Navigation – Plan du site

Référence aux procès dans les récits de quasi-bilingues russes/français

Tatiana Aleksandrova

Résumés

Notre étude porte sur le rôle de la langue première (L1) et de la langue seconde (L2) dans l’expression de procès en L1 et en L2 dans les récits de fiction produits par des apprenants très avancés russophones du français que l’on peut définir comme quasi-bilingues. Notre analyse se base sur les différences entre les systèmes temporo-aspectuels du russe et du français et sur les propriétés internes des prédicats (typologie de Vendler 1967). Les résultats des analyses montrent une influence de la L1 sur la prise de perspective temporelle pour l’expression d’activités en L2, et l’influence de la L2 sur le choix de prédicats de différents types en L1. Nous apportons par cette étude de nouveaux éléments aux analyses inter-langues dans le domaine du temps et des procès.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1  Les détails concernant les informateurs se trouvent dans la section 3.

1Notre étude s’intéresse aux influences réciproques d’une L2 et d’une L1 sur la production du discours par des locuteurs utilisant régulièrement deux langues dans leur communication. Il s’agit d’un public russophone résidant en France et maîtrisant le français au niveau très avancé.1

2Selon Levelt (1989), la production du discours est un processus cognitif complexe se déroulant en plusieurs étapes. La première phase correspond à sa « conceptualisation ». Elle consiste en un choix ordonné des éléments informationnels à exprimer selon le contexte et les besoins communicatifs du locuteur. Cette opération cognitive se trouve en lien direct avec les éléments linguistiques qui doivent être utilisés pour la production du discours. Ce lien entre la pensée et la langue est discuté par des philosophes depuis longtemps. Les études récentes en psycholinguistique se réfèrent souvent à l’hypothèse de Slobin (1996), connue sous le nom de « thinking-for-speaking ». Cet auteur montre que les langues varient en moyens formels dont elles disposent pour se référer aux différents aspects de la réalité, et par cela rendent certains de ces derniers plus saillants que d’autres. Par conséquent, la langue apprise dans l’enfance influence la façon de penser et de parler d’un locuteur. La manière de construire le discours qui a été apprise dans l’enfance à travers la L1, représente l’un des principaux obstacles pour l’acquisition d’une langue étrangère. En effet, les études antérieures portant sur l’acquisition des langues secondes ont montré que les productions des apprenants très avancés en L2 sont grammaticalement correctes sans être identiques à celles de monolingues de la L2. Les principes organisationnels utilisés par les apprenants pour construire leur discours en L2 sont généralement marqués par les principes propres à leur L1 (cf. Carroll & Lambert 2003, Lambert 2006, Leclercq 2008). Ces apprenants sont souvent qualifiés de « quasi-bilingues » (cf. Bartning 1997).

3Par ailleurs, il nous paraît intéressant de savoir ce qui se passe lorsque les apprenants adultes qui maîtrisent une L2 au niveau très avancé et qui vivent dans le contexte linguistique de cette langue, produisent des discours dans leur L1. Selon De Bot (1992), lors de la production du discours par un bilingue, une des langues disponibles est sélectionnée par le locuteur, ce qui signifie que le message sera encodé dans cette langue. L’autre langue est en état actif, et le processus de planification du discours se passe parallèlement dans la langue sélectionnée et dans la langue active. Les éléments linguistiques d’une langue sont interconnectés, mais ils sont également connectés aux éléments linguistiques de l’autre langue. Lors de la planification du discours dans la langue sélectionnée, en cas de nécessité, un lexème de l’autre langue peut être activé et choisi par le bilingue pour l’encodage d’une partie du message. Cette idée explique la présence des alternances codiques et des emprunts lexicaux dans les discours des bilingues. Les résultats des travaux antérieurs relatifs aux influences translinguistiques ont montré que la L2 peut influencer le choix des items lexicaux en L1, en fonction des différences entre les concepts disponibles dans les deux langues et les moyens spécifiques de leur expression. Par exemple, des influences de ce type ont été attestées pour l’expression des émotions (par ex. Pavlenko 2003) et la dénomination d’objets et de couleurs (Athanasopoulos et al. 2011, Pavlenko & Malt 2011). Les structures syntaxiques peuvent également être transférées de la L2 au discours en L1 (cf. Brown & Gullberg 2011, Jarvis 2003, Isurin 2005, Laufer 2003). Ainsi, non seulement la L1 des bilingues peut influencer leur discours en L2, mais cette dernière peut également influencer le processus de la production langagière de ce type de locuteurs en L1.

4Nous avons donc l’objectif de voir comment les quasi-bilingues se réfèrent à un domaine de la réalité qui est celui des procès dans leur L2 et leur L1. Notre principale question de recherche peut être formulée de la façon suivante : les choix informationnels des quasi-bilingues dans leur L1 et leur L2 sont-ils proches de ceux des monolingues russophones et francophones respectivement, ou reflètent-ils des influences translinguistiques ?

5Notre choix d’analyser le domaine référentiel des procès est déterminé par les différences entre les systèmes temporo-aspectuels du russe et du français que nous expliquerons en détail en 2.2, après avoir présenté notre cadre d’analyse. Les résultats de cette étude seront présentés et discutés dans les parties 4 et 5 de cet article.

2. Cadre d’analyse

2.1 Discours narratif

6Un discours narratif se caractérise généralement par une organisation chronologique des événements relatés. En même temps, le locuteur a le choix d’exprimer certains événements ou de les laisser implicites. Les choix informationnels dépendent en grande partie des moyens linguistiques disponibles. Il a été montré dans une série de travaux empiriques que les langues diffèrent dans les moyens disponibles pour se référer au temps et aux procès. Par exemple, von Stutterheim et al. (2003) montrent une différence saillante entre l’anglais et l’allemand. L’anglais dispose de temps verbaux qui permettent de se référer aux intervalles temporels passés comme à des intervalles en cours de réalisation. Il s’agit des formes verbales composées du verbe « be » et du verbe lexical ayant la terminaison « -ing ». L’allemand, en revanche, n’a pas de temps grammaticaux qui permettraient de se référer au temps de cette manière, mais il possède des moyens lexicaux pour le faire.

