Navigation – Plan du site

Etude des adjectifs pareil et égal en français contemporain : entre rapport d’identité et polysémie

Fumitake Ashino

Résumés

Le présent article est consacré à une étude contrastive des deux adjectifs français pareil et égal qui expriment un rapport d’identité entre deux ou plusieurs termes. Partant de l’hypothèse que le rapport d’identité n’est pas un rapport fixe, mais un rapport variable qui se construit par une combinaison de deux composantes : le ‘même’ et le ‘différent’, la première l’emportant sur la seconde, nous montrerons que chaque adjectif définit chacun à sa façon spécifique ce qui correspond au ‘même’ et au ‘différent’. Nous montrerons également que la diversité des valeurs (polysémie), ainsi que les contraintes de distribution associées à chaque unité peuvent être expliquées de façon unitaire sur la base d’une Forme Schématique, définie comme une opération décrivant un rapport complexe entre plusieurs paramètres qu’elle met en jeu.

This paper presents a contrastive study of the two French adjectives pareil and égal, which express a relation of identity between two or more terms. We start from the hypothesis that this relation is not a stable but rather a variable one that emerges through a combination of two components, ‘sameness’ and ‘differentness’, with the former component outweighing the latter. We show that each adjective defines in its particular way what corresponds to ‘sameness’ and to ‘differentness’. We also show that the diversity of values (polysemy) as well as the distribution associated with each unit can receive a unified explanation on the basis of a Schematic Form (Forme Schématique), defined as an operation that describes a complex relation between the several parameters it involves.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous remercions deux relecteurs anonymes de CogniTextes pour leurs commentaires et critiques constr (...)

1En français, comme dans d’autres langues, il existe une série d’adjectifs exprimant un rapport d’identité plus ou moins strict entre deux ou plusieurs termes : analogue, égal, équivalent, identique, même, pareil, semblable, similaire, etc.1

2Nous appelons rapport d’identité un rapport entre deux ou plus plusieurs termes, caractérisé par le fait qu’étant donné les deux composantes constitutives de ce rapport ‘même’ et ‘différent’, la première l’emporte sur la seconde. Cette définition signifie qu’un rapport d’identité n’est pas un rapport fixe, mais variable, que chaque adjectif construit, au sens où chacun détermine, à sa façon particulière, le mode de mise en relation des termes en question, d’une part, et ce qui correspond aux deux composantes ‘même’ et ‘différent’, d’autre part. Cela permet de considérer que le rapport d’identité tel qu’il est défini ci-dessus, s’appréhende sous sa pluralité à travers chaque adjectif.

  • 2 Pour une étude contrastive entre pareil et identique, voir Corteel (2009).

3Le présent article est consacré à une étude contrastive des deux adjectifs pareil et égal,2 considérés souvent comme des synonymes ou quasi-synonymes notamment par les dictionnaires. Dans un premier temps, nous présenterons les contraintes de distribution (§1), ainsi que les valeurs (§2) associées à chaque unité. Dans un deuxième temps, après avoir explicité le cadre théorique dans lequel notre article est inscrit en le comparant avec l’approche cognitive, notamment sur le traitement de la polysémie, nous proposons une caractérisation « unitaire » de chaque adjectif comme une Forme Schématique (nous y reviendrons) (§3). Enfin, sur la base de celle-ci, nous reviendrons sur les contraintes syntaxiques et la polysémie de ces unités (§4).

4Pour constituer un inventaire des valeurs nous avons eu recours à deux types de sources :

– Des corpus existants exploitables à l’aide d’un logiciel de recherche. Le principal est la base Frantext (désormais FT). Nous avons également utilisé des exemples tirés de la presse écrite.

– Des données élicitées, constituées avec l’aide de locuteurs natifs.

1. Distribution de pareil et égal

5 Il est possible de distinguer trois classes d’énoncés selon les possibilités de commutation entre les deux unités : 

1.1 Enoncés où l’un et l’autre adjectif sont possibles avec une interprétation proche

.

(1)

a.

A : Tu viens jeudi ou vendredi ?

B : Pour moi, c’est pareil.

b.

A : Tu viens jeudi ou vendredi ?

B : Ça m’est égal.

(2)

a.

La Grèce, c’est un pays sans pareil.

b.

La Grèce, c’est un pays sans égal.

  • 3 *Ça m’est pareil n’est pas attesté. Sans pouvoir en discuter dans le cadre de cet article, notons s (...)

6En (1), où A demande à B de choisir entre jeudi et vendredi pour ce qui est de venir, les deux adjectifs apparaissent comme très proches, dans la mesure où ils marquent que les deux jours proposés par A conviennent également à B. On notera toutefois que le jugement de celui-ci n’est pas exprimé de la même façon selon les adjectifs : le SP introduit par pour (pour moi) pour pareil en (1a), le pronom datif (me) pour égal en (1b).3 En (2), les locutions dites « figées » sans égal et sans pareil décrivent, l’une et l’autre, une ou plusieurs propriétés remarquables de la Grèce.

1.2 Enoncés où seul l’un des deux adjectifs est possible

.

(3)

a.

A : Tu viens ?

B : ?? Pour moi, c’est pareil (cf. (1)).

b.

A : Tu viens ?

B : Ça m’est égal.

(4)

a.

Devant une belle fille, les hommes sont tous (pareils/ ?? égaux).

b.

Devant la loi, les hommes sont tous (égaux/ ?? pareils).

(5)

a.

A : Bonnes fêtes !

B : Pareil !

b.

A : Bonnes fêtes !

B : *Egal !

(6)

a.

Paul ou Jacques, c’est du pareil au même.

b.

*Paul ou Jacques, c’est de l’égal au même.

(7)

a.

*Paul traite ses enfants de pareil à pareil.

b.

Paul traite ses enfants d’égal à égal.

  • 4 Notons que l’adverbe également est possible dans cet exemple : A : Bonnes fêtes ! B : (A toi) égale (...)
  • 5 Pour une analyse de ces expressions figées, voir Ashino (2012).

7A la différence des exemples en (1) où les deux adjectifs étaient possibles, la suppression d’une alternative en (3) rend pareil fortement contraint, alors que égal n’est pas affecté. Les exemples en (4) montrent que, non seulement les deux adjectifs ne sont pas commutables, mais aussi, selon le SP introduit par la préposition devant, l’interprétation de les hommes n’est pas la même : pour (4a) ‘garçons’, pour (4b), ‘êtres humains’. Les exemples en (5), qui relèvent d’un registre familier, montrent que pareil fonctionne de façon similaire à son correspondant adverbial pareillement, tandis que ce n’est pas le cas pour égal.4 Enfin, les exemples en (6) et en (7) montrent que chaque adjectif forme des locutions propres à lui et dans ces cas-là, la commutation n’est pas possible.5

1.3 Enoncés où l’un et l’autre adjectif sont possibles, mais avec une interprétation différente

.

(8)

a.

Avec un pouls pareil… votre santé m’inquiète …

b.

Très bien. Vous avez un pouls bien égal : vous êtes en bonne santé.

(9)

a.

Mais tu te moques de moi ?! Un chemin pareil… moi, j’appelle pas ça un chemin !

b.

On peut facilement emprunter ce chemin, parce que c’est un chemin bien égal.

  • 6 En effet, selon les contextes où il apparaît, il est possible a priori d’associer autant d’interpré (...)

8Dans les deux séries d’exemples ci-dessus, bien que l’un et l’autre adjectif soient compatibles avec les mêmes N (pouls, chemin), ils ne sont pas interprétés de la même façon. La comparaison entre (8a) et (8b) d’une part, (9a) et (9b) d’autre part, montre que l’interprétation de pareil est très variable selon le contexte où il apparaît6 ; alors qu’égal renvoie de façon stable à un caractère ‘régulier’ ou ‘homogène’ du N qu’il qualifie, et cela indépendamment des types de contexte où il intervient.

