Navigation – Plan du site

L’étrange polysémie du verbe quedar, ou l’expression de la permanence et du changement : étude diachronique et synchronique

Lucía Gómez Vicente

Résumés

The Spanish verb quedar is a very rich term. Although it mainly conveys a meaning of permanence, it relates it to different domains (existence, location, possession or state). Surprisingly, quedar is also able to express the notion of change. Moreover, the literature reveals that it can be used differently (as an auxiliary, a copulative or a lexical verb) according to the syntactic context. The aim of this study is to show how cognitive grammar can explain the complex signification provided by linguistics signs, and to propose a unified vision of the different and seemingly-opposed uses associated to a single polysemous term. This work is mainly based on Langacker’s concepts of Profile and Base, as well as on Talmy’s Force Dynamics.

Le verbe espagnol quedar témoigne d’une grande richesse sémantique. Il véhicule principalement la signification de permanence, tout en le mettant en rapport avec différents domaines (existence, localisation, possession ou état). Mais il a également la possibilité d’exprimer la notion de changement, ce qui peut paraître paradoxal à première vue. Enfin, la bibliographie montre qu’il peut être utilisé, selon le contexte syntaxique, sous différentes formes (auxiliaire, verbe ‘lexical’ ou verbe copulatif). L’objectif de cet article est de montrer comment la grammaire cognitive permet d’expliquer la signification complexe exprimée par les signes linguistiques, en proposant une vision unifiée des différents emplois, parfois contradictoires en apparence, associés à une seule forme polysémique. Nous nous appuyons notamment sur les concepts de profil/base, propres au modèle de Langacker, et de Dynamique des Forces, propre au modèle de Talmy.

Haut de page

Texte intégral

1En espagnol, le verbe quedar(se) est le seul survivant d’un ensemble de termes (rastar, fincar, remaner) qui exprimaient la notion de permanence au Moyen Âge. Quedar(se) véhicule principalement la signification de permanence, qu’il met cependant en lien avec différents domaines (existence, localisation, possession ou état). Il peut sembler compliqué, en consultant le dictionnaire, de faire le lien entre des sens en apparence aussi éloignés que ‘rester quelque chose’ (cf. 1), ‘arriver à une conclusion’ (cf. 2) ou ‘prendre rendez-vous’ (cf. 3), pour ne citer que quelques exemples (Moliner 1998: 828-829) :

(1)

Haber todavía de cierta cosa: ‘No queda azúcar en el azucarero’

Rester quelque chose : ‘Il ne reste plus de sucre dans le pot’

(2)

Acordar lo que se expresa: ‘Quedamos en vernos a las siete’

Convenir de quelque chose : ‘On a convenu de se voir à 19h’

(3)

Concertar una cita: ‘Quedé con él a las cinco en la parada del autobús’

Prendre rendez-vous: ‘J’ai pris rendez-vous avec lui à 17h à l’arrêt de bus’

2Malgré une signification primaire liée à la permanence, le verbe quedar(se), peut également exprimer la notion de changement :

(4)

Resultar en cierta situación o estado por efecto de alguna acción propia o ajena o algún suceso: ‘Quedó cojo de resultas del accidente’. (Moliner 1998: 828-829)

Se retrouver dans une situation ou dans un état comme conséquence d’une action réalisée par soi même ou par autrui, ou par un évènement : ‘Il boite à cause de l’accident’.

3Lorsqu’il fait partie d’une structure du type de (5), le verbe quedar peut même soit exprimer le changement, soit la permanence :

(5)

a.

Juan se ha quedado dormido.

Juan s’est endormi.

b.

Juan se ha quedado despierto.

Juan est resté éveillé.

  • 1  La catégorie de verbes de changement fait référence à une série de verbes tels que poner(se), hace (...)

4D’un point de vue syntaxique, la tradition grammaticale présente le verbe quedar de façon fractionnée. Bustos Plaza (2007: 15) affirme que les différents sens de ce verbe étaient traditionnellement assimilés à deux verbes quedar homonymes. Ainsi, d’après le contenu sémantique du verbe, une distinction était faite entre un verbe quedar prédicatif (‘sémantiquement plein’), lié à la notion d’espace, et un verbe quedar attributif (‘sémantiquement vide’), souvent lié aux verbes de changement appelés verbos de cambio.1 En tant que verbo de cambio, il a été catégorisé comme verbe copulatif (Eberenz 1985: 463) ou comme verbe pseudo-copulatif (Demonte & Masullo 1999: 2511; Morimoto et Pavón 2005: 285). Or ces descriptions fractionnées du verbe quedar ne permettent pas de couvrir toutes ses possibilités syntaxiques, ni d’en donner une version unitaire et systématique. En faisant spécifiquement allusion au verbe estar, Fernández Leborans (1999: 2425) souligne que ce type de catégorisation syntaxique fractionnée entre verbes prédicatifs et copulatifs, qui se base sur des critères sémantiques, pose des problèmes méthodologiques. L’auteure affirme qu’il ne s’agit pas de verbes homonymes, mais plutôt d’un seul verbe ayant des emplois différents. Dans le travail présenté ici, l’idée d’homonymie est également rejetée au profit de l’hypothèse de l’existence d’un verbe unique. De manière plus concrète, nous considérons que, même s’il fonctionne à différents niveaux de schématisme, le verbe quedar garde dans tous ses emplois un noyau sémantique commun qui permet de parler de polysémie et par conséquent, de décrire le verbe de façon unitaire, systématique et globale. En accord avec le cadre théorique de la grammaire cognitive, la polysémie est envisagée ici comme une catégorie radiale où les différents sens se sont développés grâce à des processus d’élaboration et d’extension métaphoriques à partir d’un prototype, et restent donc reliés les uns aux autres selon différents degrés de proximité (Brugman & Lakoff 2006: 109).

