Navigation – Plan du site

Oui, il y a des particules de démodulation en français

Steven Schoonjans

Résumés

Les particules de démodulation sont généralement considérées comme une marque typique de certaines langues, notamment de l'allemand. Pour ce qui est du français, des rapprochements ont été faits entre le fonctionnement de certains éléments français et celui des particules allemandes. Les différences syntaxiques entre l'allemand et le français sont néanmoins telles que certains auteurs hésitent à classifier les éléments français comme des particules de démodulation (notamment Abraham 1991a et Waltereit 2006). Dans la présente contribution, nous remettons en question l'importance du comportement syntaxique comme contre-argument non seulement grâce à une argumentation théorique mais aussi à l’étude empirique de six particules françaises (bonnement, donc, quand même, seulement, simplement et tout de même).

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Nous tenons à remercier chaleureusement Stéphanie Caët, Kurt Feyaerts, Emilie L'Hôte, Marieke Van A (...)

1Y a-t-il lieu de distinguer en français une catégorie de particules de démodulation (particules de modalité, particules modales) ?1 Voilà la question abordée dans la présente contribution. Les chercheurs sont loin d'être unanimes à ce sujet : certains (notamment Söll 1974, Fónagy 1995 et Mosegaard Hansen 1998) répondent par l'affirmative, alors que d'autres (notamment Abraham 1988, 1991a, 1991b, 2000 et Waltereit 2006) hésitent. Ce doute s'explique principalement par le comportement syntaxique des particules. En effet, en allemand, les particules de démodulation figurent typiquement dans la partie de la phrase appelée le 'champ médial'. Toutefois, la structure de la phrase française est différente de celle de la phrase allemande et on considère généralement qu'il n'y a pas de champ médial en français. Il importe donc avant toute chose de déterminer dans quelle mesure on peut parler de particules de démodulation là où leur position typique (le champ médial) fait défaut dans la structure de la phrase.

2C'est cette problématique qui est au cœur de notre contribution. Notre argumentation vise à démontrer que, malgré les différences syntaxiques, l'emploi du terme 'particule de démodulation' se justifie pour faire référence aux particules françaises. En nous appuyant partiellement sur une analyse de corpus, nous montrons que les différences entre les particules allemandes et françaises en termes de positionnement sont en réalité moins grandes que ne le suggèrent les thèses de Waltereit et d'Abraham.

3Cette analyse syntaxique constitue la partie principale de l'article. Elle est précédée d'un développement théorique en deux temps. Dans la section suivante (§2), nous proposons une brève présentation des particules de démodulation allemandes et de la structure de phrase allemande. Ensuite (§3), nous décrivons de manière plus détaillée la question centrale de l'article. L'analyse à proprement parler comprend deux parties et propose successivement les résultats correspondant aux deux langues observées : l'allemand (§4) et le français (§5). L'interprétation de ces données fait l'objet de la section 6, avant de passer aux conclusions dans le paragraphe 7.

2. Particules de démodulation et construction en tenailles : présentation

4La thèse qui constitue le point de départ du présent article est la suivante : les particules de démodulation figurent toujours dans le champ médial en allemand, là où ce champ n’existe pas dans la structure phrastique du français. Avant de passer à un examen détaillé de cette thèse, nous allons d'abord nous pencher sur les deux concepts principaux auxquels elle fait référence. Dans un premier temps, nous commentons la catégorie des particules dites de démodulation telle qu'elle caractérise l'allemand (§2.1), puis nous nous concentrons sur le thème de la 'construction en tenailles' et du champ médial (§2.2).

2.1 Les particules de démodulation en allemand

  • 2 Le lecteur intéressé trouvera de plus amples descriptions dans des ouvrages plus généraux portant s (...)

5Les particules de démodulation ('Modalpartikeln'/'Abtönungspartikeln') de l'allemand ont fait l'objet d’un grand nombre de publications scientifiques. De ce fait, dans le cadre du présent article, nous ne nous étendrons pas sur le sujet et nous fournissons simplement une description générale de la catégorie.2

6En allemand, les particules de démodulation constituent une classe plutôt fermée, dans laquelle on range généralement une vingtaine d'éléments, notamment bloß, denn, doch, eben, eigentlich, einfach, halt, ja, mal, nur, ruhig, schon etc. La fonction principale de ces éléments, appelée 'démodulation' ('Abtönung'), est d'ajouter à l'énoncé une nuance subjective ou intersubjective. Vu le cadre restreint du présent article, nous ne pouvons ici développer une théorie complète de la démodulation (nous renvoyons pour cela à l'ouvrage de Waltereit 2006). En résumé, la fonction de démodulation peut être définie comme l'indication de l'attitude du locuteur par rapport au contenu de l'énoncé, par rapport à la relation de celui-ci avec le contexte, ou encore par rapport à la réaction attendue de l'interlocuteur. Ainsi, en utilisant eben dans un énoncé affirmatif, le locuteur indique que le contenu de cet énoncé est, d'après lui, évident, et que l'interlocuteur ne devrait de ce fait pas le réfuter.

7Comme toutes les particules de la langue allemande, les particules de démodulation sont invariables. Elles sont en général atones, même si certaines particules peuvent être accentuées dans certains contextes (par exemple la particule ja dans des énoncés injonctifs). Il est possible de combiner plusieurs particules dans une même phrase, mais elles ne peuvent pas être reliées par une conjonction de coordination. De même, il n'est pas possible de les nier ou de les intensifier ni de les modifier d'une autre façon, la seule exception étant la particule einfach, qui peut être renforcée par ganz. Les particules n'ont ni de valeur syntagmatique ni de valeur phrastique, et elles sont normalement intégrées dans l'énoncé sur les plans prosodique et syntaxique (ainsi que sur le plan graphique lorsqu'il s'agit d'un message écrit).

8Les particules de démodulation allemandes peuvent figurer tant à l'intérieur d'un syntagme qu'à la frontière entre deux syntagmes. Dans le premier cas, la particule est généralement insérée après une préposition ou un déterminant et porte sur le syntagme (prépositionnel ou nominal) dans lequel elle se trouve. Lorsque la particule ne figure pas à l'intérieur d'un syntagme, elle porte en général sur l'énoncé entier. Le plus souvent, les particules sont situées dans le champ dit médial, notion qui fait l'objet du paragraphe suivant.

2.2 La construction en tenailles et l'emplacement des particules en allemand

  • 3 Au lieu du terme 'partie gauche/droite de la parenthèse', on retrouve aussi la variante abrégée 'pa (...)

9Dans la tradition linguistique, la structure de la phrase allemande est généralement décrite en termes de la construction dite 'en tenailles', appelée également la 'parenthèse verbale'. Cette parenthèse se compose des deux positions que peuvent prendre les éléments verbaux. Ainsi, dans une phrase principale, les éventuelles formes verbales infinies (participes et infinitifs) ne sont pas contraintes à suivre immédiatement les formes verbales finies : le plus souvent, ces différentes formes verbales sont séparées par d'autres éléments (arguments ou adjoints). C'est pourquoi on dit que la partie gauche de la parenthèse est réservée aux formes finies du verbe, la partie droite contenant les formes infinies.3 Dans les subordonnées, par contre, les éléments verbaux sont en général regroupés dans la parenthèse droite, tandis que la parenthèse gauche n'est plus réservée à un verbe, mais à l'élément subordonnant (la conjonction de subordination ou le pronom relatif).

  • 4 Cette notion ne doit pas être confondue avec celle de 'champs langagiers', introduite par Bühler (1 (...)

10À partir de ce schéma de base, la phrase allemande est souvent divisée en cinq champs phrastiques4 : deux champs périphériques, qui correspondent à ce qui est appelé plus généralement la périphérie gauche (champ pré-initial) et la périphérie droite (champ post-final), et trois champs centraux. Ces trois derniers champs sont séparés les uns des autres par les deux parties de la parenthèse verbale : le champ initial précède la parenthèse gauche, le champ médial contient les éléments à l'intérieur de la parenthèse, et le champ final suit la parenthèse droite (cf. Figure 1). Pour ne pas trop compliquer l’analyse, nous préférons considérer la position de Wackernagel (position après la parenthèse gauche qui ne peut être prise que par des pronoms atones) comme partie intégrante du champ médial (cf. Rinas 2006) et non pas comme une zone autonome, comme le fait Lenerz (1995).

  • 5 Pour une discussion plus approfondie sur la topologie de la phrase allemande, et en particulier de (...)

Figure 1. La structure de la phrase allemande5

  • 6 Une variante de cette analyse dit que les particules, étant également atones, figurent en position (...)

