dans leur utilisation à partir de 27 mois (valeur de 0.75 à 28 mois et de 0.95 à 29 mois). Le taux de 95% d’usage correct du déterminant permet de dire que le processus de grammaticalisation des noms est achevé à 2 ans et demi chez cette enfant-là. La version stricte de l’indice fait donc apparaître un phénomène d’explosion grammaticale typique, se manifestant par une accélération brusque du processus d’intégration de la contrainte, localisé pour cette enfant entre 27 et 28 mois.

22La version accommodante de l’indice tient compte non seulement des vrais déterminants mais aussi des fillers pré-nominaux, dont on peut faire l’hypothèse qu’ils sont les précurseurs d’un déterminant dont la place est bonne, mais dont la nature et la forme ne sont pas clairement définies – par exemple dans « e nez », « c’est a chat », « am lit », « mettre é chausson », « eum boîte ». Le calcul de la version accommodante de l’indice montre que le processus de grammaticalisation est plus précoce et plus progressif que ne le dit la version stricte, et que l’explosion dans l’emploi du déterminant est en réalité préparée par des phénomènes précurseurs. Ce type d’analyse conduit ainsi à repenser les notions de continuité et discontinuité de développement, en montrant que, selon la finesse de l’examen, un processus apparaissant comme explosif (discontinu) à un certain niveau peut se révéler progressif (en continuité) à un autre niveau.

23Les phénomènes précurseurs sont un premier type d’argument en faveur de la gradualité ; mais ils s’accommodent aussi bien des approches Grammaire Universelle que fonctionnalistes.

5.2. Diversification des contenus et contextes d’emploi des déterminants

24Pour aller plus loin dans la question de la gradualité, nous passerons à l’examen de la base de données transversale aux âges de 20 mois, 30 mois et 39 mois (20 enfants dans chaque groupe d’âge).

25Nous avons d’abord calculé la valeur moyenne de l’indice de grammaticalisation des noms pour chacun des trois groupes d’âge (figure 2). Comme dans l’étude longitudinale de Pauline, l’indice a été calculé selon les deux versions, stricte et accommodante. L’analyse confirme les résultats longitudinaux. A 20 mois, les enfants utilisent un vrai déterminant dans en moyenne 19% des contextes obligatoires (version stricte), et ce pourcentage monte à 38% si l’on cumule fillers et déterminants (version accommodante). A 20 mois, l’acquisition de la contrainte d’emploi du déterminant a donc bien débuté. A 30 mois, elle est intégrée dans 69% des cas en version stricte et 78% en version accommodante, et à 39 mois dans 96% des cas.

Figure 2. Indice de grammaticalisation des noms dans le corpus TRL à 20, 30 et 39 mois (N = 20 par groupe) : versions stricte et accommodante

26Précisons maintenant cette évolution de manière un peu plus qualitative, pour affiner la notion de « gradualité » de la construction grammaticale.

27A 20 mois, la grammaticalisation des noms est bien enclenchée, mais sous une forme très rudimentaire. D’abord, on trouve à cet âge une majorité d’omission (60%), et, quand un élément pré-nominal est produit, il s’agit aussi souvent d’un filler que d’un déterminant (rappelons que les fillers ne sont, au mieux, que des précurseurs de mots grammaticaux). En outre, les déterminants utilisés sont peu diversifiés. Bien qu’une majorité des enfants utilisent des déterminants (16 sur les 20), ils n’en utilisent de façon notable que trois types: l’article indéfini au masculin singulier (« un », 39%), l’article défini au masculin singulier (« le » : 29%) et la forme élidée (« l’ » : 9%), un peu douteuse.

28Et finalement, ils ne manifestent pas une grande « flexibilité » dans l’usage de ces déterminants. Nous utilisons ici le terme de flexibilité pour désigner la capacité de l’enfant à utiliser des déterminants différents avec un même nom au cours de la session, par exemple, produire « un chat » et « le chat » (équivalent des « overlaps », ou recouvrements lexicaux). La production de tels contrastes est le signe que l’enfant n’associe pas un nom avec un déterminant de manière purement automatique, mais qu’il a une certaine conscience des différences et des relations entre les déterminants. Or, à 20 mois, il n’y a qu’un enfant sur les 20 qui produit des contrastes de ce type. On peut donc penser que, si la grammaticalisation est enclenchée, cela ne signifie pas que les enfants de cet âge aient une représentation abstraite du déterminant.

29A 30 mois, le tableau est complètement différent : les progrès dans la grammaticalisation ont été considérables. L’omission est devenue minoritaire. Tous les enfants de 30 mois utilisent des déterminants et ces déterminants sont plus variés : outre les articles défini et indéfini au masculin singulier, ils utilisent aussi notablement les formes des articles au féminin et au pluriel, des possessifs, des démonstratifs. En outre, beaucoup d’enfants (14 sur les 20) produisent des contrastes, c'est-à-dire utilisent des déterminants différents avec un même nom, et ces contrastes sont très variés (par exemple : un gâteau / le gâteau, une feuille / la feuille, les couleurs /des couleurs, un savon / du savon, la maison / ma maison), ce qui est à mettre en relation avec la richesse du système français. On peut donc penser que la catégorie grammaticale de déterminant commence à être efficiente pour une bonne partie des enfants de cet âge. Elle le sera pour tous (ou à peu près) dans le troisième groupe d’âge, à 39 mois, où l’éventail complet des déterminants est utilisé et où tous les enfants ou presque (19 sur les 20) produisent des contrastes.