5Notre objectif principal est de déterminer les mécanismes synchroniques (approche descriptive) et diachroniques qui ont permis de tisser le réseau sémantique de ce terme. Pour cela, une catégorisation des différents sens de quedar(se) sera présentée, en prêtant une attention particulière aux étapes et aux mécanismes liés à l’émergence des nouveaux sens. Nous montrerons que les relations entre les différents sens et les différentes constructions grammaticales, qui peuvent sembler contradictoires dans un premier temps, ne sont pas arbitraires mais plutôt motivées et systématiques. Les quatre sens les plus prototypiques de quedar seront ensuite présentés chronologiquement, en parallèle des sens dérivés de ceux-ci.

1. Quedar comme existence

6En latin classique, le verbe quedar (quĭescō, ĭs, ĕre, quĭēvī, quĭētum) avait la signification de descansar (se reposer). Grâce à un processus d’extension, il a fini par signifier également estarse quieto (ne pas bouger) ou quedarse en silencio (rester en silence) (Gaffiot 1996: 1317). Ces sens, qui ont en commun l’expression de la quiétude, ont permis l’évolution du verbe jusqu’à lui permettre d’exprimer la notion de permanence. Comme mentionné précédemment, quedar est aujourd’hui le seul survivant d’un ensemble de termes exprimant la permanence en latin. En français, c’est rester qui a eu ce privilège (ficar en portugais). En plus de sa propre évolution, quedar a donc également pu bénéficier de l’héritage sémantique des autres verbes du même ensemble voués à la disparition. Il faut cependant préciser que malgré les similarités sémantiques entre les termes français et espagnol (rester/quedar), ces termes n’ont plus aujourd’hui de structure identique dans leurs différentes sens, ni syntaxique, ni sémantique. Cette différence se manifeste notamment par la difficulté de traduire les exemples espagnols en français.

7D’après Alonso (1986: 1534), le sens d’existence est né au XIIème siècle, au sens de ‘rester une partie de quelque chose’. Actuellement, il se matérialise dans des exemples comme :

  • 2  Contrairement à ce qui arrive en langue française, la langue espagnole codifie comme sujet du verb (...)

(6)

Quedan tres galletas  

Il reste trois gâteaux2

8Le verbe quedar(se), comme nous pourrons le voir dans toutes les sens présentés, a une structure interne divisée en 2 phases. La première phase est constituée de deux sous-phases (un état suivi de l’intervention d’une dynamique des forces).

9Rappelons que la dynamique des forces est une catégorie sémantique parmi d’autres, telles que les catégories déterminé/non déterminé, comptable/non comptable, aspect, mode, etc. qui permet d’expliquer comment plusieurs entités interagissent par rapport à une force. Cette catégorie est présentée par Talmy (2000) comme une généralisation de la notion traditionnelle de causativité.

10L’état lié à la première sous-phase présente un ensemble non déterminé de choses (dans l’exemple (6), un nombre non déterminé de gâteaux). Lors de la seconde sous-phase, une dynamique des forces intervient, menaçant ainsi la permanence de ces entités. La seconde phase, nécessairement ultérieure, est constituée par le résultat de cette dynamique des forces, à savoir la permanence des entités restées après l’intervention de la dynamique de forces. Dans l’exemple (6), le résultat de l’intervention de la dynamique des forces est représenté par la permanence de trois gâteaux.