11Comme nous l’avons indiqué plus haut, les particules de démodulation allemandes figurent typiquement dans le champ médial. Pour décrire la position des particules à l'intérieur de ce champ, différentes théories ont été proposées. Ainsi, Abraham (1988) et Rinas (2006) ont fait référence à la position de Wackernagel, et ont formulé la thèse selon laquelle les particules de démodulation se placent juste derrière celle-ci.6 Hentschel (1986), en revanche, a indiqué que les particules marquent la frontière entre le thème et le rhème, et Moroni (2010) s'est rapporté au focus. Cependant, chacune de ces analyses présente des faiblesses. L'espace restreint du présent article ne nous permettant pas de procéder à des analyses détaillées dans ce domaine, nous nous contenterons de dire que les particules de démodulation allemandes se trouvent le plus souvent dans le champ médial, sans fournir plus de détails quant à leur position exacte.

3. Position du problème

12Le français dispose-t-il, comme l'allemand, d'une catégorie de 'particules de démodulation' ? C'est la question à laquelle notre article cherche à répondre de manière satisfaisante. Plusieurs auteurs ont déjà abordé ce sujet, mais les réponses varient : certains (notamment Söll 1974, Fónagy 1995 et Mosegaard Hansen 1998) répondent par l'affirmative, alors que d'autres (notamment Abraham 1988, 1991a, 1991b, 2000 et Waltereit 2006) nient l'existence d'une telle catégorie en français.

13Il existe certainement en français des marqueurs ressemblant fort aux particules de démodulation allemandes, tant sur le plan formel que sur le plan fonctionnel. Les exemples incluent donc, quand même, seulement, simplement, tout de même, un peu, etcétéra. En effet, en plus de leur emploi de base (qui est le plus souvent adverbial), tous ces éléments peuvent fonctionner comme des éléments modaux comparables aux particules de démodulation allemandes. Cette correspondance fonctionnelle s'observe dans les exemples suivants de quand même et de donc. Il s'agit d'exemples tirés de traductions de textes littéraires allemands, dans lesquelles ces deux éléments sont utilisés comme équivalents de particules allemandes (en l'occurrence denn et doch).

(1)

Ne voyez-vous donc pas que je m'entretiens avec ce monsieur ? (Franz Kafka, Le Procès, p.129)

Seht ihr denn nicht, dass ich mit dem Herrn eine Besprechung habe?

(2)

Asseyez-vous donc, dans la mesure du possible. (Rolf Hochhuth, Le Vicaire, p.100)

Nehmen Sie doch Platz, so gut das geht.

(3)

Tu ne crois quand même pas sérieusement qu'ils vont me flinguer ? (Ulrike Syha, Conduire en Allemagne, p.80)

Du glaubst doch nicht im Ernst, dass sie mich dann abknallen?

14À côté de ces correspondances fonctionnelles, on peut distinguer aussi des ressemblances d'ordre formel avec les particules allemandes. Ainsi, les éléments français en question sont invariables et le plus souvent atones, et ils ne peuvent faire l'objet ni d'une coordination ni d'une modification (sauf bonnement et simplement, qui – comme leur équivalent direct einfach – peuvent être renforcés par tout). Il semble aussi que lorsqu'ils sont utilisés dans cette fonction, ces éléments n'ont de valeur ni syntagmatique ni phrastique.

  • 7 Comme il s'agit d'éléments invariables (cf. supra), il est certainement légitime de parler de 'part (...)
  • 8 Voir aussi Abraham (1988: 446,449; 2000: 324sq.).

15Ces correspondances ne sont pas niées par Abraham et Waltereit (voir notamment Waltereit 2006: 77). C’est plutôt le comportement syntaxique de ces particules qui leur pose problème.7 Il a été indiqué dans le paragraphe précédent que les particules de démodulation allemandes figurent typiquement dans le champ médial. Or d'après Waltereit et Abraham, la phrase française ne comprend pas de champ médial. La position typique des particules de démodulation faisant ainsi défaut, ces auteurs sont d'avis qu'on ne peut parler de particules de démodulation en français :8

MPs [= modal particles] develop from lexical categories in those languages (German, Dutch, West-Frisian) which have developed a structurally defined syntactic MF [= middle field]; languages without such a MF extending between the structurally marked positions V-2 and V-final do not possess MPs in any sense comparable. (Abraham 1991b: 348)

It will be shown that MP-x can appear only in a clearly delimited syntactic range (i.e. in the structural Middle Field), but nowhere else. This positional range is an idiosyncratic property of German (as well as Dutch and Frisian [...]). This structural property correlates with the sketched MP-abundance. Conversely, the Romance languages as well as English, which have no structural Middle Field, do not possess modal particles with any of the pragmatic, semantic and syntactic properties that German (Dutch, Frisian [...]) displays. (Abraham 1991a: 205)

Zu diesen [= den romanischen] Abtönungsformen zählen Partikeln (die aber keine Modalpartikeln sein können, da die romanischen Sprachen kein Mittelfeld haben) und Formen ganz anderen Typs. (Waltereit 2006: 75)

  • 9 Dans une publication antérieure (Waltereit 2001), ainsi que dans deux articles publiés ultérieureme (...)

16Notre objectif est de montrer que Waltereit et Abraham ont tort de dire qu'il n'y a pas de particules de démodulation en français sur la seule base de l'absence d'un champ médial.9 D’après nous, cet argument syntaxique ne suffit pas pour affirmer que les éléments français en question ne sont pas des particules de démodulation (nous reviendrons sur ce point dans le paragraphe 6). Il semble également opportun d'examiner plus en détail les deux assomptions sur lesquelles Waltereit et Abraham s'appuient, et donc de se demander (1) si les particules de démodulation allemandes figurent toujours dans le champ médial et (2) s'il n'y a pas en français de champ médial dans lequel peuvent figurer les éléments en question. En d'autres mots, nous nous proposons de vérifier s’il y existe une différence majeure entre les particules allemandes et françaises au niveau de leur positionnement. Cette analyse est présentée dans les deux paragraphes qui suivent.

4. Analyse (1) : les particules de démodulation en allemand

17Il a été indiqué ci-dessus (§2.2) que les particules de démodulation allemandes se trouvent généralement dans le champ médial. Le mot généralement est important ici. En effet, il n'est pas exclu de trouver des particules de démodulation hors du champ médial en allemand. C'est pourquoi nous remettons en question la prise de position catégorique de Waltereit et d'Abraham, mais aussi d'autres chercheurs (par exemple Moroni 2005 et Diewald 2007), à ce sujet, lorsqu'ils affirment que les particules de démodulation sont confinées au champ médial.

18Bien qu'il soit incontestablement vrai que la grande majorité des particules de démodulation figurent dans le champ médial, Thurmair (1989) a déjà montré que dans certaines conditions, les particules peuvent se trouver ailleurs dans la phrase. Nous avons déjà fait référence à l'un des cas qu'elle mentionne, c’est-à-dire celui des particules qui sont intégrées dans un syntagme nominal ou prépositionnel. C'est alors la position de ce syntagme qui détermine dans quel champ la particule se trouve. Toutefois, comme nous nous limitons aux particules non-intégrées dans ce qui suit par manque d'occurrences de particules intégrées dans notre corpus, nous ne nous attardons pas sur ce point.

19Les interrogations partielles, seconde exception mentionnée par Thurmair, sont plus pertinentes pour notre propos. Dans le cas de ces interrogations, il est possible d'avoir une particule dans le champ initial, juste après le mot interrogatif, comme dans les exemples suivants :

(4)

Warum bloß liebt sie diesen Schwachkopf? (Thurmair 1989: 26)

'Pourquoi bloß aime-t-elle cet abruti ?'

(5)

Wer schon wird das tun wollen? (Coniglio 2006: 59)

'Qui schon voudra faire cela ?'

  • 10 Il est à noter que dans deux articles, Abraham (1991b, 2010) mentionne explicitement ce phénomène, (...)

20Il n'est pas exclu de mettre la particule dans le champ médial (Wer wird das schon tun wollen?), et il convient d'admettre que le positionnement dans le champ initial n'est pas extrêmement fréquent (cf. §5.2.2 infra), mais certainement pas exclu.10

  • 11 En fait, Coniglio (2007a: 103) se demande si l'on a affaire, dans ce cas, à de véritables particule (...)

21D'autres auteurs mentionnent ce phénomène, comme notamment Coniglio (2006, 2007a, 2007b)11 et Ormelius-Sandblom (1997). Cette dernière indique également qu’en langage parlé informel, on peut trouver d'autres exceptions. Elle cite notamment l'exemple suivant, dans lequel la particule schon figure dans le champ final :

(6)

Das kann man verstehen schon. (Ormelius-Sandblom 1997: 33)

'Ça, on peut le comprendre schon.'

