Navigation – Plan du site

La conception syntaxique de la polysémie : une critique

Nick Riemer

Résumés

Selon de nombreuses théories, les variations de forme grammaticale entraînent nécessairement des différences de sens. C’est ce que défend, par exemple, Goldberg, dont le ‘principe de non-synonymie’ fait valoir que “dans le cas où deux constructions sont distinctes sur le plan syntaxique, elles le sont aussi sur le plan sémantique/pragmatique” (1995: 67), ou bien Clark, pour qui “toute différence de forme traduit une différence de signification” (1987: 2). De ce principe découle une conséquence dont l’intérêt pour la modélisation sémantique n’est pas négligeable : si une forme présente deux possibilités syntaxiques (construction, diathèse, possibilités de complémentation, etc.), il s’agit d’une forme à plusieurs sens. Autrement dit, la syntaxe sert de diagnostic de la polysémie lexicale, une forme possédant autant de sens polysémiques qu’elle présente de possibilités constructionnelles dans la syntaxe. Ce principe se voit souvent mis en œuvre dans la modélisation linguistique. Pourtant, comme je le montrerai, il existe, en anglais, de nombreuses données empiriques qui le réfutent.

In many theories, differences in grammatical form necessarily entail differences in meaning. This is the position defended by, for example, Goldberg, whose ‘principle of no synonymy’ states that ‘if two constructions are syntactically distinct, they must be semantically or pragmatically distinct’ (1995: 67), or Clark, for whom ‘any difference in form in a language marks a difference in meaning’ (1987: 2). This principle has a consequence whose significance for semantic modelling is far from minor: if a form shows two syntactic possibilities (of construction, diathesis, complementation options, etc.) it must have several meanings. Put differently, syntax can serve as a diagnostic for lexical polysemy, since a form has as many polysemous senses as it has constructional options in the syntax. This principle is often appealed to in linguistic modelling. However, as I shall show, there is, in English, much empirical data to refute it.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1  Je tiens à remercier très vivement Nina Parish, Julie Lecas et Caroline Lipovsky, qui m’ont beauco (...)

1Pour Ricœur (1975: 148), la polysémie est le phénomène central de la sémantique lexicale.1 Dans la sémantique lexicale récente, la polysémie est devenue le sujet de maintes investigations, autant du point de vue diachronique (Evans & Wilkins 2000), que synchronique (Tyler & Evans 2001, François 2007; Rémi-Giraud & Panier 2003; Riemer 2005; Vanhove 2008), ou computationnel (Durkin & Manning 1989, Pustejovsky 1995). En parcourant toute cette littérature, on constate avec une certaine surprise le manque d’accord parmi les chercheurs sur les critères selon lesquels il est légitime de postuler la polysémie. Il est difficile d’éviter l’impression que si une analyse en syntaxe ou en phonologie a intérêt à postuler la polysémie d’un mot, il y aura toujours une théorie de la polysémie qui lui donnera raison. Pour de nombreux chercheurs, cette situation n’est aucunement souhaitable : selon eux, dans le but d'une théorie rigoureuse, il faut bien des critères de la polysémie.

2On a souvent fait appel, dans plusieurs travaux récents de la linguistique, aux phénomènes syntaxiques comme moyen de justification d’une analyse de la polysémie lexicale, ce qui fournit le point de départ de cet article. Dans la deuxième partie j’introduirai le principe que j’appellerai la “PSP”, preuve syntaxique de la polysémie, dont je donnerai plusieurs exemples. Comme on le verra, la PSP est un principe bien répandu dans la recherche sémantique actuelle, bien que souvent implicite. Ensuite, j’exposerai les raisons pour lesquelles une théorie de la polysémie doit être jugée nécessaire pour le bien-fondé de l'analyse sémantique lexicale, ce qui justifie le problème abordé ici. Dans la quatrième partie de l'article je passerai à la présentation de divers contre-exemples au principe de la PSP, tirés de l’anglais. Comme nous le verrons, les données examinées ici confirment que le principe doit être largement modifié, voire rejeté. Pour conclure, j’essaierai de rendre compte des implications de cet état de fait.

2. PSP : la preuve syntaxique de la polysémie

3La question des rapports entre la valeur sémantique d’une expression et son comportement grammatical a toujours suscité des débats dans la linguistique, règle à laquelle ne déroge aucunement la linguistique récente. D’une part, Chomsky a défendu l’emprise de l’analyse syntaxique sur la sémantique, en affirmant que “plus la description syntaxique s’approfondit, plus elle aborde des questions apparemment sémantiques” (1964: 51, trad. NR). De l’autre, des générativistes plus récents comme Levin et Pinker ont soutenu que “les propriétés syntaxiques des phrases dépendent, en bonne partie, des significations de leurs têtes lexicales” (1992: 3, trad. NR). La possibilité de ces deux points de vue bien différents au sein d’approches théoriques assez rapprochées met en évidence la liaison étroite entre les propriétés sémantiques et syntaxiques ; que ce soit la syntaxe qui détermine la sémantique, ou la sémantique qui détermine la syntaxe, il est clair qu’une dépendance existe bien entre les deux.

4Cette dépendance se voit souvent utilisée comme heuristique dans la modélisation sémantique, surtout en ce qui concerne l’analyse de la polysémie, la situation où un seul vocable possède plusieurs contenus sémantiques, comme voler (qui peut signifier soit ‘se déplacer en l’air au moyen d’ailes’, soit ‘dérober’) ou volume (soit ‘livre’, soit ‘région d’espace’). Je vais me concentrer sur un principe très répandu dans les théories de la polysémie, que j’appellerai le principe de preuve syntaxique de la polysémie (PSP). Selon la PSP, une unité linguistique se révèle polysémique dans le cas où chacun des sens qu’on prétend différents est associé à une option syntaxique différente, soit de diathèse, de complémentation, ou de construction. Une forme possède donc autant de sens polysémiques qu’elle présente de possibilités différentes dans la syntaxe. Autrement dit, on peut identifier les sens polysémiques différents d’une forme lexicale en examinant ses possibilités syntaxiques. Précisons qu’on utilise ce principe très souvent dans la modélisation linguistique. On suppose fréquemment que les variations de forme grammaticale doivent être accompagnées de différences de sens. C’est ce que défend, par exemple, Goldberg, dont le ‘principe de non-synonymie’ fait valoir que ‘dans le cas où deux constructions sont distinctes sur le plan syntaxique, elles le sont aussi sur le plan sémantique/pragmatique’ (1995: 67, trad. NR ; cf. aussi Goldberg 2006: 95), ou bien Clark, pour qui ‘toute différence de forme traduit une différence de signification’ (1987: 2, trad. NR). Citons aussi Bolinger (1968), Hovav & Levin (1998), la grammaire descriptive de Dixon (1991), et la sémantique conceptuelle de Jackendoff (1996) comme autant d’approches qui mettent en œuvre, d’une manière ou d’une autre, un principe tel que la PSP.