11Les concepts de profil/base (Langacker 1987: 214) sont essentiels pour comprendre comment ces deux phases s’articulent dans la signification du verbe. Le concept de profil (Langacker) fait référence à ce qui est désigné par la prédication. Par exemple, le mot hier désigne le jour qui précède le jour actuel. Quant à la base (conceptuelle), c’est le domaine sur lequel se base le profil. Ainsi, la base du mot hier serait bien aujourd’hui, et pas l’éternité entière. En somme, bien que la signification liée à la base soit présente dans le terme prédiqué, celle-ci n’est pas désignée explicitement. Dans le cas de quedar(se), la première phase (état + dynamique des forces) se trouve dans la base conceptuelle du verbe, ce qui veut dire que même si celle-ci fait partie de la signification du verbe, elle n’est pas désignée et elle ne fait pas partie de la prédication. En revanche, la seconde phase, ou résultat de la dynamique des forces, est profilée par le verbe ; elle est donc focalisée et désignée. En tenant compte des différences entre profil et base, la signification de “quedar comme existence” peut être définie ainsi : permanence (existence) d’une entité après l’intervention d’une dynamique de forces.

12Il est important de souligner que la notion de localisation n’est pas saillante dans ce sens. En effet, bien que l’existence d’une entité permette d’envisager une position où l’on peut la situer de façon plus ou moins abstraite, celle-ci n’est pas focalisée. Ce qui est véritablement désigné, c’est la permanence du sujet, dans le sens d’existence, après l’intervention d’une dynamique des forces. De même, la notion de changement n’est pas présente. Même si certains éléments parmi ceux qui étaient présents dans la première phase ont pu disparaître à cause de la dynamique des forces (dans l’exemple (6) on peut imaginer qu’il y ait eu initialement dix gâteaux), les éléments ayant subi un changement, ou plus concrètement ici les éléments ayant disparu, ne sont ni désignés ni focalisés. Au contraire, ce qui est désigné et focalisé est la permanence des entités qui demeurent après cette dynamique des forces. Ceci a un rapport clair avec la notion de construal proposée par Langacker (1987: 138). En effet, l’auteur affirme que la valeur sémantique d’une expression ne repose pas uniquement sur les propriétés inhérentes à la situation décrite, mais se définit comme la façon dont on pense cette situation, et dont on se la représente. Dans le cas qui nous occupe, malgré l’existence d’un phénomène de changement (des gâteaux disparaissent), quedar permet d’omettre la notion de changement et de se focaliser uniquement sur la représentation de la permanence.

13Quand le sujet est matérialisé par une unité de mesure, il se produit une extension du sens de  “quedar comme existence”. L’unité de mesure est représentée de façon prototypique par les domaines d’espace (7) et de temps (8) :

(7)

Quedan setenta y cinco km para el final.

Il reste soixante quinze km jusqu’à la fin.

(8)

Quedan tres minutos para que dé comienzo el partido.

Il reste trois minutes avant le début du match.

14Les éléments qui constituent cette unité de mesure, les kilomètres en (7) ou les minutes en (8), suivent un processus de réification ; le viewer dans la terminologie de Langacker (2008: 357) les conceptualise donc comme des choses dans la scène perçue. Les kilomètres qui restent à faire sont compris comme quelque chose qui reste, alors que les kilomètres déjà parcourus sont compris comme quelque chose qui a déjà disparu. On retrouve ici le schéma précédent d’un évènement à deux phases. Dans la première phase, la permanence d’un ensemble d’entités est mise à l’épreuve par une dynamique des forces. La seconde phase présente l’état qui résulte de cette dynamique des forces, illustré en (7) par les soixante quinze kilomètres encore à parcourir.

15Il s’agit donc d’une extension métaphorique qui, tout en maintenant le noyau sémantique de la signification, à savoir la ‘permanence du sujet après l’intervention d’une dynamique des forces’, ainsi que la structure de l’évènement, aboutit à la création d’un nouveau sens plus spécifique.

2. Quedar comme localisation

16Alonso (1986: 1534) évoque un nouveau sens de quedar, présent à partir du XIIIème siècle : ‘être ou s’arrêter (de force ou volontairement) quelque part, avec l’intention d’y rester ou de repartir’. Ce sens se retrouve actuellement dans des constructions comme celles-ci :

(9)

Juana se quedó en casa / Juana est resté à la maison

17Une première différence avec le sens précédent, de nature syntaxique, est la présence obligatoire du complément spatial. Cette construction ne peut être utilisée sans complément que si ce dernier est inférable grâce au contexte.

18Quant à la structure interne du verbe, il s’agit à nouveau d’une structure biphasique. Dans une première phase, une entité codée comme sujet se trouve dans une localisation non spécifiée. Toujours dans cette première phase intervient une dynamique des forces non déterminée qui menace la permanence du sujet dans cette localisation. La seconde phase, qui est la seule à être profilée, représente l’état résultant de la dynamique des forces, à savoir la présence du sujet dans la même localisation que dans la première phase. Ainsi, ce sens peut être défini comme : permanence du sujet dans une localisation après l’intervention d’une dynamique des forces.