2. Polysémie de pareil et égal

9Les adjectifs pareil et égal apparaissent comme fortement polysémiques. Ci-dessous nous présentons un inventaire des valeurs (des sens en emplois) de chaque adjectif, sur la base des différences de gloses que l’on peut associer à chaque valeur. Nous proposons de distinguer quatre valeurs de pareil, et cinq valeurs d’égal.

2.1 Valeurs de pareil 

2.1.1 « Exemplarité »

10Nous parlons d’« exemplarité », lorsque le N sur lequel porte pareil est interprété comme ‘représentant’ d’une classe de N dont il fait partie :

(10)

A : La caissière n’a pas accepté la réduction avec ma carte d’étudiant internationale.

B : Dans un cas pareil, il faut insister, lourdement si nécessaire.

(11)

Paul est minable. Je comprends pas pourquoi Marie a épousé un type pareil.

11Dans l’analyse de ces exemples, nous voulons insister sur deux points. Premièrement, ils partagent, comme l’indique Van Peteghem (2002), la caractéristique d’être paraphrasés à l’aide de séquences telles que ‘comme celui-ci/celle-ci’, ‘comme ça’, ‘de ce type’, etc. (par exemple, dans un cas comme celui-ci en (10) ; un type comme ça en (11)). Deuxièmement, l’emploi de pareil est fortement contraint avec les énoncés où l’on a une assertion stricte (cf. Corteel 2006) : ainsi, ?? Paul est minable. Marie a épousé un type pareil n’est guère possible en tant que tel.

2.1.2 « Singularité »7

  • 7 Dans Van Peteghem (2002) et Corteel (2006), les valeurs « exemplarité » et « singularité » que nous (...)
  • 8 Le terme occurrence dans cet article doit être compris comme une réalisation particulière d’une not (...)

12Par « singularité », nous entendons l’absence ou encore la rareté d’une occurrence8 autre du N en question :

    (12)

    A-t-on jamais vu un scandale pareil ?

    (13)

    Pas deux fois, une chance pareille ! Saute dessus !

13En (12), ‘c’est la première fois que l’on assiste à un tel scandale’ ; en (13), ‘il est extrêmement rare que se présente une telle chance’. Si les exemples ci-dessus sont compatibles avec le même type de paraphrases que dans le cas précédent (un scandale comme celui-ci (cf. (12)) ; une chance comme celle-ci/ça (cf. (13)), ils apparaissent comme les cas « opposés » des précédents.

14A cette valeur nous proposons d’ajouter des énoncés sans pareil (cf. (2)), mais aussi sans égal, nous y reviendrons.

2.1.3 « Ressemblance »

15Cette valeur concerne les énoncés où pareil marque une forme de similitude entre deux ou plusieurs N ; autrement dit, il marque que les N en question partagent certaine(s) propriété(s) commune(s). Nous distinguons trois types de constructions syntaxiques : (i) N pluriel pareil (cf. (14)) ; (ii) N1. N2, c’est pareil (cf. (15) ; (iii) N1 est pareil à N2 (cf. (16)) :

(14)

Marie et sa sœur ont des robes pareilles.

(15)

Paul arrive toujours en retard. Jacques, c’est pareil.

(16)

– Ne crie pas, mon fils… Aie pitié de ton vieux père… Laisse-moi me reposer ici… Un peu… Je t’en prie, je suis si fatigué… à bout de forces… Il était pareil à un enfant : faible, craintif, vulnérable. (E. Wiesel)

16Les propriétés que partagent les N en question sont variables selon la nature de ceux-ci : ‘forme’, ‘tissu’, ‘couleur’, etc. en (14), ‘caractère’ en (15) et en (16).

2.1.4 « Réaction »

  • 9 Nous parlons de validation, lorsqu’on instancie deux places d’argument d’une relation prédicative d (...)

17Nous proposons de regrouper sous cette valeur deux types de données : (i) le substantif féminin précédé de l’article défini la pareille forme une expression figée rendre la pareille, qui sert à exprimer, entre deux interlocuteurs, une forme de réaction de la part de l’un à un procès préalablement validé9 par l’autre. Selon les types de réaction, on peut distinguer deux interprétations possibles : « négative » (plus fréquente) lorsque la réaction est présentée comme un acte de ‘vengeance’ (cf. (17)), « positive » lorsqu’elle consiste à compenser un service rendu par autrui (cf. (18)) ; (ii) pareil fonctionne de façon similaire à son correspondant adverbial (pareillement), marquant une réplique (cf. (19)) :

(17)

Au temps où la France était colonialiste, les États-Unis nous ont parfois donné des leçons qui nous sont restées au travers de la gorge. Il y a des Français qui cèdent à l'envie de rendre lapareille. (P. Mendès-France, FT)

(18)

Parfois, quand elle arrivait directement de chez elle, Xénia apportait du thé dans une bouteille enveloppée dans un chiffon de laine, et deux gobelets d’argent. […] Pour rendre la pareille, Ethel est venue un jour avec sa théière, dans le coffret chinois pour pique-nique. (J.-M.G. Le Clézio)

(19)

A : Bonnes fêtes !

B : Pareil ! [= (5a)]

2.2 Valeurs de égal

2.2.1 « Indifférence »

18Pour cette valeur, nous distinguons deux types de constructions : (i) ça m’est égal (cf. (20)) ; (ii) ça m’est égal de + infinitif (cf. (21)) :

(20)

A : Tu viens jeudi ou vendredi ?

B : Ça m’est égal. [= (1b)]

(21)

Ça m’est égal de mourir… le malheur c’est qu’il faut que je me nourrisse bien et qu’ici on ne pourra plus ; […]. (FT)

19Dans ces exemples, égal exprime l’ « indifférence », au sens où la différence découlant du choix entre plusieurs possibilités n’importe pas (cf. in-différence) : jeudi ou vendredi en (20), mourir ou vivre en (21). A ces exemples, il est possible d’associer une paraphrase du type N1 (V1) ou N2 (V2), c’est la même chose.

2.2.2 « Concession »

20Nous regroupons sous cette valeur les énoncés où l’on a c’est égal ; à la différence du cas précédent, égal n’est pas précédé d’un pronom personnel (cf. ça m’est égal) :

(22)

Il pleut bien fort en ce moment, j’ai une fièvre ardente, c’est égal, je sortirai. (FT)

(23)

Il était trop fatigué pour venir, mais c’est égal, il aurait pu me prévenir.

21Dans ces exemples, il est possible de paraphraser c’est égal par des expressions de « concession » telles que bien que…, s’il est vrai que…, etc. (cf. bien qu’il pleuve bien fort en ce moment et que j’aie une fièvre ardente, je sortirai, en (22) ; s’il est vrai qu’il était trop fatigué pour venir, il aurait pu me prévenir, en (23)).

2.2.3 « Homogénéité/régularité »

22Avec cette valeur, égal renvoie à un caractère homogène ou régulier du N sur lequel il porte. Différents types de paraphrases sont possibles selon la nature du N en question : ‘plat’ en (24), ‘régulier’ en (25), ou encore ‘monotone, monocorde’ en (26) :

(24)

C’est un chemin (bien) égal.

(25)

Votre pouls est (bien) égal

(26)

Paul parle d’une voix égale.

