Navigation – Plan du site

Grammaticalisation et acquisition des constructions causatives en français et en bulgare

Yanka Bezinska et Iva Novakova

Résumés

Le présent article comprend deux parties. Dans la première, nous traitons de l’évolution diachronique des constructions causatives en français et en bulgare. En français, le changement va des formes périphrastiques V1 causatif + SN + V2 inf en latin au prédicat complexe faire + Vinf en français moderne. En bulgare, l’évolution s’effectue dans un sens opposé : du causatif comportant un infinitif synthétique trepetati sŭtvori (litt. trembler faire) à la construction périphrastique karam Ivan da raboti (j’incite Ivan à ce qu’il travaille). Dans la seconde partie de l’article, nous présentons l’expérimentation menée sur l’acquisition des constructions causatives par des enfants monolingues entre 3 et 6 ans. Les résultats obtenus témoignent d’un certain parallélisme entre grammaticalisation et acquisition, ainsi que du rapport entre la complexité des constructions syntaxiques et les étapes de leur acquisition.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Malgré les nombreux travaux sur les constructions causatives dans les langues (Shibatani 1976, Comrie 1976, Talmy 1976, Dixon, 2000), rares sont ceux qui retracent dans le détail les étapes de leur évolution à travers les siècles (Chamberlain 1986, pour le français ; Vaillant 1977, Ivanova-Mirtcheva & Haralampiev 1999, pour le bulgare) et dans le langage des enfants (Sarkar 2002).

2Notre article poursuit un double objectif. D’une part, en comparant l’évolution de faire + Vinf à celle des constructions causatives en bulgare, il vise à montrer l’apport de la comparaison des langues (Adamczewski 1990) au modèle de la grammaticalisation. D’autre part, il se propose de comparer les étapes de grammaticalisation des constructions causatives à celles de leur acquisition par des enfants monolingues.

3Nous commencerons par une brève présentation de l’évolution diachronique des constructions causatives en français et en bulgare. Nous parlerons ensuite de l’étude menée sur l’acquisition de ces constructions par des enfants monolingues entre 3 et 6 ans. A la fin, nous tenterons de répondre à notre interrogation de départ concernant les correspondances éventuelles entre l’évolution historique des constructions causatives dans les deux langues et leur émergence progressive dans le langage enfantin.

1. La construction factitive faire + Vinf en diachronie

  • 1  Pour plus de détails sur le rôle important que joue l’enfant dans la restructuration de la grammai (...)

4Il existe deux approches pour traiter le changement syntaxique: une approche formelle(ou générativiste) et une approche fonctionnelle-discursive (ou fonctionnelle-cognitive) (Peyraube 2002: 47-49). La première considère que c’est l’acquisition par l’enfant de sa langue maternelle qui est à la base du changement grammatical, celui-ci étant non progressif et autonome de toute considération fonctionnelle, sémantique, pragmatique.1 Cette conception générativiste est remise en question par certains linguistes. Par exemple, pour Aitchison (1981), les changements linguistiques apparaissent toujours au sein d’un groupe social et ce, lorsque les membres du groupe se mettent à imiter inconsciemment les locuteurs qui les entourent. Par conséquent, l’enfant, qui n’appartient pas encore à d’importants réseaux sociaux, ne pourrait pas initier des changements syntaxiques. La seconde approche, l’approche fonctionnelle, cherche à expliquer les changementslinguistiques à travers la fonction essentielle de la langue, notamment sa fonction communicative. Cette fonction communicative est liée à divers facteurs, biologiques, psychologiques, historiques, socioculturels, environnementaux ou développementaux, dont la compréhension est absolument nécessaire à la caractérisation de la structure linguistique (Langacker 1999: 14).

5Peyraube (2002: 49-54) évoque également les trois mécanismes sous-jacents au changement syntaxique, à savoir l’analogie, la réanalyse (la grammaticalisation) et l’emprunt externe. Parmi ces mécanismes, c’est la grammaticalisation qui est à la base du processus de formation du prédicat complexe faire + Vinf en français.

6Le terme de grammaticalisation a été défini pour la première fois par Meillet (1912/1982: 131) comme « le passage de la composante lexicale à la composante grammaticale. ». Kurylowicz (1965: 52) élargit cette notion en parlant d’ « un processus, qui soit change des lexèmes pleins en mots grammaticaux, soit rend des éléments grammaticaux encore plus grammaticaux. ». Dans la littérature, on retrouve également le terme de grammaire émergente (emergent grammar) désignant « un mouvement vers une structure » (movement toward a pattern) (Hopper 1987: 148).

7L’évolution de faire + Vinf illustre deux paramètres révélateurs de la grammaticalisation : la désémantisation et la décatégorisation syntaxique defaire (Lamiroy 1999: 35-37). Le premier processus concerne l’entrée lexicale qui « se vide progressivement de son sens plein pour acquérir en revanche un sens fonctionnel, grammatical » (Lamiroy 1999: 35). La décatégorisation syntaxique consiste dans le fait que « le verbe tend de moins en moins à sélectionner les syntagmes nominaux pour s’associer de plus en plus à des types de verbes non finis ou non tensés, tel l’infinitif. » (Heine 1993: 75).