  • 2 On ne va pas commenter ici le bien-fondé de la théorie de Wierzbicka (voir Riemer 2006, Geeraerts 2 (...)

5Le principe PSP dirige donc maintes investigations de la signification et de la grammaire. Cependant, on utilise la PSP souvent de manière implicite, et surtout pour justifier les analyses de la polysémie qu’on a proposées pour des raisons indépendantes. On se contentera dans un premier temps d’un seul exemple. Dans la théorie sémantique de Wierzbicka (1996, etc.), l’analyse sémantique est fondée sur une liste d’environ soixante éléments primitifs (indéfinissables), censés constituer les éléments de base de toute signification lexicale. Selon Wierzbicka, on peut analyser toute signification lexicale comme combinaison de ces soixante éléments. A la différence d’autres théories décompositionnelles, les primitifs de Wierzbicka sont ‘naturels’, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas de purs produits théoriques, comme le sont par exemple ceux de Jackendoff, mais des éléments qu’on trouve déjà lexicalisés dans toutes les langues humaines.2 Pour Wierzbicka, le noyau sémantique de toute langue est constitué par cette soixantaine d’éléments, qu’on peut donc traduire dans n’importe quelle langue, sans risque d’erreur, comme dans la liste suivante :

Le lexique de la métalangue sémantique naturelle, version française (Peeters à paraître)

Substantifs JE, TU, QUELQU’UN, QUELQUE CHOSE, GENS, CORPS
Déterminants CE, MÊME, AUTRE
Quantificateurs UN, DEUX, CERTAINS, BEAUCOUP, TOUT
Évaluateurs et descripteurs BIEN, MAL ; GRAND, PETIT
Prédicats mentaux PENSER, SAVOIR, VOULOIR, SENTIR, VOIR, ENTENDRE
Discours DIRE, MOT, VRAI
Actions, évènements, mouvement FAIRE, ARRIVER, BOUGER
Existence et possession IL Y A, AVOIR
Vie et mort VIVRE, MOURIR
Espace OU, ICI, AU-DESSUS, AU-DESSOUS; PRES, LOIN; COTE, DANS; TOUCHER
Temps QUAND, MAINTENANT, AVANT, APRES, LONGTEMPS, PEU DE TEMPS, POUR UN TEMPS
Concepts logiques NE ... PAS, PEUT-ETRE, POUVOIR, A CAUSE DE, SI
Intensificateur et augmentateur TRÈS, PLUS
Taxinomie et partonomie TYPE DE, PARTIE
Similarité COMME

6Comme le démontre la liste ci-dessus, on distingue dans le ‘natural semantic metalanguage’ (NSM) les deux primitifs penser et entendre. Pour Wierzbicka, le fait d’être primitif sémantique entraîne une lexicalisation distincte ; si un élément est primitif sémantique, il doit nécessairement être exprimé par un vocable séparé. Dans le cas de penser et entendre, c’est donc une prévision de la théorie de Wierzbicka que ces deux éléments de sens ne s’unissent jamais dans un seul mot, prévision à laquelle Wierzbicka et d’autres chercheurs ont consacré des démonstrations assez convaincantes. Mais cette hypothèse n’est pas sans poser problème : en Pitjantjatjara, langue aborigène de l’Australie, il s’avère que le mot kulini présente, justement, ces deux sens-là. On traduit kulini soit comme ‘penser’, soit comme ‘entendre’, l’interprétation se faisant en fonction du contexte (voir Evans & Wilkins 2000). Tout donne à penser, donc, que cette langue ne fait pas de différence entre ces deux sens, et que kulini possède un sens monosémique. Pour Wierzbicka, cette situation réfuterait le caractère primitif de penser et entendre.

7Face à ce problème, Goddard a essayé de sauver la théorie, grâce à la PSP, en démontrant qu’il existe des différences syntaxiques associées à chaque sens de kulini. Goddard fait remarquer que kulini présente deux comportements grammaticaux différents, et que cette différence est liée à une différence de signification : ce n’est que lorsqu'il signifie ‘penser’ que kulini peut prendre le complément alatji, comme dans (1), et ce n’est que lorsqu’il signifie ‘entendre’ qu’il peut prendre un complément de type ‘circonstanciel’, comme dans (2) (Goddard 1991: 33-4).

(1)

Ngayulu

alatji

kuli

-nu

‘Tjinguru

-la

1SG

de cette manière

penser

PASSE

peut-être

1PL

‘D’après ce que je pense, peut-être qu’on…’

(2)

Ngayulu

anangu

-ngku

wangka

-nytja

-la

kuli

-nu

1SG

personne

ERG

parler

NOM

LOC

entendre

PASSE

‘J’ai entendu parler une personne.’

  • 3 Sur ce point, une remarque importante s’impose. Même si on admet que toute différence syntaxique co (...)

8Dans le contexte actuel, cet exemple a l’intérêt d’expliciter de manière claire une utilisation tout à fait typique de la PSP. Selon la PSP, le fait qu’une même expression admet des constructions syntaxiques différentes démontre qu'il faut attribuer à l'expression des représentations sémantiques différentes associées à chaque construction. Les phrases n’ayant aucune différence entre elles en dehors du choix d’option syntaxique se révèlent donc comme polysémiques.3

9On utilise la PSP bien plus qu’on ne la définit ; à ma connaissance, on n’a jamais procédé à une explication vraiment satisfaisante du principe dans la linguistique récente. De temps en temps, on l’a même tout bonnement rejetée: c’est le cas de Taylor (1996). Dans l’utilisation commune du principe, la notion d’option de construction syntaxique est sans doute la plus obscure. Si la PSP utilise les options syntaxiques comme diagnostic de la polysémie, il faut bien préciser de quel genre d’option syntaxique il s’agit. A quel niveau d’analyse syntaxique faut-il reconnaître les constructions différentes ? Comme l’a remarqué l’un des relecteurs anonymes de cet article, les structures en anglais en (3) peuvent être traitées soit comme des réalisations de trois constructions séparées, suivant ce qu’on constate en surface, soit comme la réalisation de deux structures seulement : know en construction avec une CP (a et b), et know en construction avec une IP (c) :

(3)

a.