22Dans cette phrase, la position 'normale' de la particule serait entre man et verstehen. Il ne s'agit toutefois pas d'un cas isolé, comme l'a montré Imo (2008) dans son analyse de la particule halt. S'il est vrai que depuis Thurmair (1989), halt est généralement vu comme l'exemple prototypique d'une particule de démodulation, Imo a constaté que dans son corpus, cette particule se trouve 14 fois (sur 296 occurrences) dans le champ initial ou final.

  • 12 En fait, Schoonjans (op. cit.) a bien plus attestations de glaub(e) (2392 au total), mais celles où (...)

23Un résultat similaire a été obtenu par Schoonjans (2012) pour la particule glaub(e). Glaub(e) n'est certes pas une particule de démodulation prototypique, mais elle a un certain nombre de points communs avec halt. Parmi les 1918 attestations de glaub(e) dans le corpus utilisé par Schoonjans, 21 figurent dans le champ initial ou final.12

24Il est clair que les occurrences de particules hors du champ médial ne sont pas nombreuses. Toutefois, les données sont suffisamment importantes, à nos yeux, pour conclure qu'il faut nuancer la thèse selon laquelle les particules de démodulation allemandes ne peuvent apparaître que dans le champ médial.

5. Analyse (2) : les particules françaises

25Après avoir constaté que les particules allemandes peuvent figurer hors du champ médial, il est logique de se demander s'il est vraiment exclu d'avoir des particules de démodulation en français : si elles ne sont pas confinées à ce champ en allemand, pourquoi le seraient-elles en français ? Nous nous proposons dès lors d'analyser la distribution syntaxique des particules françaises, dans le but de voir dans quelle mesure on retrouve des tendances de positionnement qui correspondent aux tendances allemandes.

26Une autre question qu'il faut également se poser est celle de savoir s'il est correct de postuler que le français ne dispose pas de champ médial. Dans ce qui suit (§5.1), nous montrerons que ce postulat est également à revoir. Cette observation rendra l'analyse comparative d'autant plus intéressante qu'il sera possible de comparer non seulement les tendances de positionnement hors du champ médial, mais aussi la distribution des particules sur les champs en général. C'est ce que nous nous proposons de faire par la suite (§5.2).

5.1 Le champ médial en français

27Nous avons indiqué plus haut que le champ médial allemand est délimité par les éléments verbaux, dans la mesure où il s'étend entre le verbe fini et les éventuelles formes verbales infinies. Selon la logique de cette définition, l'absence d'un champ médial en français impliquerait qu'il est impossible, dans cette langue, d'intercaler des éléments entre les formes verbales. La réalité de l'usage prouve cependant que cette thèse est incorrecte, comme le montre l'exemple suivant :

(7)

Je dois encore le lui dire.

28Dans cet exemple, les verbes fini (dois) et infini (dire) sont séparés par un adverbe (encore) et deux pronoms (le et lui). Il est certainement vrai que le champ médial français est plus restreint que son pendant allemand (un objet nominal, par exemple, figure dans le champ final en français, tandis qu'en allemand, il se trouve normalement dans le champ médial aussi), mais il est clair que l'insertion d'autres éléments entre les verbes fini et infini n'est pas impossible en français.

29Se pose ensuite la question de savoir comment déterminer le champ médial lorsqu'il n'y a pas de forme verbale infinie. Zifonun et al. (1997: 1503) ont indiqué que ceci n'entraîne pas de différence fondamentale pour la structure de la phrase allemande. La seule différence est que la frontière entre les champs médial et final n'est pas marquée de manière explicite, faute d'éléments dans la parenthèse droite, mais cela n'implique pas la disparition de cette frontière. Comme le montre la Figure 2, une telle analyse n'est pas exclue pour le français non plus :

  • 13 Vfin = verbe fini ; Vinf = éléments verbaux infinis éventuels.

Figure 2. La frontière entre les champs médial et final13

  • 14 À partir de cette observation, on peut se demander si le subordonnant ne figure pas dans le champ i (...)

30Cependant, il convient de signaler deux différences importantes entre l'allemand et le français. La première est qu’en fonction du verbe utilisé, les pronoms personnels clitiques se positionnent soit devant soit derrière le verbe fini. Toutefois, comme ceci n'influence pas le choix du champ de la particule, nous en ferons abstraction dans ce qui suit. La deuxième différence se manifeste au niveau des subordonnées : en allemand, il y a un changement dans l'ordre des éléments de la phrase qui ne se manifeste pas en français. En effet, comme nous l'avons indiqué plus haut, l'élément subordonnant déloge la forme verbale finie de la parenthèse gauche et entraîne le vidage du champ initial. En français, par contre, l'élément subordonnant est ajouté en tête de phrase (au début du champ initial), et l'ordre des autres éléments reste le même (cf. Figure 3). Cette observation n'est pas sans importance pour notre analyse, mais elle n'a pas de conséquence sur la validité de notre raisonnement. En effet, la thèse qu'il y a en français un champ médial n'est pas invalidée par le fait que le subordonnant prenne une autre position et ne puisse, de ce fait, causer un changement d'ordre des autres éléments de la phrase.14

  • 15 Sub = subordonnant.

Figure 3. Le changement de l'ordre des mots dans les subordonnées15

  • 16 Un relecteur anonyme indique que la possibilité d'insérer d'autres éléments entre les verbes fini e (...)

31À partir de ces observations, il semble donc légitime de dire que, malgré des différences indéniables, il y a bien un champ médial dans la structure de la phrase française,16 tout comme dans celle de la phrase allemande. A regarder de plus près les exemples de la Figure 2, il semble même que ce champ offre une position possible pour les particules à fonction modale (en l'occurrence tout de même). Nous devons par conséquent nous demander dans quelle mesure cette partie de la phrase est un endroit typique pour les particules françaises comme pour les particules allemandes. Une réponse à cette question est proposée dans l'analyse qui suit.

32Il peut donc sembler légitime de se demander si, au niveau de la description topologique des particules, il est possible d’obtenir des résultats plus significatifs en se rapportant à des critères plus facilement comparables que le champ médial. Ainsi, on pourrait faire référence à la thèse selon laquelle les particules de démodulation tendent à être adjacentes au verbe fini (cf. l'observation de Modicom (2012: 288) que les particules concernées ont tendance à se cliticiser et, de ce fait, à apparaître dans la position de Wackernagel). Sans nier l'utilité d'adopter un tel point de vue, nous tenons à préciser qu'il n'entre pas dans notre propos d'indiquer la meilleure façon de décrire la topologie des particules. Notre but est ici de s’interroger sur la valeur d'une référence au champ médial pour définir la catégorie des particules de démodulation. Nous nous en sommes tenus à cet objectif, qui est tout à fait distinct de celui de chercher la méthode optimale pour décrire la topologie des particules d'un point de vue universaliste.

5.2 Analyse de corpus

  • 17 Les particules allemandes analysées sont aber, auch, bloß, denn, doch, eben, eigentlich, einfach, e (...)

33Pour étudier dans quelle mesure les tendances au niveau du positionnement des particules allemandes et françaises sont similaires, nous avons analysé le comportement syntaxique de celles-ci dans un corpus de textes littéraires. Pour le français, nous avons utilisé les textes littéraires des six dernières décennies (1950-2010) dans le corpus Frantext (www.frantext.fr). Pour la comparaison avec l'allemand,17 nous avons utilisé le corpus Belletristik des 20. und 21. Jahrhunderts de l'IDS, ainsi que la partie allemande du corpus de traduction utilisé dans des études antérieures (notamment Schoonjans 2013). Le choix de textes littéraires s'explique par le fait que les particules de démodulation soient surtout utilisées dans le langage oral spontané, qui est imité ou rendu de façon plus ou moins naturelle dans la littérature plus que dans d'autres genres écrits (traités, essais...). Par ailleurs, nous avons privilégié les matériaux écrits pour notre première étude consacrée à cette question parce qu'ils sont en général plus faciles à analyser en termes de champs phrastiques que l'authentique oral spontané.

  • 18 Nous incluons les formes intensifiées tout bonnement et tout simplement, ainsi que ganz einfach en (...)

34Notre analyse s'est faite à partir de six particules qui ont été choisies de façon à couvrir différents types d'énoncés : bonnement, donc, quand même, seulement, simplement et tout de même.18 Comme la répartition de la phrase en champs est un aspect central de notre analyse, seules les particules non-insérées dans un syntagme et figurant dans un énoncé qui contient une forme verbale finie ont été prises en considération, car les autres cas sont plus difficiles à analyser en termes de champs.

35Parmi les occurrences qui restent, deux autres groupes ont été exclus de l'analyse. Il s'agit en premier lieu des occurrences de seulement dans des énoncés interrogatifs (illustrés en (8)). Cet emploi est en effet trop rare dans le corpus pour parvenir à des conclusions significatives.