8Les travaux sur la grammaticalisation des unités linguistiques font état de trois phases, ce qui est également valable pour la construction faire + Vinf (Chamberlain 1986, Simone & Cerbasi 2001):

  • Étape 1 (en latin) : constructions à deux prédicats V1+ ut + V2 subj (IIIe s. av J.-C. – Ier s. ap J.-C.) ; constructions à deux prédicats autonomes V1 causatif + SN + V2 inf (à partir du milieu du Ier s.).

  • Etape 2 (en ancien français : Xe – XIVes. et en moyen français : XIVe – XVIIe s.) : fluctuation entre construction à deux prédicatsfaire + SN + Vinf et prédicat complexefaire + Vinf.

  • Etape 3 (en français moderne : à partir du XVIIes.): faire + Vinf prédicat complexe.

9La première étape illustre une période antérieure au changement observable en latin, qui selon Simone & Cerbasi (2001: 450) est considéré comme un poor causative-oriented language. Le premier verbe de la construction V1 + ut + V2 subjonctif n’est pas spécifiquement causatif ; il est teinté de différentes valeurs modales : coercition, persuasion, ordre, commande. Le latin fait donc appel à des constructions moins grammaticalisées du type : iubere (+facere, + inducere) + ut + V subjonctif :

(1)

Tu etsi non potuisti ullo modo facere ut mihi illam epistulam non mitteres, tamen mallem non esse missam.

Litt.: Tu ne pouvais nullement faire en sorte que tu ne m’envoies pas cette lettre [...]

‘Ah! Certes tu ne pouvais pas faire autrement que de me l’envoyer, mais j’aurais été certainement plus heureux à ce qu’elle ne m’eût pas été envoyée’ (Cicéron, Epistulae ad Atticum, T.2, livre XI, epis. 21, paragr. 1, p. 384).

(2)

Inducere aliquem ut mentiatur (Simone & Cerbasi 2001: 451).

Litt. : amener quelqu’un à ce qu’il mente.

10L’évolution de ces constructions à deux verbes distincts se poursuit, marquée par la suppression du complémenteur utet l’apparition de l’infinitif à la place de la complétive au subjonctif. Les textes latins révèlent des structures du type accusativus cum infinitivo et  dativus cum infinitivo (Chamberlain 1986: 10):

(3)

Facio te venire (accusativus-cum-infinitivo).

Litt. : *Je fais te venir.

(4)

Facio tibi venire (dativus-cum-infinitivo).

Litt. : *Je fais à toi venir.

11Les deux verbes dans les constructions accusativus cum infinitivo et dativus cum infinitivo étaient autonomes et permettaient donc l’insertion d’un SN entre le premier verbe dit causatif et l’infinitif du second verbe:

(5)

Marcus fecit Publium mihi epistulam mittere (Chamberlain 1986: 14).

Litt. : *Marcus fait Publius à moi une lettre envoyer.

12Le degré de cohésion des éléments de la construction facere + SN + Vinf change au cours des siècles. Le SN inséré entre facere et l’infinitif se déplace à droite de l’infinitif. Le verbe facere, de sens très général, se désémantise et se décatégorise progressivement. Il commence à admettre la montée du clitique, ce qui est un indice révélateur « d’une restructuration, c’est-à-dire d’une réanalyse des deux verbes comme un seul syntagme verbal, et donc d’une grammaticalisation » (Lamiroy 1999: 44). Ainsi, en ancien et en moyen français on observe la fluctuation entre l’ancienne forme (à deux prédicats) et la nouvelle (prédicat complexe) :

  • 2  Les exemples de (8) à (9) sont empruntés à Gougenheim (1929: 331, 358).

(6)

Si l’orrat Carles, ferat l’ost returner.

Litt. : *[…] il fera l’armée retourner.

‘Si Charles l’entend, il fera retourner l’armée’ (Roland, v. 1060, p.147).

(7)

Morz est mis niés, ki tant me fist cunquere.

‘Il est mort, mon neveu, qui m’a fait conquérir tant de terres’ (Roland, v. 2920, p. 287).

(8)

Qui facit les coquins mandier ? (Rabelais, Pantagruel, III, 14. XVIe s.)2

(9)

M’annonçant que des dieux la juste bienveillance aura de mon costé fait tourner la balance (J. de Schelandre, Tyr et Sidon, ATF, T. 8, v. 28, p. 47, XVIIe s.).

13En dépit de ces fluctuations, la nouvelle forme de la construction factitive faire + Vinf s’impose. Finalement, la soudure syntaxique de faire et du verbe à l’infinitif s’établit comme norme depuis le xviie siècle (Nilsson-Ehle 1948). De nos jours, le statut de prédicat complexe attribué à cette construction fait l’objet d’un large consensus dans la littérature linguistique (Gaatone 1976, Alsina 1996, Abeillé & Godard 2003, Creissels 2006) :

(10)

La maman fait manger l’enfant.

*La maman fait l’enfant manger.

(11)

La maman fait manger la soupe à l’enfant.

La maman la lui fait manger (montée des clitiques).

*La maman fait la lui manger.