7Cette différence influence le choix de la perspective temporelle adoptée par les locuteurs de ces langues. Les anglophones préfèrent se référer aux sous-intervalles temporels comme à des intervalles en cours de réalisation, alors que les germanophones se réfèrent aux sous-intervalles temporels comme à des intervalles finis. Comme les anglophones se réfèrent aux intervalles temporels comme à des intervalles en cours, le point de repère temporel pour chaque nouvel intervalle temporel relaté (cf. Klein 1994) n’est pas la fin de l’intervalle précédent, mais le moment de la parole. Ces locuteurs présentent les événements relatés comme s’ils répondaient à la question : « qu’est-ce qui est en train de se passer ? ». Von Stutterheim et al. (2003) appellent cette stratégie « déictique » basée sur le narrateur.

(1)

a.

the figure is starting to dig

b.

he is digging

c.

he is being sucked in by the sand

8En revanche, les locuteurs germanophones se réfèrent aux intervalles temporels comme à des intervalles finis. Chaque intervalle temporel relaté prend son début à partir de la fin de l’intervalle précédent. Les locuteurs se réfèrent aux événements comme s’ils répondaient à la question : « qu’est-ce qui s’est passé à chaque intervalle de temps donné ? ». Carroll & Lambert (2005: 220) appellent cette stratégie « the linking strategy » que nous traduisons comme « stratégie de liaison ». Cette stratégie est basée sur les événements.

(2)

a.

und wacht dann so langsam auf

‘et puis se réveille lentement’

b.

und schaut sich um

‘et regarde autour de lui’

c.

sieht dann die flasche vor sich liegen

‘puis voit la bouteille couchée devant lui’

2.2. Systèmes temporo-aspectuels du français et du russe

9Le système temporo-aspectuel du français est composé de plusieurs temps grammaticaux permettant d’exprimer les relations temporelles, non seulement entre le moment de la parole et un événement, mais également entre différents événements qui se sont produits dans le passé ou se réaliseront dans le futur. Le russe, quant à lui, possède trois temps grammaticaux : le présent, le passé et le futur.

10Le présent en français possède les mêmes valeurs que le présent en russe. En effet, il exprime la simultanéité d’un procès par rapport au temps de l’énoncé, possède la valeur du présent habituel, et peut être utilisé dans une narration pour des effets de style. Sur le plan du passé, le français permet de faire des distinctions aspectuelles en ce qui concerne la durée des procès par l’opposition des formes du passé composé et celles de l’imparfait. Le français permet également d’exprimer l’antériorité dans le passé par l’emploi du plus-que-parfait.

11Le système temporo-aspectuel russe s’oppose au système français par une caractéristique qui lui est spécifique ; il s’agit de la distinction grammaticale « perfectif » vs. « imperfectif ». Cela signifie que chaque procès peut être décrit en russe par deux verbes : un imperfectif ou un perfectif. L’imperfectif décrit l’action comme un processus sans se référer à ses limites temporelles. Le perfectif, quant à lui, présente l’action dans sa totalité et ne peut être utilisé avec un verbe de phase. Les imperfectifs ont trois temps : le présent (on čitaet « il lit »), le passé (on čital « il a lu/il lisait ») et le futur (on budet čitat’ « il lira/il va lire »). Les perfectifs, quant à eux, n’ont pas de forme du présent, ils n’expriment pas la simultanéité du procès avec le moment de la parole. Ils indiquent soit que l’action s’est déjà réalisée (on pročital « il a lu »), soit qu’elle se réalisera dans le futur (on pročitaet « il lira »). Ainsi, le russe ne possède que trois temps grammaticaux, mais à l’intérieur du passé et du futur il existe l’opposition aspectuelle imperfectif/perfectif.

12Le russe possède différents types grammaticaux de verbes. Les imperfectifs simples, comme čitat’ « lire », pisat’ « écrire », spat’ « dormir », est’ « manger » et igrat’ « jouer », sont généralement à la base des perfectifs qui sont créés par l’adjonction d’un préfixe. Un imperfectif peut se combiner avec plusieurs préfixes qui vont modifier sa classe grammaticale, c’est-à-dire le perfectiviser, et en même temps modifier sa valeur sémantique ou la modalité d’action. Prenons comme exemple l’imperfectif simple igrat’ « jouer ». L’ajout des préfixes po-, pro-, vy- et pere- illustre bienle processus de formation des perfectifs :

  • po-igrat’ « finir de jouer »

  • pro-igrat’ « perdre »

  • vy-jgrat’ « gagner »

  • pere-igrat’ « jouer de nouveau »

13Ainsi, le préfixe est un morphème très important pour l’indication formelle de la classe aspectuelle du verbe, mais aussi pour l’indication du sens du verbe et de la modalité d’action. Le même préfixe peut donner des nuances sémantiques différentes à différents imperfectifs, ce qui constitue la difficulté de l’analyse de textes russes et de l’acquisition de cette langue comme langue étrangère.

14Comme le perfectif modifie souvent le sémantisme de l’imperfectif simple, un nouvel imperfectif peut y être dérivé par l’adjonction du suffixe imperfectivisant -yva/-iva. Nous reprenons l’exemple de l’imperfectif simple igrat’ « jouer » et des perfectifs qui ont été créés à partir de ce verbe pour montrer la formation des imperfectifs dérivés :

  • pro-igrat’ (PF) – pro-igr-yvat’ (IMP) – « perdre »

  • vy-jgrat’ (PF) – vy-igr-yvat’ (IMP) – « gagner »

  • pere-igrat’ (PF) – pere-igr-yvat’ (IMP) – « jouer de nouveau »

  • po-igrat’ (PF) – po-igr-yvat’ (IMP itératif) – « finir de jouer/jouer de temps en temps »

15L’imperfectif dérivé qui possède le préfixe po- et le suffixe -yva (le dernier de la liste) a une valeur itérative qui signifie que l’action se réalise plusieurs fois. Les autres imperfectifs dérivés sont formés morphologiquement de la même manière que poigryvat’, mais leur statut aspectuel est moins évident. Ils peuvent être employés tant dans les contextes itératifs (On vse vremja proigryvaet. « Il perd tout le temps. »), que dans les contextes où l’action se réalise une seule fois (On proigryvaet. « Il est en train de perdre. »).

16Nous pouvons conclure qu’en russe il existe des imperfectifs simples, à partir desquels il est possible de créer des perfectifs par moyen de préfixation. De même, à partir des perfectifs, des imperfectifs dérivés peuvent être créés par moyen de suffixation. La valeur aspectuelle des imperfectifs dérivés est parfois la même que celle des imperfectifs simples, mais ils peuvent aussi avoir une valeur itérative.