2.2.4 « Equivalence »

Par « équivalence », nous entendons un rapport entre deux ou plusieurs N, où, bien qu’ils appartiennent a priori à deux catégories distinctes, un N est posé comme étant réductible à un autre N, sur la base d’un critère relevant de différents ordres. Dans ce cas, on a deux types de constructions : (i) N1 et N2 (ou N pluriel) sont égaux (cf. (27) (28)) ; (ii) N1 est égal à N2 (cf. (29)) :

(27)

Le capitaine et le soldat sont égaux en la nation. (A. de Saint-Exupéry, FT).

(28)

Devant la loi, les hommes sont tous égaux.

(29)

Une suspension de prêt égal au nombre de jours de retard est appliquée. (Brochure d’une bibliothèque)

2.2.5 « Conformité »

  • 10 Bien qu’égal en (29) se construise aussi avec la préposition à, le rapport qu’entretient N1 avec N2 (...)

23Cette valeur regroupe un certain nombre de cas où égal se construit avec la préposition à (égal à)10 :

(30)

- Tu sais ce qui se passe quand on crie au loup ? - Le loup arrive. - Voilà. Et il se montre égal à sa réputation. (FT)

(31)

Ainsi tout avait changé, sauf l’éternel : les lois du monde, et ses maîtres – Necker, égal à lui-même dans la fourberie et le double jeu […]. (FT)

24Le N introduit par la préposition à se présente comme un ‘repère’, par rapport auquel le N qui précède (‘repéré’) est mis en relation. Dans ces exemples, égal signifie une « conformité », au sens où le N repéré correspond à ce qu’on attend du N repère, et à ce titre, il est proche de ‘à la hauteur de’.

3. Forme schématique de pareil et égal

  • 11 Dans Pauly (2010) et Kravchenko-Biberson (2011), on trouve une discussion très détaillée sur les di (...)

25Compte tenu des différences de contraintes de distribution entre les deux adjectifs, d’une part, et de la diversité de leurs valeurs (=polysémie), d’autre part, nous essaierons, non pas de les réduire à deux synonymes exprimant un rapport d’identité, mais de les différencier en tant que renvoyant à deux modes distincts d’expression d’un rapport d’identité, tel qu’il a été défini au départ. Pour ce faire, nous proposons de donner une caractérisation unitaire à chacun des adjectifs, caractérisation qui permette de rendre compte de son identité, tout en prenant en compte la diversité de ses valeurs. Dans le but d’expliciter notre approche de la polysémie, inscrite dans le cadre de la TOPE, nous proposons de le comparer avec l’approche cognitive qui elle aussi propose une caractérisation unitaire des mots polysémiques.11

3.1 Polysémie dans l’approche cognitive

  • 12 Dans l’approche cognitive, en effet, le problème de la catégorisation est transposé à celui de la p (...)

26L’approche cognitive, telle qu’elle s’est développée, entre autres, à partir des travaux de Lakoff (1987), Langacker (1987 ; 1991), Talyor (1995), Tuggy (1993) et Croft & Cruse (2004), a consacré nombreux travaux à la question de la polysémie. L’un des enjeux centraux qu’elle soulève consiste à mettre en évidence le mode d’organisation des différents sens d’une unité ; autrement dit, on s’attache à expliquer dans quelle mesure les différents sens d’une unité, en tant que constituant une catégorie, sont liés les uns aux autres.12 Ce qui a conduit Lakoff à recourir à la notion de « prototype » : le sens « prototypique » ou « central » d’une unité constituerait le centre organisateur d’une unité polysémique et l’appartenance des autres sens dits « secondaires » (ou « dérivés ») à la même unité (catégorie) serait justifiée par le fait qu’ils sont liés au sens prototypique par différents types de lien, tels que la ‘métaphore’ et la ‘métonymie’ : il y aurait une extension d’un sens prototypique par ces moyens. Une telle démarche, privilégiant la cohérence de la structuration interne d’une unité polysémique, revient à hiérarchiser ses différents sens (tous les sens ne sont pas égaux), l’un étant central, les autres marginaux. Du même coup, cela conduit à l’abandon de la recherche de ce qui est commun à tous les sens, en faveur d’un « réseau » (ou « chaîne ») des sens. Ainsi, lorsqu’il analyse le verbe polysémique climb en anglais, Taylor écrit : « […] climb emerges as a polysemous category consisting of several relatively discrete senses. The different senses cannot be unified on the basis of a common semantic denominator. Rather, the different meanings are related through ‘meaning chains’. » (Taylor 1995 : 108).

27Dans le modèle de la polysémie proposé par Langacker (1987 ; 1991) (et repris par Tuggy (1993)), une unité morpho-lexicale aurait un sens « schématique »(qui correspond à un sens abstrait) ; les autres sens s’obtiendraient par l’ « élaboration » du sens schématique. L’élaboration, appelée également « instanciation », correspond à une spécification à degré divers du schéma. La polysémie d’une unité s’expliquerait ainsi par l’application du sens schématique dans différents domaines. Ainsi, dans leur article consacré à une étude de l’adjectif curieux, inscrite dans l’approche (sémantico-)cognitive, Rudel & Mazaleyrat (2010) expliquent que le sens schématique de curieux est défini comme « intérêt » et que les deux sens de cet adjectif qu’elles appellent respectivement le sens « actif » (‘qui épreuve de l’intérêt’) (ex. un garçon curieux de tout) et le sens « passif » (‘qui suscite de l’intérêt’) (ex. une maison curieuse) sont des élaborations (ou instanciations) de ce sens schématique.

28Si ce modèle, à la différence de l’approche du prototype de Lakoff, restitue d’une certaine façon ce qui est commun à tous les sens, défini comme sens schématique, elle maintient la hiérarchie entre les sens, comme le montre la définition du schema que donne Langacker (1987 : 492) : « Structure A is a schema with respect to structure B when A is compatible with the specifications of B but characterizes corresponding entities with less precision and detail. (The relation between A and B is equivalent to that between a superordinate and detail) ».

3.2 Caractérisation des unités polysémiques par une FS

  • 13 Ont été étudiées dans cette approche différentes unités morpho-lexicales : verbes (Saunier (1996) ; (...)
  • 14 La notion de Forme Schématique a été introduite par A. Culioli : « L’analyse d’un marqueur (entendu (...)

29Notre approche de la polysémie s’inscrit dans les travaux menés au sein du groupe de recherche TOPE (Théorie des Opérations Prédicatives et Enonciatives), telle qu’elle se développe autour des articles d’A. Culioli. Suite aux travaux de ce groupe de recherche portant sur la polysémie,13 nous considérons qu’une unité morpho-lexicale a une identité sémantique qui se manifeste dans tous ses emplois. Cette identité sémantique est définie comme une Forme Schématique14 (FS).

  • 15 Ce point semble rapprocher notre description sémantique de celle de l’approche structuraliste, pour (...)

30Une FS est une représentation sémantique d’une unité mettant en jeu plusieurs paramètres abstraits (notés X, Y, Z…), et constitutifs de l’unité : ils sont « abstraits », au sens où ils se situent en deçà d’une assignation lexicale et sont susceptibles de faire l’objet de multiples spécifications ; ils sont « constitutifs » de l’unité, au sens où ils font partie intégrante d’une telle unité, c'est-à-dire qu’ils sont indispensables pour décrire celle-ci.15

  • 16 Dans cette approche, la valeur référentielle d’un énoncé est considérée comme le produit d’opératio (...)

31Définie ainsi, une FS se présente comme un dispositif visant à reconstruire une opération que marque une unité, celle-ci étant définie comme marqueur d’opération16; cette opération correspond à un rapport complexe qu’entretiennent plusieurs paramètres en jeu.

  • 17 Dans les développements actuels de la théorie, on insiste sur l’importance de la prise en compte de (...)