30Ce tableau paraît donc plutôt en faveur de l’hypothèse d’une construction grammaticale graduelle en accord avec les approches constructivistes et fonctionnalistes de l’acquisition, qui insistent sur l’importance de la flexibilité comme critère d’acquisition d’une compétence (Pine & Lieven 1997, Tomasello 2000, 2003, Veneziano & Sinclair 2000).

6. Les influences prosodiques et lexicales dans l’acquisition du déterminant

31Notre deuxième question est la recherche des influences lexicales, d’une part, et prosodiques, d’autre part, dans le développement du déterminant. Pour examiner cette question, nous restons dans l’étude transversale, avec les groupes d’enfant de 20, 30 et 39 mois.

6.1. Le processus de grammaticalisation est-il influencé par des facteurs de type prosodique ou rythmique ?

32L’hypothèse d’un effet de la prosodie sur l’emploi des déterminants provient des travaux portant sur l’acquisition de langues à accent présentant un patron trochaïque (accent sur la syllabe initiale du mot), comme l’anglais ou l’allemand. Ces études ont montré que les jeunes enfants (âgés de moins de deux ans) tendent à omettre les syllabes faibles, comme les déterminants, devant les syllabes accentuées (Demuth 1996, Gerken 1994, 1996).

33La question est délicate pour le français. Le français présente une structure rythmique reposant plutôt sur la syllabe que sur l’accent : les syllabes ne sont pas ou sont peu accentuées. En outre, le français présente une préférence pour le patron iambique : les locuteurs tendent à privilégier la dernière syllabe des mots ou groupes de mots.

34Si les propriétés prosodiques ont un effet sur l’emploi du déterminant chez les enfants français, cela pourrait se traduire par un effet de la longueur du nom (en termes de nombre de syllabes). En combinant la préférence pour le pied binaire et la préférence du français pour la structure iambique, les enfants les plus jeunes devraient produire un filler ou un déterminant plus souvent devant les noms monosyllabiques que devant les noms pluri-syllabiques. En effet, en produisant un élément monosyllabique non accentué devant un nom lui-même monosyllabique, ils produisent un pied binaire de type iambique qui correspond au patron préférentiel de la langue qu’ils apprennent. En revanche, avec les noms dissyllabiques, la contrainte prosodique est déjà réalisée.

35C’est effectivement la tendance qui se dégage de la comparaison des résultats obtenus à 20, 30 et 39 mois respectivement, établie dans le tableau 1 qui donne, pour chaque groupe d’âge et pour les noms monosyllabiques, d’une part (« chat », « chaise »), et les noms pluri-syllabiques, d’autre part (« canard », « gâteau », « chocolat »), la fréquence des trois constructions nominales : noms employés sans déterminant de manière correcte, noms employés sans déterminant de manière incorrecte, noms employés avec un filler ou un déterminant.

20 mois (N=20)

30 mois (N=20)

39 mois (N=20)

Moy

%

Moy

%

Moy

%

Noms monosyllabiques

16.00

17.80

26.80

  Correct sans déterminant

1.05

7%

3.10

17%

5.50

20%

  Incorrect sans déterminant

6.90

43%

2.60

15%

0.50

2%

  Avec filler ou déterminant

8.05

50%

12.10

68%

20.80

78%

Noms pluri-syllabiques

30.50

32.40

52.10

  Correct sans déterminant

12.25

40%

9.65

30%

18.70

36%

  Incorrect sans déterminant

13.50

44%

5.10

16%

1.60

3%

  Avec filler ou déterminant

4.75

16%

17.65

54%

31.80

61%

Tableau 1. Fréquence des noms monosyllabiques et pluri-syllabiques produits dans les trois principales constructions nominales à 20, 30 et 39 mois (nombre moyen et pourcentage)

36Globalement, les noms pluri-syllabiques (qui sont essentiellement des dissyllabiques) sont beaucoup plus nombreux que les noms monosyllabiques dans les trois groupes d’âge (à peu près deux fois plus fréquents). Mais l’analyse de l’interaction avec le type de construction nominale montre que l’emploi d’un filler ou déterminant à 20 mois est la seule configuration où les noms monosyllabiques sont plus fréquents que les noms pluri-syllabiques. Ce n’est plus le cas à 30 ni à 39 mois, où la plus grande fréquence des noms pluri-syllabiques apparaît de manière significative dans toute les configurations.

37Ces tendances ressortent clairement de l’analyse en pourcentages présentée dans la figure 3, centrée sur la construction principalement intéressante – emploi d’un filler ou déterminant - dans les trois groupes d’âge. L’effet en faveur des noms monosyllabiques est net à 20 mois, puisqu’à cet âge 50% des monosyllabiques (contre seulement 16% des pluri-syllabiques) sont produits avec un filler ou un déterminant. A 30 et 39 mois, l’avantage reste aux monosyllabiques, mais l’écart entre monosyllabiques et multi-syllabiques est nettement moindre.

Figure 3. Pourcentage des noms monosyllabiques et pluri-syllabiques employés avec filler ou déterminant à 20 mois, 30 mois et 39 mois

38On peut donc considérer que, conformément à l’hypothèse prosodique, il existe un très clair effet de la longueur du nom chez les enfants de 20 mois, tandis que cet effet est très atténué chez les enfants plus âgés.