2.3 Aspect lexical des verbes

17Nous avons jusqu’à présent parlé des propriétés grammaticales des verbes en français et en russe, mais ces derniers possèdent également leurs caractéristiques temporelles internes. Par exemple, « dormir » présuppose une durée du procès, tandis qu’« exploser » a un caractère immédiat. Les verbes ont été classés selon leurs propriétés temporelles internes dans différentes catégories proposées par plusieurs auteurs. Une des classifications de l’aspect lexical la plus souvent citée est celle proposée par Vendler (1967) pour l’anglais. Selon trois traits caractéristiques (statique/dynamique, duratif/instantané et télique/atélique), il distingue quatre classes de verbes : états (statiques, duratifs, atéliques), activités (dynamiques, duratifs, atéliques), accomplissements (dynamiques, duratifs, téliques) et achèvements (dynamiques, instantanés, téliques). L’appartenance d’un verbe à l’une des catégories peut être testée en interrogeant sa compatibilité avec un adverbe temporel. Par exemple, « pendant » est compatible avec les états et les activités (p.e. Il dessine pendant des heures.) et « en » est compatible avec les accomplissements (p.e. Il dessine le portrait en une heure.). Les achèvements, par nature, ne s’accordent pas avec les compléments de durée. Le rôle du complément est très important pour l’attribution du statut sémantique au verbe.

18Cette même classification peut, à notre avis, servir à analyser les verbes russes. Pour placer chaque verbe du corpus dans une classe sémantique, nous prenons en compte sa classe grammaticale et ses compléments. Les imperfectifs et les perfectifs ayant la même base verbale peuvent faire partie de différentes classes sémantiques. Par exemple, l’imperfectif on kopaet « il creuse » sera considéré comme un verbe d’activité du fait de sa compatibilité avec le complément de durée v tečenie « pendant » (On kopaet v tečenie vsego dnja. « Il creuse pendant toute la journée. »). L’adjonction d’un complément comme jamu « trou » peut modifier la classe sémantique du verbe (On kopaet jamu v tečenie časa/za čas. « Il creuse un trou pendant une heure/en une heure. »). Le verbe peut être considéré comme une activité ou un accomplissement selon l’adverbe temporel qui l’accompagne.

19Le perfectif on vykopal jamu « il a creusé un trou » sera considéré comme un verbe d’accomplissement, puisqu’il n’est pas compatible avec le complément de durée v tečenie « pendant », mais avec le complément za « en » (On vykopal jamu za čas. « Il a creusé un trou en une heure. »).

20Malgré le fait qu’il existe des classifications d’aspect lexical élaborées spécifiquement pour le russe (par exemple, Avilova 1976, Stoll 2001 ou Guiraud-Weber 2004), leurs auteurs opèrent avec plus ou moins les mêmes propriétés temporelles que celles proposées par Vendler pour définir les critères des classes aspectuelles. De ce fait, il nous paraît plus utile d’adopter une seule classification d’aspect lexical pour tout le corpus afin de comparer les résultats des productions dans les deux langues. Cette classification est conventionnelle et opérationnelle pour notre analyse des procès sans prétendre être complète pour classer les verbes russes.

3. Recueil des données

21Dans cette étude transversale, 45 locuteurs au total (bilingues russo-français et monolingues français et russes) sont soumis à la tâche du récit d’un film muet de sept minutes environ, appelé « Quest ». Ce support a été emprunté aux études sur l’acquisition des langues secondes menées par des chercheurs de l’Université de Heidelberg (Allemagne) (cf. Carroll et al. 2003), ce qui nous permet la comparabilité des données. Le film met en scène un personnage de sable – protagoniste principal et unique – à la recherche d’eau. Ce personnage traverse différents mondes hostiles où il est menacé par les éléments de l’environnement, à savoir le sable, le papier et les pierres, qui le font chuter vers les mondes suivants. Ses chutes sont précédées d’un certain type d’efforts de sa part. Dans le premier épisode du film, il creuse le sable autour de lui. Dans le deuxième épisode, il gratte le sol qui est constitué de feuilles de papier en essayant de les déchirer. Enfin, dans le troisième épisode, il tape le sol en pierres avec un morceau de rocher afin d’y faire un trou. Ce sont ces trois séquences qui ont retenu notre attention. Les actions effectuées par le protagoniste correspondent à des procès différents (« creuser », « gratter », « taper »). Dans ces trois séquences, elles aboutissent à un résultat que les locuteurs sont libres d’exprimer ou de laisser implicite. Ces actions correspondent aux procès suivants : « faire une fosse dans le sable », « déchirer le papier », « casser le sol ».

22Il est donc intéressant de savoir comment les locuteurs de différentes langues expriment ces activités et quelle stratégie ils adoptent au regard des différences entre le système temporo-aspectuel du russe et celui du français.

23Après le visionnage du film, nos sujets ont été amenés à raconter ce dernier en répondant à la question de l’enquêteur : « Peux-tu me raconter ce qui s’est passé ? »

24Tous nos informateurs ont les mêmes caractéristiques socioculturelles. Ce sont des adultes, d’un niveau d’éducation Bac +4/5 et âgés de 25 à 35 ans. Ces quasi-bilingues ont commencé à apprendre le français après l’âge de 15 ans et sont arrivés en France vers l’âge de 20 ans. Leur séjour minimal dans le pays est de 5 ans. Ils ont tous effectué des études supérieures en français et exercent une activité professionnelle. Le fait que leurs productions en français soient grammaticalement correctes nous permet de leur attribuer le niveau de quasi-bilingues, terme souvent employé pour se référer aux apprenants de niveau très avancé.

25Pour ce qui est du maintien du russe chez ces personnes, d’après les résultats du questionnaire sociolinguistique que nous avons mené avant l’étude, les quasi-bilingues utilisent le français et le russe quotidiennement dans des proportions équivalentes aussi bien dans le cadre professionnel que personnel. La langue à laquelle nos sujets sont exposés est aussi bien le russe pratiqué par des russophones monolingues, que le russe parlé par d’autres migrants russophones.

26Leurs productions en français et en russe ont été transcrites et comparées à celles des natifs des deux langues (groupes contrôles). Chaque groupe compte 15 sujets. Afin de réduire l’effet d’habitude à la tâche, les quasi-bilingues ont été enregistrés en russe et en français à un intervalle d’au moins 30 minutes pendant lequel ils étaient engagés dans une conversation libre.