I know that Mary is clever.

b.

I know Ø Mary is clever.

c.

I know Mary to be clever.

10Il va sans dire que toute enquête sur le principe de la PSP doit opérationnaliser la notion de différence constructionnelle ou d’option syntaxique, pour être en mesure de trancher dans un cas tel que (3).

11Pourtant, à ma connaissance, une telle opérationnalisation n’a jamais été proposée. Le plus souvent, on présente un principe comme la PSP en termes très généraux, sans grand souci de précision. Ce manque de précision est, il va sans dire, à regretter. Pourtant, nous n’avons pas l’intention d’essayer d’apporter ici des précisions approfondies à la définition d’option de construction syntaxique. Etant donné notre but actuel, la définition suivante suffira :

Option de construction syntaxique : il existe une option de construction syntaxique dans le cas où une même expression lexicale exhibe deux possibilités syntagmatiques de surfaces différentes, par exemple une option de diathèse (transitif–intransitif), d’accord en nombre (singulier–pluriel), ou de complémentation (choix de préposition).

12Nous allons donner des exemples de chacune de ces catégories ci-dessous. Au lieu de définir la PSP formellement, la définition informelle que l’on vient d’établir nous permettra de démontrer qu’il existe une grande variété de situations où la PSP nous oblige, à tort, à voir de la polysémie. Par conséquent, la validité du principe sera mise en cause. Parmi les exemples que l’on va dégager, nombreux sont ceux où il est question de complémentation, catégorie capitale dans l’analyse de Goddard qui nous a servi de point de départ. Cependant, la complémentation est loin d’être la seule catégorie de cas où le lexicales. Les phénomènes de diathèse, de relativisation et d’accord en nombre s’avèrent également problématiques pour la PSP. Par conséquent, il faudrait une définition plus restreinte de la notion de construction syntaxique pour défendre la PSP contre les contre-exemples que je présenterai. Cela n’implique pas, certes, l’impossibilité d’une telle défense, mais cela la rend bien plus difficile.

3. Le besoin d’une théorie de la polysémie

13Avant d’examiner la PSP, il faut aborder deux reproches erronés que l’on pourrait adresser aux questions abordées ici.

3.1 Critères intuitifs de la polysémie ?

14Pour certains chercheurs, on peut résoudre les questions de polysémie tout simplement, en consultant les intuitions des locuteurs natifs. Quand le chercheur est lui-même locuteur natif de la langue en question, il estime qu’il lui est d’autant plus légitime d’émettre des hypothèses théoriques là-dessus. On trouve donc assez souvent des affirmations selon lesquelles une certaine analyse de la sémantique d’un mot se voit confirmée par les considérations intuitives du chercheur, locuteur natif de la langue. Dans cette perspective, il n’y a absolument aucun besoin d’un critère comme PSP, ce qui rend inutile tout l’exposé que l’on va faire. Répondons donc brièvement à cette objection.

15Il est vrai que les intuitions sémantiques constituent des données importantes pour l’analyse linguistique. C’est avec les données intuitives qu’on aborde un problème pour la première fois, et qu’on commence à élaborer une analyse théorique, et les intuitions sur la compatibilité ou incompatibilité sémantiques des expressions restent pertinentes pendant tout le travail. Pourtant, les locuteurs natifs n’ont pas d’intuitions d’ordre théorique ; les seules intuitions que possèdent les locuteurs natifs, ce sont des intuitions concernant les catégories préthéoriques. En tant que locuteur natif d’anglais, je peux attester de façon intuitive qu’il y a une ambiguïté dans la phrase the exam paper was hard, et je peux exposer l’ambiguïté en proposant deux gloses différentes, “the exam paper was firm to the touch”, et “the exam paper was difficult”. Mais cela n’a rien à voir avec la question de la polysémie éventuelle de hard. Il se peut que hard soit polysémique, et il se peut qu’il soit monosémique ; les intuitions du locuteur natif sont les mêmes dans les deux cas. C’est uniquement en faisant référence à des considérations théoriques qu’on pourra trancher ; et pour les considérations de ce genre, il n’y a pas d’intuitions. Les sémanticiens n’ont donc aucune obligation à refléter dans leurs analyses théoriques les opinions des locuteurs sur le nombre de sens différents qu’un mot possède. Le locuteur natif ne dispose pas de notion rigoureuse de signification séparée ; par conséquent, il n’est pas en mesure de se prononcer sur la monosémie ou la polysémie. Il en est de même pour les sémanticiens eux-mêmes : bien que nous ayons raison de nous laisser guider par nos intuitions quand il s’agit de déterminer quelles questions seront intéressantes à aborder (quelles hypothèses ont une chance d’être fructueuses), nous n’avons aucun droit à ériger les intuitions en substitut de démonstrations soutenues.

3.2 A-t-on vraiment besoin d’une théorie de la polysémie?

16Pour certains chercheurs, l’analyse sémantique peut très bien se passer d’une théorie rigoureuse de la polysémie. Selon Dolan et ses collègues (2000), par exemple, les mots ne possèdent pas de sens discrets ; pour Fillmore et Atkins (2000), même s’ils en possèdent, on ne dispose pas de critères objectifs sur lesquels on pourrait effectuer l’analyse des sens différents d’un terme. Allwood (2003) parle d’une “potentialité de sens” [meaning potential], et soutient que tout mot possède un continuum de sens, tout en soulignant le rôle du contexte dans la détermination des significations. Pour tous ces chercheurs, la distinction entre les mots monosémiques et polysémiques est fausse. Comme le reconnaît Allwood, les problèmes de la polysémie découlent d’une hypothèse initiale selon laquelle les sens sont des structures représentationnelles, des objets mentaux, qu’on peut distinguer. Cette hypothèse se voit de plus en plus remise en question dans la sémantique lexicale contemporaine (Geeraerts 1993, Cruse 2004) ; du coup, celle de la polysémie est également infirmée. Dans cette perspective, il n’y a aucun sens à essayer de résoudre l’analyse sémantique d’un mot. Qu’un mot soit polysémique ou monosémique, qu’il ait quatre sens différents ou cinq, autant de questions inutiles, qui reposent sur des hypothèses douteuses. La réalité, pour de nombreux chercheurs, c’est que les mots possèdent des champs de signification assez flous, et qu’il ne faut pas se prononcer sur la polysémie ou la monosémie d’un mot. Les différentes possibilités de signification qu’un mot possède seront regroupées différemment selon la situation dans laquelle le mot est énoncé, favorisant une analyse de monosémie dans certains cas, une analyse de polysémie dans d’autres — conclusion qui remonte aux articles essentiels de Tuggy (1993) et de Geeraerts (1993).