32En résumé, à la différence de l’approche du prototype, une FS ne correspond à aucun sens d’une unité, encore moins à un sens de base ; elle ne correspond non plus à un sens schématique d’une unité dont les élaborations donneraient lieu à différents sens, mais elle correspond à une opération en tant qu’elle décrit un rapport complexe qu’entretiennent plusieurs paramètres en jeu, et les différents sens d’une unité sont des réalisations particulières de cette opération en interaction avec les éléments de son entourage. A ce titre, il y a bien ce qui est commun à tous les sens, mais celui-ci n’est en aucun cas réductible à un sens ; il doit être pris comme une opération commune qui se répète dans tous les emplois d’une unité.17

3.3 Forme Schématique de pareil et d’égal

33Nous formulerons la FS de pareil et d’égal de la manière suivante :

FS : pareil

Pareil marque qu’un terme X est mis en relation avec l’existence d’un autre terme Y, auquel X est posé comme comparable.

FS : égal

Egal marque que l’altérité préconstruite entre X et Y est neutralisée en référence à un point de vue Z.

34Commentaires :

– Selon les contextes, les termes X et Y (et Z pour égal) peuvent prendre différents statuts : ils désignent non seulement une unité lexicale, mais aussi une séquence, une relation prédicative, etc. Par ailleurs, ils ne sont pas toujours lexicalisés, mais reconstituables contextuellement ou situationnellement ;

  • 18 Dans comparable, comme dans pareil, il y a une racine commune paire (<lat. par, paris ‘égal, sembla (...)
  • 19 Un rapport d’altérité désigne un rapport entre X et Y, où X est posé comme étant ‘autre que’ Y.

– Avec pareil, on part de X à la recherche d’un Y comparable (et qui peut ne pas être identifié), un Y qui ‘fasse la paire’ avec X,18 mais au départ, pareil ne dit rien sur le rapport entre X et Y ; tandis qu’avec égal, on part du fait que X et Y existent et que ceux-ci sont déjà pris dans un rapport d’altérité19 (altérité préconstruite) ;

– La comparabilité que met en jeu pareil signifie que X et Y partagent une ou plusieurs propriété(s) commune(s), abstraction faite des autres propriétés qui les distinguent et qui les maintiennent comme ‘individus’ irréductibles ; autrement dit, on ne s’intéresse qu’à chercher ce qui est commun à X et à Y, et ce qui les distingue n’est pas pris en compte ; en revanche, égal remet en cause ce qui distingue X et Y via un point de vue Z et ils deviennent interchangeables (réductibles l’un à l’autre). Insistons sur le fait que le statut d’un point de vue (Z) est variable selon les contextes : il peut correspondre à celui d’un ‘sujet’, mais aussi à une ‘règle’, à une ‘loi’, etc. ;

– En résumé, pareil marque la construction « positive » du ‘même’ en termes de comparabilité entre X et Y, le ‘différent’ (spécificité de chaque terme) n’étant pas pris en compte ; égal marque la neutralisation du ‘différent’ préexistant entre X et Y, et à ce titre, le ‘même’ n’a que le mode de présence « négatif ».

4. Retour sur la distribution et les valeurs

35Dans les paragraphes qui suivent, il s’agit de rendre compte, à la lumière de la FS que nous avons formulée, de la polysémie d’une part, et des différences de contraintes de distribution associées à chaque adjectif, d’autre part.

4.1 Pareil « Exemplarité »

.

(32)

- La caissière n’a pas accepté la réduction avec ma carte d’étudiant internationale. [= (10)]

- Dans un cas pareil, il faut insister (lourdement si nécessaire). [= (11)]

(33)

Paul est minable. Je comprends pas pourquoi Marie a épousé un type pareil.

36Dans ces exemples avec la valeur « exemplarité », X (un cas en (32), un type en (33)) est posé comme une occurrence ’quelconque’ du N en question, dont pareil dit qu’elle est comparable à Y, occurrence actualisée/effective (cas où la carte a été refusée en (32), Paul que Marie a épousé en (33)). X ne désignant pas un ‘cas particulier’ / un ‘individu spécifique’, mais une occurrence ‘quelconque’, sa comparabilité avec Y en fait un ‘type’ ; autrement dit, on construit une classe de X définie par la propriété d’’être comparable à Y’ : classe de types comparables à Paul dans un cas, classe de cas comparables au cas de refus de la carte dans l’autre.

4.2 Pareil « Singularité »

.

  • 20 Dans cet exemple, l’adjectif pareil est antéposé. Nous ne discutons pas des positions des adjectifs (...)

(34)

A-t-on jamais vu un scandale pareil20 ? [= (12)]

(35)

Pas deux fois, une chance pareille. Saute dessus ! [= (13)]

37Dans ces exemples associés à la valeur « singularité », pareil met en jeu, au moins dans un premier temps, un mécanisme comparable à celui décrit ci-dessus : construction d’une occurrence ‘type’ du N (X : scandale en (34), chance en (35)), construite sur la base de sa comparabilité avec Y, occurrence actualisée/effective. Dans un deuxième temps, la dimension négative présente dans chaque exemple (cf. question rhétorique en (34) ; pas deux fois en (35)) revient à poser qu’il n’existe pas d’occurrence de ce type en dehors de l’occurrence actualisée. Ce qui signifie que l’occurrence de ce type (X) se ramène à l’occurrence actualisée/effective (Y) : elle est l’unique représentant de cette classe d’occurrences.

  • 21 Ainsi, en (33), épouser est (re)considéré, dans le cadre d’un jugement (‘incompréhension du locuteu (...)
  • 22 Il existe différentes façons de remettre en cause la validation de l’occurrence épouser : ‘Marie, a (...)

38En résumé, la différence entre les valeurs « exemplarité » et « singularité » décrites ci-dessus tient au sort réservé à X défini comme le représentant quelconque d’une classe d’occurrences vérifiant la propriété ‘être comparable à Y’. Dans le cas de la valeur « exemplarité », on pose que cette classe existe, et fait l’objet d’un jugement qui rejaillit sur Y.21 Dans le cas de la valeur « singularité », cette classe postulée est redéfinie comme ‘vide’. Le statut de X comme occurrence ‘type’ et celui de Y comme occurrence ‘actualisée’ définis par pareil, sont par ailleurs ce qui explique l’incompatibilité de cet adjectif avec l’assertion stricte mentionnée ci-dessus : ainsi, dans ?? Paul est minable. Marie a épousé un type pareil, on ne considère que l’occurrence actualisée de épouser (Paul), ce qui est contradictoire avec la prise en compte d’un type de mariage. Si en revanche l’exemple (33) est possible lorsqu’il est précédé de la séquence ‘je comprends pas pourquoi’, c’est précisément parce que celle-ci sert à remettre en cause la validation de l’occurrence singulière.22

39L’expression sans pareil peut être traitée également dans le cadre de la valeur « singularité ». Nous proposons de comparer sans pareil avec sans égal dont l’interprétation est en apparence très proche :

(36)

La Grèce, c’est un pays sans pareil. [= (2a)]

(37)

La Grèce, c’est un pays sans égal. [= (2b)]

40Nous faisons l’hypothèse que la préposition sans, sous la forme X sans Y, signifie que « Y, a priori posé comme co-terme de X, est absent/fait défaut ». Si X correspond à un pays qui reprend la Grèce, pareil et égal n’interprètent pas de la même façon cette absence de Y. En (36), pareil met en scène un ensemble de propriétés qu’on associe à la Grèce : ‘belles îles’, ‘plages magnifiques’, etc. et, combiné avec sans, signifie l’absence d’un ou tout Y (pays) auquel X soit comparable (‘il n’y a pas de pays qui partage des propriétés que vérifie la Grèce’). En (37), en revanche, égal ne travaille pas sur une ou plusieurs propriétés elles-mêmes que vérifie la Grèce, mais sur le degré associé à cette/ces propriétés, et, avec la présence de sans, signifie que sur le gradient associé à cette propriété, aucun autre pays ne vérifie cette propriété à un degré pouvant être défini comme identique à celui que vérifie la Grèce. En d’autres termes, sans pareil renvoie à l’ordre ‘qualitatif’ (il travaille sur la comparabilité de propriétés entre X et Y), tandis que sans égal renvoie à l’ordre ‘quantitatif’ (il travaille non pas sur une propriété elle-même, mais sur le degré de cette propriété).