(8)

Vous rappelez-vous seulement qu'on a vu le plein soleil ?

(M. Genevoix, Ceux de 14, p.484)

36Enfin, les formules fixes comme dis donc ont également été écartées de l'analyse. Dans cette tournure, il est possible d'analyser donc comme une particule de démodulation (et c'est dans cet emploi que la forme est entrée dans la formule), mais il semble plus approprié d'analyser dis donc comme une unité fixe et lexicalisée, fonctionnant comme un marqueur discursif (cf. Mosegaard Hansen 1998: 330 et Nome & Hobæk Haff 2011: 55,63) :

(9)

Dis donc, tata Marceline, dit Zazie, tu te fous de moi ou bien t'es vraiment sourdingue ?

(R. Queneau, Zazie dans le métro, p.86)

37Une fois ces restrictions prises en compte, il reste 40 occurrences de bonnement, 2554 de donc, 650 de quand même, 322 de seulement, 590 de simplement et 810 de tout de même pour l’analyse. Vu le cadre restreint du présent article, la discussion des résultats est nécessairement brève ; pour une discussion plus détaillée et organisée par type de phrase, on consultera Schoonjans (à paraître).

5.2.1 Champ médial

38Nous avons vu ci-dessus que le champ médial est généralement considéré comme la partie de la phrase dans laquelle se trouvent normalement les particules de démodulation en allemand. Si le français dispose également d'une structure de phrase à champ médial, comme nous l'avons montré dans la section précédente, on peut se demander dans quelle mesure les particules de démodulation ont tendance à se positionner dans ce champ en français aussi. L'analyse du corpus prouve en effet qu’il ne faut pas sous-estimer l'importance dudit champ médial, comme le montrent les données dans le Tableau 1.

français

(certainement)

français

(probablement)

français

(total)

allemand

Assertions

437/1327

(=39,93%)

612/1327

(=46,11%)

1049/1327

(=79,05%)

3401/3403

(=99,94%)

Interrogations partielles

152/855

(=17,78%)

463/855

(=54,15%)

615/855

(=71,93%)

2457/2513

(=97,77%)

Interrogations totales

631/1131

(=55,79%)

409/1131

(=36,16%)

1040/1131

(=91,95%)

1229/1229

(=100,00%)

Injonctions

176/1263

(=13,94%)

1056/1263

(=83,61%)

1232/1263

(=97,55%)

1376/1376

(=100,00%)

Désidératives irréelles

16/255

(=6,27%)

8/255

(=3,14%)

24/255

(=9,41%)

163/163

(=100,00%)

Total

1412/4831

(=29,23%)

2548/4831

(=52,74%)

3960/4831

(=81,97%)

8626/8684

(=99,33%)

Tableau 1. Les particules de démodulation dans le champ médial

39Même si ces données montrent qu'une part considérable des particules françaises sont placées dans le champ médial, une certaine prudence s'impose. En effet, faute d'indications irréfutables, il est parfois difficile de déterminer avec certitude dans quel champ la particule se trouve. C'est pourquoi nous avons prévu dans le tableau trois colonnes distinctes pour le français.

40La colonne intitulée "français (certainement)" contient les attestations de particules qui suivent le verbe fini et précèdent une forme verbale infinie (10-12) ou un autre élément qui doit nécessairement se trouver dans le champ médial. C’est notamment le cas de certains auxiliaires de négation. Sauf dans le cas de personne, aucun(e), nulle part et, selon sa portée, que, l'auxiliaire (c.-à-d. le deuxième élément) de négation précède normalement les verbes infinis (cf. Muller 1991 et Riegel et al. 2004: 414). Par conséquent, si la particule précède un auxiliaire de négation autre que ceux mentionnés ci-dessus (pas, point, jamais...), elle se trouve certainement dans le champ médial aussi (13-14).

(10)

Il faut tout de même penser à sa santé !

(A. Camus, Un Cas intéressant, p.626)

(11)

Mais où ai-je donc mis ma montre ?

(S. Beckett, En attendant Godot, p.77)

(12)

Si je pouvais seulement m'en aller quelques heures, et revenir...

(M. Genevoix, Ceux de 14, p.591)

(13)

Mais je ne suis quand même pas le seul individu au monde à posséder un secret.

(R.-V. Pilhes, La Rhubarbe, p.134)

(14)

Vous n'imaginez tout de même pas de rester fidèle au monde tel qu'il est ?

(P. Mertens, Les Eblouissements, p.212)

41Dans d'autres cas, la position de la particule est plus difficile à déterminer. Ceci est le cas, notamment, lorsque la parenthèse droite est vide, la frontière entre les champs médial et final n'étant donc pas explicitement marquée (cf. supra). Toutefois, l'analyse selon laquelle la particule figure dans le champ médial nous semble souvent pour le moins plausible. Il s'agit de cas où la particule suit immédiatement le verbe fini (15-16) ou n'est séparée de celui-ci que par d'autres éléments dont l'appartenance au champ médial est certaine, notamment des pronoms en position de Wackernagel (17-18). Certes, dans ces cas, rien ne prouve que la particule se situe dans le champ médial, mais rien ne prouve non plus qu'elle ne s'y situe pas. Compte tenu du nombre de particules figurant avec certitude dans le champ médial, il nous semble plausible que ces particules se trouvent également dans le champ médial.

(15)

Je sais quand même mieux que lui de quoi j'ai besoin.

(M. Winckler, La Maladie de Sachs, p.201)

(16)

Si c'était seulement possible de l'être de nouveau !

(P. Mertens, Les Eblouissements, p.185)

(17)

Ou peut-être encore avait-il simplement des dettes.

(C. Simon, La Route des Flandres, p.282)

(18)

Mais qu'avait-il donc, ce bâtard ?

(J.-P. Sartre, Le Diable et le bon Dieu, p.158)

  • 19 Il convient d'ajouter que Waltereit (2007: 77-78) admet qu'à mesure que quand même devient une part (...)

42À ce moment de notre raisonnement, nous concluons donc que le champ médial constitue en français comme en allemand une position typique des particules étudiées.19 La tendance est toutefois moins forte en français, dans la mesure où une portion non-négligeable (18,03%) des particules françaises se positionnent hors du champ médial. De ce fait, il convient de s’intéresser aux autres occurrences françaises, non seulement pour déterminer où elles se situent dans la phrase, mais également pour déterminer dans quelle mesure il existe des correspondances entre les deux langues en ce qui concerne les tendances relatives au positionnement hors du champ médial.

5.2.2 Champ (post-)final

43Dans ce qui précède (§4), nous avons indiqué que les particules allemandes peuvent également se situer hors du champ médial, notamment en fin de phrase, dans le champ final ou post-final. Il est intéressant de voir que les particules françaises hors du champ médial ont elles aussi tendance à se positionner en fin de phrase. En allemand, il s'agit d'une position peu fréquente (deux occurrences seulement dans les phrases assertives et aucune dans les autres types de phrase), tandis qu'en français, la portion des particules concernées est de 6,38% (308 occurrences). Qui plus est, on les retrouve dans les différents types de phrase étudiés, mais avec une fréquence variable : 16,05% (213 occurrences) dans les phrases assertives, 0,12% (une seule occurrence) dans les questions partielles, 6,54% (74 occurrences) dans les questions totales, 1,42% (18 occurrences) dans les injonctions et 0,78% (2 occurrences) dans les désidératives irréelles.

(19)

C'est insensé, vous pourriez faire quelque chose, tout de même !

(D. Pennac, La petite marchande de prose, p.202)

(20)

On allait à un enterrement quand même.

(G. Brisac, Week-end de chasse à la mère, p.83)

(21)

On n'a pas osé, tout simplement.

(J. Green, Moïra, p.53)

(22)

Fargette, tu te souviens qui c'est, quand même ?

(J.-C. Izzo, Chourmo, p.272)

(23)

Veuillez vous asseoir, tout de même.

(R. Char, Trois coups sous les arbres, p.889)

  • 20 Il s'agit surtout des formes intensifiées tout simplement et tout bonnement (36 occurrences). Sans (...)
  • 21 Les tendances décrites ici pour l'ensemble du corpus s'observent aussi, de manière plus ou moins ne (...)