6.2. Le processus de grammaticalisation est-il influencé par les facteurs lexico-sémantiques ?

39L’hypothèse d’une influence des propriétés lexico-sémantiques sur la grammaticalisation nous a été initialement suggérée par l’étude longitudinale de Pauline. En accord avec les hypothèses d’interdépendance entre lexique et grammaire, nous nous sommes demandé si certaines sous-classes sémantiques de noms pourraient être plus propices que d’autres à former le substrat des processus de grammaticalisation. La dimension animé / inanimé étant l’une des propriétés centrales des noms (Comrie 1989), nous avons mené une étude exploratoire sur le corpus de Pauline, où il est apparu que, globalement, la proportion de noms inanimés employés avec un déterminant était significativement plus élevée que la proportion de noms animés employés avec un déterminant.

40Sur la base de ces premiers résultats, l’hypothèse lexicale prédit donc que les enfants de l’étude transversale devraient utiliser un déterminant ou un filler plus souvent devant les noms inanimés que devant les noms animés. Cette hypothèse est compatible avec l’idée d’un Continuum Animé-Inanimé où les entités animées, en particulier les êtres humains, ont la position la plus élevée, à laquelle est associé le statut d’élément non marqué. Les animés sont susceptibles d’être plus souvent agents ou sujets des actions que les inanimés (qui, eux, sont plus souvent associés au rôle d’objet) et ils sont aussi plus susceptibles d’être fortement individualisés. En ce sens, les animés auraient une propension plus forte à posséder une détermination intrinsèque, de sorte que la détermination grammaticale leur serait moins souvent nécessaire qu’aux inanimés (le cas extrême est celui des noms propres, qui sont très généralement employés sans déterminant en français).

41Les résultats de l’analyse sont présentés dans le tableau 2, qui indique, pour chaque groupe d’âge et pour les trois classes de nom - noms propres (« Popi », « Hugo »), noms communs d’animés (« maman », « canard », « chat ») et noms communs d’inanimés (« chaise », « gâteau », « maison ») -la fréquence des trois constructions nominales : noms employés sans déterminant de manière correcte, noms employés sans déterminant de manière incorrecte, noms employés avec un filler ou un déterminant.

20 mois (N=20)

30 mois (N=20)

39 mois (N=20)

Moy

%

Moy

%

Moy

%

Noms propres

3.25

3.70

11.35

  Correct sans déterminant

3.10

95%

3.60

97%

10.25

90%

  Incorrect sans déterminant

0.00

0%

0.00

0%

0.00

0%

  Avec filler ou déterminant

0.15

5%

0.10

3%

1.10

10%

Noms communs animés

26.95

20.70

20.25

  Correct sans déterminant

9.10

34%

7.45

36%

7.20

36%

  Incorrect sans déterminant

10.55

39%

3.70

18%

0.65

3%

  Avec filler ou déterminant

7.30

27%

9.55

46%

12.40

61%

Noms communs inanimés

16.30

25.80

47.30

  Correct sans déterminant

1.10

7%

1.70

7%

6.75

14%

  Incorrect sans déterminant

9.85

60%

4.00

15%

1.45

3%

  Avec filler ou déterminant

5.35

33%

20.10

78%

39.10

83%

Tableau 2. Fréquence des noms propres, communs animés et inanimés produits dans les trois principales constructions nominales à 20, 30 et 39 mois (nombre moyen et pourcentage)

42A 20 mois on ne trouve pas clairement l’effet attendu : il n’y a pas de différence significative entre noms communs animés et noms communs inanimés pour l’emploi d’un filler ou déterminant. Cependant, l’emploi correct sans déterminant est nettement plus fréquent avec les animés qu’avec les inanimés. A 30 et 39 mois, les animés sont employés sans déterminant de manière correcte plus fréquemment que les inanimés, et, en outre, les inanimés sont beaucoup plus fréquemment employés avec un filler ou déterminant que les animés, ce qui vérifie l’effet attendu.

43L’analyse en pourcentages est présentée dans la figure 4, centrée sur les noms employés avec filler ou déterminant dans les trois groupes d’âge. L’effet en faveur des inanimés est net à 30 et 39 mois : environ 80% des noms communs inanimés sont produits avec un déterminant, contre respectivement 50% et 60% des animés. Cela donne donc une confirmation à l’hypothèse lexicale d’une relation privilégiée entre inanimés et emploi du déterminant, tout en montrant que cette relation n’apparaît pas à 20 mois mais seulement plus tardivement.

Figure 4. Pourcentages des noms communs animés et communs inanimés employés avec filler ou déterminant à 20 mois, 30 mois et 39 mois

44En conclusion, les analyses que nous avons présentées sur les effets de longueur du nom valident notre hypothèse prosodique d’un « effet de longueur du nom » chez les enfants français les plus jeunes (20 mois), qui produisent préférentiellement un filler ou un déterminant devant les noms monosyllabiques, réalisant ainsi un pied binaire iambique (pour des résultats concordants sur le français, voir aussi Demuth & Tremblay 2008). Les analyses consacrées aux effets des classes lexicales de noms valident notre hypothèse lexico-sémantique d’un « effet du caractère animé / inanimé du nom » chez les enfants français plus âgés (30 et 39 mois), qui produisent préférentiellement les noms inanimés avec un déterminant et les noms animés sans déterminant. Ces résultats suggèrent une évolution développementale où l’influence des propriétés prosodiques prédominerait durant les premières étapes du processus de grammaticalisation, tandis que l’influence des propriétés lexicales émergerait et prédominerait ultérieurement.