*La maman lui fait la manger.

14Par ailleurs, il est intéressant que certains auteurs contemporains remettent le SN au milieu du prédicat complexe, et ce pour des raisons stylistiques (Nilsson-Ehle 1948) :

(12)

Ce qui faisait Armand répondre à ceux qui lui demandaient… (Gide, Les faux Monnayeurs, 1925).

15La grammaticalisation de la construction factitive faire+Vinf en français est un processus unidirectionnel allant des structures analytiques (à deux prédicats en latin) aux formes plus synthétiques (prédicat complexe en français contemporain) ; sur le plan sémantique, il y aurait également une tendance à la lexicalisation de la construction (ex. : faire voir = montrer, faire mourir = tuer).

2. La construction causative du bulgare en diachronie

16L’évolution de la construction causative en bulgare se fait également en trois étapes (Vaillant 1977,Haralampiev 2001) :

    • 3  Le vieux slave se situe entre le Ve et le IXe s. et il correspond à la langue commune aux tribus s (...)

    Etape 1 (en vieux slave)3 : causatif morphologique en (-o/ě/u/a-…) + -iti

  • Etape 2 (en vieux bulgare : IXe – XIe s. et en moyen bulgare : XIIe – XIVe s.) : fluctuation entre V1 causatif + (SN) + Vinf et V1 causatif + da (conj) + V2 prés.

    • 4  Le XVe s. est considéré comme une période transitoire entre le moyen bulgare et le bulgare moderne (...)

    Etape 3 (en bulgare moderne : à partir du XVIe s.4) : construction à deux prédicats (moins grammaticalisée) V1 causatif + da (conj) + V2 prés.

17Selon Vaillant (1966: 410), le type en –iti du vieux slave « a eu une productivité considérable […] ; il fournissait des itératifs, des factitifs et des dénominatifs » :

  • 5  Notre présentation des vocalismes radicaux suscitant des emplois factitifs du type en –iti- du vie (...)

a)

en tant qu’itératif : goniti (poursuivre), nositi (porter), xoditi (aller) (Vaillant 1966: 411)

b)

en tant que dénominatif : o-soliti (saler) de solĭ (sel), měriti (mesurer) de měra (mesure), o-živiti (vivifier) de živŭ (vivant), veseliti (réjouir) de veselŭ (gai, joyeux) (idem: 432)

c)

en tant que factitif : ces emplois sont observables avec différents vocalismes radicaux (Vaillant 1966)5 :

vocalisme radical –o- : u-moriti (faire mourir) de mĭre-, mrěti (mourir), točiti (faire couler, verser) de teče (couler) (idem: 415-416)

vocalisme radical –ě- : *květiti (faire fleurir) de *kvĭte- (fleurir) (idem: 418)

vocalisme radical –u- : buditi (éveiller) de bŭ(d)nǫti (s’éveiller) ou de bŭděti (veiller), gubiti (faire périr) de gy(b)nǫti (périr) (idem: 419)

vocalisme radical –a- : kvasiti (faire aigrir, faire fermenter) de kysnǫti (s’aigrir), paliti (faire flamber, enflammer) de polěti (flamber), variti (faire bouillir) de vĭrěti (bouillir) (idem: 422-423).

18Le type des factitifs en –iti a été longtemps productif en slave, tout comme en baltique, où il se présentait sous la forme de –inti ou en germanique sous la forme de –jan (Vaillant 1966: 430). Mais, il se mêle à celui des dénominatifs (ex. : « ženiti » - faire prendre femme, marier provenant du substantif « žena » - femme et finalement lui cède sa place. Alors, pour exprimer l’idée de « faire faire une action à qn », le vieux bulgare calque du grec une construction à deux prédicats V1 causatif (sŭtvoriti) + V2 inf :

(14)

Nebogu trepetati sŭtvori

‘Il fit trembler le malheureux’ (Supr. 389, XIe s. in Vaillant, 1977 : 183).

19Cette construction causative à deux prédicats n’avait pas toujours le statut de prédicat complexe, c’est-à-dire, qu’elle permettait l’insertion d’un SN entre le verbe causatif sŭtvoriti et l’infinitif du second verbe lexical :

(15)

Sŭtvorite člověky vŭzlešti

Litt. : Faites les hommes coucher.

Faites coucher les hommes’ (Jean VI, 10 in Vaillant, 1977 : 183).

20La construction causative à deux prédicats n’était donc pas grammaticalisée en vieux bulgare. Progressivement, dans les manuscrits datant de l’époque du vieux bulgare (IXe – XIe s.) commence à apparaître un changement important à savoir, le remplacement de l’infinitif synthétique par une structure périphrastique à base de la conjonction -da qui s’opère sous l’influence des autres langues balkaniques. Les conséquences du passage à l’analytisme sont nombreuses ; par exemple, les déclinaisons nominales disparaissent et l’infinitif se voit de plus en plus concurrencé par la construction da (conj.) + V prés (Ivanova-Mirtcheva & Haralampiev 1999: 48-49) :

  • 6  L’exemple (16) est emprunté à Haralampiev (2001: 171). Il appartient aux Evangiles de Zographensis (...)