41Cette opposition qualitative/quantitative est ce qui explique sans doute les contraintes de distribution associées à chaque expression, à savoir l’incompatibilité de sans pareil avec un N qui s’interprète a priori quantitativement (ex. un pourcentage en (38), un chiffre en (39)), et celle de sans égal avec un N où l’interprétation qualitative l’emporte sur l’interprétation quantitative (ex. ce jour en (40), un jour en (41)) :

(38)

Indépendamment des précieux contingents qui lui vinrent d’Afrique et d’Asie, la France a fait combattre au total sept millions huit cents mille hommes : 20% de sa population, soit un pourcentage (sans égal / ?? sans pareil). (FT)

(39)

Dans l'euphorie post-arrêt Bosman, les clubs ont en effet arraché en début de saison à la Fédération un quota de six étrangers (non communautaires, donc) par équipe, dont quatre cumulables sur le terrain (contre trois en France), un chiffre (sans égal?? sans pareil) en Europe. (Libération)

(40)

Elle voudrait sombrer dans le sommeil, oublier ce jour où elle devait enchaîner série de 400 haies et finale du 400 plat ; ce jour qui devait être (sans pareil / ?? sans égal), et qui aura des airs de déjà-vu, ou presque. Car elle a renoncé à doubler 400 et 400 haies. Une douleur à la cuisse droite, ressentie dimanche avant les demi-finales. (Libération)

(41)

Un jour plein de soleil, un jour parfait, un jour(sans pareil / ??sans égal), un jour de paix. (www.schinze.fr/slams.php?slam=Jour_sans_vie)

4.3 Pareil « ressemblance »

42Cette valeur, nous l’avons vu, est réalisée par trois constructions syntaxiques différentes : (i) N pluriel pareils ; (ii) N1. N2, c’est pareil ; (iii) N1 est pareil à N2 :

(42)

Marie et sa sœur ont des robes pareilles. [= (14)]

(43)

Paul arrive toujours en retard. Jacques, c’est pareil. [= (15)]

(44)

– Ne crie pas, mon fils… Aie pitié de ton vieux père… Laisse-moi me reposer ici… Un peu… Je t’en prie, je suis si fatigué… à bout de forces… Il était pareil à un enfant : faible, craintif, vulnérable. [= (16)]

43Dans ces trois exemples, pareil marque qu’il y a des similitudes entre X et Y, sur la base de propriétés que X partage avec Y. Ce qu’on interprète comme propriétés communes dépend de la nature du N que réalisent X et Y. En (42), les propriétés communes s’interprètent comme des propriétés associées à des robes que possèdent Marie et sa sœur : leur ‘couleur’, ‘tissu’, ‘forme’, ‘longueur’, etc.. En (43), ce qu’on prédique de Jacques (X) est posé comme étant comparable à ce qu’on prédique de Paul (Y) : propriété ‘être retardataire’. En (44), la présence de la préposition à signifie que le N correspondant à Y (un enfant) est posé comme un repère de comparaison, par rapport auquel X (il qui reprend le père) est posé comme étant comparable, par le fait que X partage les propriétés que vérifie un enfant (être faible, être craintif, être vulnérable).

4.4 Pareil « réaction »

.

(45)

Au temps où la France était colonialiste, les États-Unis nous ont parfois donné des leçons qui nous sont restées au travers de la gorge. Il y a des Français qui cèdent à l'envie de rendre lapareille. [= (17)]

(46)

Parfois, quand elle arrivait directement de chez elle, Xénia apportait du thé dans une bouteille enveloppée dans un chiffon de laine, et deux gobelets d’argent. […] Pour rendre la pareille, Ethel est venue un jour avec sa théière, dans le coffret chinois pour pique-nique. [= (18)]

(47)

A : - Bonnes fêtes !

B : – Pareil ! [= (19)]

44Dans les deux premiers exemples, X correspond à une relation prédicative (‘Français donner des leçons aux Américains’ en (45), ‘Ethel venir avec sa théière…’ en (46)). La présence du verbe rendre marque qu’il existe préalablement une relation prédicative distincte (Y), mais à laquelle X est posé comme comparable : ‘lui l’avoir fait souffrir’ en (45), ‘Xénia apporter du thé…’ en (46). En (47), X est interprétable comme une relation prédicative ‘moi vous souhaiter de bonnes fêtes’ (réplique de B), qui est posée comme comparable à Y ‘moi souhaiter de bonnes fêtes’ (réplique de A).

4.5 Egal « Indifférence »

4.5.1 Choix

45Dans ce premier cas, l’altérité préconstruite entre X et Y découle du fait qu’il faut sélectionner l’un des deux termes :

(48)

A : – Tu viens jeudi ou vendredi ?

B : – Ça m’est égal. [= (20)]

46Cet exemple met en jeu deux occurrences distinctes de ‘jour’ localisant ‘venir’ : jeudi (X) et vendredi (Y), entre lesquels A demande à B de choisir, ce qui conduirait a priori à la sélection de l’un et la non-sélection de l’autre (ex. ‘je préfère jeudi’). La réplique de B (ça m’est égal) signifie que du point de vue de la disponibilité de B (interprétable comme Z) l’un et l’autre lui conviennent ; autrement dit, il n’y a pas de différence (in-différence) entre X et Y pour ce qui est de venir.

47De son côté, l’adjectif pareil, nous l’avons vu, peut apparaître en (49), mais non en (50) :

(49)

A : – Tu viens jeudi ou vendredi ?

B : – Pour moi, c’est pareil. [= (1a)]

(50)

A : – Tu viens ?

B : – *Pour moi, c’est pareil. [= (3a)]

48En (49), pareil établit une comparabilité entre X (jeudi) et Y (vendredi), par le fait que A associe à l’un et à l’autre la propriété ‘(jour) libre’. En revanche, le blocage de pareil en (50) tient au fait que la réplique de A en tant que telle (tu viens ?) ne permet d’envisager aucune comparabilité, condition nécessaire pour avoir pareil. Pour que pareil devienne possible en (50), il faut explicitement introduire le second terme Y sous la forme, par exemple, de ou pas comme le montre l’exemple (51) :

(51)

A : – Tu viens ou pas ?

B : – Pour moi, c’est pareil.

49Si égal est possible en (50), c’est parce que l’altérité préconstruite inscrite dans son identité sémantique permet de reconstruire ‘tu ne viens pas’ (Y) à partir de la question ‘tu viens ?’ (X) ; avec ça m’est égal, B neutralise par la suite la différence entre ‘venir’ et ‘ne pas venir’ du point de vue de sa disponibilité (Z).

4.5.2 Polarité négative/positive

.

(52)

Ça m’est égal de mourir… le malheur c’est qu’il faut que je me nourrisse bien et qu’ici on ne pourra plus ; […]. [= (21)]

50Dans ce deuxième cas, l’altérité préconstruite s’interprète comme l’opposition entre la polarité négative associée à mourir (X) et la polarité positive vivre (Y), qu’on reconstruit à partir de mourir. A priori, X est associé à une ‘mauvaise valeur’, Y à une ‘bonne valeur’. Compte tenu de Z (le fait de ‘ne plus pouvoir bien se nourrir’), Y est posé comme n’étant pas plus important que X, ce qui signifie qu’il y a indifférenciation de ces deux valeurs. Le sentiment de cynisme que véhicule cet énoncé vient précisément du fait que la valeur positive (‘vivre’) se rabat sur la valeur négative (‘mourir’).