7. A la recherche des effets d’input dans le développement des déterminants

45Nous terminerons avec la question – controversée- du rôle de l’input. La notion d’input fait ici référence au langage de l’adulte adressé à l’enfant, tel qu’on peut l’analyser à partir des enregistrements de production naturelle (CDS, « Child-Directed Speech »). Il ne s’agit pas ici de savoir –du moins pas seulement- si les productions de l’enfant divergent ou non de l’input et de quelle manière, ni si, au cours de l’interaction, le parent réagit localement aux productions de l’enfant par des corrections, reformulations, etc. La question posée est plutôt de déterminer dans quelle mesure l’input est modifié sur le long terme en fonction du langage de l’enfant. De telles modifications seraient l’indice qu’il existe des relations d’interdépendance entre le langage du parent et le langage de l’enfant, et que les modifications de l’un en fonction de l’autre sont susceptibles d’aider l’enfant dans le développement du langage, et éventuellement de la grammaire.

46Sur cette question, les positions et les observations diffèrent. La position la plus répandue, tout au moins dans la perspective de la Grammaire Universelle, est que l’input n’a guère d’influence sur le développement des aspects grammaticaux du langage. En ce qui concerne l’acquisition des déterminants, Guasti et collègues (2008), par exemple, ont argumenté que l’on n’observe pas dans l’input de clairs changements auxquels seraient adossés les changements développementaux manifestes dans la production de l’enfant. Ces auteurs ont estimé que les proportions de noms employés dans l’input avec et sans déterminant (le focus porte sur ces derniers, traditionnellement appelés « bare nouns ») ne changeaient pas de manière claire avec l’âge de l’enfant et en ont conclu que le développement du déterminant n’était pas « input driven ». Cependant, d’autres travaux, qui mettent en œuvre des analyses plus ciblées, plus systématiques ou plus fines, suggèrent qu’il existe des effets d’input, en particulier des effets d’adaptation parentale. D’une manière générale, les adultes, lorsqu’ils parlent aux jeunes enfants, adaptent leur langage aux capacités de l’enfant et le complexifient au fur et à mesure que l’enfant devient un locuteur plus compétent (Goldberg 1995, Matychuck 2005, Huttenlocher, Waterfall, Vasilieva, Vevea & Hedges 2007, Bassano et al. 2009).

47Peut-on observer des phénomènes d’adaptation parentale concernant l’emploi du déterminant dans nos données transversales ? Nous avons examiné le langage de la mère adressé à l’enfant chez les dix enfants de notre base TRL suivis au cours du temps à 20, 30 et 39 mois. Nous avons confronté les productions des enfants et les productions des mères (comme précédemment, les analyses du langage de l’enfant portent sur 120 énoncés par session, celles de l’input sur 100 énoncés de la mère pris autour des productions de l’enfant). Pour traquer les éventuels effets d’input, nous nous sommes demandé, d’une part, si l’input changeait avec l’âge de l’enfant et, d’autre part, s’il existait des corrélations entre input et output.

48Pour examiner la première question - rechercher les changements dans l’input - nous considèrerons d’abord les indicateurs généraux du développement de la contrainte d’emploi du déterminant. La figure 5 représente la valeur moyenne de l’indice de grammaticalisation, en version stricte (emploi du déterminant en contextes obligatoires) et en version accommodante (déterminant ou filler en contextes obligatoires) dans les données d’output (enfants) et d’input (mères). Cette analyse met en évidence que l’indice augmente drastiquement chez les enfants, comme nous le savions déjà, mais qu’il reste à un niveau plafond dans l’input : ainsi qu’on pouvait s’y attendre, on ne trouve de ce point de vue aucun changement développemental dans l’input, puisque les mères ne font pas d’omissions agrammaticales.

Figure 5. Indice de grammaticalisation dans l’output (enfants) et dans l’input (mères) pour le groupe de 10 enfants suivis à 20 mois, 30 mois et 39 mois

49Mais, si les mères ne font pas d’omissions agrammaticales, peut-être les proportions de noms qu’elles emploient respectivement avec et sans déterminant changent-elles ? La figure 6 permet de répondre à cette question en présentant de manière plus analytique les différentes constructions nominales produites dans les données.

Figure 6. Fréquence des constructions nominales dans l’output (enfants) et dans l’input (mères) pour le groupe de 10 enfants suivis à 20 mois, 30 mois et 39 mois

50Chez les enfants, les omissions et les fillers diminuent, tandis que les noms employés avec déterminants augmentent, surtout entre 20 et 30 mois (12% à 20 mois, 60% à 30 mois, 63% à 39 mois). Les noms employés correctement sans déterminant ne changent pas beaucoup (25% à 20 mois, 24% à 30 mois, 32% à 39 mois), l’augmentation observée entre 30 et 39 mois n’étant pas significative. Si maintenant on examine l’input, on voit que les productions des mères ne présentent que les deux constructions nominales correctes, avec et sans déterminant, et que la fréquence de ces constructions ne présente pas de changement significatif au cours du temps. Les proportions sont aux alentours de 70% en moyenne pour les noms employés avec déterminant et de 30% pour les noms sans déterminant. Ces proportions sont proches de celles des enfants à 39 mois, bien que la fréquence des constructions avec déterminants soit un peu plus élevée dans l’input.

51La conclusion de ces premières analyses est que, dans l’ensemble, la fréquence relative des noms employés par les mères avec et sans déterminant ne change pas significativement en fonction de l’âge des enfants.

52Pour approfondir notre examen de l’input, nous allons maintenant rechercher si des variables plus spécifiques, telles que la production et la flexibilité d’emploi des déterminants, présentent, dans le langage des mères, des changements associés à l’âge des enfants. La figure 7 montre la production des déterminants (nombre de mots-types et d’occurrences dans les échantillons de 120 énoncés pour les enfants et 100 pour les mères).