(16)

Văzljaze […] da vidit / vidjat Isusa.6

Litt. : Il / elle est sorti(e) voirJésus.

21En bref, la deuxième étape dans l’évolution de la construction causative bulgare se caractérise par la coexistence de deux structures syntaxiques : V1 causatif + (SN) + Vinf (qui fonctionne soit comme prédicat complexe, soit comme construction à deux prédicats à cause de l’insertion d’un SN entre le verbe causatif et le verbe à l’infinitif, cf. les exemples (14) et (15)) et V1 causatif + da (conj) + V2 prés (moins grammaticalisée, à deux prédicats autonomes).

22En bulgare moderne (à partir du XVIe s.) l’infinitif synthétique est entièrement remplacé par la forme analytique en da (conj.) + V prés. La construction causative V1 causatif + da (conj) + V2 prés s’impose définitivement. Ce fait est également observable dans les autres langues balkaniques :

  • 7  Cet exemple a été fourni par un de nos informateurs natifs grecs.
  • 8  Cet exemple est emprunté à Iliescu (1996: 9-10).

(17)

bulg. :

Učiteljat

kara

učenici-te

da četat.

Litt. :

Le professeur

faitque

les élèves

lisent.

(18)

grec :

Tο κορίτσι

κάνει να γελάσει

το μωρό.7

Litt. :

La fille

fait que rie

le bébé.

(19)

roum. :

Profesorul

i-a făcut

pe elevi

să scrie un test.8

Litt. :

Le professeur

a fait

aux élèves

à ce qu’ils écrivent un test.

‘Le professeur a fait écrire un test aux élèves’.

23Pour résumer tout ce que nous venons de dire sur l’évolution des constructions causatives en français et en bulgare, nous proposons le tableau récapitulatif suivant :

FRANÇAIS

BULGARE

Latin

constructions à 2 prédicats

V1 + ut + V2 subj

V1 caus. + SN + V2inf

Vieux slave

Alternance vocalique

(-o/ě/u/a-..) + -iti

umoriti(faire mourir) vs

mrěti (mourir)

Ancien et Moyen français

(XIe s.-XVe s.)

fluctuation entre :

faire + SN + Vinf

faire + Vinf

Vieux et Moyen bulgare

(IXe s. – XVe s.)

fluctuation entre :

V1 caus. + (SN) + V2inf

V1 caus. + da (conj.) + V2prés.

Français moderne

(à partir du XVIe s.)

prédicat complexe :

faire + Vinf

Bulgare moderne

(à partir du XVIe.)

construction à 2 prédicats :

V1 caus. + da (conj.) + V2prés.

Tableau 1. Evolution des constructions causatives en français et en bulgare

24Le tableau 1 ci-dessus montre que l’évolution de la construction causative française va des formes périphrastiques V1 + ut + V2 subjen latin au prédicat complexe faire+Vinfen français moderne.En revanche, l’évolution de la construction causative bulgare s’effectue dans une direction diamétralement opposée, allant des formes synthétiques (les causatifs morphologiques du vieux slave) aux formes périphrastiques V1 caus. + da (conj.) + V2prés. (inciter qn à ce qu’il travaille) en bulgare moderne.Ce phénomène s’explique, à notre avis, par la disparition progressive de l’infinitif bulgare sous l’influence de l’aire balkanique.

3. L’acquisition des constructions causatives en français et en bulgare

3.1. Méthodologie

3.1.1. Participants dans l’expérimentation

  • 9 Les enfants que nous avons enregistrés appartiennent aux trois classes de l’école maternelle: petit (...)

25Nos données ont été collectées auprès de 71 enfants francophones et 60 enfants bulgarophones ; tous les enfants sont unilingues et ont entre 3 et 6 ans. Ainsi, nous avons constitué trois groupes expérimentaux9 :

a)

25 enfants francophones et 20 enfants bulgarophones entre 3 et 4 ans ;

b)

21 enfants francophones et 20 enfants bulgarophones entre 4 et 5 ans ;

c)

25 enfants francophones et 20 enfants bulgarophones entre 5 et 6 ans.

26Les participants ont été enregistrés et filmés individuellement et ce, une seule fois ; chaque session expérimentale se déroulait à la maternelle et durait approximativement 20 minutes.

3.1.2. Matériel linguistique

27Le choix des verbes cibles de notre recherche est conditionné par leurs propriétés syntaxiques et sémantiques (Perlmutter 1978, Levin & Rappaport 1995) :

a)

intransitifsrire (smeja se) et pleurer (plača) (inergatifs agentifs), danser (tancuvam) (inergatif de mouvement) et tomber (padam) (inaccusatif de changement de position).

b)

verbes à double constructionboire (pija) et manger (jam). Ces verbes peuvent apparaître dans une structureintransitive (ex.:Le bébé boit / mange → Bebeto pie / jade) ou transitive (ex.:Le bébé boit du lait. / L’ours mange du miel → Bebeto pie mljako. / Mečkata jade med).

3.1.3. Tâches expérimentales

28Pour mener l’expérimentation, nous avons conçu une tâche de production, une de compréhension et une d'imitation (McDaniel et al. 1998).