17Cette idée peut être illustrée facilement avec la théorie de niveaux d’abstraction de Taylor (2003: 161–167). Selon Taylor, le fait de distinguer les différents sens d’un mot n’est légitime qu’en précisant le niveau d’abstraction ou niveau d’accès lexical pour lequel la distinction est valable. Il n’y a donc pas de polysémie ou de monosémie tout court, seulement la polysémie ou la monosémie par rapport à un niveau précis de schématisation lexicale. Le locuteur peut accéder à la représentation sémantique d’une expression sur plusieurs niveaux. Au niveau le moins abstrait, le locuteur est conscient de toutes les différences entre les référents du terme, alors qu’au plus abstrait, il n’a accès qu’à un sens plus flou et indéterminé qui regroupe les référents différents sans aucune différenciation interne.

  • 4 Si on prend compte de la référence, on peut ajouter un niveau d’abstraction supplémentaire, à savoi (...)

18La notion “niveau d’abstraction lexicale” a l’effet de réduire l’importance de la polysémie, en affirmant que tous les mots possèdent des structurations sémantiques instables, variant entre la polysémie et la monosémie en fonction du niveau auquel la représentation sémantique du mot est considérée.4 La polysémie devient donc fonction du niveau dans le réseau conceptuel auquel on traite le sens, et la question de savoir si un mot est polysémique ou monosémique perd beaucoup de son intérêt.

19Cependant, il faut insister sur deux points importants.

201. En premier lieu, pour chaque niveau d’abstraction, il est clair qu’il n’y a que deux possibilités : soit le sens du mot peut être représenté par une seule traduction métalinguistique ou groupement de traductions, soit par plusieurs. Dans le premier cas, il s’agit de la monosémie ; dans le deuxième, de la polysémie. La problématique de la polysémie n’est donc aucunement fausse, comme le prétendent les chercheurs que j’ai déjà évoqués. La monosémie et la polysémie sont les seules possibilités logiques pour la structuration sémantique sur un niveau d’abstraction donné.

212. Qui plus est, la notion même de ‘niveau d’abstraction lexicale’ n’est compréhensible que si les différentes traductions métalinguistiques du mot ont été préalablement déterminées (Geeraerts 1993: 236 poursuit un raisonnement rapproché). Sans des gloses métalinguistiques qui représentent les différents points à l’intérieur de la conceptualisation du mot, il est inutile de parler de niveaux d’abstraction : il faut avoir au préalable des gloses métalinguistiques pour pouvoir identifier des niveaux d’abstraction lexicale. Pourtant, les gloses par lesquels on représente les sens d’un mot constituent déjà une analyse préliminaire de la polysémie du mot. Illustrons-le avec le substantif anglais ring. On peut proposer deux explications différentes du sens de ce mot, A et B :

A: ‘1sonnerie; 2cercle; 3objet arrondi’

B: ‘1sonnerie; 2appel téléphonique; 3cercle; 4arène; 5anneau; 6réseau (d’espions, etc.).’

  • 5  Le choix du français comme métalangage, comme de toute langue, rend l'analyse bien limitée, parce (...)

22Les deux analyses ont à peu près la même extension, mais un nombre très différent de sens, ce qui entraîne un nombre différent de niveaux d’abstraction lexicale auxquels le sens du mot peut être traité. Plus les traductions métalinguistiques initiales du mot sont nombreuses, plus les niveaux d’abstraction le sont.5 Comment savoir donc quelle est la bonne analyse, comment choisir entre A et B ? Bien évidemment, cela revient à demander, précisément, combien de sens différents possède ring : retour du problème de la polysémie.

23On a proposé la notion de niveaux d’abstraction lexicale comme solution, ou plutôt dissolution, du problème de la polysémie : il n’importe plus de préciser si un mot est polysémique ou monosémique, parce les mots peuvent être les deux à la fois. Pourtant, comme on vient de le constater, la notion “niveau d’abstraction lexicale” présuppose qu’on dispose d’une analyse sémantique qui a déjà réglé la question du nombre de sens d’un mot. Autrement dit, la théorie des niveaux d’abstraction présuppose la notion même qu’elle prétend dissoudre.

4. PSP comme diagnostic de la polysémie

24Pour tout niveau d’abstraction lexicale dans l’analyse sémantique d’un mot, on a donc besoin d’un critère pour déterminer si le mot est monosémique ou polysémique. C’est justement pourquoi on a proposé la PSP : lorsqu’on ne sait pas s’il faut voir la polysémie ou la monosémie dans la représentation sémantique d’une unité linguistique, on peut trancher en examinant ses possibilités syntaxiques ou distributionnelles. Déjà en 1897, Bréal a observé que les différents sens des mots correspondaient parfois à des différences au plan morphologique. L’adjectif bon a le comparatif meilleur dans le sens de l’anglais ‘better’, mais plus bon dans le sens ‘plus niais’ (1924 [1897]: 147–8):

Un auteur du xviie siècle [Nicolas Andry] fait remarquer que bon a pour comparatif meilleur, excepté quand il est pris en mauvaise part, et qu’il signifie “niais, simple”, comme dans cet exemple : “ Vous vous étonnez, dites-vous, qu’il ait été assez bon pour croire toutes ces choses ; et moi, je vous trouve encore bien plus bon de vous imaginer qu’il les ait crues “. Les distinctions de ce genre existent partout. Un auteur allemand observe que roth fait au comparatif röther, excepté quand il s’agit de la couleur politique, auquel cas il fait rother. Plutôt que de tourner en dérision des observations de ce genre, il vaut la peine d’en chercher la raison…

25On peut voir dans le principe de la PSP une application syntaxique du même raisonnement.