27Parallèlement, l’ordre des langues pour l’exécution de la tâche était également varié. Ainsi, la moitié du groupe des quasi-bilingues a effectué cette tâche en français d’abord et dans un second temps en russe, et l’autre moitié du groupe l’a effectuée en russe d’abord, puis en français.

4. Résultats

28Dans l’ensemble des productions, pour l’expression des séquences mentionnées ci-dessus, nous avons attesté trois types de structures phrastiques :

  1. (SN-sujet) + Verbe d’activité (il creuse le sable)

  2. (SN-sujet) + Modal + Verbe d’activité (il essaie de creuser)

  3. (SN-sujet) + Verbe de phase initiale + Verbe d’activité (il se met à creuser)

4.1 Productions des francophones et russophones monolingues – groupes de contrôle

29Parmi les structures phrastiques attestées, les francophones monolingues préfèrent la structure à verbe lexical (structure 1), tandis que les russophones monolingues expriment le plus souvent la phase initiale des procès (structure 3). En ce qui concerne la structure à verbe modal (structure 2), les locuteurs des deux groupes y recourent avec une fréquence similaire (cf. Figure 1).

Figure 1. Structures phrastiques utilisées par l’ensemble des locuteurs pour l’expression des actions du protagoniste.

30En ce qui concerne le répertoire verbal utilisé par les monolingues, dans les productions des francophones natifs, les verbes d’activité dominent. Ils sont employés dans trois types de structures phrastiques mentionnés ci-dessus. Nous avons attesté les items verbaux suivants : « chercher l’eau », « creuser le sable/le papier », « fouiller le sable/le papier », « frapper le sol », etc.

(3)

il fouille dans le sable

(4)

et il tente de creuser

(5)

et il commence à creuser le sable

31Pour ce qui est des russophones monolingues, le type de la structure phrastique employée influence le type de prédicat choisi. Ainsi, dans la structure préférée des russophones – la structure à verbe de phase initiale : načinat’ + IMP « commencer » + Imperfectif, selon les contraintes morphosyntaxiques du russe, seuls les imperfectifs peuvent être employés. Nous avons attesté deux types d’imperfectifs à l’intérieur de cette structure :

  • IMP du présent simples

  • IMP du présent dérivés

32Les premiers sont des verbes sans préfixe : kopat’ (creuser) et ryt’ (bêcher).

(6)

i

načinaet

kopat’

pesok

CONJ

PRS 3SG

INF IMP

ACC

et

commence

creuser

sable

‘et

il commence

à creuser

le sable’

33Les seconds sont des imperfectifs formés à partir des verbes perfectifs par l’ajout du suffixe imperfectivisant -iva/-yva. Ils contiennent tous un préfixe ayant sa propre valeur.

(7)

načinaet

ras-

-kap-

-yva-

-t’

pesok

PRS 3SG

Préfixe

Racine

Suffixe IMP

désinence INF

ACC

commence

dispersion

creus-

-er

sable

‘il commence

à creuser

le

sable en le

dispersant’

34Les imperfectifs dérivés sont plus fréquents lors de l’utilisation de cette structure phrastique que les imperfectifs simples et représentent 67% du total des verbes employés (Figure 2).

Figure 2. Types d’imperfectifs employés par les russophones monolingues et les quasi-bilingues à l’intérieur de la structure à verbe de phase initiale.

35Dans près de 35% des cas, les russophones utilisent la structure phrastique à verbe modal (Figure 1). Selon les contraintes morphosyntaxiques du russe, un seul type grammatical de verbes peut être utilisé après le verbe modal. Il s’agit des verbes perfectifs. Le changement d’aspect grammatical modifie l’aspect lexical du verbe. Ainsi, l’imperfectif simple kopat’ « creuser » qui est un verbe d’activité, après l’ajout du préfixe perfectivisant, devient un verbe d’accomplissement du fait que nous ne pouvons plus l’utiliser avec l’adverbe v tečenie « pendant ».

(8)

on

staraetsja

ras-

kopat’

pesok

3SG

PRS 3SG

préfixe PRF

INF IMP

ACC

il

s’efforce

dispersion

creuser

sable

‘il  

s’efforce

de creuser

le sable en

le dispersant’

36Dans très peu de cas (10%), les russophones monolingues recourent à la structure à verbe lexical (Figure 1). Seuls les imperfectifs dérivés sont attestés à l’intérieur de cette structure phrastique: raz-grebat’ (ramer en dispersant) et za-grebat’ (ramer en approchant/ramener).

(9)

on

rukami

za-

-grebaet

ètot

pesok

3SG

INS

derrière

PRS 3SG

DEM

ACC

il

avec mains

derrière

rame

ce

sable

‘avec

les mains

il ramène

ce

sable’

37Dans l’ensemble, on atteste dans les données des russophones beaucoup plus de verbes préfixés que non préfixés. Les préfixes verbaux ont trois fonctions dans nos données :

  1. Ils apportent une valeur sémantique au verbe de base

  2. Ils modifient l’aspect lexical du verbe

  3. Ils modifient l’aspect grammatical et l’aspect lexical du verbe

38La première fonction est assurée par les préfixes raz-/ras- et za- ajoutés aux verbes : kopat’, ryt’ et gresti (creuser, ramer). Le préfixe raz-/ras- est décrit dans la littérature consacrée à la description de la langue russe comme ayant le sens de « mouvement centrifuge, dispersion, extension, décomposition » (Guiraud-Weber 2004: 74). Le préfixe za- ajouté au verbe gresti (« bêcher ») indique que le protagoniste place les mains derrière l’objet qu’il saisit et effectue des mouvements en rapprochant les objets (« ramer/ramener »). Ces préfixes ne modifient ni l’aspect lexical ni l’aspect grammatical des verbes, mais apportent une nuance sémantique.

39Dans certains cas, les préfixes apportent une information sémantique et modifient l’aspect lexical du verbe sans modifier son aspect grammatical. Le préfixe pro- transmet l’idée de franchissement d’une frontière par transformation de l’objet. Le préfixe vy- indique une transformation par l’application d’une force. Ils sont ajoutés au verbe d’activité bit’ « taper » dont ils modifient l’aspect lexical. L’ajout de ces préfixes permet la création des verbes d’accomplissement. Ces derniers sont employés dans la structure à verbe de phase initiale pour exprimer la séquence « le bonhomme tape le sol ». Cela signifie que les locuteurs expriment la phase initiale des intervalles temporels occupés par des verbes d’accomplissement.