29La tâche deproduction est présentée sous forme des extraits de dessins animés que les enfants observent sur l’ordinateur. Ces clips montrent des situations potentiellement causatives où un personnage fait agir un autre. L’objectif de la tâche est de voir si les jeunes locuteurs entre 3 et 6 ans sont capables de produire correctement les constructions causatives de leur langue:

Enquêtrice: Qu’est-ce qu’elle fait, la grenouille ?
bulg. : Kakvo pravi žabata ?
(réponse attendue de l’enfant): Elle gonfle ses joues.
bulg. : (Tja) si naduva buzite.

Enquêtrice: Qu’est-ce qu’il fait, Tarzan ?
bulg. : Kakvo pravi Tarzan ?
(réponse attendue de l’enfant): Il pleure.
bulg. : (Toj) plače.

Enquêtrice: Alors, la grenouille gonfle ses joues et comme ça qu’est-ce qu’elle fait à Tarzan ?
bulg. : Znači, žabata si naduva buzite i po tozi način, kakvo pravi tja na Tarzan ?
(réponse attendue de l’enfant): Elle le fait pleurer.
bulg. : (Tja) go razplakva / (Tja) go kara da plače.

30La tâche de compréhension se déroule sous forme de jeux d’interaction entre l’enquêtrice et l’enfant. Elle a pour objectif de voir si les jeunes locuteurs sont capables de reconnaître les constructions causatives de leur langue lorsqu’ils les entendent dans l’environnement langagier :

Enquêtrice: Maintenant, je vais te dire quelque chose, écoute-moi bien et après c’est toi qui vas jouer avec les figurines ! Alors, voilà un bébé et une maman. La maman fait boire le bébé. À toi maintenant, fais comme la maman !
bulg. : Sega, az šte ti kaža nešto, slušaj me dobre i posle ti šte si igraeš s igračkite ! Naprimer, eto edno bebe i edna majka. Majkata kara bebeto da pie / dava na bebeto da pie. A sega ti napravi kakto majkata !

31La dernière tâche expérimentale (imitation avec changement des actants) se déroule également sous forme de jeux d’interaction entre l’enquêtrice et l’enfant. Son objectif est l’exploration de l’imitation productive chez les jeunes apprenants, c’est-à-dire, de voir si les enfants sont capables de produire correctement les constructions causatives de leur langue après les avoir entendues dans l’énoncé de l’enquêtrice (production enprésence du modèle adulte):

Enquêtrice: Regarde bien, je vais te montrer quelque chose! La maman fait boire le bébé. Et maintenant, dis-moi, qu’est-ce qu’il fait, le papa ? (l’enquêtrice montre à l’enfant le papa qui fait boire la grande sœur).
bulg. : Az šte ti pokaža nešto, gledaj dobre ! Majkata kara bebeto da pie / dava na bebeto da pie. A sega, kaži mi kakvo pravi tatkoto ?
(réponse attendue de l’enfant): Le papa fait boire la grande sœur.
bulg. : Tatkoto kara kakata da pie / dava na kakata da pie.

3.2. Premiers résultats

  • 10  Baron (1977), citée par Romaine (1989: 216).

32Dans cette dernière section, nous présenterons les résultats constatés au stade actuel de notre recherche sur l’existence d’un certain parallélisme entre changement historique et acquisition (Slobin 1977, Romaine 1989) des constructions causatives en français et en bulgare. D’après Baron (1977),10 les enfants auraient initié le développement de certains causatifs périphrastiques en anglais (par ex. : to make run - faire courir). L’auteur précise également que sur les plans diachronique et ontogénétique, l’émergence du causatif périphrastique en make est la plus précoce.

33Les démarches méthodologiques que nous avons adoptées pour mener notre expérimentation, ainsi que nos premiers résultats vont au-delà de ceux rapportés par Sarkar (2002). Elle explore la capacité des jeunes locuteurs francophones (entre 1,9 et 3,10 ans) à comprendre et à produire la construction factitive. L’analyse quantitative qu’elle applique lui permet d’esquisser les trois principales étapes dans l’acquisition de faire + Vinf (idem, p. 191) :

a)

Le verbe factitif faire est souvent omis (ex. : *Je danse le p’tit chat). L'auteur précise qu’entre la période de suppression massive de faire (avant 2 ans) et celle de son apparition consécutive, il y aurait une étape intermédiaire au cours de laquelle certains enfants sont plutôt disposés à le supprimer, tandis que d’autres sont plutôt disposés à le produire (mostly omitting or mostly supplying).

b)

Les clitiques sont mal placés, alors faire + Vinf n’est pas encore considéré comme prédicat complexe, mais comme une construction moins grammaticalisée(ex. : *Je fais les sauter). L’auteur précise que le mauvais placement des clitiques est toujours accompagné par de nombreux exemples d’emplois conventionnels (fluctuations).

c)

La construction est stabilisée (ex. : Puis, je vais le faire sauter sur le bébé.).

34Notre corpus contient peu d’occurrences confirmant les deux premières étapes, à savoir l’omission occasionnelle de faire (ex. : Il *rit la fille) et l’interprétation bi-clausale (à deux prédicats distincts) de la construction faire + Vinf (ex. : *Le papa fait la fille manger). Ce fait est probablement dû à l’âge plus avancé de nos sujets interviewés (entre 3 et 6 ans).