51Il faut noter que dans cet exemple, partir de la polarité négative est important. En effet, le cas contraire entraîne a priori une mauvaise formation de l’énoncé, ce que montre la contrainte de l’énoncé suivant, qui en effet n’est interprétable que dans des contextes où vivre / ne pas mourir serait posé comme une mauvaise valeur :

(53)

? Ça m’est égal de vivre/ne pas mourir…

52Toutefois, la remise en cause de la dichotomie mourir/vivre permet de lever cette contrainte. L’ajout d’adverbes comme ailleurs ou des compléments circonstanciels rend l’énoncé de nouveau naturel :

(54)

Ça m’est égal de vivre ailleurs. Pour moi, ça ne change rien !

53L’adverbe ailleurs, qui détermine l’interprétation du verbe vivre non pas comme ‘être en vie’, mais comme ‘habiter’, permet de réintroduire une alternative : ‘vivre ailleurs’ (X) et ‘vivre autre qu’ailleurs’ (Y), par exemple ‘ici’, Z (ça ne change rien) réduit X et Y à une classe d’endroits possibles où je vais vivre, où aucun endroit ne vaut mieux qu’un autre. Cet exemple est à rattacher à la valeur « choix ».

4.6 Egal « concession »

.

(55)

Il pleut bien fort en ce moment, j’ai une fièvre ardente, c’est égal, je sortirai. (Eluard, P., Les sentiers et le routes de la poésie, Frantext) [= (22)]

(56)

Il était trop fatigué pour venir, mais c’est égal, il aurait pu me prévenir. [= (23)]

54Cette valeur d’égal met en jeu un type de discours argumentatif. Soit p, un argument qui mène normalement à la conclusion r ; p’, un autre argument conduisant à la conclusion r’. L’altérité préconstruite dans ce cas correspond alors à l’opposition p (X)/p’(Y), dans la mesure où p et p’ ne mènent pas a priori à la même conclusion : en (55), p (‘pluie forte’ ‘fièvre ardente’) est a priori associé à r (‘ne pas sortir’), alors que p’ (‘pas de pluie’ ‘pas de fièvre’) à r’ (‘sortir’) ; de même, en (56), p (‘être trop fatigué’) mène à r (‘ne pas pouvoir venir’), alors que p’ (‘ne pas être trop fatigué’) à r’ (‘venir’). Or, dans l’un et l’autre cas, c’est r’ qui est validé, là où l’on s’attend à la validation de r.Ce qui signifie que p’, a priori associé à r’, est mis sur le même plan que p a priori ne conduisant pas à r’, l’opposition p/p’ étant neutralisée. A ce titre, r’ est autonomisé : quels que soient les arguments, que ce soit p ou p’, r’ est de toute façon validé. Cette validation est fondée sur un point de vue Z non lexicalisé, mais interprétable comme ‘ma résolution’ en (55) ou ‘ma vision de la politesse’ en (56). D’où la proximité de c’est égal avec la « concession » : la pluie et la fièvre ne m’empêchent pas de sortir en (55) ; la fatigue de celui désigné par il et ce qui en résulte (‘ne pas pouvoir venir’) ne le dispensent pas de faire des excuses en (56).

4.7 Egal « homogénéité »/« régularité »

.

(57)

C’est un chemin (bien) égal [= (24)]

(58)

Votre pouls est (bien) égal [= (25)]

(59)

Paul parle d’une voix égale. [= (26)]

55Comme l’on a vu ci-dessus, l’interprétation de égal avec cette valeur est fort variable selon la nature du N qu’il qualifie : il peut être paraphrasé par différents adjectifs, tels que plat (un chemin plat), régulier (un pouls régulier), ou encore monotone ou monocorde (une voix monotone, monocorde) avec une interprétation proche. Ici, l’altérité préconstruite est liée à l’hétérogénéité ou à l’irrégularité à laquelle on peut s’attendre (peu importe qu’elle soit réelle ou non), qui est inhérente à un N sur lequel porte égal. Ainsi, en (57), on s’intéresse à la surface du chemin, interprétable comme étant constituée de ‘points’ dont certains (X) sont susceptibles d’être plus hauts ou plus bas que d’autres (Y) ; en (58), pouls s’interprète comme une classe d’’intervalles’ de battements des artères dont certains (X) peuvent être plus courts ou longs que d’autres (Y) ; de même, en (59), on s’intéresse au ton de la voix d’une personne, dont on peut s’attendre à ce qu’il change au fur et à mesure qu’elle parle : a priori, elle parle tantôt d’un ton fort (X), tantôt d’un ton faible (Y). Dans ces trois exemples, égal remet en cause toute variation possible entre X et Y à laquelle on peut s’attendre, à partir d’un point de vue (Z) (celui qui observe le chemin en (57) ; celui qui prend le pouls en (58) ; celui qui écoute Paul en (59)), ce qui explique par ailleurs pourquoi égal est difficilement compatible avec les N qui a priori ne présentent pas d’irrégularités ( ?? une autoroute égale, cf. comparer avec un chemin égal). Si en (59) égal est associé à la valeur négative (discours ‘ennuyeux’), c’est parce qu’il remet en cause toute variation, à laquelle justement on s’attend.

56Avec cette valeur de égal, on note la présence assez fréquente de l’adverbe bien (bien égal). Cela s’explique par le fait que bien signifie qu’étant donné une altérité (p, p’), on élimine p’, posé comme ‘autre que’ p (cf. Culioli (1990b)), d’une part, et que, d’autre part, cette élimination de p’ est compatible avec celle de l’altérité préconstruite entre X et Y (cf. identité sémantique de égal), ce qui fait que la présence de bien revient à renforcer le caractère régulier ou homogène du N.

4.8 Egal « équivalence »

.

(60)

Le capitaine et le soldat sont égaux en la nation. [= (27)]

(61)

Devant la loi, les hommes sont tous égaux. [= (28)]

(62)

Une suspension de prêt égale au nombre de jours de retard est appliquée. [= (29)]

57Dans ces exemples, l’altérité préconstruite tient au fait que X et Y appartiennent à deux catégories distinctes. En (60), il y a une différence entre X (le capitaine) et Y (le soldat), parce qu’ils occupent des positions différentes dans la hiérarchie au sein de l’armée : a priori, le capitaine est supérieur au soldat. Le SP (en la nation) fonctionne comme un point de vue (Z), qui sert à ramener le capitaine et le soldat tous les deux à une même catégorie de ‘combattants’, par le fait qu’ils se battent tous deux pour la nation. En (61), on part de tout ce qui introduit une différence entre les hommes, pris comme X et Y : ‘race’ (‘blancs’, noirs’, etc.), ‘sexe’ (‘hommes’, ‘femmes’), ‘statut social’ (‘riches’, ‘pauvres’), etc. Le SP (devant la loi) (Z) fonctionne comme absorbant toute différence imaginable qui existerait entre les hommes : la loi s’applique de la même façon à tout être humain. En (62), la présence de la préposition à signifie que Y (le nombre de jours de retard) est un terme repère, par rapport auquel X (une suspension de prêt), repéré, est mis en relation. Cela signifie que X ‘sanction’ devient traduisible en quantité de jours de ‘retard’ (Y) en référence aux règles de la bibliothèque (Z).