Figure 7. Production des déterminants : types et occurrences dans l’output (enfants) et dans l’input (mères) pour le groupe de 10 enfants suivis à 20 mois, 30 mois et 39 mois

53Chez les enfants, le nombre moyen de déterminants produits augmente significativement entre 20 et 30 mois et entre 30 et 39 mois, cela pour les mots-types et pour les occurrences. Dans l’input, il augmente significativement entre 20 et 30 mois et entre 30 et 39 mois pour les mots-types, et entre 30 et 39 mois pour les occurrences. Cela suggère que, avant que les enfants atteignent l’âge de 30 mois, les mères commencent à augmenter progressivement l’éventail et la variété des déterminants dans leurs énoncés, et qu’à partir de 30 mois, elles augmentent aussi nettement le nombre de déterminants produits, sans doute parce leurs énoncés sont plus longs et contiennent plus de noms. Par ailleurs, on note que, pour les deux variables, mots-types et occurrences, le niveau de production des mères reste toujours supérieur à celui des enfants.

54La figure 8 complète cet examen avec une analyse de la fréquence des contrastes, qui témoigne de la plus ou moins grande flexibilité dans l’emploi des déterminants.

Figure 8. Production des contrastes : contrastes A (« un chat/un lapin »), B (« un chat/le chat »), et C (« maman/la maman »), dans l’output (enfants) et dans l’input (mères) pour le groupe de 10 enfants suivis à 20 mois, 30 mois et 39 mois

55Trois types de contrastes ont été identifiés chez les enfants et dans l’input : les contrastes que nous appellerons de type A, de loin les plus fréquents, où le même déterminant est utilisé avec deux noms différents (« un chat / un lapin ») ; lescontrastes de type B, les plus intéressants, où le même nom est produit avec deux déterminants différents (« un chat / le chat ») ; et les contrastes de type C, peu fréquents, où le même nom est produit correctement avec ou sans déterminant (« maman / la maman »).

56Chez les enfants, la production des contrastes A et B augmente significativement entre 20 et 30 mois et entre 30 et 39 mois. Dans l’input, elle augmente significativement entre 30 et 39 mois, tout en restant toujours supérieure à celle des enfants. On peut donc penser qu’à un certain point du développement de l’enfant où celui-ci est susceptible de commencer à capter les variations d’emploi des déterminants, les mères augmentent la diversité des contextes et des contrastes, ce qui en retour permet à l’enfant d’accroître ses performances dans la manipulation du système.

57Ainsi, à un niveau plus subtil de l’analyse de la contrainte d’emploi du déterminant nominal – concernant la fréquence de production et la flexibilité d’emploi des déterminants - des changements observables se produisent de façon significative dans l’input. Ces changements suggèrent un double processus : adaptation du niveau de langage de la mère à celui de l’enfant, et effet d’attraction du langage de la mère sur celui de l’enfant.

58Pour terminer, nous présentons l’analyse des corrélations intra-âge entre input et output (tableau 3). Nous avons retenu dans l’input six variables, qui sont mises en relation avec la production des enfants à chaque âge : les proportions de noms employés sans déterminant et avec déterminant, les nombres de déterminants types et occurrences, et les nombres de contrastes de type A et de type B.

59A 20 mois, on observe très peu de corrélations input/output : les seules significatives concernent le nombre de contrastes B dans l’input, négativement corrélé avec les indices de grammaticalisation. A 30 mois, on en observe encore moins : la seule corrélation notable est la corrélation entre le nombre de déterminants-types dans l’input et l’indice strict de grammaticalisation chez les enfants. A 39 mois, en revanche, le nombre de corrélations devient appréciable. En particulier, la proportion de noms employés avec déterminant et le nombre d’occurrences de déterminants dans l’input sont significativement corrélés avec le nombre d’occurrences de déterminants chez les enfants. Et le nombre de contrastes A et B dans l’input sont significativement corrélés avec le nombre d’occurrences de déterminants et le nombre de contrastes A et B chez les enfants.

INPUT

20 mois

(N=10)

OUTPUT

30 mois

(N=10)

OUTPUT

39 mois

(N=10)

OUTPUT

% de Noms

sans Déterminant

●Det occ (-0.64*)

% de Noms

avec Déterminant

●Det occ (0.64*)

Nb de Types de

Déterminant

●Indice strict (0.57)

Nb d’Occurrences

de Déterminant

●Det typ (0.53)

Det occ (0.71*)

●Contr. A (0.50)

●Contr. B (0.53)

Nb de Contrastes A

●Det occ (0.72*)

●Contr. A (0.71*)

Nb de Contrastes B

●Indice strict (-0.54)

Indice acc (-0.66*)

●% filler (-0.73*)

●Det occ (0.72*)

●Contr. B (0.83*)

Tableau 3. Corrélations intra-âge entre Input et Output pour le groupe de 10 enfants suivis à 20 mois, 30 mois et 39 mois

60Ces résultats indiquent que c’est lorsque les enfants ont atteint un certain niveau de langage (39 mois) qu’apparaissent des corrélations positives entre la production et la diversification des contextes d’emploi des déterminants dans l’input et ces mêmes variables chez les enfants. La question reste ouverte de savoir si la relation input-output est causale ou adaptative, la mère tenant compte des progrès de l’enfant. Il est intéressant de noter qu’à 20 mois une grande diversité des contextes d’emploi des déterminants dans l’input est négativement corrélée avec le niveau de développement des indices de grammaticalisation chez l’enfant. Là aussi, on peut se demander si une insuffisante simplification du langage est finalement défavorable à l’enfant, ou si la mère réagit par compensation par rapport à un niveau de langage de l’enfant qu’elle perçoit comme faiblement grammaticalisé. Quoi qu’il en soit, ces analyses indiquent qu’il existe de subtils changements dans l’input et de subtils effets d’input au cours du développement de la grammaire.