  • 11  Pour ce qui est du français, notre expérimentation explore la capacité des enfants à produire, à c (...)

35 Les résultats obtenus suite à l’expérimentation menée auprès des enfants francophones et bulgarophones sont rapportés dans le tableau 211 :

Production

Compréhension

Imitation

FR

BG

FR

BG

FR

BG

3-4 ans

25

35

63

70

54

57

4-5 ans

33

40

70

83

63

68

5-6 ans

40

48

85

96

72

80

Tableau 2. Pourcentages de réussite des trois tâches expérimentales dans les deux corpus

36Le tableau 2 ci-dessus montre que la tâche la plus difficile pour tous les enfants est la production des constructions causatives. Toutefois, celle-ci est mieux réussie chez les participants bulgarophones. Nous expliquons ce phénomène par le catactère plus ou moins complexe des constructions causatives dans les deux langues. Faire + Vinf est un prédicat complexe nécessitant le réarrangement des arguments et la montée des clitiques ; tout cela rend son acquisition plus difficile et retarde sa stabilisation. En revanche, karam + da (conj.) + Vprés. est une construction moins grammaticalisée (à deux prédicats autonomes), où chaque verbe est suivi de son propre argument ; ce fait facilite l’acquisition et la maîtrise de la construction à un âge plus précoce. Les meilleurs scores des enfants bulgares en production s’expliquent également par le fait qu’avec certains verbes cibles les jeunes locuteurs pouvaient mobiliser des procédés causatifs synthétiques (ex. : « smeja se » – rire → « razsmivam » – faire rire). Des études inter-langues montrent que les formes synthétiques pour exprimer la causativité sont acquises précocement (cf. Ammon & Slobin 1978).

37Les performances des enfants s’améliorent sensiblement lorsque ceux-ci produisent les constructions causatives après avoir entendu le modèle adulte de la part de l’enquêtrice (tâche d’imitation).

38La tâche expérimentale la plus réussie dans les deux langues est celle qui explore la compréhension des constructions causatives (cf. tableau 2). Les jeunes locuteurs ne semblent pas avoir des difficultés à reconnaître les mécanismes causatifs lorsqu’ils les entendent dans l’environnement langagier. Par conséquent, les enfants francophones et bulgarophones savent traiter cognitivement des structures sémantiques à n+1 actant.

39Finalement, nous pourrions dire que dans les deux langues, les mécanismes causatifs sont en voie de stabilisation. Tenant compte des résultats rapportés par Sarkar (2002), ainsi que de ceux qui ont été constatés au stade actuel de notre recherche, nous pourrions dire qu’il existe, pour le français, certaines correspondances entre l’évolution historique de faire + Vinf et son émergence progressive dans le langage enfantin :

Grammaticalisation

Étape 1

Étape 2

Étape 3

V1 + ut + V2subj

V1 causatif +

SN + V2inf

      -      

faire +SN + Vinf vs.

faire + Vinf

(prédicat complexe)

faire + Vinf

(prédicat complexe)

fluctuation

stabilisation

Acquisition

Étape 1

Étape 2

Étape 3

      -      

Omission de faire

faire +SN + Vinf vs.

faire + Vinf

(prédicat complexe)

faire + Vinf

(prédicat complexe)

fluctuation

stabilisation

Tableau 3. Correspondances entre les étapes de grammaticalisation et d’acquisition de faire + Vinf

40Le tableau 3 montre que le processus de grammaticalisation de la construction factitive faire + Vinf en français, dans ses étapes 2 (fluctuation entre prédicat complexe et construction à deux prédicats) et 3 (stabilisation du prédicat complexe) correspond aux étapes 2 et 3 de son acquisition par les enfants.

41En bulgare, le statut syntaxique de la construction causative, où chaque verbe est suivi de son propre argument, facilite, apparemment, son acquisition et sa maîtrise à un âge plus précoce. Même si des parallélismes entre l’évolution de la construction causative et son acquisition ne sont pas observés en bulgare, le passage du synthétisme vers l’analytisme semble faciliter son appropriation par les enfants bulgares.

Conclusion

42Les résultats actuels de notre étude sur la grammaticalisation et l’acquisition des constructions causatives en français et en bulgare nous permettent de tirer quelques conclusions intéressantes.

43Premièrement, la construction causative en français évolue des formes analytiques (constructions à deux prédicats en latin) aux formes synthétiques (prédicat complexe en français moderne). Etant une structure compacte, faire + Vinf nécessite le réarrangement des arguments et la montée des clitiques, ce qui rend son acquisition plus difficile et retarde sa stabilisation dans le langage enfantin. Pour ces raisons, le processus graduel « step by step » de grammaticalisation, dans ses étapes 2 et 3, correspond aux étapes de l’acquisition de la construction causative française.