19Comme nous avons pu le remarquer, la notion de localisation est activée et focalisée. Il ne s’agit plus seulement de l’existence de quelque chose, comme dans le sens précédent, puisque l’accent est mis sur la localisation dans laquelle l’entité est restée. La relation entre le développement sémantique de ce terme (création d’un nouveau sens grâce à l’activation de la notion de localisation) et l’évolution syntaxique (apparition du complément obligatoire) est évidente.

20La notion de changement est absente de ce sens, puisque les localisations dans lesquelles est situé le sujet dans la première et la seconde phase sont identiques.

2.1 Quedar et prendre rendez-vous

21Quedar signifie prendre rendez-vous dans des exemples comme les suivants :

(10)

Hemos quedado a las diez para ir al cine.

Nous avons (pris) rendez-vous à dix heures pour aller au cinéma.

(11)

Juan ha quedado con unos de su clase en Sol.

Juan a (pris) rendez-vous avec des camarades de classe à Sol.

22La signification de quedar est liée à la notion de permanence puisqu’elle prévoit la réunion de plusieurs entités dans une localisation, explicitée ou non. La différence avec le sens le plus prototypique de “quedar comme localisation” est double. Premièrement, cette fois la permanence dans la localisation est projetée dans un moment futur. Cette projection future est très courante dans la langue :

(12)

Nos vemos a las cinco.

Nous nous voyons à cinq heures.

23Deuxièmement, il ne s’agit pas de rester dans une localisation mais d’un phénomène de co-localisation, à savoir, de plusieurs entités qui restent dans une localisation donnée. On peut donc définir ce nouvel sens comme : prévision de la permanence future d’un participant, accompagné d’autres entités, dans une localisation, après l’intervention d’une dynamique des forces.

24Les parallélismes avec la construction plus prototypique sont clairs. Il s’agit également d’un évènement en deux phases, même si celles-ci sont beaucoup plus schématiques. En effet, le sujet se voit impliqué dans une dynamique des forces (première phase) soldée par la permanence du sujet dans une localisation précise avec au moins une autre entité (seconde phase). Cette dynamique des forces peut s’inscrire dans le domaine discursif, dans la négociation d’une heure et d’une localisation parmi les différentes possibilités potentielles, pour le rendez-vous annoncé. Ce sens de quedar anticipe ainsi celui d‘arriver à un accord’.

2.2 Quedar et ‘arriver à un accord’

25Ce sens se retrouve dans des exemples comme :

(13)

Hemos quedado en que hoy no sale, está castigado.

Nous nous sommes mis d’accord qu’aujourd’hui, il ne pouvait pas sortir. Il est puni.

26Dans ce cas, le verbe quedar est toujours accompagné de la préposition en. Cette préposition a une signification prototypique spatiale, qui renvoie au sens prototypique de “quedar comme localisation”. En effet, les deux sens transmettent le même contenu sémantique : permanence dans une localisation après l’intervention d’une dynamique des forces. La différence réside dans le fait que ce schéma sémantique est élaboré de façon métaphorique dans le sens de ‘arriver à un accord’. Ainsi la conversation est conceptualisée comme un chemin qui se parcourt à plusieurs, éventuellement après avoir surmonté plusieurs écueils et avoir suivi des sentiers divergents (Lakoff 2006: 231). Cette conceptualisation de la conversation comme chemin est validée par des expressions qui montrent le parallélisme entre les deux domaines, comme :

(14)

Te estás desviando del tema.

Tu es en train de dévier du sujet.

(15)

Te estás yendo por los cerros de Úbeda.

Tu t’écartes du sujet. (Littéralement : tu t’en vas par les collines de Úbeda)

27La nature biphasique du verbe se matérialise également dans ce sens, même si celle-ci apparaît de manière beaucoup plus schématique que dans le sens prototypique. La signification peut être définie comme : permanence de plusieurs entités dans un accord suite à une négociation.

3. Quedar comme possession

28Selon notre corpus (extrait du CORDE), ce sens apparaît aux alentours du XIVème siècle. Selon le Diccionario de Autoridades (1726: 461), il faisait à l’origine référence au fait « d’avoir quelque chose en sa possession suite à une vente aux enchères ». Aujourd’hui, ce sens fait plus largement référence à la notion de possession. Voici quelques exemples :

(16)

a.

Martín se quedó con el anillo aunque ya no estaban casados.

Martin a gardé  la bague même s’ils n’étaient plus mariés.

b.

Martín se quedó con el anillo de su abuela.

Martin a gardé la bague de sa grande mère.

29Avant de passer à la description de ce sens, il est important de souligner que ces deux exemples ont une chose en commun. Le sujet, Martín, garde quelque chose en sa possession, une bague, après un évènement non spécifié. Malgré cette similarité, il y a une différence importante. Dans l’exemple (16a), la bague appartenait à Martín dès le début. Il a décidé de la garder malgré la convention sociale de l’enlever une fois le mariage annulé. Dans (16b) en revanche, la bague n’appartenait pas au départ à Martín mais à sa grand-mère. Nous verrons par la suite les implications de ces similarités et de ces différences.