(10)

načinaet

pro-

-b-

-iva-

-t’

zemlju

kamnem

PRS 3SG

Préfixe

Racine

Suf. IMP

dés. INF

ACC

INS

commence

transformation

taper

terre

avec pierre

‘il commence à casser

la terre

en la

tapant

avec

une pierre’

40Finalement, nous avons attesté des cas où le préfixe sert à la fois au changement sémantique, au changement d’aspect lexical et au changement d’aspect grammatical. Les préfixes que nous avons attestés sont raz-/ras- et pro-. Ainsi, les imperfectifs (verbes d’activité) bit’ « taper », delat’ « faire » et dolbit’ « creuser en tapant », auxquels ces préfixes ont été ajoutés, deviennent des perfectifs et des verbes d’achèvement. De plus, chaque préfixe apporte une modification sémantique. Ainsi, le préfixe raz- indique la dispersion ou la décomposition des objets ; le préfixe pro- indique le franchissement d’une frontière par transformation de l’objet, ce qui veut dire qu’ajouté aux verbes bit’ « taper » et delat’ « faire », il signifie la destruction de l’objet : pro-delat’ « franchir une frontière en faisant une action », pro-bit’ « franchir une frontière en tapant ».

(11)

i

pytaetsja

pro-

bit’

treščinu

CONJ

PRS 3SG

Préfixe PRF

INF IMP

ACC

et

essaie

transformation

taper

fissure

‘et il

essaie de

agrandir la fissure en  

tapant’

41Du fait que les russophones utilisent un grand nombre de verbes préfixés, ils encodent les séquences analysées plus souvent par des verbes d’accomplissement ou d’achèvement que les francophones monolingues qui utilisent principalement des verbes d’activité. Le choix du prédicat influence l’expression d’autres phases des procès que la phase initiale. En ce qui concerne la phase médiane ou la durée des procès, elle n’est pas souvent exprimée par les locuteurs des deux langues (18 et 9% chez les francophones et les russophones respectivement, cf. Figure 4). Pour l’encoder, les locuteurs des deux langues formulent un second énoncé comportant un verbe d’activité. En ce qui concerne l’expression du résultat des procès, les francophones monolingues l’encodent beaucoup plus régulièrement que les russophones monolingues (cf. Figure 3 ci-dessous).

Figure 3. Expression de la durée et de la fin des procès par l’ensemble de locuteurs.

42Les locuteurs des deux groupes formulent pour cela un énoncé séparé comportant un verbe d’accomplissement ou d’achèvement.

(12)

a.

donc il se met à creuser tout autour

b.

il crée un gros trou

(13)

a.

pytaetsja

kakim-to

obrazom

ee

najti

PRS 3SG

ADJ

INS

3SG ACC

INF PRF

essaie

un certain

manière

la

trouver

‘il essaie de

la trouver

d’une

manière

ou d’une autre’

b.

slučajno

bumagu

raz-

-ryv-

-a-

-et

ADV

ACC

Préfixe

Racine

Suf. IMP

PRS 3SG

par hasard

papier

dispersion

déchire

‘par hasard

il déchire

le papier’

43L’analyse des trois séquences a montré qu’il existe des différences importantes entre les productions des locuteurs des groupes contrôle dans la façon de se référer aux procès impliquant les actions du protagoniste. Les francophones monolingues ont tendance à les exprimer par des verbes d’activité qui sont les seuls prédicats de l’énoncé. Lorsqu’ils décident d’exprimer la modalité d’un procès, le plus souvent, cela ne modifie pas l’aspect lexical du verbe lexical qui reste un verbe d’activité. Cela pousse les francophones à formuler régulièrement un énoncé séparé exprimant le résultat de l’action du protagoniste (« il fait un trou »/« un trou se fait », « il déchire le papier »/« le papier se déchire », etc.).

44En revanche, les russophones monolingues tendent à exprimer la phase initiale des actions. Ils optent principalement pour des imperfectifs dérivés qui sont aussi bien des verbes d’activité que des verbes d’accomplissement. Très souvent, les russophones utilisent également la structure phrastique à modal qui exige l’emploi d’un verbe perfectif. Son aspect grammatical influence son aspect lexical. Ainsi, les perfectifs utilisés sont tous des verbes d’achèvement.

45Dans l’ensemble, les russophones se réfèrent aux actions par des prédicats téliques plus souvent que les francophones. Cela leur permet d’exprimer dans un énoncé non seulement l’action du protagoniste, sa phase initiale ou sa modalité, mais aussi son résultat potentiel. Cette tendance explique le faible pourcentage d’énoncés supplémentaires exprimant le résultat des actions.  

4.2 Productions des quasi-bilingues

46En ce qui concerne les productions des quasi-bilingues en français, ces derniers, pour se référer aux procès, optent principalement pour la structure à verbe de phase initiale.

(14)

il commence à creuser le sable

47Cette tendance résulte clairement du transfert de conceptualisation de leur L1. En effet, nous avons attesté la tendance d’exprimer la phase initiale des procès chez les russophones monolingues (Figure 1).

48En ce qui concerne l’aspect lexical des verbes utilisés par les quasi-bilingues en français lors de l’emploi de la structure à verbe de phase initiale, ces derniers recourent à deux types de verbes : les verbes d’activité (75%) et les verbes d’accomplissement (25%). En revanche, les francophones monolingues utilisent seulement les verbes d’activité à l’intérieur de cette structure. La tendance d’employer des verbes d’accomplissement lors de l’expression de la phase initiale de procès a été attestée dans les productions des russophones monolingues. Ainsi, les quasi-bilingues semblent être influencés par leur L1 pour le choix de l’aspect lexical des verbes. Les items verbaux suivants ont été attestés dans leurs productions : « creuser sable/ feuilles », « donner coups », « frapper endroit », « gratter feuilles », « agrandir trou », « creuser trou », « faire trou ».

(15)

et enfin il commence à faire un trou dans le sable

49Pour ce qui est du choix de l’aspect lexical à l’intérieur des deux autres structures phrastiques, il ne diffère pas de celui qui est attesté chez les francophones natifs.

50En ce qui concerne les productions des quasi-bilingues en L1, ceux-ci focalisent également leur attention sur la phase initiale des procès, ce qui ne diffère pas leurs productions de celles des russophones monolingues (Figure 1).