26Bien entendu, on aura l’occasion d’invoquer la PSP surtout lorsqu’on n’a pas de critères intuitifs pour déterminer la polysémie ou la monosémie d’un mot. Ce n’est donc pas le premier critère de polysémie que l’on utilise : le plus souvent, on ne fait appel à la PSP qu’in extremis, là où on ne dispose plus d’autres critères plus satisfaisants. Comme on l’a vu dans l’analyse de Goddard, la PSP s’avère d’une utilité toute particulière pour les langues dont les locuteurs se servent d’un vocabulaire métalinguistique peu familier, langues pour lesquelles on est donc dans l’impossibilité de consulter les intuitions des locuteurs. Si, comme c’est le cas en Pitjatjantjara, on ne dispose pas d’une catégorie “signification” ou “sens” semblable à celle qu’on utilise naturellement en français ou en anglais, on ne peut évidemment pas demander aux locuteurs combien de sens différents possède un mot. Même si cette question était possible en Pitjantjatjara, toute réponse, comme l’a souligné Ducrot (1984), ne serait aucunement définitive, mais elle serait en tout cas un point de départ bien utile.

27En tant qu’hypothèse empirique, la PSP doit être falsifiable. Comment donc le falsifier? Au cours d’un article très utile, Hudson et al (1996) identifient des synonymes qui intègrent des constructions syntaxiques différentes. Par exemple, likely et probable et should et ought sont, selon les auteurs, des synonymes, mais cela n’empêche pas qu’ils présentent une syntaxe tout à fait différente:

(4)

a.

He is likely/*probable to fail.

‘Il est probable qu’il va échouer.’

b.

I should/*ought go now.

‘Je devrais m’en aller.’

c.

I ought/*should to go now

‘Je devrais m’en aller.’

28Acceptant provisoirement que ces mots soient synonymes (ce qui n’est pas forcément tout à fait acceptable), le fait qu’ils participent à des constructions différentes démontre de façon claire que le même sémantisme peut bien être réalisé par une différence constructionnelle, lorsque celle-ci se manifeste sous la forme de lexèmes différents. Cela fournit une réfutation du principe de non-synonymie de Goldberg (voir ci-dessus, §2), mais ne constitue pas encore une réfutation de la PSP, qui, elle, concerne le rapport entre sens et option syntaxique au sein du même lexème.

  • 6  Examinons la structure logique de cette démonstration. Notre but étant de réfuter la PSP, nous ne (...)

29Le seul moyen convaincant de réfuter la PSP est donc de montrer des mots qui présentent des options de construction syntaxique, mais pour lesquels il est impossible de préciser une différence sémantique associée à chaque option syntaxique. C’est ce que l’on va faire en 4.1–4.3.6

  • 7 C’est précisément cette critique que soulève l’un des relecteurs anonymes de cet article.

30Avant de passer aux exemples, il faut préciser un aspect important de la démarche que nous allons suivre. L’analyse sémantique que l'on met en avant ici reste à un niveau purement descriptif, la description métasémantique des sens polysémiques écartant tout essai de formalisation. A l’instar de l’écrasante majorité de travaux sur ce sujet, l’exposé de ces sens se fait dans un cadre “observationnel”, c’est-à-dire un cadre qui utilise la langue naturelle elle-même comme son propre métalangage. Cette démarche peut susciter des critiques : comment analyser le sémantisme d’un terme sans disposer de métalangage bien fondé qui servirait de medium d’analyse? Pour pouvoir établir la polysémie ou la monosémie d’un terme, ne faut-il pas disposer d’un cadre d’analyse sémantique rigoureux ?7

  • 8 Cela n’implique aucunement qu’une théorie sémantique, une fois établie, ne risque pas de modifier l (...)

31Cette critique est erronée : elle ne prend pas suffisamment en compte le rôle essentiel des observations sémantiques préthéoriques dans le déroulement de la recherche sur la polysémie. Toute théorie sémantique se construit sur la base d’observations d’ordre préthéorique, reflétant les intuitions sémantiques des locuteurs natifs. Bien entendu, le but d’une théorie sémantique doit être de dépasser ce niveau de base, mais cela n’implique pas l’inadmissibilité des observations sémantiques faites à ce niveau (voir Riemer 2005 pour une justification plus détaillée). Bien au contraire : c’est par l’adéquation avec les intuitions sémantiques, exprimées en langue naturelle, que l’on peut juger du bien-fondé d’un cadre d’analyse théorique.8 Par conséquent, l’usage d’une langue naturelle comme moyen d’analyse sémantique reste tout à fait légitime, les observations sémantiques initiales étant incontournables dans l’élaboration d’une théorie sémantique plus complète. Comme toute analyse sémantique, l'étude de la polysémie que nous entamons ici peut trouver son point d’appui initial soit dans une démarche de théorisationaxée sur la mise au point d'un métalangage artificiel spécialisé, soit dans l’observation et la description fouillées des données par le biais d'une langue naturelle. Il serait tout aussi justifié d’insister sur la priorité nécessaire d’un métalangage pré-établi pour une analyse correcte de la polysémie, que sur la priorité d’une analyse de la polysémie pour le bien-fondé d’un métalangage sémantique. Dans les deux cas, un progrès sera réalisé par une dialectique entre la théorie et l’observation. L’absence de métalangage fixe ne compromet donc pas la présente enquête sur le principe de la PSP.

4.1 Options de diathèse

32Les options de diathèse fournissent un grand échantillon de cas où une option syntaxique ne correspond en rien à une différence de sens.

4.1.1 Choose, etc.

33Comme l’observe Dixon (1991: 42), les verbes comme choose, propose, intend, mean, desire et wish sont soit transitifs, soit intransitifs, avec des compléments en for, comme en (5) a.

(5)

a.

I chose for Mary to lead the parade

b.

I chose Mary to lead the parade.

‘J’ai choisi Mary pour mener le défilé.’

34Chose en (5b) est transitif, avec Mary comme objet direct, comme le prouve la possibilité du passif Mary was chosen by me to lead the parade. En (5a), cependant, chose est intransitif, et il n’y a aucune possibilité d’un passif.

35Selon Dixon, il y a une différence sémantique entre (5) (a) et (b): le fait de choisir Mary s’effectue d’une manière plus directe en (5a) qu’en (5b):

It would be appropriate for me to say [5a] if, as organiser of the parade, I communicated my decision to other people who would in turn inform Mary. But if I stood before the participants for the parade and pointed to Mary as I made the choice, then [5b] would be the appropriate construction to use. (Dixon 1991: 42)

36Choose devient, donc, polysémique, selon Dixon. L’analyse de Dixon représente bien, c’est clair, une interprétation possible des phrases en (5). Mais cette interprétation n’est pas du tout obligatoire. Il n’y a rien d’étrange en (6) (a) et (b), bien qu’on utilise chose for en (6a) pour une action plus directe qu’en (6b).