30Comme dans “quedar comme localisation”, le complément (souligné dans les exemples) est obligatoire. Ce complément désigne à présent l’entité que le sujet possède. Le modèle du point de référence (Langacker 1993: 170) vient éclairer l’inclusion de ce nouveau complément dans la structure. Selon l’auteur, les points de référence sont des entités de grande proéminence sémantique qui servent à l’identification d’autres entités moins proéminentes nommées targets (cibles). Dans une relation de possession, c’est le possessor (propriétaire) qui est le point de référence, du fait de sa proéminence ; c’est ce qui permet d’établir un contact mental avec le possessum (entité possédée). Toujours à cause de sa proéminence, le possessor est également le sujet de la phrase alors que le possessum en est normalement l’objet (au sens large). Avec quedar, le possessum est le plus souvent représenté par un objet oblique introduit par la préposition con (avec). L’utilisation de cette préposition s’explique par le fait qu’elle exprime de façon schématique la relation de proximité dans l’espace entre une entité proéminente et une entité moins proéminente (Langacker 1987: 218).

31Ce sens conserve la même structure que les précédents. Il s’agit donc d’une première phase où le sujet possède ou ne possède pas une entité. Cet état est menacé par une dynamique des forces. Il y existe alors deux possibilités. Dans un premier cas, comme en (16a), un sujet tente de garder une entité dans son domaine (sa possession) malgré une dynamique des forces qui menace la permanence ; dans l’exemple (16a), la dynamique des forces peut s’expliquer par les conventions sociales précédemment citées. Dans un deuxième cas, le sujet essaye d’attirer dans son domaine une entité qui se trouve ailleurs. Cependant, malgré les différentes possibilités, les deux exemples correspondent à un même sens défini comme : permanence d’une entité (possessum) dans le domaine du sujet (possessor) après l’intervention d’une dynamique des forces.

32Quant à l’expression de la notion de changement, il est possible d’affirmer que, dans le sens “quedar comme possession”, le verbe ne transmet pas lui-même la notion de changement, mais laisse à présent la possibilité de transmettre cette dernière par d’autres moyens, notamment grâce au contexte (cf. 16b), ce qui n’était pas possible dans le cas d’autres sens tels que “quedar comme localisation” :

(17)

*María se ha quedado en casa aunque estaba en el supermercado.

*María est restée à la maison même si elle était au supermarché.

33Cette perméabilité de la notion de changement a pour conséquence une transformation de la notion de permanence transmise par le verbe. Dans ce sens, le verbe désigne la permanence d’une entité dans le domaine du sujet uniquement après la dynamique des forces, à savoir, la seconde phase. Ainsi en (16b), la localisation de la bague change de domaine entre la première phase (domaine de la grande mère) et la seconde (domaine de Martín). Il ne s’agit plus, comme dans “quedar comme localisation”, de signifier la permanence d’une situation tout au long des deux phases. Ainsi l’ouverture du verbe à la notion de changement a pour conséquence le rétrécissement de la portée de la notion de permanence.

4. Quedar comme état

34Alonso (1986 : 1534) fait remonter l’origine de ce sens au XIVème siècle, et le définit comme ‘Permanence (une personne ou une chose) dans un état, ou changement vers un autre état plus ou moins stable’. Aujourd’hui, il se manifeste dans des exemples comme :

(18)

Juana se ha quedado dormida

Juana s’est endormie

(19)

Juana se ha quedado despierta

Juana est restée éveillée

35Comme nous pouvons le constater, tant dans la description d’Alonso (1986) que dans les exemples (18) et (19), quedar peut exprimer changement (18) et permanence (19) à l’aide de la même structure. Cet apparent paradoxe s’explique de façon cohérente si l’on tient compte de la structure du verbe ainsi que des concepts de profil/base.

36En effet, quedar dispose, comme dans les autres sens, d’une structure en deux phases. Dans la première, le sujet se trouve dans un état non déterminé et la permanence dans cet état se voit menacée par un phénomène de dynamique des forces, également indéterminé. Dans la seconde phase, on trouve en profil l’état résultant de cette dynamique des forces. Les deux exemples présentés en (18) et (19) partagent cette structure qui signifie permanence du sujet dans un état après dynamique des forces. La différence, comme signalé précédemment, tient au fait qu’en (19), la première et la seconde phase font référence au même état et transmettent donc la notion de permanence, alors qu’en (18), les deux phases comportent des états différents, ce qui permet de transmettre la notion de changement. Cela n’est pas sans rappeler le cas de “quedar comme possession”, qui permettait l’introduction de la notion de changement grâce au contexte. Il ne s’agit cependant pas de la même situation. Un exemple comme (18) ne peut être interprété que comme un processus de changement. L’interprétation en tant qu’évènement où le changement n’a pas lieu, en (20), ne semble pas possible (cf. 21) :

(20)

Juana se ha quedado muy sorprendida

Juana a été très surprise

(21)

*Juana estaba muy sorprendida y se ha quedado muy sorprendida.