58Il faut insister sur le fait que dans ces trois exemples, l’élimination de l’altérité n’est que ‘fictive’, dans la mesure où ce n’est que d’un point de vue Z que X et Y sont mis sur le même plan (ils deviennent ‘équivalents’), mais l’altérité ‘réelle’ est maintenue.

(63)

Devant une belle fille, les hommes sont tous pareils.

59Comme on l’a vu ci-dessus, lorsque les hommes se combine avec le SP devant une belle fille, on a pareil, et les hommes ne s’interprète plus comme ‘êtres humains’, mais comme ‘garçons’. En (63), on s’intéresse aux comportements qu’ils ont vis-à-vis d’une belle fille et pareil signifie que leurs comportements partagent des ‘propriétés communes’, et cela indépendamment de tout ce qui les distingue. Cet exemple est à rattacher à la valeur « ressemblance ».

4.9 Egal « conformité »

.

(64)

- Tu sais ce qui se passe quand on crie au loup ? - Le loup arrive. - Voilà. Et il se montre égal à sa réputation. [= (30)]

(65)

Ainsi tout avait changé, sauf l’éternel : les lois du monde, et ses maîtres – Necker, égal à lui-même dans la fourberie et le double jeu […]. [= (31)]

60Avec cette valeur, l’altérité préconstruite peut être définie comme une distance possible entre ‘l’effectif’ et ‘le virtuel’, autrement dit, entre la manifestation particulière d’une propriété associée à un N et la représentation que l’on se fait de ce N. X correspond à la première, Y à la seconde. Nous avons vu ci-dessus que Y, introduit par la préposition à, se présente comme ‘repère’ par rapport auquel X, ‘repéré’, est mis en relation. Ainsi, en (64), égal signifie que X (il en tant qu’une manifestation particulière (cf. se montre) de la propriété ‘être loup’) correspond effectivement à Y (sa réputation), à savoir ce que l’on dit/ce que l’on attend de la propriété ‘être loup’. En (65), X (Necker, plus précisément, ‘ce qu’il fait’, ‘ce qu’il est’) confirme Y (lui-même en tant que représentation que l’on se fait de Necker qui vérifie le degré de ses propriétés : fourberie, double jeu).

Conclusion

61Dans cet article, nous avons voulu montrer les points suivants :

62– Il est possible de proposer une caractérisation unitaire des unités polysémiques pareil et égal, en termes d’une Forme Schématique, définie, non pas comme un sens (prototypique ou abstrait), mais comme une opération reconstruisant un rapport complexe entre les paramètres que chaque adjectif met en jeu et qui permet de rendre compte de la diversité des valeurs ainsi que des contraintes de distribution associées à chaque adjectif ;

63– Chaque adjectif construit de façon spécifique un rapport d’identité, défini comme rapport variable entre deux ou plusieurs termes, où la composante ‘même’ l’emporte sur la composante ‘différent’ ;

64– Ces deux composantes n’ont pas le même statut selon les adjectifs : avec pareil, la composante ‘même’ est de l’ordre de la comparabilité, fondée sur des propriétés communes que partagent X et Y ; à la composante ‘différent’ correspondent d’autres propriétés que X et Y ne partagent pas et qui les distinguent : on a coexistence du ‘même’ et du ‘différent’, sans que ce dernierne soit pris en compte ; avec égal, en revanche, on part de la composante ‘différent’, définie comme l’altérité préconstruite entre X et Y ; la composante ‘même’ se construit en tant que neutralisation de cette altérité à partir d’un point de vue Z, et à ce tire, n’a que le mode de présence « négative ».

Haut de page

Bibliographie

Ashino, F. 2012. Contribution à l’étude de la notion de ‘réciprocité’ en français contemporain. Thèse de Doctorat, Université Paris VII.

Camus, R. & S. De Vogüé. 2004 (éds.). Variation sémantique et syntaxique des unités lexicales : étude de six verbes français. LINX 50, Université Paris X.

Corteel, C. 2006. Pareil anaphorique : une reprise à forte charge subjective. Travaux de Linguistique 44, 2006/2: 91-116.

Corteel, C. 2009. Pour en finir avec la prétendue synonymie de pareil et identique. Revue Romane 44.1: 127-150.

Croft, A. & D. Cruse. 2004. Cognitive Linguistics. Cambridge: Cambridge University Press.

Culioli, A. 1990a. Formes schématiques et domaine. In : Pour une linguistique de l’énonciation, T.1. Paris: Ophrys, 115-126.

Culioli, A. 1990b. Valeurs modales et opérations énonciatives. In : Pour une linguistique de l’énonciation, T.1. Paris: Ophrys, 135-157.

De Vogüé, S. & J.-J. Franckel. 2002. Identité et variation de l’adjectif grand. Langue Française 133: 28-41.

De Vogüé, S. 2004. Fugaces figures : la fonction énonciative des adjectifs antéposés. In : François, J. (éd.) L'adjectif en français et à travers les langues. Presses Universitaires de Caen, 357-372.

Ernout, A. & A. Meillet. 1932, 1985. Dictionnaire étymologique de la langue française. Paris: Klincksieck.

Franckel, J.-J. & D. Paillard. 1998. Aspects de la théorie d’Antoine Culioli.Langages 129: 52-63.

Franckel, J.-J. & D. Paillard. 2007. Grammaire des prépositions, Vol. 1. Paris: Ophrys.

Jarrega, M. 2002. Etude de quatre adjectifs atypiques : pluriel, multiple, singulier et unique. Langue Française 136: 73-88.

Kravchenko-Biberson, O. 2011. Le modèle cognitif et la TOE : deux points de vue sur l’identité sémantique des unités polysémiques. CORELA - RJC Cotexte, contexte, situation | Numéros thématiques (http://09.edel.univ-poitiers.fr/corela/index.php?id=2024).

Lakoff, G. 1987. Women, Fire, and Dangerous Things : What Categories reveal about the Mind. Chicago: The University of Chicago Press.

Langacker, R. 1987. Foundations of Cognitive Grammar1. Stanford University Press.

Langacker, R. 1991. Foundations of Cognitive Grammar2. Stanford University Press.

Paillard, D. 2000. A propos des verbes « polysémiques » : identité sémantique et principes de variation. Syntaxe & sémantique : sémantique du lexique verbal 2: 99-120.

Pauly, E. 2010. La polysémie. Réflexion théorique, méthodologique et application à la lexicographie. L’exemple des verbes aller, partir et tirer en français contemporain. Paris: L’Harmattan.

Rudel, A. & H. Mazaleyrat. 2010. À propos d’un curieux adjectif : approche sémantico-cognitive de l’adjectif curieux. Revue de Sémantique et de Pragmatique 27: 119-141.

Saunier, E. 1996. Identité lexicale et régulation de la variation sémantique. Contribution à l’étude des emplois de mettre, prendre, passer et tenir. Thèse de Doctorat, Université Paris X.

Taylor, J. 1989, 1995. Linguistic Categorization. Prototypes in Linguistic Theory. Oxford: Clarendon Press.

Taylor, J. 1992. Old problems : Adjectives in Cognitive Grammar. Cognitive Linguistics 3: 1-36.

Tuggy, D. 1993. Ambiguity, Polysemy, and Vagueness. Cognitive Linguistics 4: 273-290.

Van Peteghem, M. 2002. Les différentes interprétations de pareil ou comment un adjectif relationnel devient un marqueur anaphorique. Langue Française 136: 60-72.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions deux relecteurs anonymes de CogniTextes pour leurs commentaires et critiques constructifs qui nous ont permis de préciser certains points. Cet article a initialement été rédigé sur la base d’une communication que nous avons présentée dans une session thématique intitulée « Régulation des variations sémantiques, pragmatiques et syntaxiques dans la théorie des Formes Schématiques » au colloque AFLiCo 3 (Nanterre, 2009) à laquelle ont participé également Sarah de Vogüé, Lucie Gournay, Jean-Jacques Franckel et Gérard Mélis. Nous les remercions pour leurs commentaires et remarques sur cette étude, dont j’ai bénéficié dans des séminaires du groupe de travail Invlex au cours de l’année 2008-2009. Nous remercions également Margot Colinet pour la relecture de la dernière version de ce texte.