(6)

a.

I chose for Mary to lead the parade by pointing straight at her.

‘J’ai choisi Mary pour mener le défilé en pointant le doigt vers elle.’

b.

I chose Mary to lead the parade and had my choice communicated to her.

‘J’ai choisi Mary pour mener le défilé et je lui ai fait part de mon choix.’

37La différence sémantique que voit Dixon s’avère donc illusoire. Il y a bien une option syntaxique, mais sans différence sémantique lexicale pour choose.

4.1.2 Protest, appeal, agree

38Ces trois verbes connaissant deux versions : une version transitive, et une version intransitive où ils prennent les prépositions against ou bien on. Pourtant, il n’y a pas la moindre différence entre elles au plan sémantique:

(7)

a.

There was a demonstration to protest (against) the war on Iraq.

‘Il y avait une manifestation pour protester contre la guerre sur l’Irak.’

b.

American Tobacco will appeal (against) this decision.

‘American Tobacco fera appel de cette décision.’

c.

The meeting agreed (on) the proposal.

‘La réunion s’est mise d’accord sur la proposition.’

4.1.3 Decide

39Comparons les possibilités de construction du verbe decide, qu’analyse aussi Dixon (1991: 273) :

(8)

a.

The President decided on the order of precedence.

b.

The President decided the order of precedence.

‘Le président a décidé l’ordre de préséance.’

40Pour Dixon, la première phrase (8a) implique que le président a déterminé à lui seul l’ordre de préséance, sans que personne d’autre n’y contribue, alors qu’on utiliserait la deuxième phrase (8b) si il y avait eu une dispute au sujet de l’ordre de préséance, et que le président a dû trancher. Néanmoins, on peut facilement déjouer le contraste sémantique, en ajoutant des éléments qui vont à l’encontre des implications que voit Dixon. C’est ce que j’ai fait en (9) :

(9)

a.

The President decided on the order of precedence with the help of her advisors.

‘Le président a décidé l’ordre de préséance avec l’aide de ses conseillers.’

b.

In a climate of general agreement, the President decided the order of precedence.

‘Dans une ambiance d’accord général le président a décidé l’ordre de préséance avec l’aide de ses conseillers.’

41Il n’y a absolument rien d’étrange à ces phrases. La différence sémantique n’est donc pas à attribuer à la seule différence de construction.

4.2 Options d’accord en nombre

42En bien de dialectes d’anglais, les noms comme government, committee, etc. peuvent se construire avec un verbe soit au singulier, soit au pluriel, sans que cette différence entraîne une différence sémantique :

(10)

The government is/are hostile to your proposal.

‘Le gouvernement (comité, équipe, conseil d’administration, famille) s’oppose à votre proposition.’

43On pourrait soutenir qu’au pluriel la construction souligne la diversité interne du référent du nom, alors qu’au singulier on met en avant son unité. C’est faux. Encore une fois, une telle analyse serait une interprétation possible, mais pas du tout nécessaire, comme le démontre (11), qui ne comporte pas de conflit sémantique :

(11)

a.

The government are unanimous and undivided in their hostility.

‘Le gouvernement est unanime et sans division dans leur opposition.’

b.

The government is in complete disunity on this question.

‘Le gouvernement est en désaccord total sur cette question.’

4.3 Options de prépositions et de conjonctions de complémentation

44La catégorie la plus grande de contre-exemples à la PSP concerne les possibilités de conjonctions de complémentation.

4.3.1 Les prépositions suivant les noms et les adjectifs

45Nombreux sont les noms et les adjectifs qui régissent des prépositions différentes, sans différence de sens :

(12)

a.

The Kaiser was angry at Bismarck.

b.

The Kaiser was angry with Bismarck.

‘Le Kaiser était en colère contre Bismarck.’

(13)

a.

Your hatred of jazz mystifies me.

b.

Your hatred for jazz mystifies me.

‘Ta haine du jazz me mystifie.’

(14)

a.

We had a disagreement about the price.

b.

We had a disagreement over the price.

‘On avait un désaccord sur le prix.’

(15)

a.

His views on Swedenborg were laughable.

b.

His views about Swedenborg were laughable.

c.

His views concerning Swedenborg were laughable.

‘Ses opinions sur Swedenborg étaient risibles.’

(16)

a.

This is a different crisis from the one we had yesterday.

b.

This is a different crisis to the one we had yesterday.

c.

This is a different crisis than the one we had yesterday.

‘C’est une crise différente de celle d’hier.’

4.3.2 Reason

46Le substantif reason présente un choix entre les trois structures synonymes suivantes :

(17)

a.

The reason why they did it was to annoy Henry.

b.

The reason that they did it was to annoy Henry.

c.

The reason Ø they did it was to annoy Henry.

‘La raison pour laquelle ils l’ont fait, c’était pour énerver Henry.’

47Pourtant, cela ne correspond pas à une différence dans le sémantisme du substantif.

4.3.3 Omission du that

48Il existe beaucoup de verbes où on peut se passer librement de la conjonction that. En aucun cas cela n’entraîne une différence sémantique :

(18)

a.

I said/remembered /knew/was worried/ that I had to go home.

b.

I said/remembered /knew/was worried/ Ø I had to go home.

‘J’ai dit/Je me suis rappelé/Je savais/Je m’inquiétais qu’il fallait que je rentre.’

4.3.4 Complémentation de know

49Les phrases suivantes (tirées de Dixon 1991: 223) apparaissent tout à fait identiques sur le plan sémantique :

(19)

a.

I know that Mary is clever.

b.

I know Mary to be clever.

‘Je sais que Mary est intelligente.’

(20)

a.

I know that Mary raced giraffes in Kenya.

b.

I know Mary to have raced giraffes in Kenya.

‘Je sais que Mary a fait courir les giraffes au Kenya.’

50Après un négatif, know accepte un complément en whether ou bien en if, sans la moindre conséquence sémantique (Dixon 1991: 215) :

(21)

a.

I don’t know whether Mary is clever.

b.

I don’t know if Mary is clever.

‘Je ne sais pas si Mary est intelligente.’

4.3.5 Complémentation de try

51Après try, on trouve soit and, soit to :

(22)

a.

Try and put it back on.

b.

Try to put it back on.

‘Essaie de le remettre.’

52Cette alternance n’est pas toujours possible, comme le démontre (23).

(23)

a.

*I tried and guess it.

b.

*They were trying and find it.