44Si dans ces exemples, le positionnement en fin de phrase est surtout illustré par quand même et tout de même, c'est que ces deux éléments prennent cette position plus souvent que les autres particules étudiées. En effet, parmi les occurrences concernées, quand même et tout de même représentent plus de 83,12% des cas (139, soit 45,13%, pour quand même et 117, soit 37,99%, pour tout de même), contre 16,88% (52 occurrences20) pour les autres particules. La tendance s'observe aussi lorsqu'on compare les topologies des particules : en moyenne, 6,20% des occurrences d'une particule se trouvent en fin de phrase, mais dans le cas de quand même et tout de même, ce nombre est bien plus élevé (21,38% et 14,44%, respectivement).21

45Ce phénomène est lié au développement diachronique de quand même et tout de même. Comme l'indique Waltereit (2006: 77), l'emploi adverbial de quand même est caractérisé par un positionnement dans la périphérie (gauche ou droite). Au cours du processus de grammaticalisation par lequel cet adverbe devient une particule, cette tendance topologique s'affaiblit et quand même tend à être transféré vers le champ médial (cf. note 19). Il s'agit toutefois d'un changement graduel, ce qui explique les usages attestés de quand même en tant que particule en position périphérique. Compte tenu des similitudes entre quand même et tout de même, il est plausible que la même tendance joue également dans le cas de cette dernière forme.

5.2.3 Champ (pré-)initial

46Après avoir observé le comportement des particules dans la partie finale de la phrase, il convient d'examiner à présent ce qu'il en est dans la partie initiale. En effet, même si ce positionnement est plutôt rare, ou en tout cas plus rare que le positionnement en fin de phrase, et même si le corpus utilisé n'en contient pas d'attestations, Imo (2008) a montré que les particules allemandes peuvent également se positionner dans les champs initial et pré-initial dans un niveau de langue informel. Les données françaises montrent une tendance similaire : les particules peuvent également se positionner devant le verbe fini voire dans le champ pré-initial, mais il s'agit d'un phénomène moins courant que le positionnement en fin de phrase, avec seulement 47 occurrences (= 0,95%).

(24)

Cela tout simplement ne pouvait pas être.

(J. Kessel, Le Lion, p.133)

(25)

Ça va, je ne l'emmènerai pas ! dit-il. Il se leva et marcha vers l'escalier : Seulement ne viens plus me parler de liberté ! "

(S. De Beauvoir, Les Mandarins, p.82)

(26)

Oh écoutez, tout de même n'exagérez rien !

(N. Sarraute, Le Planétarium, p.250)

47A nouveau, on trouve surtout les formes quand même (8 occurrences) et tout de même (26 occurrences), ainsi que la forme intensifiée tout simplement. Il semble donc que la diachronie (quand même et tout de même) et l'intensification (tout simplement), deux aspects mentionnés déjà dans la section précédente, jouent également un rôle ici.

  • 22 Dans cette formulation, nous assumons déjà ce qui sera démontré par la suite, à savoir qu'il est lé (...)
  • 23 Sur ce dernier emploi de seulement, voir par exemple Lamiroy & Charolles (2004) et Charolles & Lami (...)

48En outre, on repère 5 attestations de seulement (25). Dans ces cas, la particule se trouve plus ou moins à la frontière entre les catégories de 'particule de démodulation'22 et de 'particule de discours'.23 Ce comportement particulier s'observe également au niveau du sens : dans les cinq occurrences de ce type, seulement a une fonction renforçante, comparable à celle de ja ou bloß utilisés dans des ordres en allemand. En revanche, lorsque cette particule figure dans le champ médial (et est plus clairement une particule de démodulation), seulement peut avoir un sens moins fort et correspondre plutôt aux particules allemandes nur et schon :

(27)

- Je voudrais... reprit Hélène.

- Vous voudriez ? Demandez seulement. À mon signal, votre parenté vous apparaîtra comme sur un écran.

(A. Dhôtel, Le Pays où l'on n'arrive jamais, p.179)

5.2.4 Après le mot interrogatif

49A proprement parler, la description de l'emploi en champ initial telle que nous l'avons proposée dans la section précédente est incomplète. Deux autres tendances liées au champ initial doivent en effet être prises en considération. Ces tendances sont à chaque fois liées à un type de phrase particulier, à savoir les interrogations partielles (c.-à-d. avec mot interrogatif) et les désidératives irréelles. Nous en traitons séparément dans la section présente et dans celle qui suit.

50En ce qui concerne les interrogations partielles, nous avons indiqué ci-dessus que l'allemand dispose d'une position supplémentaire pour les particules hors du champ médial, qui se situe juste après le mot interrogatif. Cette position a également une importance considérable en français. En effet, là où elle accueille 2,23% des particules en interrogation partielle en allemand (56 sur 2513), elle en accueille 27,84% en français (238 sur 855).

(28)

Qui donc sait mieux que vous qu'on ne trouve la croix qu'au pied de la croix ?

(H. De Montherlant, Port-Royal, p.1041)

51Il importe ici de comprendre pourquoi cette position (juste derrière le mot interrogatif) est tellement importante en français (et, dans une moindre mesure, en allemand). Selon nous, elle peut s'expliquer par l'influence des questions averbales. En effet, lorsqu'il n'y a pas de verbe, la particule suit le plus souvent le mot interrogatif :

(29)

Oh ! mon Dieu ! Et où donc ça ?

(M. Genevoix, Ceux de 14, p.346)

52Nous nous fondons sur cette observation pour proposer l'hypothèse suivante : c'est sous l'influence de structures de ce genre que la suite 'mot interrogatif + particule' a acquis une cohésion telle qu'il n'est pas exceptionnel de positionner la particule derrière le mot interrogatif même s'il y a un verbe fini. On peut ensuite se demander si les proportions différentes des deux tendances topologiques principales (champ médial ou après le mot interrogatif) en allemand et en français sont à mettre en rapport avec la tendance générale à utiliser plus de particules dans le champ médial en allemand, ou avec une connexion plus forte entre le mot interrogatif et la particule en français. Nous revenons sur cette question dans la section suivante.

5.2.5 Après le subordonnant

  • 24 L'allemand connaît en outre une structure non-subordonnée du type hätte ich nur zugehört ('si seule (...)

53Pour compléter l'analyse, il nous faut encore regarder de plus près les énoncés désidératifs irréels (ou irréalisables). Ce type d'énoncé a pour particularité, tant en allemand qu'en français, que ses réalisations typiques sont en fait des structures de subordonnées, à savoir la complétive en dass/que et la conditionnelle en wenn/si.24 Dans ce contexte, il importe de rappeler une différence importante entre les deux langues : dans les subordonnées allemandes, le verbe fini s'ajoute au groupe verbal de la parenthèse droite, et tout ce qui figure entre le subordonnant et ce groupe verbal se trouve dans le champ médial. Tel n'est pas le cas en français : la structure de la phrase principale est conservée, et le subordonnant est ajouté en tête de celle-ci.

54Le nombre de particules figurant juste derrière le subordonnant s'élève à 89,80% (229 occurrences sur 255 particules en énoncé désidératif) :

(30)

Si seulement cet imbécile n'avait pas gardé la matraque pour lui !

(Z. Oldenbourg, Les Cités charnelles ou l'histoire de Roger de Montbrun, p.454)

(31)

Que seulement ils me laissent pénétrer dans le cloître [...] !

(Z. Oldenbourg, Les Cités charnelles ou l'histoire de Roger de Montbrun, p.508)

55À première vue, cette observation n'est pas étonnante, car en allemand aussi, la particule peut figurer juste derrière le subordonnant :

(32)

Wenn nur nicht dieses unerträgliche Zischen des Vaters gewesen wäre!

(F. Kafka, Die Verwandlung, p.70)

'Si nur il n'y avait pas eu ce sifflement insupportable du père !'

  • 25 Il s'agit de 15,34% (25 sur 163) des attestations allemandes. Les autres particules allemandes se p (...)

56Toutefois, si le subordonnant se positionne dans la parenthèse gauche en allemand, une particule qui suit immédiatement le subordonnant se trouve en tête du champ médial. En français, en revanche, la particule précède le verbe fini et se trouve donc dans le champ initial.25 Ceci semble valider l'analyse selon laquelle en allemand, le subordonnant ne se trouve pas dans la parenthèse gauche mais dans le champ initial (comme en français). Dans ce cas, le subordonnant et la particule se trouveraient ensemble dans le champ initial, comme en français. Une telle analyse révélerait en outre un parallélisme clair avec les questions partielles, dans la mesure où dans ce type de phrase, la particule peut également figurer dans le champ initial avec un autre élément (le mot interrogatif), et ce tant en allemand qu'en français. De plus, les mots interrogatifs peuvent eux aussi fonctionner comme des subordonnants (dans le cas d'une question indirecte), ce qui suggère également une similitude entre les questions partielles et les structures subordonnées.

57On en revient donc à la question posée plus haut : les différences de fréquence des deux tendances topologiques principales (champ médial ou après le mot interrogatif) entre l’allemand et le français dans les questions partielles sont-elles à mettre en rapport avec la tendance générale à mettre plus de particules dans le champ médial en allemand, ou avec une connexion plus forte entre le mot interrogatif et la particule en français ? Comme les désidératives témoignent des mêmes tendances (89,80% des particules juste derrière le subordonnant en français, 15,34% en allemand), et compte tenu des ressemblances indiquées entre les subordonnants et les mots interrogatifs, la même question s’impose pour ce type de phrase. Le cadre restreint de notre article ne nous permet pas de nous étendre sur ce sujet, mais il nous semble que ce lien entre le mot interrogatif ou le subordonnant et la particule constitue une piste intéressante pour des études ultérieures.