*Juana était très surprise et elle restée très surprise.

37Avec d’autres sens de quedar, cette interprétation écartant la notion de changement ne pose pas problème (cf. 22-23):

(22)

Juana estaba en casa y se quedó en casa.

Juana était à la maison et elle est restée à la maison.

(23)

Juana tenía el anillo y se quedó con el anillo.

Juana avait la bague et elle a gardé la bague.

38Cela veut dire que quedar, avec ce sens, a suivi une extension qui rend possible l’adoption de la notion de changement. D’après les productions liées au sens “quedar comme état” analysées pour ce projet et issues du corpus CORDE, nous avons constaté que les productions véhiculant le sens de changement, comme (18), étaient numériquement supérieures à celles qui permettaient d’exclure cette notion, comme (19). En fait, cette récurrence contextuelle a permis l’extension sémantique de quedar. (19) est donc un exemple proche de la signification prototypique de ce verbe, caractérisée par la permanence dans un état similaire entre la première et la seconde phase, alors que (18) montre l’extension de ce prototype qui ajoute la notion de changement à la signification première de ‘permanence du sujet dans un état après l’intervention d’une dynamique des forces’.

39L’adoption de la notion de changement a également eu pour conséquence un raccourcissement de la portée de la notion de permanence. Dans des exemples comme (18) quedarse dormida (s’endormir) ou comme quedarse triste (devenir triste/être triste), c’est le moment de transition où commence le nouvel état qui est mis en relief, et l’importance de la notion de permanence est réduite. Cette focalisation du moment du changement est particulièrement accentuée lorsque le complément est un participe passé.

40Il est intéressant de signaler l’absence de focalisation de la notion de localisation dans ce sens de quedar. Le passage de la notion de localisation à celle d’état dans le réseau sémantique de quedar peut s’expliquer de deux manières potentiellement complémentaires. On pense tout d’abord à un changement dans la portée de la prédication. Le fait que quedar puisse exprimer une prédication primaire (spatiale) et une prédication secondaire (état), comme en (24), aurait rendu possible l’émergence de “quedar comme état” grâce à l’effacement de la prédication primaire, remplacée par la prédication secondaire (cf. 25) :

(24)

Marina se quedó en casa sola.

Marina est restée seule à la maison.

(25)

Marina se quedó sola.

Marina est restée seule.

41Une solution alternative, que l’on ne pourra pas développer ici, est basée sur la théorie moderne de la métaphore (Lakoff 1993) et notamment sur la métaphore LES ÉTATS SONT DES LOCALISATIONS, qui aurait permis qu’un verbe lié à la notion de localisation puisse exprimer la notion d’état grâce à un processus métaphorique.

4.1 Quedar et ‘évaluer un état’

42L’expression de l’état dans lequel se trouve un sujet peut être présentée de façon plus ou moins objective :

(26)

Pablo se ha quedado dormido después de la operación.

Pablo s’est endormi après l’opération.

(27)

Pablo se ha quedado muy feo después de la operación.

Pablo est devenu/resté très laid à cause de l’opération.

43En (26), l’état du sujet peut être vérifié objectivement, alors que l’état du sujet présenté en (27) dépend des critères de la personne qui conceptualise la scène. Les cas où quedar exprime la permanence du sujet dans un état après l’intervention d’une dynamique des forces et l’estimation subjective de cet état sont très nombreux :

(28)

La noche se ha quedado fantástica.

‘La température de la nuit’ est devenue/restée fantastique

44La récurrence des contextes où se mélangent la prédication d’un nouvel état et l’estimation subjective de celui-ci permettent l’émergence d’un nouveau sens, décrit par María Moliner (1999: 828-829) comme ‘avec bien ou mal, ou avec des adverbes équivalents, ou avec des expressions adverbiales avec como, porter jugement par rapport à la façon dont une personne agit’.

(29)

Quedó como un señor

Il a agi en parfait gentleman

45Il faut noter que dans ce nouveau sens, qui émerge à nouveau grâce à un processus d’élaboration, l’entité n’est plus victime d’un changement d’état. Ce n’est plus le sujet qui change, mais plutôt l’estimation faite par la personne qui conceptualise l’évènement.