53Pourtant, là où l’alternance est permise, il est impossible de constater une différence de sens.

5. Conclusion

54Nous venons de mettre en avant un échantillon assez étendu de situations dans lesquelles une différence syntaxique ne s’accompagne d’aucune différence de sens dans le mot qui présente cette différence. Quelle est la conséquence pour la PSP ? Il y a trois possibilités. Soit on l’abandonne entièrement, soit on l’affine pour échapper aux contre-exemples qui viennent d’être présentés, soit on propose d’autres procédés qui expliquent pourquoi la PSP ne s’y applique pas. Aux défenseurs de la PSP de décider. Quant à moi, je crois que c’est clair qu’il y a tant de contre-exemples au principe qu’il faut l’abandonner comme heuristique dans l’étude de la polysémie.

55Comme nous l'avons démontré, la PSP ne fournit pas la justification de la polysémie qu’on prétend. En ceci il n’y a rien de particulier : la PSP s’inscrit dans une longue liste de critères de polysémie qui se sont avérés insuffisants. Comme l’ont souligné bien des chercheurs (Geeraerts, Allwood, etc.) aucun des tests de polysémie proposés dans la littérature, qu’il soit un test logique, distributionnel, définitionnel, anaphorique ou syntaxique, ne s’avère satisfaisant. Sans exception, tous ces tests échouent. Est-ce qu’il faut donc renoncer à la polysémie comme catégorie d’analyse sémantique? Pas forcément. Si on dispose d’une théorie assez convaincante, le fait même qu’elle exige une analyse selon laquelle certains mots sont polysémiques peut constituer à elle seule une raison suffisante. Si une analyse présente beaucoup d’intérêt théorique, si elle rend possible l’explication de beaucoup de données empiriques, alors ce n’est pas une faute sérieuse si elle exige aussi certains postulats dont la justification ne peut être établie indépendamment. Autrement dit, la justification de la polysémie peut reposer sur l’efficacité ou le succès global de la théorie dont elle fait partie. On a trop souvent tendance en linguistique à supposer que chaque élément de la théorie dont on se sert doit être établi de façon indépendante. C’est comme si on construisait une théorie tout comme on érige un château de cartes : le moindre manque de soutien dans une partie de l’édifice fait effondrer le tout. Cela ne se passe pas ainsi. Dans la recherche empirique, les détails du modèle proposé sont souvent établis sur la base de considérations internes à la théorie pour lesquelles on n’a pas de confirmation directe ou empirique.

56De façon générale, on peut voir ici un rapport avec la question de l’interprétation réaliste ou instrumentaliste des théories linguistiques, à laquelle Carr (1990) consacre une discussion intéressante. Si la polysémie d’un mot est un postulat à l’intérieur d’une théorie qui rend possible la prévision de faits linguistiques, il n’y a pas grand intérêt à demander si cette polysémie est un fait psychologique indépendant pour lequel on devrait chercher des preuves indépendantes. Dans cette perspective, les théories linguistiques ne sont que des instruments qu’on utilise pour comprendre les données empiriques. On peut donc rejeter l’idée que la polysémie doit toujours être justifiée indépendamment. C’est à juste titre que les sémanticiens supposent l’analyse sémantique qui rend possible la théorie la plus efficace du phénomène qu’on étudie. Par exemple, la polysémie est souvent un corollaire des analyses sémantiques de la théorie “verb classes and alternations” de Levin & Hovav (voir Levin & Hovav 1992). Cette théorie répartit les verbes dans plusieurs catégories selon des critères sémantiques, dont découlent de riches conséquences syntaxiques. Souvent, cette répartition rend nécessaire une analyse selon laquelle les mots en question doivent être polysémiques. Si on estime que la théorie de Levin & Hovav est suffisamment explicative et puissante, le fait qu’elle exige une analyse de polysémie constitue à lui seul une justification adéquate de sa postulation. Inutile de chercher des justifications indépendantes, parce que dans une perspective instrumentaliste, on a droit à toute hypothèse qui rend possible des explications efficaces : c’est le succès explicatif même qui justifie ses moyens. Par contre, si on interprète les théories linguistiques de manière réaliste, comme des théories psychologiques, des théories dont chaque partie doit correspondre à un fait psychologique réel, il faut bien s’assurer que les postulats qu’on avance correspondent bien à des fait mentaux réels. La plupart des théories contemporaines de la sémantique sont réalistes, ce qui rend leur échec dans la justification de la polysémie encore plus gênant. Dans une perspective instrumentaliste, cet échec paraît bien moins grave.

Haut de page

Bibliographie

Allwood, J. 2003. Meaning potentials and context: Some consequences for the analysis of variation in meaning. In : Cuyckens, H., R. Dirven, & J. Taylor (eds) Cognitive Approaches to Lexical Semantics. Berlin: Mouton de Gruyter, 29-65.

Bolinger, D. 1968. Entailment and the meaning of structures. Glossa 2 : 119–127.

Bréal, M. 1924 [1897]. Essai de sémantique. Paris: Hachette.

Carr, P. 1990. Linguistic realities. An autonomist metatheory for the generative enterprise. Cambridge: Cambridge University Press.

Chomsky, N. 1964. Current issues in linguistic theory. The Hague: Mouton.

Clark, E. V. 1987. The principle of contrast: a constraint on language acquisition. In : MacWhinney, B. (ed.) Mechanisms of language acquisition. Hillsdale: Lawrence Erlbaum, 1-33.

Cruse, A. 2004. Meaning in language. Oxford: Oxford University Press.

Dixon, R. 1991. A new approach to English grammar, on semantic principles. Oxford: Oxford University Press.

Dolan, W., L. Vanderwende & S. Richardson. 2000. Polysemy in a broad-coverage natural language processing system. In : Ravin, Y. & C. Leacock (eds) Polysemy. Theoretical and Computational Approaches. Oxford: Oxford University Press, 178-204.

Ducrot, O. 1984. Le dire et le dit. Paris: Gallimard.

Durkin, K. & J. Manning. 1989. Polysemy and the subjective lexicon: Semantic relatedness and the salience of intraword senses. Journal of Psycholinguistic Research 18: 577-612.

Evans, N. & D. Wilkins. 2000. In the mind’s ear: the semantic extension of perception verbs in Australian languages. Language 76: 546-592

Fillmore, C. & B. Atkins. 2000. Describing polysemy: the case of crawl. In : Ravin, Y. & C. Leacock (eds.) Polysemy. Theoretical and Computational Approaches. Oxford: Oxford University Press, 91-110.