8. Conclusion

61A travers l’examen des trois questions mises à l’épreuve de nos données – gradualité, influences prosodiques et lexicales, effets d’input –, nous espérons avoir montré que l’acquisition du déterminant nominal en français reflétait un processus de construction progressive et interactive de la grammaire, en accord avec les approches fonctionnalistes et constructivistes du développement du langage.

62Nous avons d’abord présenté deux séries d’arguments à l’appui de l’idée que l’acquisition des déterminants était une construction graduelle. En proposant une analyse détaillée du corpus longitudinal d’un enfant (cf. Bassano 2000), nous avons pu montrer que, si l’emploi des déterminants en bonne et due forme est clairement un processus explosif, cette explosion est cependant préparée par des phénomènes précurseurs. La production de fillers pré-nominaux, réalisations partielles et ambiguës de morphèmes grammaticaux, ancrées dans la structure prosodique de la langue, témoigne d’une mise en place plus progressive de la contrainte grammaticale (pour une discussion sur le rôle des fillers, bien attestés en français, voir aussi Veneziano & Sinclair 2000, Veneziano 2003). Le recours à notre corpus transversal constitué de larges groupes d’enfants nous a permis un pas de plus dans l’examen de la gradualité (cf. Bassano, Maillochon & Mottet 2008). L’analyse contrastant les productions des enfants aux âges de 20, 30 et 39 mois a mis en évidence une diversification progressive des formes de déterminants ainsi que de leurs contextes d’emploi, particulièrement sensible entre 20 et 30 mois. Tandis que les enfants les plus jeunes ne manifestent guère de flexibilité dans l’emploi des déterminants, la flexibilité est patente chez les enfants de 30 mois, qui produisent fréquemment et spontanément un même nom avec deux déterminants différents. Si la flexibilité semble se manifester plus précocement dans nos données françaises que dans les études sur l’anglais, son développement constitue l’un des arguments les plus forts en faveur des modèles gradualistes caractéristiques des approches constructivistes (Pine & Lieven 1997, Tomasello 2000, 2003).

63Nous avons ensuite examiné de façon systématique la question des interactions entre les composants du langage au cours du développement. En poursuivant l’analyse de notre corpus transversal à 20, 30 et 39 mois, nous avons montré comment l’acquisition de la contrainte d’emploi du déterminant était influencée par certaines propriétés prosodiques et lexicales de la langue. Nous avons proposé l’idée que les influences prosodiques prédominent aux premières étapes tandis que les influences lexicales se manifestent ultérieurement (cf. Bassano 2008, Bassano, Maillochon & Mottet 2008). Entraînés par la préférence universelle pour le pied binaire et la préférence du français pour le patron iambique, les enfants de 20 mois produisent plus fréquemment un filler ou un déterminant devant les noms monosyllabiques que devant les noms dissyllabiques. L’émergence des déterminants en français serait ainsi facilitée par la structure prosodique de la langue (pour une discussion du rôle de la prosodie, voir aussi Lleo & Demuth 1999, Veneziano & Sinclair 2000, Demuth & Tremblay 2008, Guasti et al. 2008). L’effet prosodique de longueur du nom est très atténué chez les enfants de 30 et 39 mois, chez lesquels, en revanche, nous avons observé un net effet lexical du caractère animé ou inanimé du nom : les noms animés entraînent une moindre production de déterminants que les noms inanimés. L’établissement d’influences lexicales sur le développement grammatical est l’une des pierres de touche des théories du « bootstrapping » lexical et des approches fonctionnalistes interactives (Bates & Goodman 1999, Bassano 2007).

64Pour finir, nous avons abordé la question du rôle de l’input en analysant le langage de la mère adressé à l’enfant dans notre corpus transversal. Selon la théorie des systèmes dynamiques (van Geert 1991, 2008, Bassano et al. 2010), compatible avec les approches fonctionnalistes et constructivistes, input et output devraient entretenir des relations interactives, témoignant que le développement des déterminants chez l’enfant ne s’effectue pas indépendamment de l’input et que le langage adressé à l’enfant tient compte des changements de niveau du langage de l’enfant. Dans cette perspective, nous avons recherché s’il y avait dans l’input d’éventuels changements sur le long terme, susceptibles d’être mis en relation avec les changements chez les enfants. Comme on pouvait s’y attendre, l’explosion des déterminants chez les enfants n’est pas adossée à une transformation similaire dans l’input. En revanche, nous avons trouvé que la diversité et la flexibilité d’emploi des déterminants augmentent dans l’input quand un certain seuil de langage a été atteint par l’enfant, tout en restant toujours supérieures au niveau de l’enfant. Ces résultats ne résolvent pas la question de savoir si la relation input-output est causale ou adaptative – peut-être, précisément, à la fois l’une et l’autre. Ils suggèrent en tout cas que de subtils changements et de subtils effets d’input se produisent au cours du développement de la grammaire chez l’enfant, domaine où ils sont traditionnellement le plus inattendus.

65Il reste évidemment une question centrale pour les recherches futures : dans quelle mesure et selon quelles modalités les effets que nous avons dégagés pour le français se retrouvent-ils dans l’acquisition d’autres langues ?