4.2 Quedar avec gérondif

46D’après Langacker (1991: 26), le gérondif transmet une relation atemporelle complexe. Concrètement, il met en profil une portion homogène d’états intermédiaires, laissant les états préalables et ultérieurs dans la base de la prédication. Cette vision non différenciée des états intermédiaires a pour conséquence une conceptualisation statique de la situation, qui est néanmoins compatible avec une vision dynamique de l’évènement :

(30)

Nadia se ha quedado mirando la foto

Nadia continue à regarder la photo

47Quedar, lorsqu’il se construit avec un gérondif, témoigne d’un grand schématisme, grâce à un processus de grammaticalisation similaire à celui d’estar associé à un gérondif (Genta 2008: 313). Quedar perd donc de sa spécificité et n’apporte plus ici que la notion de permanence et la structure en deux phases. Le sens de quedar utilisé avec un gérondif serait donc : permanence du sujet dans un état dynamique après l’intervention d’une dynamique des forces.

48Nous ne nous prononçons pas dans cet article sur la signification associée au pronom se lorsque le verbe quedar s’insère dans une construction de voix pronominale. Nous nous contenterons de préciser que dans le sens “quedar comme état”, le pronom se permet de transmettre une plus grande implication du sujet, puisqu’il contribue à le conceptualiser comme un participant hybride, passif dans la mesure où il subit l’état désigné par le prédicat, mais actif dans la mesure où il participe mentalement à l’expérimentation de cet état (Maldonado 1999: 101). Etant donné la complexité de la forme et la portée des résultats escomptés, nous réservons l’étude de cet élément pour une prochaine phase du projet.

Conclusions

49Ce travail a permis d’offrir, grâce à une approche cognitive, une définition et une catégorisation unitaire de quedar, malgré la variation sémantique et syntaxique existant entre ses différents sens. Cette unicité a été mise en relief grâce à un noyau sémantique partagé, dénominateur commun de toutes les valeurs interconnectées, basé sur la notion de permanence et sur une structure composée de deux phases dont la seconde, la seule à être dans le profil de la prédication, présente un état résultant d’une dynamique des forces.

50Dans un second temps, à partir de cette signification schématique commune à tous les sens de quedar, nous avons pu tracer le développement sémantique du verbe. Nous avons ainsi présenté une catégorisation de différentes significations de quedar, en nous appuyant sur ses quatre sens prototypiques. Nous avons expliqué l’ordre dans lequel ces différents sens se sont développés, ainsi que les mécanismes qui ont permis leur évolution. Par ailleurs, nous avons démontré que ces quatre sens ont été, à leur tour, la source de nouveaux sens, créés à travers des processus métaphoriques et métonymiques. Ces nouveaux sens, malgré l’évolution sémantique, conservent dans sa totalité le noyau sémantique commun cité auparavant.

51La figure suivante représente le développement sémantique du verbe quedar à partir des sens les plus prototypiques du verbe, présentés par ordre chronologique:

Agrandir

Ellipse = domaine ; grand cercle = participant ; petit cercle = possessum ; petit rectangle = état (dans lequel se trouve le participant) ; flèche simple = perception temporaire ; flèches doubles = dynamique des forces ; en rouge : éléments situés dans le profil de la prédication, en noir : éléments situés dans la base de la prédication.

Figure 1: Développement sémantique du verbe quedar

52La première illustration représente le sens “quedar comme existence”, dans lequel seule la permanence (existence) de l’entité codifiée comme sujet est profilée. Le deuxième sens, “quedar comme localisation”, active la notion de localisation (représentée par l’ellipse devenue rouge), pour signifier la permanence d’une entité dans une localisation précise. Le troisième sens, dénommé “quedar comme possession”, ne profile plus la notion de localisation spatiale, mais celle de possession, puisqu’elle profile la permanence d’un objet (représenté par un petit cercle rouge) dans le domaine du participant codé comme sujet. Dans le dernier sens considéré pour ce projet, à savoir “quedar comme état”, la notion d’état (représentée par un petit rectangle rouge) est activée, et reliée à l’entité codée comme sujet, pour signifier la permanence d’un participant dans un état précis.

53Par ailleurs, comme nous avons pu le constater, la portée de la notion de permanence varie d’un sens à l’autre. Alors qu’au sens de localisation, la notion de permanence fait référence à la similarité de la localisation de l’entité codé comme sujet entre les deux phases de l’évènement, à savoir avant et après la dynamique des forces (cf. (9)), le sens de possession fait uniquement référence à la permanence d’un objet dans le domaine du sujet après la dynamique des forces. C’est ce qui permet l’inclusion de la notion de changement, puisque le verbe quedar peut alors exprimer un évènement représentant une situation différente avant et après la dynamique des forces. Cependant, dans les contextes où la situation du possessum diffère entre les deux phases de l’évènement (cf. 16), la notion de changement n’est pas transmise directement par le verbe mais plutôt par le contexte. Le dernier sens, “quedar comme état”, subit un développement sémantique qui inclut alors la notion de changement ; celui-ci peut désigner un changement d’état produit par la dynamique des forces et subi par l’entité sujet (cf. 18), tout en signifiant également la permanence du sujet dans cet état précis après cette dynamique des forces.