44Deuxièmement, à cause de la disparition de l’infinitif sous l’influence de l’aire balkanique, la construction causative bulgare évolue dans le sens inverse à savoir, d’une structure plus compacte du type prédicat complexe vers une structure moins grammaticalisée à deux prédicats. Etant une construction moins compacte, où chaque verbe est suivi de ses propres arguments, la construction causative du bulgare est plus facile à acquérir et sa stabilisation dans le langage enfantin se fait à un âge plus précoce.

45Finalement, les résultats dont nous disposons indiquent qu’entre 3 et 6 ans les constructions causatives en français et en bulgare sont en voie de stabilisation. A ce stade du développement langagier, les enfants savent traiter cognitivement des structures sémantiques à n+1 actants. Ce ne serait donc pas le sémantisme causatif (introduction d’un actant supplémentaire au schéma argumentatif de départ), mais plutôt les propriétés morphosyntaxiques des structures causatives, qui faciliteraient le processus d’acquisition ou, au contraire, qui empêcheraient les enfants de faire des progrès rapides en production.

  • 12  Romaine (1989), citée par Peyraube (2002: 48).

46On pourrait donc conclure à l’existence de certaines correspondances entre l’évolution historique de faire + Vinf en français et son émergence progressive dans le langage enfantin. S’il existe des similarités évidentes entre le changement historique et l’acquisition,12 il paraît difficile de considérer cette dernière comme étant un facteur impulsant le changement historique. A notre connaissance ; il n’existe pas de travaux ayant étudié de près, dans une perspective fonctionnelle et contrastive (français-bulgare), les étapes d’évolution historique des constructions causatives et de leur acquisition.

Haut de page

Bibliographie

Abeillé, A. & D. Godard. 2003. Les prédicats complexes. In : Godard, D. (ed.) Les langues romanes. Problèmes de la phrase simple. Paris: CNRS, 1-62.

Adamczewski, H. 1990. Grammaire linguistique de l’anglais. Paris: A. Colin.

Aitchison, J. 1981. Language change: progress or decay? London: Fontana.

Alsina, A. 1996. The role of argument structure in grammar. Evidence from Romance. Stanford, CA: CSLI Publications.

Ammon, M.S. & D.I. Slobin. 1978. A cross-linguistic study of the processing of causative sentences. Papers and Reports on Child Language Development 15: 114-128.

Baron, N.S. 1977. Language acquisition and historical change. Amsterdam: North Holland.

Chamberlain, J.T. 1986. Latin Antecedents of French Causative faire. New York/Bern/Frankfurt: Lang.

La Chanson de Roland. 1997. Paris: GF-Flammarion.

Cicéron. Ier s. av. J.-Ch. Epistulae ad Atticum. T. 2, Livres VII-XI. Paris: Garnier (1938).

Comrie, B. 1976. The Syntax of Causative constructions: Cross-language Similarities and Divergences. In : M. Shibatani (ed.) Syntax and Semantics, Volume 6:The Grammar of Causative constructions. New York: Academic Press, 261-312.

Creissels, D. 2006.Syntaxe générale: une introduction typologique. T. 1. Paris: Lavoisier.

Dixon, R.M.W. 2000. A typology of causatives : from syntax and meaning. In : Dixon, R.M.W. & A. Aikhenvald (eds.) Changing valency. Case studies in transitivity. Cambridge: Cambridge University Press, 30-88.

Gaatone, D. 1976. Les pronoms conjoints dans la construction factitive. Revue de Linguistique romane 159/160: 165-182.

Gide, A. 1989. Les faux-monnayeurs. Paris: Gallimard.

Gougenheim, G. 1929. Etude sur les périphrases verbales de la langue française. Paris: Les Belles lettres.

Halle, M. 1962. Phonology in generative grammar. Word 18: 54-72.

Haralampiev, I. 2001. Istoričeska gramatika na bălgarskija ezik. Veliko Tărnovo: Faber.

Heine, B. 1993. Auxiliaries: Cognitive forces and grammaticalization. New York, Oxford: Oxford University Press.

Hopper, P. 1987. Emergent grammar. Berkeley Linguistics Society 13: 139-157.

Iliescu, M.1996. Le factitif dans les langues romanes. Romanistik in Geschichte und Gegenwart 2,1: 3-13.

Ivanova-Mirtcheva, D. & I. Haralampiev. 1999. Istorija na bălgarskija ezik. Veliko Tărnovo: Faber.

Kuryłowicz, J. 1965. The evolution of grammatical categories. Esquisses linguistiques 1975: 38-54.

Lamiroy, B. 1999. Auxiliaires, langues romanes et grammaticalisation. Langages 135: 33-45.

Langacker, R.W. 1999. Assessing the cognitive linguistic enterprise. In : Janssen, T. & G. Redeker (eds.) Cognitive Linguistics: Foundations, Scope, and Methodology. Berlin: Mouton de Gruyter, 13-60.

Levin, B. & M. Rappaport Hovav. 1995. Unaccusativity. At the Syntax – Lexical Semantics Interface. Cambridge (Mass.); London: MIT Press.

Lightfoot, D. 1979. Principles of diachronic Syntax. Cambridge: Cambridge University Press.

McDaniel, D., C. McKee & H. Smith Cairns. 1998. Methods for assessing children’s syntax. Cambridge (Mass.); London: MIT Press.