51Tout comme les russophones monolingues, ils utilisent deux types d’imperfectifs à l’intérieur de la structure à verbe de phase initiale :

  • IMP du présent simples

  • IMP du présent dérivés

52Cependant, nous attestons une différence dans la fréquence d’utilisation de ces deux types d’imperfectifs. Dans les productions des quasi-bilingues, les imperfectifs simples représentent plus de 70% du total des verbes employés, ce qui n’est pas le cas des productions des russophones monolingues où ce type de verbes est minoritaire. Ce sont, au contraire, les imperfectifs dérivés qui dominent (Figure 2).

(16)

è

togda

on

načinaet

kopat’

vokrug

sebja

pesok

ADV

3SG

PRS 3SG

INF IMP

ADV

1SG

ACC

euh

alors

il

commence

creuser

autour

soi

sable

‘euh

alors

il

commence

à creuser

le sable

autour

de lui’

53La même tendance est observée dans les cas d’utilisation de la structure à verbe lexical. Les quasi-bilingues emploient exclusivement des imperfectifs simples, alors que chez les russophones monolingues, ce sont toujours les imperfectifs dérivés qui sont employés. L’utilisation des imperfectifs simples à l’intérieur de ces deux types de structures phrastiques implique l’absence de préfixes verbaux.

(17)

i

roet

on

ètot

pesok

CONJ

PRS 3SG

3SG

DEM

ACC

et

bêche

il

ce

sable

‘et il

bêche

ce sable’

54En ce qui concerne la structure à verbe modal, la contrainte grammaticale impose l’utilisation des verbes perfectifs. Étant donné que ces derniers se forment principalement par préfixation, les quasi-bilingues recourent dans la totalité des cas aux verbes perfectifs comportant un préfixe, ce qui ne diffère pas des productions des russophones monolingues.

55Comme nous l’avons évoqué dans l’analyse des productions des russophones monolingues, les préfixes apportent aux verbes une valeur sémantique et modifient leur aspect lexical et/ou grammatical. L’absence ou l’emploi réduit des préfixes par les quasi-bilingues signale que les verbes employés sont moins riches en information sémantique concernant l’action. Par exemple, pour l’action « creuser », les russophones monolingues utilisent majoritairement des verbes avec le préfixe raz- exprimant la dispersion des objets, alors que dans les productions des quasi-bilingues, cette information est moins fréquente. L’absence des préfixes influence également l’aspect lexical des verbes utilisés. Dans les situations où les russophones monolingues utilisent un verbe d’accomplissement, les quasi-bilingues emploient un verbe d’activité.

(18)

on

načinaet

stučat’

po

poverxnosti

3SG

PRS 3SG

INF IMP

PREP

GEN

il

commence

frapper

sur

surface

‘il

commence

à frapper

la surface’

56En revanche, dans les productions des quasi-bilingues, les préfixes sont employés pour assurer le changement d’aspect grammatical.

57Ainsi, on atteste dans les productions des quasi-bilingues moins d’imperfectifs dérivés comportant un préfixe que dans celles des russophones monolingues. Les préfixes attestés chez les russophones comportent majoritairement une information spatiale, notamment une information sur la direction du mouvement. Cette information est dans la plupart des cas absente des productions des quasi-bilingues. L’absence des préfixes dans les contextes où leur emploi n’est pas imposé grammaticalement, aboutit à l’expression plus fréquente par les quasi-bilingues des actions du protagoniste par les verbes d’activité, alors que chez les russophones monolingues on relève également des verbes d’accomplissement.

58En ce qui concerne l’expression d’autres phases de procès que la phase initiale, les quasi-bilingues, lorsqu’ils produisent leur discours en français, expriment très peu la phase médiane. Pour ce qui est de l’expression du résultat, ils l’expriment explicitement beaucoup moins souvent que les francophones monolingues (Figure 3). Cette tendance vient, à notre avis, du fait qu’ils focalisent moins leur attention sur la fin des procès que les francophones natifs. Lorsqu’ils le font, tout comme les francophones, ils formulent un énoncé comportant un verbe d’achèvement.

59Quant aux productions des quasi-bilingues en russe, tout comme les russophones monolingues, ils expriment rarement la durée des procès. En revanche, l’expression du résultat est légèrement plus fréquente dans leurs productions par rapport à celles des russophones. Cette tendance vient du fait qu’ils utilisent souvent des verbes d’activité pour exprimer les actions, ce qui les incite à formuler un énoncé supplémentaire pour exprimer le résultat du procès (Figure 3).

(19)

a.

i

načinaet

bit’

tot

kamen’

CONJ

PRS 3SG

INF IMP

DEM

ACC

et

commence

taper

celui-là

pierre

‘et il

commence

à taper

cette

pierre-là’

b.

značit

raz-

biv-

-a-

-et

ego

CONJ/ADV

Préfixe

Racine

Suf. IMP

PRS 3SG

3SG ACC

donc

dispersion

tape

le

‘donc il

le

casse’

60Cette analyse a montré qu’en produisant le discours en français, les quasi-bilingues expriment régulièrement la phase initiale des procès. De plus, ils emploient parfois des verbes d’accomplissement à l’intérieur de cette structure phrastique. Ces tendances sont le résultat de l’influence de leur L1. Ainsi, les quasi-bilingues adoptent les moyens linguistiques du français pour mettre en œuvre la stratégie narrative propre à leur L1.

61Quant à leurs productions en russe, tout comme les russophones monolingues, ils focalisent leur attention sur la phase initiale des procès. En revanche, ils utilisent moins souvent les imperfectifs dérivés comportant un préfixe. Cela rend leurs productions moins riches au niveau sémantique et en même temps influence le choix de l’aspect lexical des verbes utilisés. En effet, ils expriment régulièrement les actions du protagoniste par des verbes d’activité ce qui les oblige à formuler un énoncé séparé pour exprimer le résultat de ses actions.

5. Synthèse et conclusions

62Nous allons maintenant essayer de répondre à la question principale qui guide notre étude : les choix informationnels des quasi-bilingues lors de la production du discours en L1 et en L2 sont-ils proches de ceux des monolingues russophones et francophones respectivement, ou reflètent-ils des influences translinguistiques ?