6. Discussion

58Dans l'analyse qui précède, nous avons comparé le positionnement des particules de démodulation allemandes et de quelques particules similaires en français, pour identifier des tendances communes aux deux langues. Nous nous sommes concentrés sur deux aspects abordés par Waltereit et Abraham pour supposer la non-existence de particules de démodulation en français : la restriction des particules allemandes au champ médial d'une part, et la non-existence de ce champ en français de l'autre. Nous avons montré que ces deux assomptions sont erronées : d'un côté, les particules allemandes peuvent figurer hors du champ médial (même si cet usage est minoritaire), et de l'autre, la phrase française contient bel et bien un champ médial (même s'il est moins étendu qu'en allemand), qui de plus s'avère être une position typique des particules en question.

59Notre analyse a par ailleurs montré qu'on retrouve des tendances similaires pour les particules positionnées hors du champ médial. L'exemple le plus clair est la position derrière le mot interrogatif dans les questions partielles, mais de manière générale, des correspondances similaires ont été montrées notamment pour les champs (pré)-initial et (post-)final. On observe en outre des similitudes dans le cas des désidératives à structure de subordonnée. Le nombre de particules occupant une telle position s’avère plus élevé en français, ce qui s’explique au moins en partie grâce à d'autres différences au niveau de la structure de la phrase (champ médial plus restreint en français, différences d'ordre des constituants dans les subordonnées), ainsi qu'aux particularités de certaines particules françaises (position périphérique de quand même et tout de même due à leur diachronie).

60Revenons à présent brièvement sur les particules insérées dans un syntagme, restées hors considération dans notre analyse. Ce phénomène s'observe en français aussi, comme le montre l'exemple (33) ci-dessous (il s'agit en l'occurrence du syntagme nominal ce don assez important). La correspondance entre l'allemand et le français n'est donc pas restreinte aux emplois au niveau phrastique, mais s'étend également au niveau des syntagmes.

(33)

Que vous placiez ce don quand même assez important au bénéfice de notre communauté.

(F. Dorin, Les Vendanges tardives, p.263)

  • 26 Un argument similaire se laisse formuler à la base de théories d'autres linguistes travaillant en t (...)

61Outre les ressemblances entre les particules allemandes et françaises indiquées dans §3, il existe donc également des similitudes à ne pas négliger au niveau syntaxique. Sur la base de la 'théorie grammaticale non-cadrée' ('framework-free grammatical theory') de Haspelmath (2010), nous assumons qu'il s'agit bien de particules de démodulation en français. Haspelmath part de l'idée que chaque langue a ses catégories propres, et qu'il n'est donc pas possible de décrire une langue en faisant appel à des catégories appartenant à une autre langue. Dans la majorité des cas, des catégories correspondantes ne sont en fait pas complètement identiques. Toutefois, lorsqu’on identifie des ressemblances fortes entre des langues différentes, l’emploi de termes correspondants pour renvoyer à ces catégories se justifie. C'est ce que nous proposons de faire pour les particules de démodulation : nous n’avançons pas qu'il s'agit de catégories identiques (il y a en effet des différences au niveau du positionnement), mais nous estimons les ressemblances suffisamment importantes pour utiliser le même terme dans la description des deux langues.26

  • 27 En tout cas, l'emploi du même terme ne s'explique pas par l'ignorance des différences. Söll (1974: (...)

62Dans ce qui précède, nous avons cité d'autres auteurs qui ont adopté le même point de vue (notamment Söll 1974, Fónagy 1995 et Mosegaard Hansen 1998). Il n'est pas aisé de déterminer s'ils transposent simplement la catégorie allemande vers le français (et s'arrangent des différences) ou s'ils réutilisent le terme pour renvoyer à une catégorie largement similaire (comme le propose Haspelmath). Quoi qu'il en soit, les différences ne sont apparemment pas suffisamment importantes à leurs yeux pour rejeter l'emploi du terme allemand en français.27

  • 28 Pour le polonais : voir aussi Szulc-Brzozowska (2010).

63D'ailleurs, le français est à notre connaissance la seule langue pour laquelle les linguistes n'acceptent généralement pas l'existence d'un champ médial, et par rapport à laquelle l'emploi du terme 'particule de démodulation' a été remis en question. En effet, bon nombre d'auteurs font référence à des particules dans d'autres langues dites sans champ médial en utilisant ce terme. Les références incluent notamment Molnár (2002) pour le hongrois, Rinas (2006) pour le polonais28 et le tchèque, et Foolen (1995) et de Haan (2006) pour le russe et le grec ancien. Pour ces auteurs, les différences au niveau syntaxique semblent également être insuffisantes pour rejeter l'emploi du terme concerné.

  • 29 En fait, comme nous l'avons indiqué plus haut (§5.1), la structure française correspond parfaitemen (...)

64Qui plus est, Abraham (1988) lui-même signale l’existence de particules de démodulation dans plusieurs langues scandinaves (le danois, le suédois et le norvégien), alors que ces langues n'ont, d'après lui, pas de champ médial. Il justifie cette assomption par le fait que ces langues soient toutes marquées par l'existence d'une structure qui ressemble fort au champ médial allemand : le champ nexal ('neksusfelt' en danois). C'est précisément dans ce champ nexal qu'on retrouve les particules de démodulation. Cette donnée illustre bien que la corrélation entre l'existence d'un champ médial et l'existence de particules de démodulation est moins stricte que ne le suggère Abraham dans le même article. Il l'admet d'ailleurs lui-même, tout en estimant que la similarité entre le champ nexal et le champ médial est suffisante pour dire qu'il ne s'agit pas d'un vrai problème pour sa thèse. Si une structure qui ressemble fort au champ médial allemand suffit à identifier des particules de démodulation, il nous semble légitime de dire qu'il existe des particules de démodulation en français, dans la mesure où elles se positionnent typiquement dans une structure qui témoigne de ressemblances considérables avec le champ médial allemand, ressemblances que nous jugeons suffisantes pour adopter le terme de 'champ médial' pour parler de la structure de la phrase française (cf. §5.1).29

65Avant de clore la discussion, une dernière interrogation s'impose. Dans quelle mesure nos observations (particules allemandes non-confinées dans le champ médial et existence d'un champ médial en français) invalident-elles la thèse de Waltereit et d'Abraham ? En effet, comme l'indique un relecteur anonyme, nos observations se basent sur des données empiriques, alors que la thèse de Waltereit et d'Abraham est une implication logique de la définition de la catégorie des particules de démodulation. Or ce qui est dérivé de façon logique d'une définition correcte est normalement correct aussi. Si les données observées ne s'accordent pas avec cette implication, cela veut donc dire soit que le raisonnement qui mène de la définition à ses implications est problématique, soit que la définition utilisée comme point de départ doit être modifiée. C'est le cas dans la présente étude : les données montrent que le positionnement dans le champ médial est un trait prototypique mais non nécessaire des particules de démodulation allemandes. De ce fait, une définition qui mentionne ce trait topologique comme critère absolu est trop généralisante et ne correspond pas à la réalité de l'usage. Les conclusions basées sur cette définition sont donc elles aussi erronées. En d'autres termes, il ne s’agit pas de remettre en question le raisonnement même de Waltereit et d'Abraham : si une condition nécessaire n'est pas remplie, on ne peut pas obtenir le résultat concerné. Mais comme la condition dont il est question (emploi dans le champ médial) n'est pas nécessaire (et que de plus ce champ ne fait pas défaut en français), la prémisse du raisonnement est incorrecte, et la conclusion l'est donc également.

7. Conclusion

66Le point de départ de notre contribution était l'assomption de Waltereit (2006) et d'Abraham (1988, 1991a, 1991b, 2000) selon laquelle les particules de démodulation sont confinées au champ médial, ce qui implique qu’il ne peut exister de telles particules dans des langues comme le français, qui n'ont pas de champ médial. Il a été montré que cette assomption est doublement erronée : d'une part, les particules de démodulation peuvent figurer hors du champ médial en allemand, et d'autre part, le français dispose bel et bien d'un champ médial, lequel correspond d'ailleurs à la position typique de ces particules. De plus, on observe des tendances topologiques largement similaires au niveau des particules situées hors du champ médial. Les situations dans les deux langues ne sont pas identiques, mais il a été montré qu'elles se ressemblent suffisamment pour légitimer l'emploi du terme 'particules de démodulation' pour référer à des éléments français comme donc, quand même, seulement et tout de même.