Meillet, A. 1912/1982. L’évolution des formes grammaticales. Linguistique historique et linguistique générale. Paris: Champion 1948, 130-48.

Nilsson-Ehle, H. 1948. Observations sur la soudure syntaxique du groupe « Faire + Infinitif ». Studia linguistica Année II: 93-118.

Perlmutter, D. 1978. Impersonal Passives and the Unaccusative Hypothesis. Proceedings of the Berkeley Linguistic Society 4: 157-189.

Peyraube, A. 2002. L’évolution des structures grammaticales. Langages 146: 46-58.

Romaine, S. 1989. The role of children in linguistic change. In : Breivik, L.E. & E.H. Jahr (eds.) Language Change: contributions to the Study of its Causes. Berlin: Mouton de Gruyter, 199-226.

Sarkar, M. 2002. Saute ça / “Jump this!”: The acquisition of the fairefaire causative by first and second language learners of French. Annual Review of Language Acquisition 2: 157-201.

Shibatani, M. 1976. The grammar of causative constructions: a conspectus. In : Shibatani, M. (ed.) Syntax and semantics, Volume 6: The grammar of causative constructions. New York: Academic Press, 1-40.

Simone, R. & D. Cerbasi. 2001. Types and diachronic evolution of Romance causative constructions. Romanische Forschungen 113: 441-473.

Slobin, D.I. 1977. Language Change in Childhood and in History. In : Macnamara, J. (ed.) Language Learning and Thought. New York: Academic Press, 185-214.

Talmy, L. 1976. Semantic Causative Types. In : Shibatani, M. (ed.) Syntax and Semantics, Volume 6: The Grammar of Causative constructions. New York: Academic Press, 43-116.

Vaillant, A. 1966. Grammaire comparée des langues slaves, Tome III : Le verbe. Paris: Editions Klincksieck.

Vaillant, A. 1977. Grammaire comparée des langues slaves, Tome V : La syntaxe. Paris: Editions Klincksieck.

Haut de page

Notes

1  Pour plus de détails sur le rôle important que joue l’enfant dans la restructuration de la grammaire, cf. aussi Halle (1962), Lightfoot (1979).

2  Les exemples de (8) à (9) sont empruntés à Gougenheim (1929: 331, 358).

3  Le vieux slave se situe entre le Ve et le IXe s. et il correspond à la langue commune aux tribus slaves; il n’y a pas de témoignages écrits de cette période. Entre le VIe et le IXe s. le vieux slave se désagrège progressivement donnant naissance aux différentes langues slaves (Ivanova-Mirtcheva & Haralampiev 1999: 17).

4  Le XVe s. est considéré comme une période transitoire entre le moyen bulgare et le bulgare moderne. Le bulgare moderne comprend deux périodes : 1) le bulgare moderne précoce – du XVIe au début du XIXe s.; 2) le bulgare moderne tardif – à partir du XIXe s. (Ivanova-Mirtcheva & Haralampiev 1999: 42).

5  Notre présentation des vocalismes radicaux suscitant des emplois factitifs du type en –iti- du vieux slave n’est pas exhaustive. Pour plus de détails sur ce sujet, cf. Vaillant (1966: 414-432).

6  L’exemple (16) est emprunté à Haralampiev (2001: 171). Il appartient aux Evangiles de Zographensis et d’Assemanius datant du Xe – XIe s.

7  Cet exemple a été fourni par un de nos informateurs natifs grecs.

8  Cet exemple est emprunté à Iliescu (1996: 9-10).

9 Les enfants que nous avons enregistrés appartiennent aux trois classes de l’école maternelle: petite section (entre 3 et 4 ans), moyenne section (entre 4 et 5 ans) et grande section (entre 5 et 6 ans).

10  Baron (1977), citée par Romaine (1989: 216).

11  Pour ce qui est du français, notre expérimentation explore la capacité des enfants à produire, à comprendre et à imiter la construction factitive faire + Vinf. Le bulgare contemporain, lui, dispose de trois mécanismes causatifs: 1) lexical (xranja – nourrir); 2) morphologique (razsmivam – faire rire); 3) périphrastique (karam da tancuva – faire danser). Notre étude menée auprès des enfants bulgarophones explore leurs habiletés de production, de compréhension et d’imitation de l’ensemble des mécanismes causatifs dans cette langue.

12  Romaine (1989), citée par Peyraube (2002: 48).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yanka Bezinska et Iva Novakova, « Grammaticalisation et acquisition des constructions causatives en français et en bulgare », CogniTextes [En ligne], Volume 5 | 2010, mis en ligne le 20 décembre 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://cognitextes.revues.org/346 ; DOI : 10.4000/cognitextes.346

Haut de page

Auteurs

Yanka Bezinska

Laboratoire LIDILEM, Université Stendhal - Grenoble 3, Direction de la recherche, BP 25, F-38040 Grenoble, France

Iva Novakova

Laboratoire LIDILEM, Université Stendhal - Grenoble 3, Direction de la recherche, BP 25, F-38040 Grenoble, France

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo AFLiCo – Association française de linguistique cognitive
  • Les cahiers de Revues.org