Haut de page

Bibliographie

Bassano, D. 2000. Early development of nouns and verbs in French: Exploring the interface between the lexicon and grammar. Journal of Child Language 27(3): 521-559.

Bassano, D. 2005. Développement du lexique et émergence de la grammaire. Hommage à Elizabeth Bates, Le Langage et l’Homme XXXX, 2: 7-22.

Bassano, D. 2007. Emergence et développement du langage : enjeux et apports des nouvelles approches fonctionnalistes. In : Demont, E. & M.N. Metz-Lutz (eds.) L’acquisition du langage et ses troubles. Marseille: SOLAL Editeurs, Collection Psychologie, 13-46.

Bassano, D. 2008. Acquisition du langage et grammaticalisation : quel développement pour les noms et les verbes en français ? In : Labrell, F. & G. Chasseigne (eds.) Aspects du développement conceptuelet langagier.Paris: Edition Publibook Université, Collection Psychologie Cognitive, 17-50.

 Bassano, D. & E. Eme. 2001. Development of noun determiner use in French children: lexical and grammatical bases. In : Almgren, M., A. Barreña, M.J. Ezeizabarrena, I. Idiazabal, & B. MacWhinney (eds) Research on Child Language Acquisition. Sommerville, MA: Cascadilla Press, 1207-1220.

Bassano, D., Maillochon, I. & S. Mottet. 2008. Noun grammaticalization and determiner use in French children’s speech: A gradual development with prosodic and lexical influences. Journal of Child Language 35: 403-438.

Bassano, D., Maillochon, I., Korecky-Kröll, K., van Dijk, M., Laaha, S., Dressler, W.U. & P. van Geert. 2010. A comparative and dynamic approach to the development of determiner use in three children from different languages. First Language (accepté pour publication).

Bates, E. & J.C. Goodman. 1999. On the emergence of grammar from the lexicon. In : MacWhinney, B. (ed.) The emergence of language. New Jersey: Lawrence Erlbaum Associates, 29-79.

Bates, E. & B. MacWhinney. 1979.A functionalist approach to the acquisition of grammar. In : Ochs, E. & B. Schieffelin (eds.) Developmental pragmatics. New York: Academic Press, 167-211.

Bates, E. & B. MacWhinney. 1987. Competition, variation, and language learning. In : MacWhinney, B. (ed.) Mechanisms of language acquisition. Lawrence Erlbaum, 157-193.

Bates, E. & B. MacWhinney. 1989. Functionalism and the Competition Model. In MacWhinney, B. & E. Bates (eds.) The crosslinguistic study of language processing. Cambridge MA: Cambridge University Press, 3-73.

Comrie, B. 1989. Language universals and linguistic typology. 2nd Edition. Chicago: University of Chicago Press.

Demuth, K. 1996. The prosodic structure of early words. In : Morgan, J. & K. Demuth (eds.) Signal to syntax: bootstrapping from speech to grammar in early acquisition. Mahwah, NJ: Erlbaum.

Demuth, K. & A. Tremblay. 2008. Prosodically-Conditioned Variability in Children’s production of French Determiners. Journal of Child Language 35: 99-127.

Elman, J., Bates, E., Johnson, M.H., Karmiloff-Smith, A., Parisi, D. & K. Plunkett. 1996. Rethinking innateness: A connectionist perspective on development. Cambridge, MA: MIT Press.

 Gerken, L. 1994.A metrical template account of children’s weak syllable omissions from multisyllabic words. Journal of Child Language 21: 565–584.

Gerken, L. 1996. Prosodic structure in young children’s language production. Language 72(4): 683-712.

Goldberg, A. 1995. Constructions: a construction grammar approach to argument structure. Chicago: University of Chicago Press.

Golinkoff, R., Hirsh-Pasek, K., & M. Schweisguth. (2001). A reappraisal of young children’s knowledge of grammatical morphemes. In : Weissenborn, J. & B. Höhle (eds.) Approaches to bootstrapping, Vol. I. Amsterdam, Philadelphia: John Benjamins, 167–188.

Guasti, M., De Lange J., Gavarro, A. & C. Caprin. 2008. Article omission across child languages. Language Acquisition 15: 89-119.

Hallé, P., Durand, C. & B. Boysson-Bardies. 2008. Do 11-month-old French infants process articles? Language and Speech51(1-2): 23-44.

Huttenlocher, J., Waterfall, H., Vasilyeva, M., Vevea, J. & L. Hedges. (2007). The varieties of speech to young children. Developmental Psychology43: 1062‑1083.

Kail, M. & D. Bassano, 2000/03. Méthodes d’investigation et perspectives heuristiques. In : Kail, M. & M. Fayol (eds.) L’acquisition du langage. Vol. 1 : Le langage en émergence. Paris: Presses Universitaires de France, 29‑59.

Karmiloff-Smith, A. 1992. Beyond modularity. A developmental perspective on cognitive science, Cambridge, MA: MIT Press.

Kupisch, T. 2007. Testing the effects of frequency on the rate of learning: Determiner use in early French, German and Italian. In : Gülzow, I. & N. Gagarina (eds) Proceedings of the workshop on input frequencies in acquisition. Berlin:Mouton de Gruyter.

Kupisch, T. 2008. Dominance, mixing and cross-linguistic influence: On their relation in bilingual development. In : Guijarro-Fuentes, P., Larranaga, P. & J. Clibbens (eds) First Language Acquisition of Morphology and Syntax: Perspectives across Languages and Learners. Amsterdam: John Benjamins, 209‑234.