67Beaucoup d’éléments restent à développer au terme de cette première étude systématique portant sur la topologie contrastive des particules de démodulation. Nous avons indiqué à plusieurs reprises que certains aspects ne pouvaient pas être inclus faute d'un nombre suffisant d’occurrences dans le corpus (l'emploi modal de un peu, l'emploi de seulement dans des questions, les particules insérées dans un syntagme...). En outre, nous nous sommes restreint, pour cette analyse, à des données écrites. Il serait également intéressant d'analyser des matériaux oraux, pour voir dans quelle mesure la situation de l'oral correspond à celle de l'écrit et dans quelle mesure les deux langues étudiées se ressemblent à l'oral. Une autre piste à suivre est celle la diachronie. Nous avons fait référence plusieurs fois au processus de grammaticalisation par lequel les particules trouvent leur origine, et il faudra vérifier comment la situation évolue (et notamment si la baisse présumée du nombre d’occurrences de quand même et tout de même en position périphérique se poursuivra). Plus généralement, il faudrait s'intéresser aux éventuels rapprochements entre le français et l'allemand au fil des âges. Enfin, une analyse diachronique de l'évolution jusqu'à l’époque actuelle pourrait bien évidemment apporter de nouveau éléments sur la situation présente en français et sa ressemblance avec l'allemand.

Haut de page

Bibliographie

Abraham, W. 1988. Vorbemerkungen zur Modalpartikelsyntax des Deutschen. Linguistische Berichte 118: 443-465.

Abraham, W. 1991a. Discourse particles in German: How does their illocutive force come about? In: Abraham, W. (ed.) Discourse Particles. Descriptive and theoretical investigations on the logical, syntactic and pragmatic properties of discourse particles in German. Amsterdam: Benjamins, 203-252.

Abraham, W. 1991b. The grammaticalization of the German modal particles. In: Traugott, E. & B. Heine (eds.) Approaches to Grammaticalization. Volume II: Focus on Types of Grammatical Markers. Amsterdam: Benjamins, 331-380.

Abraham, W. 2000. Modal particles in German: Word classification and legacy beyond grammaticalisation. In: Vogel, P. & B. Comrie (eds.) Approaches to the Typology of Word Classes. Berlin: de Gruyter, 321-350.

Abraham, W. 2010. Modalpartikel zwischen Modalität, Modus und Fremdbewusstseinsabgleich. In: Harden, T. & E. Hentschel (eds.) 40 Jahre Partikelforschung. Tübingen: Stauffenburg, 33-78.

Bühler, K. 1934. Sprachtheorie. Die Darstellungsfunktion der Sprache. Jena: Gustav Fiehler.

Charolles, M. & B. Lamiroy. 2007. Du lexique à la grammaire : uniquement, seulement et simplement. Cahiers de lexicologie 90: 93-116.

Coniglio, M. 2006. German modal particles in the functional structure of IP. University of Venice Working Papers in Linguistics 16: 57-95.

Coniglio, M. 2007a. Deutsche Modalpartikeln: Ein Vorschlag zu ihrer syntaktischen Analyse. In: Thüne, E.-M. & F. Ortu (eds.) Gesprochene Sprache - Partikeln. Frankfurt/Main: Lang, 103-113.

Coniglio, M. 2007b. German modal particles in the IP-domain. Rivista di Grammatica Generativa 32: 3-37.

Croft, W. 2000. Parts of speech as language universals and as language-particular categories. In: Vogel, P.M. & B. Comrie (eds.) Approaches to the Typology of Word Classes. Berlin: de Gruyter, 62-102.

de Haan, F. 2006. Typological approaches to modality. In: Frawley, W. et al. (eds.) The Expression of Modality. Berlin: de Gruyter, 27-69.

Detges, U. & R. Waltereit. 2009. Diachronic pathways and pragmatic strategies: different types of pragmatic particles form a diachronic point of view. In: Mosegaard Hansen, M.-B. & J. Visconti (eds.) Current Trends in Diachronic Semantics and Pragmatics. Bingley: Emerald, 43-61.

Diewald, G. 2007. Abtönungspartikel. In: Hoffmann, L. (ed.) Handbuch der Deutschen Wortarten. Berlin: de Gruyter, 117-141.

Franck, D. 1980. Grammatik und Konversation. Königstein/Ts.: Scriptor.

Fónagy, I. 1995. Figement et mouvement. Changements lexicaux en cours dans le français contemporain. Revue Romane 30.2: 163-204.

Foolen, A. 1995. Dutch modal particles: The relevance of grammaticalized elements. In: Shannon, T.F. & J.P. Snapper (eds.) The Berkeley Conference on Dutch Linguistics 1993. Lanham: University Press of America, 57-70.

Haspelmath, M. 2010. Framework-free grammatical theory. In: Heine, B. & H. Narrog (eds.) The Oxford Handbook of Linguistic Analysis. Oxford: Oxford University Press, 341-365.

Hentschel, E. 1986. Funktion und Geschichte deuscher Partikeln. Ja, doch, halt und eben. Tübingen: Niemeyer.

Höhle, T.N. 1986. Der Begriff 'Mittelfeld': Anmerkungen über die Theorie der topologischen Felder. In: Weiss, W., H.E. Wiegand & M. Reis (eds.) Kontroversen, alte und neue. Akten des VII. Internationalen Germanisten-Kongresses Göttingen 1985. Band 3. Tübingen: Niemeyer, 329-340.

Imo, W. 2008. Individuelle Konstrukte oder Vorboten einer neuen Konstruktion? Stellungsvarianten der Modalpartikel halt im Vor- und Nachfeld. In: Stefanowitsch, A. & K. Fischer (eds.) Konstruktionsgrammatik II. Von der Konstruktion zur Grammatik. Tübingen: Stauffenburg, 135-155.

Lamiroy, B. & M. Charolles. 2004. Des adverbes aux connecteurs : simplement, seulement, malheureusement, heureusement. Travaux de linguistique 49: 57-79.

Lenerz, J. 1995. Klammerkonstruktionen. In: Jacobs, J. et al. (eds.) Syntax. Ein internationales Handbuch zeitgenössischer Forschung. Berlin: de Gruyter, 1266-1276.

Modicom, P. 2012. Shared knowledge and epistemic reductionism: Covert semantics of the German modal particles. In: Abraham, W. & E. Leiss (eds.) Covert Patterns of Modality. Newcastle upon Tyne: Cambridge Scholars, 281-311.

Molnár, A. 2002. Die Grammatikalisierung deutscher Modalpartikeln. Frankfurt/Main: Lang.

Moroni, M. 2005. Zur syntaktischen Distribution der Modalpartikeln im Deutschen. Linguistica e Filologia 20: 7-30.

Moroni, M. 2010. Modalpartikeln zwischen Syntax, Prosodie und Informationsstruktur. Frankfurt/Main: Lang.

Mosegaard Hansen, M.-B. 1998. The Function of Discourse Particles. A study with special reference to spoken standard French. Amsterdam: Benjamins.

Muller, Claude. 1991. La négation en français. Syntaxe, sémantique et éléments de comparaison avec les autres langues romanes. Genève: Droz.

Nome, A. & M. Hobæk Haff. 2011. Une analyse contrastive de donc. Oslo Studies in Language 3.1: 47-67.

Ormelius-Sandblom, E. 1997. Die Modalpartikeln ja, doch und schon. Zu ihrer Syntax, Semantik und Pragmatik. Stockholm: Almqvist & Wiksell.

Riegel, M., J.C. Pellat & R. Rioul. 1994. Grammaire méthodique du français. Paris: PUF.

Rinas, K. 2006. Abtönungspartikeln, das Mittelfeld und die Wackernagelposition. In: Höhne, S. et al. (eds.) Brücken. Germanistisches Jahrbuch Tschechien - Slowakei. Neue Folge 14. Prag: Lidové noviny, 331-339.

Schoonjans, S. 2012. The particulization of German complement-taking mental predicates. Journal of Pragmatics 44.6-7: 776-797.

Schoonjans, S. 2013. Zu den französischen Entsprechungen der deutschen Modalpartikel eben und einiger bedeutungsähnlicher Ausdrücke in literarischen Texten. Studia neophilologica 85.1: 73-88.

Schoonjans, S. (à paraître). Topologie contrastive des particules de démodulation : comparaison de l'allemand et du français. In: Lavric, E. & W. Pöckl (eds.) Comparatio Delectat II. Frankfurt/Main: Lang.

Söll, L. 1974. Gesprochenes und geschriebenes Französisch. Berlin: Schmidt.

Szulc-Brzozowska, M. 2010. Zur semantisch-pragmatischen Erweiterung der Abtönungsfunktion bei polnischen Modalpartikeln aus kontrastiver Sicht (Deutsch-Polnisch). Linguistik Online 44: 17-27.