Haut de page

Bibliographie

Alonso, M. 1986.Diccionario medieval español: desde las glosas emilianenses y silenses (siglo X) hasta el siglo XV. Salamanca: Universidad Pontificia.

Bustos Plaza, A. 2007. Verbos de situación: paralelismos entre usos espaciales y usos atributivos. Dicenda. Cuadernos de Filología Hispánica 25: 15-32.

Brugman, C. & G. Lakoff. 2006.Cognitive Topology and lexical networks. In : Geeraerts, D. (ed.)Cognitive linguistics: Basic readings. Berlin: Mouton de Gruyter, 109-136.

Coste, J. & A. Redondo. 1965. Syntaxe de l’espagnol moderne. Paris: S.E.D.E.S.

Demonte, V. & P.J. Masullo. 1999. La predicación: los complementos predicativos. In : Bosque, I. & V. Demonte (eds.) Gramática descriptiva de la lengua española. Vol. II. Madrid: Espasa-Calpe,  2461-2524.

Eberenz, R. 1985. Aproximación estructural a los verbos de cambio en Iberorromance. Linguistique comparée et typologie des langues romances. In : Actes du XVIIème Congrès International de Linguistique et Philologie Romanes T. II. Aix en Provence: Université de Provence, 463-471.

Fernandez Leborans, Mª J. 1999. La predicación: Las oraciones copulativas. In : Bosque, I. & V. Demonte (eds.) Gramática descriptiva de la lengua española. Vol. II. Madrid: Espasa-Calpe,  2357-2460.

Gaffiot, F. 1996. Dictionnaire latin-français. Paris: Hachette.

Genta, F. 2008. Perífrasis verbales en español: focalización aspectual, restricción temporal y rendimiento discursivo. Thèse de doctorat. Granada: Universidad de Granada. Disponible en format électronique : http://hera.ugr.es/tesisugr/17647526.pdf.

Lakoff, G. 2006. The contemporary theory of metaphor. In : Geeraerts, D (ed.) Cognitive linguistics: Basic readings. Berlin: Mouton de Gruyter, 185-237.

Langacker, R. 1987. Foundations of Cognitive Grammar. Volume I: Theoretical Prerequisites. Stanford: Stanford University Press.

Langacker, R. 1991. Foundations of Cognitive Grammar. Volume II: Descriptive Application. Stanford: Stanford University Press.

Langacker, R. 2008. Cognitive Grammar: A basic introduction. Oxford: Oxford University Press.

Maldonado, R. 1999. A media voz. Problemas conceptuales del clítico se. México: Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Publicaciones filológicas.

Moliner, M. 1998. Diccionario de uso del español. Segunda edición.
Madrid: Gredos.

Morimoto, Y. & M.V. Pavón Lucero. 2005. Estructura semántica y estructura sintáctica de las construcciones atributivas con ponerse y quedarse. In : Cuartero Otal, J. (ed.) Entre semántica, teoría del léxico y sintaxis. Frankfurt: Peter Lang, 285-294.

Porroche Ballesteros, M. 1988. Ser, estar y verbos de cambio. Madrid: Arcolibros-Muralla.

Real Academia Española. 1726. Diccionario de Autoridades. Madrid: RAE.

Real Academia Española. 2010. Banco de datos (CORDE). Corpus diacrónico del español. Disponible en format électronique : http://www.rae.es.

Real Academia Española. 2010. Banco de datos (CREA). Corpus de referencia del español actual. Disponible en format électronique : http://www.rae.es.

Talmy, L. 2000. Toward a Cognitive Semantics, Volume I: Concept Structuring Systems. Cambridge (MA): The MIT Press.

Haut de page

Notes

1  La catégorie de verbes de changement fait référence à une série de verbes tels que poner(se), hacers(se), volver(se), quedar(se), etc., capables de transmettre la notion de changement en construction copulative (Porroche Ballesteros 1988: 28). Ces verbes sont souvent présentés comme les équivalents du verbe français devenir (Coste y Redondo 1965: 499).

2  Contrairement à ce qui arrive en langue française, la langue espagnole codifie comme sujet du verbe l’entité subissant la situation de permanence ou de changement prédiqué par quedar, comme il est possible de le constater dans l’exemple (6) avec ‘tres galletas’.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucía Gómez Vicente, « L’étrange polysémie du verbe quedar, ou l’expression de la permanence et du changement : étude diachronique et synchronique », CogniTextes [En ligne], Volume 10 | 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, Consulté le 28 août 2016. URL : http://cognitextes.revues.org/682

Haut de page

Auteur

Lucía Gómez Vicente

LIDILEM (Université Stendhal-Grenoble III) et Université de Grenade (Espagne), Direction de la recherche, BP 25, F-38040 Grenoble, France

Haut de page