63Pour répondre à cette question, nous avons d’abord contrasté les productions des groupes de contrôle. Les locuteurs des deux langues utilisent des stratégies différentes pour se  référer aux actions. Les francophones emploient des verbes au présent qui se réfèrent aux procès comme à des unités complètes. En revanche, les russophones monolingues emploient des imperfectifs du présent qui se réfèrent aux actions comme aux processus qui n’ont pas encore atteint leur limite temporelle. Par conséquent, l’intervalle temporel occupé par un événement est considéré comme étant trop long pour le temps de l’assertion. Alors, les russophones focalisent leur attention sur l’une des phases des procès. Le plus souvent il s’agit de la phase initiale. Selon les moyens grammaticaux disponibles dans les deux langues, les locuteurs des groupes de contrôle emploient donc deux approches différentes aux procès. Les francophones utilisent l’approche holistique, tandis que les russophones optent pour l’approche phasale.

64Ces résultats confirment ceux des études antérieures (cf. p.e. Von Stutterheim et al. 2003) qui ont montré que l’emploi des structures inchoatives dans les langues aspectuelles n’est pas le résultat de traits individuels ou d’événements spécifiques, mais d’une stratégie narrative qui reflète l’intégration des distinctions aspectuelles dans le choix et le découpage des événements. Dans cette organisation de l’information, la mention explicite du début du procès établit le point de référence pour le procès suivant.

65Par ailleurs, la possibilité de varier les aspects grammaticaux des verbes en russe, et par exemple, d’utiliser un perfectif après le modal, permet aux russophones d’exprimer les actions par des prédicats téliques qui englobent l’information sur l’action et le résultat attendu. Par conséquent, ils ne formulent pas d’énoncés séparés pour exprimer le résultat des actions comme le font les francophones monolingues. Cela rend les productions des russophones monolingues plus synthétiques que celles des francophones.

66Les contrastes attestés entre les productions des groupes de contrôle sont très importants pour l’analyse des productions des quasi-bilingues en deux langues. Nous relevons des influences translinguistiques dans leurs productions dans les deux langues d’expression.

67En ce qui concerne les influences de la L1, elle est évidente dans le choix de la stratégie temporelle adoptée par les quasi-bilingues en français. Par l’emploi de la périphrase lexicale commencer + INF, ils focalisent leur attention sur la phase initiale des procès : ils adoptent la stratégie phasale. En revanche, les francophones natifs se réfèrent principalement aux actions comme à des procès complets. De plus, à l’intérieur de la périphrase lexicale exprimant la phase initiale des procès, les quasi-bilingues utilisent dans certains cas des verbes d’accomplissement et essaient de compacter l’information sur l’action et son résultat dans le même énoncé. Cela indique qu’ils prêtent moins d’attention à la phase finale des procès que les francophones natifs qui expriment le résultat des actions plus explicitement : à savoir, par un énoncé séparé.

68Notre résultat confirme ceux des travaux antérieurs qui se focalisent sur les productions des apprenants quasi-bilingues d’autres langues. En effet, ces travaux ont montré que les apprenants de ce type de différentes L1 et L2 continuent à utiliser en L2 la stratégie narrative propre à leur L1 (cf. Carroll & von Stutterheim 1993, 1997, Lambert 1997, Carroll & Lambert 2003, von Stutterheim & Lambert 2005). Dans ces travaux, le russe et le français ne sont pas explorés ensemble. Notre travail apporte donc un nouvel élément à cette série de travaux inter-langues dans le domaine des procès.

69Nous avons également attesté des influences de la L2 des quasi-bilingues sur l’expression des procès en L1. En ce qui concerne l’expression des actions du protagoniste, les quasi-bilingues continuent à utiliser la stratégie narrative propre à leur L1 en focalisant leur attention sur la phase initiale des procès. Néanmoins, leur répertoire verbal est principalement composé d’imperfectifs non préfixés contrairement aux productions des russophones monolingues où ce type de verbes est minoritaire. En effet, les quasi-bilingues utilisent les verbes préfixés seulement dans les contextes où ils sont imposés par les contraintes grammaticales (dans le cas d’emploi d’un verbe perfectif à l’intérieur d’une structure phrastique à modal). Dans les autres cas, ils préfèrent utiliser les imperfectifs simples. Cette tendance reflète clairement une stratégie propre aux quasi-bilingues qui résulte, selon nous, du contact permanent avec une autre langue. Cette tendance peut être interprétée de deux façons. Les quasi-bilingues simplifieraient leur répertoire verbal à cause du contact réduit avec la langue russe. Ainsi, ils choisiraient des items plus neutres que les verbes préfixés. Cette tendance peut également être interprétée comme le transfert lexical de la L2. En effet, la productivité des préfixes verbaux en français est beaucoup moins importante qu’en russe. Il est possible que les quasi-bilingues choisissent les items verbaux par analogie avec le répertoire verbal qu’ils utilisent en français.

70Pour le moment, il est difficile de dire quel mécanisme est à la base de cette transformation. Cependant, cette tendance a au moins deux conséquences. Premièrement, leurs productions sont moins riches sémantiquement, car nous avons vu que les préfixes ont une valeur sémantique. Deuxièmement, les quasi-bilingues expriment moins souvent que les russophones monolingues les actions du protagoniste par des verbes d’accomplissement et, au contraire, ont tendance à les exprimer par des verbes d’activité, comme le font les francophones natifs. Cela les incite à formuler un énoncé supplémentaire pour encoder le résultat de l’action du protagoniste. Par conséquent, le découpage de l’information en énoncés est plus fin chez les quasi-bilingues que chez les russophones monolingues, ce qui rend les productions des premiers plus analytiques. Le fait d’encoder explicitement la fin des procès indique que les quasi-bilingues focalisent plus souvent leur attention sur la phase finale des procès que les russophones monolingues. L’influence de la L2 dans ce cas implique à la fois une simplification sémantique des productions des quasi-bilingues et une conceptualisation différente des procès qui suppose un découpage plus fin de l’information concernant les procès et le temps que celui qui est attesté chez les russophones monolingues.

71Notre étude a donc montré des influences translinguistiques dans le discours des quasi-bilingues en français et en russe dans le domaine des procès. Ces dernières reflètent les différences entre les systèmes linguistiques. Ainsi, le fait que la catégorie de l’aspect soit grammaticalisée au présent en russe impose le choix de la stratégie narrative aux quasi-bilingues. Cette stratégie est transférée sur leurs productions en L2. En ce qui concerne l’influence de la L2, les propriétés grammaticales de cette langue influencent également le discours des quasi-bilingues en L1. Notamment, nous pensons que la productivité peu importante des préfixes verbaux en français pour l’expression des actions influence le choix des items verbaux en russe et pousse les quasi-bilingues à simplifier leur répertoire verbal en choisissant des items sans préfixes. Cela a des conséquences sur la richesse sémantique des verbes et sur le découpage de l’information en énoncés.