François, J. 2007. Pour une cartographie de la polysémie verbale. Leeuven: Peeters.

Geeraerts, D. 1993. Vagueness’s puzzles, polysemy’s vagaries. Cognitive Linguistics 4: 223-272.

Geeraerts, D. 2010. Theories of lexical semantics. Oxford: Oxford University Press.

Goddard, C. 1991. Testing the translatability of semantic primitives into an Australian Aboriginal language. Anthropological Linguistics 33: 31-56.

Goldberg, A. 1995. Constructions: a construction grammar approach to argument structure. Chicago: University of Chicago Press.

Goldberg, A. 2006. Constructions at work: The nature of generalization in language. Oxford: Oxford University Press.

Hovav, M. & B. Levin. 1998. Building verb meanings. In: Butt, M. & W. Geuder (eds.) The projection of arguments. Lexical and compositional factors. Stanford: CSLI, 97-134.

Hudson, R., A. Rosta, J. Holmes & N. Gisborne. 1996. Synonyms and syntax. Journal of Linguistics 32: 439-446

Jackendoff, R. 1996. Conceptual semantics and cognitive linguistics. Cognitive Linguistics 7: 93-129.

Levin, B., & M. Hovav. 1992. The Lexical Semantics of Verbs of Motion: The Perspective from Unaccusativity. In : Roca, I. (ed.) Thematic structure: Its role in grammar. Berlin: Foris, 247-269.

Levin, B. & S. Pinker (eds). 1992. Lexical and conceptual semantics. Oxford: Blackwell.

Peeters, B. À paraître. L’interculturel servi à la sauce MSN, ou À quoi sert la métalangue sémantique naturelle? In : Auger, N., F. Demougin & C. Béal (eds) Les enjeux de la communication interculturelle. Montpellier: Presses universitaires de Montpellier / Maison des Sciences Humaines.

Pustejovsky, J. 1995. The generative lexicon. Cambridge, MA: MIT Press.

Rémi-Giraud, S. & L. Panier (eds). 2003. La polysémie ou l’empire des sens. Lexique, discours, représentations. Lyon: Presses universitaires de Lyon.

Ricœur, P. 1975. La métaphore vive. Paris: Seuil.

Riemer, N. 2005. The Semantics of Polysemy: Reading meaning in English and Warlpiri. Berlin: Mouton de Gruyter.

Riemer, N. 2006. Reductive Paraphrase and Meaning: A Critique of Wierzbickian Semantics. Linguistics and Philosophy 29: 347-379.

Taylor, J. 1996. On running and jogging. Cognitive Linguistics 7: 21-34.

Taylor, J. 2003. Linguistic categorization (3rd ed.). Oxford: Oxford University Press.

Tuggy, D. 1993. Ambiguity, polysemy, and vagueness. Cognitive Linguistics 4: 273-290.

Tyler, A. & V. Evans. 2001. Reconsidering prepositional polysemy networks: the case of over. Language 77: 724-765.

Vanhove, M. (ed.). 2008. From polysemy to semantic change. Amsterdam: Benjamins.

Wierzbicka, A. 1996. Semantics. Primes and universals. Oxford: Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1  Je tiens à remercier très vivement Nina Parish, Julie Lecas et Caroline Lipovsky, qui m’ont beaucoup aidé dans la rédaction de cet article, ainsi que Maarten Lemmens et les deux lecteurs anonymes de Cognitextes.

2 On ne va pas commenter ici le bien-fondé de la théorie de Wierzbicka (voir Riemer 2006, Geeraerts 2010).

3 Sur ce point, une remarque importante s’impose. Même si on admet que toute différence syntaxique correspond à une différence sémantique, il n’est pas évident que la différence sémantique doive se trouver à l’intérieur de l’expression-même qui déclenche les constructions différentes. La différence sémantique n’est pas forcément attribuable à l’expression dont la polysémie est en question : cela dépendra de la théorie de compositionnalité utilisée. Dans la grammaire de constructions de Goldberg (1995, 2006), par exemple, les constructions elles-mêmes véhiculent leur propre sens ; il en résulte que le fait qu’un seul vocable participe à deux constructions distinctes ne révèle rien sur l’individuation de significations lexicales à l’intérieur du vocable lui-même : les sémantismes différents associés à chaque construction pourraient en certains cas relever de la contribution sémantique de la construction, et non pas de l’expression originale, qui soutiendra en conséquence une analyse de monosémie. Même si l’on admet que les différences syntaxiques correspondent à des différences sémantiques, les phénomènes syntaxiques seuls n’imposent pas la conclusion de polysémie.

4 Si on prend compte de la référence, on peut ajouter un niveau d’abstraction supplémentaire, à savoir la situation à laquelle fait référence l'expression lors de chaque énonciation.

5  Le choix du français comme métalangage, comme de toute langue, rend l'analyse bien limitée, parce qu’il ne nous permet d’admettre que les distinctions sémantiques qu’on peut exprimer facilement en français. Un locuteur d'une langue différent peut très bien avoir conscience d’autres distinctions sémantiques qui n’ont pas de traductions évidentes en français ou en anglais.

6  Examinons la structure logique de cette démonstration. Notre but étant de réfuter la PSP, nous ne sommes obligés que de présenter des cas où une différence constructionnelle n’a pas d'effet sémantique. Cela n’implique pas que le mot dont il s'agit n’est pas, en l’occurrence, polysémique. Le raisonnement présenté ici n’établit que la seule conclusion que la présence de plusieurs contextes syntaxiques pour la même expression n'entraîne pas sa polysémie. Il est évident que cette conclusion n'exclut pas la possibilité qu'une analyse de polysémie s’impose pour d’autres raisons. Dans l’analyse de la polysémie comme ailleurs dans les recherches sémantiques, il faut reconnaître que l’on a affaire à des phénomènes très complexes, et que la validité de tout heuristique ne peut être établie que sous des conditions ceteris paribus.

7 C’est précisément cette critique que soulève l’un des relecteurs anonymes de cet article.

8 Cela n’implique aucunement qu’une théorie sémantique, une fois établie, ne risque pas de modifier le statut des intuitions sémantiques préalables, dont certaines seront révélées comme trompeuses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nick Riemer, « La conception syntaxique de la polysémie : une critique », CogniTextes [En ligne], Volume 6 | 2011, mis en ligne le 18 mai 2011, Consulté le 23 avril 2014. URL : http://cognitextes.revues.org/404

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page