Thurmair, M. 1989. Modalpartikeln und ihre Kombinationen. Tübingen: Niemeyer.

Waltereit, R. 2001. Modal particles and their functional equivalents: a speech-act-theoretic approach. Journal of Pragmatics 33.9: 1391-1417.

Waltereit, R. 2006. Abtönung. Zur Pragmatik und historischen Semantik von Modalpartikeln und ihren funktionalen Äquivalenten in romanischen Sprachen. Tübingen: Niemeyer.

Waltereit, R. & U. Detges. 2007. Different functions, different histories: Modal particles and discourse markers from a diachronic point of view. Catalan Journal of Linguistics 6: 61-80.

Zifonun, G., L. Hoffmann & B. Strecker. 1997. Grammatik der deutschen Sprache. Berlin: de Gruyter.

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier chaleureusement Stéphanie Caët, Kurt Feyaerts, Emilie L'Hôte, Marieke Van Acker, Gudrun Vanderbauwhede et deux relecteurs anonymes pour leurs commentaires utiles sur les versions antérieures du texte.

2 Le lecteur intéressé trouvera de plus amples descriptions dans des ouvrages plus généraux portant sur les particules allemandes (notamment Franck 1980, Thurmair 1989 et Diewald 2007), ouvrages qui nous ont servi de base pour la rédaction de cette section.

3 Au lieu du terme 'partie gauche/droite de la parenthèse', on retrouve aussi la variante abrégée 'parenthèse gauche/droite', que nous adopterons pour augmenter la lisibilité du texte.

4 Cette notion ne doit pas être confondue avec celle de 'champs langagiers', introduite par Bühler (1934), qui désigne non pas des parties d'énoncés, mais plutôt des regroupements de formes linguistiques à partir de leur fonction (dite expéditive, déictique, opérative etc.).

5 Pour une discussion plus approfondie sur la topologie de la phrase allemande, et en particulier de la notion de 'champ médial', nous renvoyons à Höhle (1986).

6 Une variante de cette analyse dit que les particules, étant également atones, figurent en position de Wackernagel elles aussi, mais toujours après les pronoms (cf. Rinas 2006).

7 Comme il s'agit d'éléments invariables (cf. supra), il est certainement légitime de parler de 'particules' sans pour autant se prononcer sur la question de savoir s'il s'agit de particules de démodulation ou non.

8 Voir aussi Abraham (1988: 446,449; 2000: 324sq.).

9 Dans une publication antérieure (Waltereit 2001), ainsi que dans deux articles publiés ultérieurement avec Ulrich Detges (Waltereit & Detges 2007, Detges & Waltereit 2009), Waltereit ne mentionne pas cette différence syntaxique. Toutefois, nous n'avons trouvé dans ces articles aucune explication du fait qu'il ne la retient plus comme contre-argument, alors qu'il le fait dans son livre de 2006.

10 Il est à noter que dans deux articles, Abraham (1991b, 2010) mentionne explicitement ce phénomène, sans toutefois s'intéresser aux implications pour sa thèse centrale.

11 En fait, Coniglio (2007a: 103) se demande si l'on a affaire, dans ce cas, à de véritables particules de démodulation, alors qu'il ne le fait pas ailleurs (2006, 2007b).

12 En fait, Schoonjans (op. cit.) a bien plus attestations de glaub(e) (2392 au total), mais celles où la particule est insérée dans un syntagme n'ont de nouveau pas été prises en compte ici.

13 Vfin = verbe fini ; Vinf = éléments verbaux infinis éventuels.

14 À partir de cette observation, on peut se demander si le subordonnant ne figure pas dans le champ initial en allemand aussi. Les éléments du champ initial se déplaceraient alors vers le champ médial parce que la parenthèse gauche prend normalement la deuxième position de la phrase, ce qui ne serait pas différent lorsqu'elle est vide. Le cadre restreint du présent article ne permet toutefois pas d'élaborer ce point.

15 Sub = subordonnant.

16 Un relecteur anonyme indique que la possibilité d'insérer d'autres éléments entre les verbes fini et infini ne prouve pas qu'il s'agit d'un champ médial, d'autant plus que "linear order as such isn't syntactic structure." En plus du fait que ce dernier argument, en l'absence d'explications plus détaillées, peut susciter des interrogations, le champ médial est en général (cf. ci-dessus) défini comme la partie de la phrase située entre les deux pôles verbaux et ce au niveau de la réalisation concrète, sans faire référence à quelle structure sous-jacente que ce soit. Certes, ce champ peut avoir des propriétés qui diffèrent de celles de son pendant allemand (comme nous l'avons indiqué ci-dessus), mais en tenant compte de la définition que nous avons adoptée et qui est orientée vers la structure de surface, il nous semble que le terme de champ médial s'impose ici.

17 Les particules allemandes analysées sont aber, auch, bloß, denn, doch, eben, eigentlich, einfach, etwa, halt, ja, mal, nur, ruhig, schon et vielleicht.

18 Nous incluons les formes intensifiées tout bonnement et tout simplement, ainsi que ganz einfach en allemand.

19 Il convient d'ajouter que Waltereit (2007: 77-78) admet qu'à mesure que quand même devient une particule, cet élément figure plus fréquemment entre les éléments verbaux fini et infini, et donc dans "so etwas wie eine Mittelfeldposition". Cette observation ne l'amène pourtant pas à revoir son postulat selon lequel il n'y a pas de champ médial en français et qu'il ne peut donc pas s'agir d'une particule de démodulation.

20 Il s'agit surtout des formes intensifiées tout simplement et tout bonnement (36 occurrences). Sans doute est-ce précisément cette intensification qui joue un rôle ici.

21 Les tendances décrites ici pour l'ensemble du corpus s'observent aussi, de manière plus ou moins nette, dans chaque type de phrase pris individuellement.

22 Dans cette formulation, nous assumons déjà ce qui sera démontré par la suite, à savoir qu'il est légitime de parler de particules de démodulation en français.

23 Sur ce dernier emploi de seulement, voir par exemple Lamiroy & Charolles (2004) et Charolles & Lamiroy (2007), qui parlent dans ce cas d'un connecteur.

24 L'allemand connaît en outre une structure non-subordonnée du type hätte ich nur zugehört ('si seulement j'avais écouté'). Comme cette structure n'a pas d'équivalent en français et vu les différences entre les structures principales et subordonnées, ces cas resteront hors considération dans ce qui suit.

25 Il s'agit de 15,34% (25 sur 163) des attestations allemandes. Les autres particules allemandes se positionnent également entre le subordonnant et le verbe, et de ce fait dans le champ médial, mais elles sont précédées en plus par un autre constituant, notamment le sujet.

26 Un argument similaire se laisse formuler à la base de théories d'autres linguistes travaillant en typologie et/ou dans le cadre de la 'Grammaire des Constructions' ('Construction Grammar'). Croft (2000), par exemple, considère également que chaque langue a ses catégories propres et que les catégories langagières sont donc toujours liées à une langue particulière, mais qu'elles peuvent refléter des tendances plus générales (c.-à-d. qui jouent dans plusieurs langues), voire universelles.

27 En tout cas, l'emploi du même terme ne s'explique pas par l'ignorance des différences. Söll (1974: 153), par exemple, parle d'une "Besonderheit eben der französischen Abtönungspartikeln" en renvoyant aux différences topologiques.

28 Pour le polonais : voir aussi Szulc-Brzozowska (2010).

29 En fait, comme nous l'avons indiqué plus haut (§5.1), la structure française correspond parfaitement à la définition du champ médial. La raison pour laquelle nous ne parlons ici que de 'ressemblances considérables' est que le champ médial français est tout de même plus restreint que son pendant allemand (cf. également §5.1).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. La structure de la phrase allemande5
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/712/img-1.png
Fichier image/png, 8,7k
Légende Figure 2. La frontière entre les champs médial et final13
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/712/img-2.png
Fichier image/png, 11k
Légende Figure 3. Le changement de l'ordre des mots dans les subordonnées15
URL http://cognitextes.revues.org/docannexe/image/712/img-3.png
Fichier image/png, 15k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Steven Schoonjans, « Oui, il y a des particules de démodulation en français », CogniTextes [En ligne], Volume 11 | 2014, mis en ligne le 09 août 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://cognitextes.revues.org/712 ; DOI : 10.4000/cognitextes.712

Haut de page

Auteur

Steven Schoonjans

KU Leuven & FWO-Vlaanderen, Faculteit Letteren, Blijde Inkomststraat 21 bus 3308, BE-3000, Leuven, Belgium

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo AFLiCo – Association française de linguistique cognitive
  • Les cahiers de Revues.org