Lleó, C. 2001. The interface of phonology and syntax: The emergence of the article in the early acquisition of Spanish and German. In : Weissenborn, J. & B. Höhle (eds.) Approaches to bootstrapping, Vol. II. Amsterdam, Philadelphia: John Benjamins, 23‑44.

Lleó, C. & C. Demuth. 1999. Prosodic constraints on the emergence of grammatical morphemes: cross-linguistic evidence from Germanic and Romance languages. In : Greenhill, A., Littlefield, H. & C. Tano (eds.) Proceedings of the 23rd Annual Boston University Conference on Child Language Development. Somerville, MA: Cascadilla Press, 407‑418.

MacWhinney, B. (ed.) 1999. The emergence of language. New Jersey: Lawrence Erlbaum Associates.

MacWhinney, B. 2000. The CHILDES project: tools for analysing talk. Hillsdale, NJ: Erlbaum.

MacWhinney, B. 2004. A multiple process solution to the logical problem of language acquisition. Journal of Child Language 31: 883‑914.

Marchman, V. & E. Bates. 1994. Continuity in lexical and morphological development: a test of the critical mass hypothesis. Journal of Child Language 21: 339‑66.

Matychuck, P. 2005. The role of child-directed speech in language acquisition: A case study. Language Sciences 27: 301‑379.

Peters, A. & L. Menn. 1993. False starts and filler-syllables: Ways to learn grammatical morphemes. Language69: 742‑777.

Pine, J. & E. Lieven. 1997. Slot and frames patterns and the development of the determiner category. Applied psycholinguistics 18(2): 123‑138.

Tomasello, M. 2000. Do young children have adult syntactic competence? Cognition 74: 209‑253.

Tomasello, M. 2003. Constructing a language: A Usage-Based Theory of Language Acquisition. Harvard University Press.

Tomasello, M. & P. Brooks. 1999. Early syntactic development: A Construction Grammar approach. In : Barrett, M. (ed.) The Development of Language. Psychology Press, 161‑190.

Valian, V. 1986. Syntactic categories in the speech of young children. Developmental Psychology 22(4): 562‑579.

Van der Velde, M. 2004. L’acquisition des articles définis en L1 : une étude comparative entre le français et le néerlandais. AILE 21: 9‑46.

Van Geert, P. 1991. A dynamic systems model of cognitive and language growth. Psychological Review 98: 3‑53.

Van Geert, P. 2008. Nonlinear complex dynamical systems in developmental psychology. In : Guastello, S., Koopmans, M. & D. Pincus (eds.) Chaos and Complexity in Psychology. The theory of Nonlinear Dynamical Systems. Cambridge: Cambridge University Press.

Veneziano, E. 2003. The emergence of noun and verb categories in the acquisition of French. Psychology of Language and Communication 17(1): 23‑36.

Veneziano, E., & H. Sinclair. 2000. The changing status of ‘filler syllables’ on the way to grammatical morphemes. Journal of Child Language27(3): 461‑500.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. Indice de grammaticalisation des noms chez Pauline (14 à 30 mois) : versions stricte et accommodante
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/315/img-1.png
Fichier image/png, 106k
Légende Figure 2. Indice de grammaticalisation des noms dans le corpus TRL à 20, 30 et 39 mois (N = 20 par groupe) : versions stricte et accommodante
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/315/img-2.png
Fichier image/png, 87k
Légende Figure 3. Pourcentage des noms monosyllabiques et pluri-syllabiques employés avec filler ou déterminant à 20 mois, 30 mois et 39 mois
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/315/img-3.png
Fichier image/png, 103k
Légende Figure 4. Pourcentages des noms communs animés et communs inanimés employés avec filler ou déterminant à 20 mois, 30 mois et 39 mois
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/315/img-4.png
Fichier image/png, 104k
Légende Figure 5. Indice de grammaticalisation dans l’output (enfants) et dans l’input (mères) pour le groupe de 10 enfants suivis à 20 mois, 30 mois et 39 mois
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/315/img-5.png
Fichier image/png, 75k
Légende Figure 6. Fréquence des constructions nominales dans l’output (enfants) et dans l’input (mères) pour le groupe de 10 enfants suivis à 20 mois, 30 mois et 39 mois
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/315/img-6.png
Fichier image/png, 106k
Légende Figure 7. Production des déterminants : types et occurrences dans l’output (enfants) et dans l’input (mères) pour le groupe de 10 enfants suivis à 20 mois, 30 mois et 39 mois
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/315/img-7.png
Fichier image/png, 85k
Légende Figure 8. Production des contrastes : contrastes A (« un chat/un lapin »), B (« un chat/le chat »), et C (« maman/la maman »), dans l’output (enfants) et dans l’input (mères) pour le groupe de 10 enfants suivis à 20 mois, 30 mois et 39 mois
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/315/img-8.png
Fichier image/png, 104k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Bassano, « L’acquisition du déterminant nominal en français : une construction progressive et interactive de la grammaire », CogniTextes [En ligne], Volume 5 | 2010, mis en ligne le 20 décembre 2010, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://cognitextes.revues.org/315 ; DOI : 10.4000/cognitextes.315

Haut de page

Auteur

Dominique Bassano

Laboratoire « Structures Formelles du Langage », CNRS UPS-Pouchet – Université Paris 8, 59/61 rue Pouchet, F-75017 Paris, France

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo AFLiCo – Association française de linguistique cognitive
  • Les cahiers de Revues.org