2 Pour une étude contrastive entre pareil et identique, voir Corteel (2009).

3 *Ça m’est pareil n’est pas attesté. Sans pouvoir en discuter dans le cadre de cet article, notons simplement que la substitution du verbe être par des verbes tels que sembler et paraître permet de lever cette contrainte : ça me semble pareil/ça me paraît pareil.

4 Notons que l’adverbe également est possible dans cet exemple : A : Bonnes fêtes ! B : (A toi) également !

5 Pour une analyse de ces expressions figées, voir Ashino (2012).

6 En effet, selon les contextes où il apparaît, il est possible a priori d’associer autant d’interprétations possibles aux SN en question (un pouls pareil/un chemin pareil), y compris des interprétations contradictoires. Pour ne prendre que le cas de un pouls pareil, celui-ci peut signifier aussi bien ‘un pouls qui rassure’ (avec un pouls pareil, un pouls parfaitement égal, vous n’avez pas besoin de vous inquiéter) qu’un pouls qui inquiète’ (cf. (8a)). Dans un cas, pareil est proche de régulier, dans l’autre, d’irrégulier. Nous reviendrons sur cette « flexibilité » de pareil dans les sections 4.1. et 4.2.

7 Dans Van Peteghem (2002) et Corteel (2006), les valeurs « exemplarité » et « singularité » que nous avons distinguées correspondent à l’emploi « anaphorique » où un des arguments de l’adjectif est exprimé dans le contexte gauche ; la valeur « ressemblance » correspond à l’emploi « réciproque » où les deux arguments de l’adjectif sont exprimés ensemble dans un seul SN pluriel (morphologiquement ou sémantiquement).

8 Le terme occurrence dans cet article doit être compris comme une réalisation particulière d’une notion associée à un N, mais aussi à un Verbe.

9 Nous parlons de validation, lorsqu’on instancie deux places d’argument d’une relation prédicative du type : < ( ) r ( ) >, où r correspond à un prédicat ; la place gauche est associée à ‘agent’ et la place droite à ‘patient’. Dans Paul critique Jacques, par exemple, Paul instancie la place d’agent ; Jacques la place de patient.

10 Bien qu’égal en (29) se construise aussi avec la préposition à, le rapport qu’entretient N1 avec N2 n’est pas le même entre (29) et les exemples relevant de la valeur « conformité ». Nous y reviendrons.

11 Dans Pauly (2010) et Kravchenko-Biberson (2011), on trouve une discussion très détaillée sur les différences entre ces deux approches.

12 Dans l’approche cognitive, en effet, le problème de la catégorisation est transposé à celui de la polysémie : une unité correspond à une catégorie, ses différents sens aux membres de la catégorie.

13 Ont été étudiées dans cette approche différentes unités morpho-lexicales : verbes (Saunier (1996) ; Camus & De Vogüé (2004)) ; adjectifs (De Vogüé & Franckel (2002) ; Jarrega (2003) ; prépositions (Franckel & Paillard (2007)).

14 La notion de Forme Schématique a été introduite par A. Culioli : « L’analyse d’un marqueur (entendu non pas au sens d’étiquette, mais de marqueur d’opération ou éventuellement de polyopération) doit aboutir à une représentation formelle ayant des caractéristiques stables et contrôlables. A partir de cette représentation formelle, que j’appelle forme schématique, se constituent des formes supplémentaires qui sont, en fait, des déformations de la forme de base » (Culioli 1990b : 116).

15 Ce point semble rapprocher notre description sémantique de celle de l’approche structuraliste, pour laquelle une unité est définie comme vérifiant un ensemble de « traits distinctifs », dont la critique conduit Lakoff à introduire un prototype. Cependant, comme on le verra, notre approche se distingue de l’approche structuraliste par le fait qu’elle vise, non seulement à déterminer quels sont les traits (paramètres) fondamentaux, mais aussi à décrire un rapport complexe qu’ils entretiennent l’un avec l’autre.

16 Dans cette approche, la valeur référentielle d’un énoncé est considérée comme le produit d’opérations dont les unités de la langue et leurs agencements sont la trace. Sur ce point, voir Culioli (1990a).

17 Dans les développements actuels de la théorie, on insiste sur l’importance de la prise en compte de la variation qui entretient un rapport étroit avec l’identité (cf. « la variation est constitutive de l’identité même d’une unité » (Franckel & Paillard 1998 : 61)). Sur ce point, voir Franckel & Paillard (1998) ; Paillard (2000) ; De Vogüé & Franckel (2002) ; Camus & De Vogüé (2004) ; Franckel & Paillard (2007), etc.

18 Dans comparable, comme dans pareil, il y a une racine commune paire (<lat. par, paris ‘égal, semblable’) (cf. Ernout & Meillet (1985)). Nous considérons que la notion de paire joue à plein dans la sémantique de pareil, dans la mesure où paire suppose a priori la co-existence de X et de Y, ce qui permet d’envisager deux cas de figure : (i) il existe un Y auquel X est comparable (X fait paire avec Y) ; (ii) faute d’un Y comparable, X reste ‘impair’. Nous verrons que ces deux cas correspondent respectivement à la valeur « exemplarité » et à la valeur « singularité » de pareil.Précisons par ailleurs que le nombre de termes mis en relation par pareil (mais aussi par égal) n’est pas limité à deux : quel que soit le nombre de termes en jeu, il y a une mise en relation d’un terme (pris comme X) avec un autre (pris comme Y).

19 Un rapport d’altérité désigne un rapport entre X et Y, où X est posé comme étant ‘autre que’ Y.

20 Dans cet exemple, l’adjectif pareil est antéposé. Nous ne discutons pas des positions des adjectifs dans le cadre de cet article. Notons simplement que pareil est beaucoup moins contraint que égal pour ce qui est de l’antéposition qui apparaît souvent sans déterminant : comparer (un chemin pareil / pareil chemin) vs (un chemin égal / ?? égal chemin), etc. Pour une étude systématique de l’antéposition de pareil voir Corteel (2006) ; sur l’antéposition de l’adjectif en général, voir De Vogüé (2004).

21 Ainsi, en (33), épouser est (re)considéré, dans le cadre d’un jugement (‘incompréhension du locuteur’), non pas comme un ‘événement (mariage) singulier’, mais comme un ‘type de mariage’, défini par la prise en compte de Paul, repère de comparaison. Ce jugement rejaillit sur le mariage de Marie avec Paul.

22 Il existe différentes façons de remettre en cause la validation de l’occurrence épouser : ‘Marie, avoir épousé un type pareil ?! Elle est folle !’ ; ‘Je me demande pourquoi Marie a épousé un type pareil’ ; ‘Tu dis que Marie a épousé un type pareil, mais tu en es sûr ?’, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fumitake Ashino, « Etude des adjectifs pareil et égal en français contemporain : entre rapport d’identité et polysémie », CogniTextes [En ligne], Volume 7 | 2012, mis en ligne le 28 décembre 2012, Consulté le 27 mars 2017. URL : http://cognitextes.revues.org/521

Haut de page

Auteur

Fumitake Ashino

Laboratoire de Linguistique Formelle, Université Paris VII, Bâtiment Olympe de Gouges, 8 rue Albert Einstein, F-75013 Paris, France

Haut de page