72Par conséquent, les influences translinguistiques reflètent une organisation des narrations propre aux quasi-bilingues qui diffère de celle des monolingues en deux langues. Cela rejoint l’idée de Cook (2003) qui reconnaît que les bilingues possèdent une compétence spécifique en deux langues appelée « multicompétence ».

Haut de page

Bibliographie

Athanasopoulos, P., Damjanovic, L., Krajciova, A. & M. Sasaki. 2011. Representation of colour concepts in bilingual cognition : The case of Japanese blues. Bilingualism : Language and Cognition 14-1: 9-19.

Avilova, N.S. 1976. Vid glagola i semantika glagolnogo slova. Moskva : Nauka.

Bartning, I. 1997. L’apprenant dit avancé et son acquisition d’une langue étrangère : tour d’horizon et esquisse d’une caractérisation de la variété avancée. Acquisition et interaction en langue étrangère 9:9-50.

Brown, A. & M. Gullberg. 2011. Bidirectional cross-linguistic influence in event conceptualization? Expressions of Path among Japanese learners of English. Bilingualism: Language and Cognition 14-1: 79-95.

Carroll, M. & M. Lambert. 2003. Information structure in narratives and the role of grammaticised knowledge: a study of adult French and German learners of English. In: Dimroth, C. & M. Starren (eds.) Information Structure and the Dynamics of Language Acquisition. Studies in Bilingualism. Amsterdam/Philadelphia: John Benjamins, 267-287.

Carroll, M., Klein, W. & C. von Stutterheim. 2003. Two ways of construing complex temporal structures. In: Lenz, F. (ed.) Deictic Conceptualisation of Space, Time and Person. Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 98-133.

Cook, V. 2003. Effects of the Second Language on the First. Clevedon: Multilingual Matters.

De Bot, K. 1992. A bilingual production model: Levelt’s ‘Speaking’ model adapted. Applied Linguistics 13: 1-25.

Guiraud-Weber, M. 2004. Le verbe russe: temps et aspect. Aix-en-Provence: Publications de l’Université de Provence.

Isurin, L. 2005. Cross Linguistic Transfer in Word Order: Evidence from L1 Forgetting and L2 Acquisition. In: Cohen, J., McAlister, K. T., Rolstad, K. & J. MacSwan (eds.) ISB4: Proceedings of the 4th International Symposium on Bilingualism. Somerville, MA: Cascadilla Press, 1115-1130.

Jarvis, S. 2003. Probing the effects of the L2 on the L1: a case study. In: Cook, V. (ed.) Effects of the Second Language on the First. Clevedon: Multilingual Matters, 81-103.

Klein, W. 1994. Time in Language. London and New York: Routledge.

Lambert, M. 1997. En route vers le bilinguisme. Acquisition et interaction en langue étrangère 9:147-172.

Lambert, M. 2006. Pourquoi les apprenants adultes avancés ne parviennent-ils pas à atteindre la compétence des locuteurs natifs ? In: Engwall, G. (ed.) Construction, acquisition et communication : études linguistiques des discours contemporains. Acta Universitatis Stockholmiensis: Romanica Stickholmiensia 23, 151-171.

Lambert, M., Carroll, M. & C. von Stutterheim. 2003. La subordination dans les récits d’apprenants avancés francophones et germanophones de l’anglais. Acquisition et Interaction en Langue Etrangère 19: 41-67.

Lambert, M., Carroll, M. & C. von Stutterheim. 2008. Acquisition en L2 des principes d’organisation de récits spécifiques aux langues. Acquisition et Interaction en Langue Etrangère 26: 11-31.

Laufer, B. 2003. The influence of L2 on L1 collocational knowledge and on L1 lexical diversity in free written expression. In: Cook, V. (ed.) Effects of the Second Language on the First. Clevedon: Multilingual Matters, 32-62.

Leclercq, P. 2008. L’influence de la langue maternelle chez les apprenants adultes quasi-bilingues dans une tâche contrainte de verbalisation. Acquisition et Interaction en Langue Étrangère 26: 31-51.

Levelt, W.J.M. 1989. Speaking: From Intention to Articulation. Cambridge: MIT Press.

Pavlenko, A. 2003. ‘I feel Clumsy Speaking Russian’: L2 Influence on L1 in Narratives of Russian L2 Users of English. In: Cook, V. (ed.) Effects of the Second Language on the First. Clevedon: Multilingual Matters, 32-62.

Pavlenko, A. & B.C. Malt 2011. Kitchen Russian: Cross-linguistic differences and first-language object naming by Russian-English bilinguals. Bilingualism: Language and Cognition 14-1: 19-47.

Slobin, D.I. 1996. From “thought and language” to “thinking for speaking”. In: Gumperz, J. & S. Levinson (eds.) Rethinking linguistic relativity. Cambridge: Cambridge University Press, 70-96.

Stoll, S.E. 2001. The acquisition of Russian aspect. PhD thesis, University of California, Berkeley.

Haut de page

Notes

1  Les détails concernant les informateurs se trouvent dans la section 3.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. Structures phrastiques utilisées par l’ensemble des locuteurs pour l’expression des actions du protagoniste.
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/639/img-1.png
Fichier image/png, 5,2k
Légende Figure 2. Types d’imperfectifs employés par les russophones monolingues et les quasi-bilingues à l’intérieur de la structure à verbe de phase initiale.
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/639/img-2.png
Fichier image/png, 11k
Légende Figure 3. Expression de la durée et de la fin des procès par l’ensemble de locuteurs.
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/639/img-3.png
Fichier image/png, 4,1k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tatiana Aleksandrova, « Référence aux procès dans les récits de quasi-bilingues russes/français », CogniTextes [En ligne], Volume 8 | 2012, mis en ligne le 28 décembre 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://cognitextes.revues.org/639 ; DOI : 10.4000/cognitextes.639

Haut de page

Auteur

Tatiana Aleksandrova

Laboratoire LIDILEM, Université Stendhal - Grenoble 3, Direction de la recherche, BP 25, F-38040 Grenoble, France

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo AFLiCo – Association française de linguistique cognitive
  • Les cahiers de Revues.org